Pauvreté et « mal gouvernance » en Afrique

L’Afrique ne produit pas assez pour sérieusement faire face aux grandes problématiques auxquelles elle est soumise.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Fillette dans un bidonville à Nairobi Kenya (Crédits Gates Foundation licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pauvreté et « mal gouvernance » en Afrique

Publié le 2 juillet 2014
- A +

L’Afrique ne produit pas assez pour sérieusement faire face aux grandes problématiques auxquelles elle est soumise ; mais le peu qui est produit est mal géré : c’est ce qui engendre la pauvreté.

Par Diallo Amadou [*]

PAUVRETE-EN-AFRIQUE-700x357

On peut aisément affirmer que l’Afrique ne produit pas assez de richesses pour pouvoir s’attaquer sérieusement à l’éradication de la famine et de la malnutrition dont les conséquences négatives sur les capacités intellectuelles et physiques des populations sont évidentes ; pas assez pour pouvoir combattre efficacement des maladies comme le paludisme, le Sida et d’autres maladies endémiques éradiquées ailleurs depuis longtemps, et dont la persistance, voire l’aggravation, résultent de la détérioration continue des conditions de vie des masses populaires ; pas assez pour préparer ses différents pays eux-mêmes à cette course au savoir, devenue une véritable course pour le pouvoir mondial et que n’auront la chance de gagner que ceux qui auront veillé à se doter, par un système d’éducation et de formation performant, d’un solide bataillon de têtes bien pleines mais surtout bien faites ; pas assez pour procéder aux investissements, de plus en plus lourds, que requiert le développement d’une puissante base autonome de recherche, de production et de diffusion d’informations, de savoirs et de technologie de pointe, condition nécessaire pour, non seulement, nous libérer de notre actuelle dépendance scientifique et technologique, mais aussi, pour espérer tenir raisonnablement une place confortable et jouer un rôle actif dans le monde de demain ; pas assez, enfin, pour pouvoir garantir, à l’intérieur de nos sociétés, le minimum de bien-être matériel, social et culturel. C’est donc au regard de toutes ces nécessités, de toutes ces urgences que la lutte contre la pauvreté apparaît comme un préalable pouvant constituer un puissant facteur de mobilisation sociale et d’impulsion pour le développement.

D’autre part, ce qui nous empêche aujourd’hui d’accomplir des pas tangibles, réellement significatifs, dans cette si nécessaire lutte contre la pauvreté, peut s’expliquer aussi par le comportement de nos gouvernants et surtout par la compréhension qu’ils ont en général de la conduite des affaires publiques et de la gestion des biens collectifs. En effet, s’il est vrai que nous ne produisons pas assez de richesses pour pouvoir faire face aux tâches urgentes que nous dictent la mondialisation et ses défis, il nous paraît tout aussi vrai que le peu que nous produisons est, le plus souvent, mal géré. C’est pourquoi un des handicaps majeurs que notre continent doit nécessairement surmonter est celui de la « mal gouvernance ».

La réalité à laquelle renvoie ce néologisme est le lot le mieux partagé aujourd’hui en Afrique. On note, effectivement, un peu partout, des stratégies de développement économique et social inefficaces si ce n’est même purement et simplement le pilotage à vue et le bricolage qui en tiennent lieu. Cela favorise toute une série de maux et de tares à commencer par une gestion patrimoniale des biens publics qui consiste, de la part de nos gouvernants, à les confondre trop souvent avec les biens de famille. On peut, ensuite, citer le népotisme et le clientélisme (politique, ethnique, tribal, régionaliste ou confessionnel) qui consistent à répartir les responsabilités publiques et les avantages politiques et matériels y afférents, non pas sur la base de la compétence et du mérite, mais plutôt sur celle de la parenté ou de la fidélité. Puis, la corruption qui est encouragée et alimentée en permanence par la pratique des pots-de-vin quasiment institutionnalisée par certains bailleurs. Enfin, on peut retenir l’opacité la plus totale dans le fonctionnement des institutions souvent prises en otage par des réseaux et lobbies de toutes sortes dépossédant ainsi de fait les citoyens de leurs prérogatives naturelles et légitimes de contrôle démocratique sur l’État. Toutes ces caractéristiques des pouvoirs africains tendent à donner raison aux tenants de l’afro-pessimisme quand ils affirment : « Bon nombre de dirigeants politiques africains sont arrivés au pouvoir par la force et leur mode de gouvernement s’apparente plus à la prédation qu’à la promotion du bien commun. Mais, cette situation a de profondes racines culturelles qui font de leurs peuples des partisans objectifs de ce mode de gouvernement. Toute personne qui parvient au pouvoir est immédiatement sollicitée d’en faire retomber les avantages sur le maximum de ses « frères ». Et ceux qui sont rejetés espèrent bien prendre leur revanche un jour. (…) Mais on comprend aussi pourquoi les changements politiques sont si souvent décevants : il y a simplement changement de profiteurs… » .

D’ailleurs les conséquences de telles pratiques, qui ont durablement cassé les ressorts économiques et sociaux, voire psychologiques de nos pays, sont devenues tellement désastreuses que les bailleurs de fonds, qui les avaient encouragées jusque-là, ou qui avaient, en tout cas, fait semblant de ne rien en savoir, ont engagé contre elles une croisade mondiale sous le drapeau de la « bonne gouvernance ». En réalité, cette croisade n’a d’autre motivation que la restauration ou la préservation de la capacité de nos pays de rembourser leurs dettes. Mais, cela n’enlève rien au fait que les exigences de rigueur, de transparence et d’efficacité, que la bonne gouvernance met en avant, dans la gestion économique et politique de nos sociétés, relève d’un impératif objectif de survie pour ces dernières, même si on peut formuler, au regard de ses conséquences, des réserves sur la valeur réelle des recettes préconisées pour y parvenir.

______

[*] Diallo Amadou est contributeur sur IMANI Francophone

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Excellent. Sans être définitivement pessimiste, on ne voit pas bien comment les choses pourraient changer.
    Des alliances entre pays d’Afrique ? Des hommes forts et amoureux de leur pays et de leur peuple ?

    • Sandhom, je vous en conjure, renseignez vous sur le sujet.
      Ces hommes existent et font un boulot d’enfer.
      Ces alliances existent également et sont bien décidé à passer à la vitesse supérieure, Dieu merci.

      Je sais bien que vous n’y êtes pour rien, mais ce n’est pas parce ce qu’on n’en parle pas que ça n’existe pas.
      Les croissances de près de 10% de certains pays ne sont sortis de nulle part, elles sont le fruit du travail de dirigeants politiques, économiques… (et de leur peuple, bien entendu) qui méritent mieux que de tels articles.

      Cordialement.

      • Suis ravi d »apprendre que des forces vives prennent les choses en main, bien plus que l’on ne croit : On n’a pas souvent d’infos et c’est bien dommage.
        Vous savez, ne suis pas très optimiste non plus sur ce qui se passe en France en ce moment, au niveau politique et économique. Il n’y avait aucun mépris de ma part.
        Cordialement

  • Pitié.
    Ce genre d’article est tellement vu et revu, il en existe 360 versions sur Contrepoints.

    Tellement de mots compliqué pour dire quoi ? Afrique -> Pauvreté -> Mauvaise gouvernance ?

    Ce qui ne serait pas grave si c’était encore dans l’air du temps. Mais ce n’est pas le cas. Je suis le premier à taper sur les dirigeants africains voyous et incompétents (cf : IBK au Mali, ou Zuma en AdS par exemple).

    Mais l’éternel couplet sur les mauvais dirigeants occulte la compétence de Drahmani au Ghana, Kagame au Rwanda, Sirleaf au Libéria et j’en passe…

    Le commentaire de sandhom montre l’étendue des dégâts : la pauvreté de l’article se serait remarqué s’il s’agissait d’Europe ou de France, mais comme l’Afrique est mal connue sous nos latitudes, alors on considère que tout ce qui n’est pas trop en contradiction avec nos certitudes comme parole d’évangile.

    Il ne s’agit pas de jeter des fleurs à l’Afrique, mais même si c’est pour une critique acerbe, de cesser la paresse intellectuel qui consiste à sortir la même version d’un article vieux comme le Monde de temps à autre avec quelques envolées lyriques, c’est un manque de respect et de considération, surtout venant d’un Africain.

    A quand un article sur l’effet formidable de l’ouverture au marché sur le Rwanda ou sur le crime que Mugabe commet sur l’un des pays les plus prometteurs du continent en le privant de ce même marché.

    Raise up your standart, Contrepoints !

  • Tu sais pourquoi il y a toujours des guerres en Afrique ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Samuel Gregg.

Si l’on veut être cohérent dans notre lutte contre la pauvreté, nos préoccupations ne peuvent pas être enracinées dans des récits émotionnels ou relativistes sur ce que sont les êtres humains. Elles doivent être fondées sur la reconnaissance de la liberté, de la rationalité et de la dignité de chaque personne.

En 2012, le financier George Soros et Fazle Hasan Abed, qui est à la tête de l’une des plus importantes ONG anti-pauvreté, remarquaient dans le Financial Times que malgré la Grande Récession, le nombre de... Poursuivre la lecture

Chères lectrices, chers lecteurs, à la suite de mes quelques lectures des livres de l'économiste Thomas Sowell, m'est venue l'envie de vous faire un petit résumé de ces quelques clichés de gauche que nous avons l'habitude d'entendre un peu partout dans nos médias, et que Sowell aborde abondamment dans ces différents ouvrages.

 

Il faut se dépêcher d’agir

C’est probablement un slogan très à la mode depuis deux ans, souvent associé avec celui consistant à ajouter « si cela peut sauver ne serait-ce qu'une seule vie. »

L... Poursuivre la lecture

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles