Libérons-nous !

Pascal Salin invite chaque Français à redevenir citoyen et maître de ses décisions afin d’évoluer vers un modèle nouveau.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Libérons-nous !

Publié le 22 mai 2014
- A +

Par Dephine Granier.
Un article de GenerationLibre.

ob_f536af_liberons-nous-salinDans son opuscule, Stéphane Hessel enjoignait les Français à s’indigner. Pascal Salin, professeur honoraire à l’université Paris-Dauphine et ancien président de la Société du Mont Pèlerin, nous invite, lui, à nous libérer.

Dans son essai Libérons-nous ! Pascal Salin remet en cause la doxa étatiste et l’environnement idéologique unique pour proposer au lecteur un nouveau point de vue. Alors que les bienfaits du « modèle français » sont souvent loués par nos élites, le constat actuel du chômage, de la stagnation économique et de la morosité ambiante prouve qu’il est loin d’être parfait. En 2007, la « rupture » annoncée lors de l’élection de Nicolas Sarkozy avait su séduire les électeurs avides de changement mais elle n’a malheureusement pas eu lieu. Aujourd’hui, Pascal Salin invite chaque Français à redevenir citoyen et maître de ses décisions afin d’évoluer vers un modèle nouveau.

« Vous êtes un être humain c’est-à-dire un être capable de choisir ce qui vous semble le mieux pour vous et vos enfants, capable de décider des actions à entreprendre, capable, bien sûr, de vous tromper mais capable également d’apprendre de vos erreurs ». Nul ne devrait a priori contredire cela. Pourtant, rares sont les voix à s’élever contre la confiscation de notre pouvoir de décision par l’État. Dans la santé, l’éducation, le logement, la retraite… l’État prend des décisions à la place du contribuable, et grâce à l’argent du contribuable. L’ensemble des impôts et cotisations sociales finançant ces services absorbent près de la moitié des richesses créées chaque année ! Face à ce modèle coûteux et déresponsabilisant, l’auteur propose une alternative : un modèle où, en se retirant, l’État permettrait à chacun de disposer d’un pouvoir d’achat nettement supérieur, et d’opter pour les biens et services de son choix. Prenons l’exemple de l’école. En devenant l’instrument de financement de l’éducation et non plus le fournisseur de ce service, l’État remettrait à chaque parent un « bon d’éducation » leur permettant de choisir, en toute liberté, le type d’éducation voulu pour leurs enfants. Dans les décisions de tous les jours, l’auteur nous invite à reprendre notre vie en main.

Par ailleurs, étant un être social par nature, l’être humain évolue dans la société en concluant des accords scellés sous la forme de contrats. Le contrat, par définition, est censé satisfaire deux parties qui ont librement choisi de contracter ensemble. Partant de ce postulat, l’auteur analyse, à travers l’exemple du contrat de travail, comment l’immixtion de l’État a rompu l’équilibre du contrat. Aujourd’hui, la protection du salarié a introduit un biais dans le contrat entre l’employeur et l’employé. L’exemple de la fin de contrat est révélateur. S’il est évident qu’un licenciement sera source d’incertitudes et de coûts pour le salarié licencié, il est tout aussi évident – et pourtant rarement mentionné – qu’un salarié qui « licencie » son employeur en démissionnant sera tout autant source d’incertitudes et de coûts pour l’employeur. Alors que les deux parties au contrat font face aux mêmes situations, la législation « sociale » du gouvernement protège systématiquement le salarié par rapport à l’employeur. Conséquence de cet interventionnisme étatique : faute de pouvoir licencier facilement en cas de besoin, les entreprises rechignent à embaucher. Ainsi, une politique prétendument en faveur de l’emploi s’y avère hostile. Comme l’avait dit Margaret Thatcher, « la meilleure politique de l’emploi, c’est de ne pas en avoir »…

Le même raisonnement peut s’appliquer pour expliquer la croissance en berne. Si l’innovation est le moteur de la croissance, innover implique que l’entrepreneur-innovateur, figure centrale de l’économie, accepte de prendre des risques. En l’état actuel des choses, l’auteur résume en ces termes ce que l’État propose à l’entrepreneur : « si vous réussissez vos projets et si vous dégagez un profit, je confisque celui-ci totalement ou presque totalement ». Il est rationnel qu’en l’absence d’une rémunération du risque attractive, l’entrepreneur n’aspire pas à innover, et la mise en place de mécanismes de soutien à l’innovation reste superflue tant que la dépense publique se substitue à la dépense privée.

