D-Day 2014 : Hollande participe !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
D Day (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

D-Day 2014 : Hollande participe !

Publié le 6 juin 2014
- A +

img contrepoints372

C’est certainement un grand jour que celui où l’on commémore le Débarquement du 6 juin 44, émouvant et chargé de souvenirs souvent familiaux. Si j’ai un total respect pour cette manifestation internationale, j’en suis d’autant plus atterré par les magouillages politiques qui le parasitent. Après valse-hésitation, le Président Russe Poutine a été invité au nom des 20.000.000 de morts russo-soviétiques dans la lutte du fascisme qui sert, 70 ans plus tard, à disqualifier tout penseur de droite contestateur de la doxa. Et pour ne défriser personne, Pépère 1er l’invite à l’Élysée pour lui confier son chagrin pour les djihadistes ukrainiens (Pépére confond souvent, cf. les japonais-chinois de Fukushima). Puis il prendra son scooter pour foncer re-dîner avec Obama pour lui confier, entre deux bouchées de dessert, son chagrin pour la Banque BNP, immonde tricheuse, et si c’était une bonté de consentir un geste.

Tout cela dans l’indifférence générale envers un type dont le hobby est de défoncer les marches descendantes des sondages de confiance. Et d’accumuler des réformes dont la seule qualité est de confirmer les sondages parce que personne, même chez lui, n’en veut. Le tout dans le style impro cher à son ami Debbouze avec cette brillante vivisection des régions de France.

Martin Luther King disait qu’il avait fait un rêve : nous, on vit un cauchemar tout éveillé qui nous fera regretter, à l’heure des comptes, d’avoir voté (pas moi) pour un fantasme récurrent, celui d’un socialisme capable. Et on va devoir souffrir l’occupation socialiste jusqu’au D-Day en 2017, tout en se demandant qui sera notre De Gaulle, invisible pour l’instant.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Imbroglio diplomatique
    Ca tique !
    C’est fatidique
    Le jour le plus long risque d’être long..

    http://bribestrib.blogspot.fr/2014/06/la-debandade.html

  • Hollande égal à lui même, donc, proche de zéro.
    Le remarquable c’est que Obama, représentant d’une grande démocratie ou prétendue telle, ayant foutu le pataquès que l’on sait en Ukraine, cherche à éviter Poutine. Nos journalistes en sont à commenter ce non évènement façon télé réalité, aucun n’ayant prit le soins de relever que lorsqu’on prétend apporter la bonne parole partout dans le monde, que l’on appose des stickers « démocraties » sur tout ce qui bouge, le minimum serait d’être cohérent et d’accepter d’ouvrir les débats. Las, pour les US, ne sont tolérés que ceux qui leurs font la claque.
    dans ce cloaque qu’est devenu le monde politique, remercions chacun nos dieux et divinités respectives d’avoir créé Poutine.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Perseverare diabolicum est !

François Hollande a osé déclarer le lundi 8 mars dans le tchat vidéo sur internet animé par Samuel Étienne, se référant bien évidemment au bilan de son successeur (Le Point 9 mars 2021).

Mon grand regret, c'est de ne pas m'être représenté.

Certes, le bilan d'Emmanuel Macron n’est pas fantastique. Mais peut-on imaginer que François Hollande puisse espérer faire significativement mieux, après les dégâts qu’il a lui-même causés pendant les cinq années précédentes ?

... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Tandis que la gauche allemande a fait son Bad Godesberg en 1959 et que l’italienne a fait son aggiornamento quelques décennies plus tard, chez nous, fin 2020, François Hollande se demande s’il ne faut pas renommer le PS.

Le doux confort d’une réalité parallèle

Tout n’est pourtant pas rose pour le socialisme franchouillard. D’une part, la tornade LREM a complètement siphonné un PS qui était déjà mal en point.

D’autre part, de nombreux leaders de la droite républicaine et du centre se sont convertis à son... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles