Le PS français enfin en train de faire son aggiornamento ?

Le Parti socialiste tournerait-il enfin, lentement mais sûrement, son dos au quasi-marxisme qui en était l’idéologie dominante ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Parti Socialiste

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le PS français enfin en train de faire son aggiornamento ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 juin 2014
- A +

Par Alexis Vintray.

Parti SocialisteEt si, confronté à la réalité du pouvoir, le Parti socialiste était enfin en train de faire son aggiornamento, sa transition idéologique d’un quasi-marxisme complètement dépassé à un social-libéralisme enfin assumé ? Un espoir qu’on pourrait enfin entretenir sérieusement depuis quelques jours au vu des prises de position de Manuel Valls ou de Jean-Christophe Cambadélis. N’est-ce pas d’ailleurs la crainte que le très à gauche Médiapart entretient (voir cet article de Stéphane Alliès) ?

Devant le conseil national du Parti socialiste, le Premier ministre est ainsi allé jusqu’à demander au parti de « dépasser la gauche », en inventant un nouveau socialisme, à l’opposé de l’extrême gauche qui selon lui a perdu les dernières élections. Assumant clairement les orientations déjà prises ces derniers mois, Manuel Valls a plaidé pour une baisse de la dépense publique et des baisses d’impôts : « Il nous faudra explorer d’autres chemins, sans tabou. Je pense à la baisse de la fiscalité des ménages et notamment des classes moyennes. Car je l’ai dit, les impôts sont trop lourds. Mais nous ne pourrons nous engager dans cette voie que si nous avons réduit la dépense publique. »

Dans la même veine, le nouveau premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis, proche de Dominique Strauss-Kahn, a décrété « la fin du cycle d’Épinay », faisant référence au Congrès d’Epinay où François Mitterrand prit la tête du PS en 1971 sur une ligne d’union avec le PCF. Assumant la rupture, il a demandé aux militants d’ouvrir un « nouveau cycle ». Interrogé sur la direction à prendre, en particulier sur une transformation du Parti socialiste français en New Labour à l’anglaise ou en Parti démocrate à l’italienne, « Jean Christophe Cambadelis opine » selon le même article de Médiapart : « c’est à ce niveau-là qu’il faut se situer. Ce qui est en jeu, c’est un nouveau parti socialiste ». Plus social-libéral, moins étatiste.

Alors quelle gauche inventer désormais maintenant que la nécessité de la réinvention est reconnue ? Dans ces colonnes Nick de Cusa en a tiré un portrait robot qui devrait aider Jean-Christophe Cambadélis et Manuel Valls dans leur réinvention du PS pour en faire enfin un parti moderne :

Les premières orientations prises par ce « nouveau » PS vont dans le bon sens. Beaucoup trop lentement pour ce journal et nos lecteurs bien sûr. Lentement et en hésitant, comme avec le détricotage plus ou moins assumé de la loi Alur, mais dans le bon sens quand même, avec des mesures que la droite n’a jamais osé prendre, sur les prestations sociales par exemple :

Assurément aussi, le changement ne se fera pas sans résistance, et les vieux éléphants d’une gauche dépassée depuis des décennies feront tout pour empêcher ce changement. Mais, alors que même un Tony Benn au Royaume-Uni vient de rendre les armes pour de bon, combien de temps les Gérard Filoche du PS pourront-il résister ?

En 2012, comme plusieurs auteurs de Contrepoints dont Fabrice Copeau, je me réjouissais de la victoire de François Hollande. Déjà car, conformément à la « règle de désinfection » de Dan Mitchell, quand on a à droite un candidat aussi antilibéral que Nicolas Sarkozy à la fin de son mandat, il fallait absolument en débarrasser le pays. Également car il allait enfin pouvoir mener certaines réformes de société libérales comme le mariage gay qu’une décennie de pouvoir de droite avaient bloquées. Surtout, dans un contexte économique qui s’annonçait difficile, il était quasi certain que la gauche n’aurait aucune marge de manœuvre et serait vite contrainte de revenir au réalisme économique, forcément plutôt libéral. Deux ans après, les faits semblent nous donner raison. Tant mieux pour nous, et tant mieux pour la France et pour chacun d’entre nous.

Suivre l’auteur sur Twitter

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • Bon ben y’a plus qu’à prendre la carte du PS.
    Je vais quand même attendre l’avis de Robespierrette.

    • Homo-Orcus, prenez la carte du PS ! Ce parti n’est socialiste que de nom; vous y retrouverez des libéraux (pas trop libéraux) et des libertaires (bien libertaires, prêts à tout « déconstruire » , le mariage n’est qu’un cas).
      Si vous souhaitez un parti social et patriote, défenseur du peuple [pas un Peuple de Substitution Cf. thèses de Terra Nova], alors allez voir du côté Jeanne d’Arc (attention c’est mal vu), mais déjà y est la jeunesse socialiste (pas les antifas qui continuent à s’inventer des fascistes) !

  • C’est sûr que le mariage gay, basé sur une pure fiction, était d’une nécessaire urgence pour rendre au pays son éclat. Bref, un article tout à fait digne de ces bobos parisiens qui détiennent à eux seuls la vérité absolue même dans la bêtise.

    • Parfois je me dis « Qu’est-ce que je fais sur Libé ? ah non, c’est Contrepoints ! » Faut bien des trolls de temps en temps pour rire.

      • Personnellement, je n’en ai rien à faire du mariage gay.

        Par contre, me dire que c’est une mesure libérale alors que l’argument principal avancé par ses supporters était l’égalité me fait doucement rire.

        Pour moi, une véritable mesure libérale aurait été d’abroger le mariage civil, et de laisser la possibilité à deux personnes majeures de formuler un contrat librement concernant la transmission du patrimoine, etc….

        Contrat sanctionné le cas échéant par le juge civil quand l’une des deux parties défaille.

        Le mariage stricto sensu aurait du être laissé aux seuls religieux pour ceux qui ont la foi.

        • Mes propos critiquent les auteurs de ce billet. Le mariage a une dimension juridique et peut éventuellement supporter une petite cérémonie civile (Rappel du code civil). Les contrats de mariage sont assez étendus pour trouver chaussure à son pied. Les difficultés commencent avec les dispositions testamentaires. Les gay n’avaient pas besoin de mariage pour la dimension juridique, ils pouvaient organiser leur patrimoine de différentes manières, société, holding etc.

        • @Fred
          +1
          Néanmoins le mariage des couples de même sexe donne un peu plus de liberté qu’avant sur le mariage civil. Après c’est vrai que ce n’était pas une réforme prioritaire par rapport à la situation économique.

      • Excellent, vous m’avez bien fait rire ! 🙂

  • Ca fait deux ans qu’on espère en secret qu’étant de gauche, Hollande parviendra à faire quelques réformes nécessaires. Ca fait 6 mois qu’il a annoncé officiellement qu’il y pensait. Ne voyez-vous pas que la fin du quinquennat approche plus vite qu’il n’avance ?

  • SPD allemand, congrès de Bad Godesberg, 1959, cela ne vous dit rien ? Le PS français a juste 55 années de retard sur son homologue allemand. Quand au PC, il aurait été en Allemagne, il aurait été déclaré inconstitutionnel au sortir de la guerre 39-45 et aurait subit les foudres du Maccarthysme aux USA.

    Bienheureux allemands et américains ! Nous, on a eu droit à Jurassik Park !

  • Bizarre cet article.
    Soit, il s’agit d’un excès de lucidité d’un « libéral » complètement désillusionné qui se contentera d’une alternance entre deux partis « social-démocrate » à la française, avec en point de mire une réduction de l’écart de la main mise de l’Etat sur l’économie du pays avec l’Allemagne. Pour mémoire, dépenses publiques = 57% du PIB en France et seulement 45% en Allemagne.
    Soit, nous avons affaire à un soft socialiste qui n’a jamais crû au libéralisme et qui demandait 100 pour avoir 10, parce que 5 ça ne marche pas…
    A quand le coming out ?

    • Très très curieux en effet.
      ça sonne comme un abandon du libéralisme.

      Certes pour un socialiste nommer les choses autrement relève de la révolution idéologique, mais pour qqn avec un cerveau encore en état de marche, si les concepts restent les mêmes, l’idéologie reste identique.

      Or les concepts qu’ils brassent restent farouchement collectivistes, anti-libertés individuelles, anti-propriété individuelle, anti-responsabilité individuelle…

      • Un peu d’optimisme voyons : si l’on considère que la sémantique a une influence sur les concepts, nommer les choses autrement fera évoluer l’idéologie … dans 20 ans.

        Dans 20 ans, quand Montebourg arranguera les foules de miséreux du haut de son dolmen, il y aura une part de conscience libérale dans ses propos …

  • Assisterions nous à un remake de 1983 ? (gouvernerment mauroy 1 et yves Montand plaidant la rigueur à ses camarades de combat)
    « Mes amis , pour redresser le pays ruiné par la droite, et face au complot international de qui vous savez, desormais tout sera comme auparavant car nous allons repeindre la maison du peuple avec une couche de rose un poil plus clair  »
    Ne nous rejouissons pas trop vite . La social democratie c’est toujours la remise en question de la propriété .

  • Tout cela ne sont que des paroles. FH n’en a pas été avare pendant 2 ans, pour quels resultats ?
    Attendons les actes et surtout les resultats avant de pavoiser.
    Il y a plus de 10 ans que je ne crois plus rien de ce que disent les politiques, cela ne va pas changer au detour d’un discours.

  • « serait vite contrainte » … « Deux ans après » … « semblent »

    On en a limogé pour moins que ça ! Finalement, ce n’était peut-être pas une bonne idée d’ouvrir un sabord en dessous de la ligne de flotaison, mais ne vous inquiétez pas, on essaie de le refermer.

    Vasi-Vasa (http://fr.wikipedia.org/wiki/Vasa).

    Mais bon, de toute façon, mal conçu et trop chargé, le naufrage était inévitable …

  • Je ne vois pas ce que le mariage gay a affaire la dedans ! Le « mariage pour tous » serait il social démocrate ? Un argument en faveur du vote Hollande ? Ca, ce serait plutôt la façon dont on a essayé (et réussi…) de justifier le refus de débat. Le genre : Vous avez voté pour un tel, donc, vous êtes forcément pour ! Une belle dialectique bolchévique édulcorée. Si c’est ça le genre de libéralisme que vous prônez, ça promet…

    • C’est parce que pour certains libéraux de salon, être libéral c’est être détendu sur une belle brouettée de sujets sociétaux. Le tout, c’est de ne pas être confronté aux conséquences de ce genre « d’avancées »

    • Je suis libéral, et pour le mariage gay, à défaut de pouvoir complètement séparer le mariage de l’Etat.

  • Enfin ! Un peu d’espoir… Peut-être que la France fera partie de ces nombreux pays libéralisés par la gauche (Australie avec Hawke, Nouvelle-Zélande avec Douglas). Enfin !

  • Social-libéral…
    Je vois mal comment un libéral peut s’abaisser à utiliser ce mot, sachant que derrière social se cache socialisme (et rien d’autre comme on pourrait essayer de nous le faire croire), c’est-à-dire une idéologie ennemie de la liberté.

    OK ils se heurtent aux réalités économiques. Est-ce qu’ils ne continuent pas d’opposer les « riches » aux « pauvres », les salariés aux patrons, les actifs et les retraités, etc ?
    Est-ce qu’ils remettent en cause la stupidité des taxes « comportementales » ?
    Est-ce qu’ils reviennent sur la loi de programmation militaire ?
    Est-ce qu’ils n’ont pas fait sortir des millions de contribuables de leur clientèle de l’impôt, pour en faire payer d’autre à la place ?

    Donc on va rogner une énième fois sur deux ou trois dépenses, Méluche va pouvoir hurler à l’austérité, parce qu’on aura fait 3,999% de déficit au lieu de 4,001%.
    Rien n’a changé.
    Il ne faut pas accepter, comme l’ensemble des journalistes politiques de France, de s’attarder à distinguer sur quelle nuance de rouge on se situe.

    Peut être sont-ils seulement en train d’intégrer le principe du bandit sédentaire : il faut laisser vivant le bouseux sur lequel on vit grassement.

  • Alexis, où êtes-vous allé chercher cet optimisme ? Vous n’êtes pas loin du déni…

  • « certaines réformes de société libérales comme le mariage gay » ; cette réforme n’a évidemment rien de libéral, puisqu’il s’agissait d’imposer un modèle de société immoral à la population qui n’en veut pas. Une réforme réellement libérale en la matière aurait été la suppression définitive de la bouffonnerie du mariage civil, cette pathétique parodie d’un sacrement, singerie du sacré. Le mariage relève de la religion, domaine éminemment privé, l’Etat devant se borner au service de l’enregistrement devant notaire des contrats liant les personnes entre elles, pour les volontaires. Bref, l’Etat régalien strictement limité, comme toujours…

    Sinon, l’évolution supposée ou espérée du PS est un faux-nez libéral. Le social-libéralisme, comme n’importe quel terme perverti par le qualificatif « social », n’est qu’une nouvelle péripétie du mensonge socialiste. C’est du socialisme pur suc, destiné à gagner du temps contre le réel pour ralentir l’effondrement inexorable des institutions collectivistes immorales. Certes, les responsables du PS, derniers représentants du socialisme périmé qui a dominé le XXe siècle pour le malheur des peuples, savent qu’ils vont être balayés par l’histoire et finir dans sa poubelle. Leur dernier espoir de survie est d’échapper au Nuremberg à venir du socialisme sous toutes ses formes, par un retournement de veste dont les parasites ont le secret. Mais c’est sans espoir : ils sont tellement nuls que, même pour atteindre cette objectif, ils vont échouer.

  • Le mariage gay libéral ! N’importe quoi ! Et pourquoi pas demain le mariage avec des animaux aussi !

    La seule position qui aurait été libérale c’est, comme l’a dit un lecteur plus haut, le contrat civil libre et l’abandon pur et simple de la notion de mariage par l’État.

  • Equo ne credite, Teucri! Quidquid id est, timeo danaos et dona ferentes.

  • quand c’est qu’on mange !

    j’ai faim !!

  • Si les socialistes de sont plus socialistes, ils n’ont plus d »idéologie et ne peuvent plus compter sur leur clientèle (au sens romain). Ils ne seraient plus rien, donc ils resteront socialistes, sachant que ça ne marche pas, mais qu’ainsi ils conserveront un fond pour approvisionner leurs élus.

  • « J’ai vécu votre futur et ça n’a pas marché. » Vladimir Boukovski – ancien dissident soviétique : http://www.youtube.com/watch?v=aXNAwEpOkC0

  • Je suis peut-être un pessimiste mais je ne crois pas que le gouvernement actuel fera les réformes nécessaires. Toutes les grandes réformes sensées redressez le pays sont soit des effets de com (le pacte de responsabilité et les ridicules 50 milliards d’économie ont juste été annoncé pour marquer le coup du nouvel an et de l’investiture de Valls) dont on entend plus parlez depuis leur annonce, soit elles ont été repoussés pour l’après 2017.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Candidat sous la casaque présidentielle, Manuel Valls a été éliminé dès le premier tour de la 5e circonscription des Français de l’étranger regroupant Monaco, Andorre, l'Espagne, et le Portugal. La claque l’a laissé sans voix : il a même décidé de fermer son compte Twitter.

🔴 Après sa défaite dès le premier tour des élections #Législatives, Manuel Valls supprime son compte Twitter. pic.twitter.com/pwNVKemzwx

— Élections 2022 🗳 (@2022Elections) June 5, 2022

La défaite de l’ancien Premier minist... Poursuivre la lecture

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

C’est fou : la sphère politicienne macroniste est en passe de s’étendre de la socialie la plus solférinienne à la droite LR la plus sarkozyste ; de François Rebsamen et Claude Bartolone à Éric Woerth !

Pour les deux premiers, respectivement ministre du Travail et président de l’Assemblée nationale à l’époque du quinquennat Hollande, le ralliement n’est pas encore totalement officiel. Mais pour Woerth, c’est fait : l’ancien ministre de Chirac et Sarkozy et actuel député LR a annoncé avant-hier qu’il allait se mettre en congé des Républ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles