Du malheur de la langue française

France éclairant le monde (image libre de droits)

En choisissant délibérément de faire de leur langue une composante politique de leur prestige, les élites françaises l’ont condamnée au déclin.

Par Stéphane Montabert

Le français décline dans le monde, c’est une certitude. Mais pourquoi ? Inspiré par un long article d’Uli Windisch sur Les Observateurs, voici mes réflexions sur les racines de ce déclin, remontant aux raisons qui ont amené le français à être promu comme langue étrangère.

Le français est une langue politique, parce que la France en a fait un outil politique depuis au moins la révolution française. Combien de langues sont touchées par la grâce d’un organisme comme l’Académie Française, organe étatique suprême et autoproclamé prétendant imposer, par sa seule existence, son autorité à tous les pratiquants de la langue ? Loin d’être honorifique, la prétention de cette institution est infinie. L’orgueil suffit à remplir ses rangs.

France éclairant le monde
« La France éclairant le Monde », Janet-Lange, 1848.


À l’Académie Française s’ajoute la Francophonie, une « ONU des pays francophones » montée par le Général de Gaulle précisément pour que la France puisse avoir la première place dans une organisation internationale, de façon indiscutable et définitive. À cette organisation appartiennent nombre d’anciennes colonies françaises mais aussi d’autres pays où le français est peu fréquemment utilisé ou non reconnu officiellement, simplement alléchés par la perspective d’une bonne tranche du gâteau payé par la métropole. Le prestige a un coût.

Citons Wikipedia sur le sujet :

Le terme a été particulièrement popularisé par Léopold Sédar Senghor. C’est dès lors dans ce sens qu’il convient de comprendre la francophonie : il s’agit plus de la conscience d’avoir en commun une langue et une culture francophones que de décisions officielles ou de données objectives. C’est une communauté d’intérêt. On y retrouve l’idée que le français serait le point commun d’une multitude de peuples différents, les fédérant dans un idéal culturel et linguistique.

Autrement dit, la francophonie est une organisation politique, le français son prétexte et sa langue officielle. Cette situation est compréhensible : il n’y a aucune « communauté d’intérêt » aisément décelable entre un Français, un Béninois et un Vietnamien et encore moins « d’idéal culturel et linguistique » partagé. Si par miracle on leur trouvait un dénominateur commun, serait-il supérieur aux racines culturelles et historiques qui unissent par exemple un Français à un Italien, pratiquent-ils des langues différentes ?

La même chose vaut pour le Québec et sa mentalité délirante de « français assiégé », où les Québecois francophones utilisent leur langue comme une arme pour infliger de multiples barrières professionnelles parfaitement artificielles à leurs concitoyens canadiens et étrangers. La francophilie forcenée de certaines élites québecoises n’est d’ailleurs pas partagée par la population. Les jeunes francophones sont défavorisés parce qu’ils ne peuvent apprendre l’anglais correctement à un jeune âge, alors que les enfants anglophones peuvent aller à l’école française et devenir parfaitement bilingues. Un sondage de 2010 illustrait que 61% des Québécois francophones souhaitaient la liberté de la langue d’enseignement pour leurs enfants !

En choisissant délibérément de faire de leur langue une composante politique de leur prestige, les élites françaises l’ont condamnée à suivre le destin de la France ; aujourd’hui l’heure est au déclin. Toutes proportions gardées, le parallèle est frappant avec la promotion du russe par les soviétiques. Imposé à tous les pays satellites de l’Union Soviétique, le russe a été définitivement associé au communisme. Résultat : la détestation du communisme a déteint sur le russe, qui ne se pratique plus guère aujourd’hui qu’au sein des minorités d’ascendance russe implantées dans les pays de l’ancien empire soviétique.

L’anglais quant à lui s’est aussi étendu en même temps que l’empire colonial britannique, mais a moins été une langue de conquête et de domination que simplement de commerce. Il doit d’ailleurs son succès actuel, non au Royaume-Uni, mais à la force politique, économique et culturelle que représentent les États-Unis, une ancienne colonie anglaise rebelle sans volonté impérialiste (n’en déplaise à ses détracteurs).

L’anglais est devenu aujourd’hui la lingua franca – quelle ironie ! – justement parce que les connotations politiques et culturelles qui y sont attachées sont extrêmement réduites, lui donnant une force utilitaire inégalée. Le communiste chinois parle anglais, l’Indien parle anglais, le Russe parle anglais, sans pour autant adhérer aveuglément à toutes les valeurs qui fondent l’Amérique, voire sans même s’y intéresser. Un Japonais n’apprend pas l’anglais pour épouser la cause des vainqueurs de la Seconde Guerre Mondiale, mais simplement pour communiquer, souvent avec d’autres nationalités qui s’expriment chacune dans cette langue étrangère – un rôle utilitaire et malgré tout primordial que les « défenseurs du français » semblent souvent faire passer au second plan.

La langue française, comme aucune autre langue, n’appartient à la moindre autorité politique ; pourtant nombre de Français, la classe politique française et beaucoup de francophones sont malheureusement persuadés du contraire. Investis d’une mission, ils cherchent à « défendre » ou à « promouvoir » la langue à travers des actions politiques sans comprendre que c’est ce qui ruine la langue française depuis des décennies. Pratiquer le français n’est pas et n’a pas à être un geste politique.

On peut d’ailleurs s’étonner du bien-fondé de cette mission. Entend-on des gens se plaindre, des mouvements politiques émerger pour défendre le tchèque, le norvégien, le swahili ? Soit ces groupes sont discrets, soit les locuteurs de ces langues ne semblent pas particulièrement préoccupés par la place de leur idiome au sein de l’humanité. Les langues sont des outils, elles fluent et refluent, et on voit mal pourquoi le français devrait faire exception. Il y a bien sûr un chagrin sincère à voir reculer la langue que l’on aime et que l’on pratique, mais quitte à la préserver, encore faut-il poser un diagnostic correct, de peur que les « remèdes » n’aggravent la désaffection à son égard.

Le meilleur service que l’on puisse rendre à la langue française selon moi est de la tenir éloignée du pouvoir et de mettre un terme à cette abominable entité qu’on nomme la « francophonie ». Que les amoureux du français pratiquent leur langue, lisent et écrivent, en fassent la promotion en la laissant en-dehors de l’arène politique, des règlements, des subventions, tant de choses qui l’ont si souvent souillée et la font encore haïr.

Cela ne suffira pas ; par une cruelle logique, le français suit le destin de la France. Il est illusoire de vouloir préserver l’un sans l’autre. Mais loin de simples opérations cosmétiques, la préservation de celui-ci implique le renouveau économique et culturel de celle-là, ce qui donne une idée de la tâche à accomplir.


Sur le web.