L’efficacité requiert de « libérer les énergies humaines » et l’auteur invite chacun de nous à accepter l’idée que « la politique économique n’est le plus souvent qu’un jeu d’illusions et qu’elle aboutit le plus souvent au contraire de ce qu’elle prétend réaliser ». Le SMIC en est un autre exemple. Si naturellement il bénéficie à ceux qui pensent être rémunérés à un niveau supérieur à celui auquel ils auraient été rémunérés en l’absence de législation, il nuit en revanche à l’ensemble de ceux qui sont exclus du marché du travail faute d’expérience ou de productivité suffisante. Le coût du travail pèse considérablement sur l’embauche – en particulier celle des jeunes – et les prélèvements obligatoires excessifs nuisent à la production. Intégrer le marché du travail à un salaire inférieur au salaire minimum et progressivement évoluer par l’amélioration de sa productivité serait préférable à titre individuel et collectif.

Enfin, un recul de l’État dans de nombreux domaines permettrait, selon l’auteur, d’atteindre un taux de croissance de 5 ou 6% au lieu des 1 ou 2% actuels. La condition du changement est simple : renoncer au « modèle social » français qu’on nous impose et cesser de considérer l’État comme une entité parfaite. Moins de réglementations et moins d’impôts sont la garantie de plus de croissance. Libérons-nous !

Pascal Salin, Libérons-nous !, Les Belles Lettres, 2014, 80 pages.


Sur le web.

Lire aussi :autre revue critique du même ouvrage.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Quelques décennies que l’opinion éclairée sait que nous gagnerions à nous libérer du corporatisme d’Etat et pas seulement du socialisme !

    Des essayistes et de vrais journalistes :
    François De Closets
    1982 !Toujours plus !
    1992 Tant et plus.

    Bernard Zimmern
    1999 A tout fonctionnaire, son chômeur !
    2001 Les profiteurs de l’Etat

    Des institutions libérales. En voici quatre, bien d’autre encore mériteraient d’être citées.
    1985 IFRAP
    1991 Contribuables associés

    2004 Fondation pour l’école
    2010 Institut Coppet

    Le travail intellectuel et informatif est donc fait et bien fait. Reste à le populariser.

    Des tentatives politiques
    1997-2002 Essai non transformé d’un parti libéral : Démocratie Libérale
    2001-2007 essai d’une association populaire libérale non partisane Liberté Chérie
    depuis 2013 essor de Nous Citoyens

    J’espère bien que Nous Citoyens rencontrera le succès, comme son fondateur l’a rencontré en tant qu’entrepreneur. Cette expérience fera sans doute la différence.

    Car il y a un point aveugle dans toutes ces tentatives libérales. C’est le social. Pas le socialisme, simplement l’empathie pour ceux qui rencontrent de graves difficultés dans notre société moderne. Il ne s’agit pas de faire de la démocratie émotionnelle comme les Gouvernements à la TV, mais le peuple doit savoir que l’on se soucie de son sort. Quel moyen d’établir le lien entre les acteurs libéraux et le peuple ? Qu’est-ce qui a été réussi jusqu’à aujourd’hui ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pascal Salin.

Parmi les quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron pour le Grand débat national nous voudrions évoquer un certain nombre de problèmes qui nous paraissent particulièrement importants et qui se trouvent concerner les deux premiers thèmes (fiscalité et organisation de l'État).

Le débat sur la fiscalité est à l'ordre du jour et l'on peut d'ailleurs considérer comme positif qu'il y ait une prise de conscience des excès de la fiscalité française et de ses effets destructeurs. Comme on le sait bien, la France bat – ... Poursuivre la lecture

capitalisation
4
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin.

La détermination du montant de sa retraite est évidemment fondamentale pour tout individu puisqu’elle conditionne son niveau de vie une fois ses activités productives terminées.

C’est pourquoi on peut comprendre que le projet de réforme du système des retraites élaboré par le gouvernement français retienne considérablement l’attention de l’opinion publique et suscite même des grèves très importantes. Il serait certes fondamental que les réformes envisagées contribuent à une amélioration du système des retraites... Poursuivre la lecture

Par Le Minarchiste.

Walter Mischel était un chercheur en psychologie à la Columbia University. Durant les années 1960, il a été un pionnier dans la recherche sur la capacité à retarder la satisfaction et disposer de la maîtrise de soi. Sa plus grande contribution scientifique a sans aucun doute été l’expérience du marshmallow qu’il a débuté à Stanford entre 1968 et 1974 et qu’il décrit dans un livre récemment publié (à paraître très prochainement en français).

L’idée principale développée dans le livre est que la maîtrise de soi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles