L’enfer est pavé de bonnes intentions (10) : l’Europe

L’Europe est un sujet qui nous a toujours été vendu comme répondant à de nobles intentions. Mais de quelle Europe parle-t-on ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
L'Union Européenne, une nouvelle URSS (Crédits : éditions du Rocher, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’enfer est pavé de bonnes intentions (10) : l’Europe

Publié le 31 mai 2014
- A +

L’Europe est un sujet qui nous a toujours été vendu comme répondant à de nobles intentions. Certes. Mais de quelle Europe parle-t-on ? Et la prééminence du politique sur tous les sujets ne fausse-t-elle pas tout débat de fond, menant petit à petit à l’enfer de la désillusion ?

Par Johan Rivalland

En matière d’Europe, on est constamment dans la caricature ou la simplification (et, en pratique, dans la complication).

Au lieu de répondre à une logique claire (on connait, depuis l’origine de la construction européenne, les grandes lignes opposées en la matière), les débats prennent trop souvent une orientation excessivement politique et éminemment contradictoire, creusant un fossé croissant entre les élites et le peuple votant, qui exprime alors un rejet assez net face au caractère inconstant et mal assumé des politiques en la matière.

Mais que sait-on, au juste, des réelles motivations des uns et des autres, à l’origine de la construction ? Et si les bonnes intentions cachaient parfois des réalités bien plus inavouables ?

Retour sur une idée oubliée, qui a pourtant été un moteur de l’action de certains : « la maison commune européenne ».

L’Europe, une nouvelle URSS ?

L'Union Européenne, une nouvelle URSSTelle est la question très crue et qui interpelle que pose, en titre de l’un des ouvrages, datant de 2005, l’ancien dissident soviétique Vladimir Boukovsky, qui manifeste à travers cet écrit prophétique toute sa vigilance et son écœurement face à l’aveuglement dont nous serions, selon lui, collectivement atteints en Occident.

Alors qu’en référence au Nazisme les démocrates scandent un « Plus jamais ça », l’auteur remarque que rien de comparable n’est énoncé à l’encontre des communistes de l’ex-URSS qui, pour une large part, exerceraient encore des responsabilités dans nombre de pays et, pire, pourraient abandonner leur temporaire profil bas d’ici quelques années pour regagner toute leur morgue.

L’extrême indulgence avec laquelle on les traite fait dire à l’auteur que, contrairement à ce que l’on croit, nous n’aurions pas remporté la Guerre froide et celle-ci ne serait même pas terminée.

Plus préoccupant, nous ne verrions pas que, insidieusement, sous les dehors de vertueux principes tels que liberté, paix, progrès et droits de l’homme, l’Europe aspirerait tout autant à apporter le bonheur à l’humanité que son prédécesseur soviétique.

Et, de la même manière, sans pour autant aller jusqu’à parler « d’ennemi du peuple », tout opposant critique à l’Union européenne se trouverait discrédité et assimilé à quelqu’un de peu fréquentable (sans que ce soit l’unique sujet, l’auteur le montre, pour lequel la liberté d’expression est sujette à caution).

Or, si en apparence l’Union européenne ne semble en aucun cas comparable à l’URSS, Vladimir Boukovsky observe avec inquiétude qu’en profondeur il n’en est rien. Les convergences, similitudes et principes communs sont, de son point de vue, frappants et ce sont eux qu’il propose d’analyser, à travers une série de comparaisons simples mais stupéfiantes.

La « maison commune européenne »

Puis, l’auteur revient rapidement sur l’histoire de la construction de l’URSS, en rappelant notamment les fortes collusions entre communistes et socialistes ou socio-démocrates qui régnaient à l’origine entre-eux, leur divergence portant non sur le but à atteindre, mais les moyens d’y parvenir (violence, terreur, exécutions et dictature du prolétariat pour les uns contre réformisme pour les autres). « Deux manières de cuire le homard », pour reprendre l’analogie de V. Boukovsky.

Rappel capital, puisque l’auteur montre que les socialistes et socio-démocrates ont toujours constitué les meilleurs alliés de l’URSS durant les phases de détente, ne cessant d’espérer la grande convergence qui aurait certainement lieu un jour.

Pire, l’essentiel de l’ouvrage porte sur la manière dont Mikhaïl Gorbatchev a anesthésié les élites et les peuples européens en lançant son idée de « maison commune européenne ». Comme le résume une formule tout à fait révélatrice et sans ambiguïté de l’hiérarque soviétique lui-même devant ses pairs, l’objectif sous-jacent est d’ « étrangler en étreignant ».

De là, s’en suivent de nombreuses références à des archives montrant le détail de la stratégie (visant à évincer les États-Unis de l’Europe, plutôt que de diviser celle-ci, pour mieux ensuite la fondre dans l’empire soviétique, tout en remédiant aux problèmes fondamentaux de celui-ci, au bord du gouffre), ainsi que des dialogues édifiants avec les principaux responsables socialistes européens. Un véritable détournement du projet européen par les forces socialistes enfin réunies et qui aurait pu aboutir si l’URSS n’avait succombé, comme on le sait, à ses maux profonds. Effrayant.

L’ouvrage s’achève, enfin, sur d’autres révélations incroyables, comme celle des révolutions des pays de l’Est (Pologne, Hongrie, Tchécoslovaquie…), qui en réalité étaient des opérations de désinformation montées par Moscou pour restaurer un socialisme bon teint et qui ont mal tourné, sous-estimant le réel désir de liberté des peuples.

Vladimir Boukovsky montre ensuite pourquoi le socialisme n’est pas fini et le projet de « maison commune européenne » nullement abandonné. Très inquiétant.

Et ce n’est pas tout. D’autres « surprises » émaillent cet essai.

Un ouvrage décapant, qui ne manque pas d’interpeller et faire réfléchir, même si tout cela peut sembler maintenant bien loin en cette période de doute et de « crise » de l’idée d’Europe.

Vladimir Boukovsky, L’Europe, une nouvelle URSS ?, Éditions du Rocher, septembre 2005, 179 pages.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Une petite mise en bouche de son ouvrage en vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=aXNAwEpOkC0

    Les socialistes-communistes n’abandonnent jamais, vous pouvez les foutre à la porte, ils rentrent par la fenêtre, leur masque peut changer mais derrière c’est toujours eux. Un exemple parmi d’autres : José Manuel Barroso, président des étudiants maoïstes (MRPP) http://fr.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9_Manuel_Dur%C3%A3o_Barroso

    « …même si tout cela peut sembler maintenant bien loin… »

    Non ! toujours d’actualité même si les évènements dont vous parlez peuvent sembler lointains, Boukovsky a très bien compris :

    « Vladimir Boukovsky montre ensuite pourquoi le socialisme n’est pas fini et le projet de « maison commune européenne » nullement abandonné. Très inquiétant. »

    Ils sont toujours là et ne s’avouent jamais vaincus. Le plus inquiétant, de mon point de vue, est de constater que, malgré l’Histoire et ce qu’elle nous montre, c’est-à-dire que le socialisme-communisme n’apporte que ruines et horreurs, bien des peuples (dont une partie du nôtre) continuent de les croire.

  • Je recommande vivement la lecture de ce livre tout à fait d’actualité malgré sa date de parution.

  • La clairvoyance de monsieur Boukovsky est a bien observer, les politiques ne sont pas a une félonie prés pour garder le pouvoir et la gloire. Les grandes théories politique respecté comme des dogmes et qui représentent la ligne a suivre » communisme, socialiste, maoïsme, pensée unique, etc » sont toujours avancé par des politiciens qui vivent grassement au dépend du peuple. Les moyens de pressions sont divers « mise aux normes, réglementation diverse de façon a ce que l’administration puisse vous broyer ».
    Les dissident du système soviétique ont beaucoup a nous apprendre comme Monsieur Vaclav Klaus dont les journaliste et media n’ont jamais retransmis ces discours pourtant plein de bon sens et d’envie de liberté pour le peuple.

    • @Phil 79: Je confirme pour Vaclav Klaus. Ses deux livres :Planète bleue en péril vert et Sauver les démocraties en Europe sont prémonitoires. Malheureusement V. Klaus n’est plus au pouvoir donc il est tombé dans les profondeurs des oubliettes. Est-ce si étonnant que ce soit deux personnes (Klaus et Boukovsky) qui ont subi les aventures communistes qui nous alertent ?

      • Nous avons une autre lecture que nous pouvons trouver que chez les bouquiniste c’est »j’ai choisi la liberté » de krachenko alexis, ce livre a la vertu de décrypter les mécanismes de manipulations utilisé par Staline, et toute ressemblance avec la situation actuelle ne serai qu’un hasard!….. en plus soft.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles