Mémoires d’un maire

Face à « une administration toujours plus envahissante, des lois toujours plus contraignantes et des citoyens toujours plus exigeants », l’auteur conclut à la nécessité de simplifier les structures locales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mémoires d'un maire (Crédits Hugues de Chivré, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mémoires d’un maire

Publié le 18 juin 2014
- A +

Par Delphine Granier.
Un article de GenerationLibre.

memoires_mairePubliées en 2013, les Mémoires d’un maire relatent l’expérience politique de Jean-Jacques Descamps, libéral dans l’âme et maire de Loches pendant 19 ans, dont le troisième et dernier mandat s’est achevé en mars dernier. Commune française située dans le département d’Indre-et-Loire, Loches forme une agglomération d’environ 7 000 habitants. A travers le récit de la vie politique locale, l’auteur décrit les dysfonctionnements du système auxquels il a dû faire face et relate comment son expérience d’entrepreneur lui a permis de mener une politique ancrée dans la réalité. Nous reviendrons sur les points essentiels.

En France, le statut de la fonction publique est une sorte de « vache sacrée » auquel il est difficile de toucher. Loué pour la sécurité et la stabilité qu’il offre, on ses inconvénients sont souvent oubliés. L’encadrement strict des fonctionnaires, nuisible à une gestion efficace des ressources humaines, en est un. Soumis au système de rémunération et de promotion fixé par le statut, les fonctionnaires peuvent difficilement bénéficier de la qualité de leur travail ou de leur implication. Dans ses Mémoires, Jean-Jacques Descamps revient sur le principe des primes. Distribuées de façon quasi uniforme, « un tire-au-flanc peut gagner quasiment autant qu’un travailleur ». De plus, de par sa rigidité, le statut de la fonction publique est inadapté aux affaires courantes et engendre des coûts supplémentaires. Obtenus sur concours, les grades sont souvent sans rapport avec les fonctions auxquelles ils préparent et impliquent que les fonctionnaires suivent une formation complémentaire. De même, l’auteur fait le constat que les président(e)s successifs du Comité départemental du Tourisme qu’il a côtoyés avaient tous été choisis sur des critères politiques et non en fonction de leur expérience de ce secteur. Le mode de sélection va de ce fait à l’encontre de l’objectif d’efficacité.

Aujourd’hui, la complexité administrative territoriale nuit à la gestion publique locale. Face à la coexistence des communes et des communautés qui crée un enchevêtrement des compétences, l’auteur en appelle à un approfondissement de la démarche de regroupement des communes en créant une grande communauté de plein exercice, dotée de compétences permettant un champ d’action plus large. La mise en place d’une communauté du « Grand Lochois » permettrait à la commune de peser plus lourd politiquement et économiquement, et d’attirer les compétences dont elle a besoin.

Dans l’exercice de ses fonctions, le maire est confronté à un État bavard qui multiplie les réglementations. À Loches, en raison de sa situation géographique et de son patrimoine sauvegardé, les normes sont légion : plan de prévention des risques d’inondation, arrêtés de péril, plan de mise en valeur du secteur sauvegardé… autant d’obstacles administratifs qui, d’une part, impliquent systématiquement un interlocuteur différent ; d’autre part, illustrent l’omniprésence de l’État dans l’aménagement d’une ville comme Loches ; et enfin, restreignent le périmètre d’action en multipliant les obstacles et allongeant les délais. L’inflation législative, qui concerne la plupart des domaines de la vie communale, gêne les projets municipaux et éloigne l’investissement privé.

Ces dysfonctionnements énoncés, l’auteur préconise une présence de l’État « plus modeste mais plus efficace » en (i) rationalisant l’administration – des fonctionnaires d’un autre profil, un guichet unique pour les services de l’État – en (ii) privilégiant le recours au privé plutôt qu’aux subventions – recours accru à la délégation de service public et appel au mécénat et mise en place d’un fonds de dotation local pour rénover le patrimoine – et en (iii) favorisant l’incitation à la contrainte – expérimentation réussie d’un dispositif d’incitation financière pour rénover les façades du centre-ville de Loches.

Face à « une administration toujours plus envahissante, des lois toujours plus contraignantes et des citoyens toujours plus exigeants », l’auteur conclut à la nécessité de simplifier les structures locales. Un peu plus de liberté pour libérer les énergies et mieux servir l’intérêt général.

Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « et mieux servir l’intérêt général. »

    Mais comme l’intérêt général n’existe pas…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
L’Amérique Empire
1
Sauvegarder cet article

Quiconque s’intéresse aux affaires internationales ne peut rester indifférent au rôle des États-Unis dans le monde. Certains voient la politique étrangère américaine comme une aubaine, les États-Unis ont assuré une paix globale, une pax americana, depuis 1945 et de surcroît depuis 1991. D’autres voient plutôt la politique étrangère américaine comme néfaste pour le monde et pour les Américains eux-mêmes, comme un véritable obstacle à la paix et à l’harmonie entre les nations.

Nikola Mirković, analyste en géopolitique, appartient clairem... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

L’écologie est un domaine gangrené par le poids du politique, de la démagogie, du militantisme outrancier et de l’idéologie. Difficile, trop souvent, de faire la part des choses entre ce qui relève du mythe, des préoccupations légitimes et fondées, de la bonne conscience achetée à bon compte, de la posture ou de l’imposture. Il s’agit d’une question sur laquelle il est devenu difficile de débattre, sous peine de se retrouver ostracisé. Sauf à être en phase avec ce qui, au sein de l’orthodoxie, a rang de vérité incontestable.

C’est pour... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Méfions-nous des révolutionnaires. Et de tous ceux qui entendent proclamer « la Liberté » - et non pas « les libertés » - en lui prêtant une vision qui leur est propre et est faite bien souvent de profonde intolérance, s’assimilant plutôt à des formes de totalitarisme qui cachent leur nom.

Ces révolutionnaires proclamés sont la plupart du temps des nostalgiques de la Révolution française, qui constitue leur point de référence, ainsi que pour ceux qui ont pu mener des révolutions par la suite, à l’instar de ce qui s’est produit en Russi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles