Les fantasmagories statistiques sur l’accroissement de richesse des « riches » américains

Contrairement aux idées reçues, les « ultra-riches » ne se sont pas enrichis ces dernières années.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les fantasmagories statistiques sur l’accroissement de richesse des « riches » américains

Publié le 21 mai 2014
- A +

Par Bernard Zimmern, Dominique et Valérie d’Emploi 2017.

arton294-556edLa plupart des statistiques que l’on voit circuler sur internet, pour démontrer par exemple que la part des riches américains n’a cessé d’augmenter, sont truquées ; comme étaient truquées les statistiques de prélèvements en France1

Lorsqu’on parle de revenus, parler de revenus primaires, avant redistribution, c’est-à-dire avant que les revenus les plus faibles aient été augmentés de tous les avantages sociaux alors que ceux-ci ont subi dans les vingt dernières années une ascension fulgurante et représentent maintenant en France un bon quart du PIB, 12% du budget fédéral américain, n’est pas très sérieux.

Pour les patrimoines, il faut se rappeler que les retraites payées par les organismes de retraite publique, aux États-Unis la Social Security2, ne sont pas comprises dans les études de patrimoine les plus solides comme celle de la Federal Reserve3. Or, une étude INSEE de 2006 chiffrait à environ 10.000 milliards le patrimoine retraite, le même ordre de grandeur que le patrimoine physique répertorié ultérieurement par le même INSEE.

Parler de l’évolution des patrimoines sans y intégrer les retraites n’a donc guère de sens.

Pourtant, même avec ces biais, il est surprenant de constater que l’une des sources statistiques les plus sérieuses, l’enquête triennale de la Federal Reserve montre que de 2004 à 2010, le revenu moyen des ménages a augmenté plus vite que le revenu des 10% des patrimoines les plus élevés ou que celui de ceux au top 1% des patrimoines. Il est vrai que la Fed classe revenus et patrimoines en fonction du montant du patrimoine et pas du revenu tiré par exemple des statistiques de l‘IRS qui, sans corrections, comme rappelé ci-dessus, n’ont pas grand sens.

Plus important, on voit que la chute des revenus due à la crise4 a été plus importante pour les patrimoines les plus élevés que pour la moyenne des revenus de l’ensemble des Américains.

Il n’y a que le patrimoine qui ait davantage chuté pour la moyenne que pour les plus riches et l’explication se trouve dans la chute de valeur des résidences principales qui a surtout affecté les patrimoines moyens (le décile des plus pauvres ne possédant de logement que dans un quart des cas) et les patrimoines moyens ayant peu d’investissements industriels à la différence du décile ou centile le plus riche5.

Ceci nous parait appuyer la remarque fondamentale de l’ancien Gouverneur de la Banque d’Angleterre, Marvyn King, qui écrivait : « … absent (…) is any recognition that the main reason for the average rate of return exceeding the growth rate by a good margin is that savers require a risk premium to compensate for the uncertain nature of the returns on investment”.

Ensemble des ménages (En dollars constants 2010)

capture1

Top 10 %

capture2

Top 1 %

capture3

Annexe : le poids des aides sociales US

Sur le 3,5 trillions de $ du budget 2013 (21% du GNP / PIB) :

  • 643 milliards pour la défense
  • 814 milliards pour payer les retraites de la Social Security
  • 772 milliards pour Medicare (couverture maladie des >65 ans), Medicaid (couverture maladie des plus pauvres) et le CHIP qui couvre l’assurance maladie des enfants les plus pauvres
  • 398 milliards pour les programmes d’aide (autres que santé et retraite) aux plus en difficulté : EITC, Child Tax Credit, ,Food Stamps, school meals, etc.


Sur le web.

  1. Voir tribune des Échos du 31 mai 2011 : « Fiscalité : l’erreur de M. Piketty ».
  2. Correspondant à une cotisation de 12,5% des salaires.
  3. Voir Federal Reserve Bulletin n° 98 2012 page 37 Survey of Consumer Finances 2010 2ème §).
  4. Comparaison 2007-2010.
  5. Voir pour évolutions par type d’actif les tableaux publiés sur www.irdeme.org « évolution des patrimoines US ».
Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Sur le tableau « ensemble des ménages », je ne comprend pas comment l’évolution 2007-2010 où le revenu moyen passe de 71 à 77 représente -5%.

  • ou plutot inversion de 77 et 71

    • non, car passer de 70 à 77 entre 2004 et 2010 est cohérent avec une hausse de 10%.

      Principe du rasoir d’ockham 🙂

  • Dans son livre l’économiste T. Piketty Capital in the 21st Century, s’attarde longuement sur la description et l’historique du phénomène des inégalités de richesse. Le livre est très facile à lire, c’est un livre d’histoire qui montre les évolutions successives de la richesse, du capital, de l’accumulation du capital, des inégalités… Il montre comment se constituent, s’accumulent les inégalités… avec plus de recul que ce que l’on a pu faire jusqu’ici. Et avec ce recul on perçoit très bien les déterminants de ces évolutions.

    • comme dit Clive Crooks: « J’avançais que l’erreur du livre était de défendre une théorie qu’il ne parvenait pas à soutenir. Piketty dit que le capitalisme contient une contradiction fondamentale : dans la nature du système, les inégalités de revenus et de richesses tendent à augmenter de façon inexorable, et la ploutocratie en est la conséquence logique. Il délivre une théorie de circonstance pour soutenir tout cela, mais cela est loin d’être une théorie, plutôt un mélange d’identités comptables et de suppositions. Les chiffres du livre lui-même ne prouvent rien non plus. Et cela tout en considérant alors que les chiffres étaient corrects… ».

    • même des économistes de gauche sont d’accord pour dire que son livre s’est n’importe quoi
      piketty n’est pas un économiste, c’est juste un idéologue. son travail n’a aucune valeur scientifique

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
démocrates
0
Sauvegarder cet article

36,2 millions d’électeurs potentiels, soit 4 millions de plus qu’en 2020, et environ 15 % du total de l’électorat américain. Tel est le poids que peut représenter l’électorat hispanique lors de l’élection présidentielle de novembre 2024, qui s’annonce difficile pour le président Biden.

 

Article de Isabelle Vagnoux, Aix-Marseille Université (AMU).

Certes, traditionnellement, ces Américains de plus de 18 ans, d’origine hispanique, ne sont pas tous inscrits sur les listes électorales, et leur taux de participation deme... Poursuivre la lecture

Pourquoi le Pentagone semble-t-il plus doué pour dépenser de l'argent que pour monter une opération réussie ? L'échec de l'opération « Prosperity Guardian » et la désastreuse jetée flottante de Gaza ne sont que deux exemples récents d'initiatives extrêmement coûteuses qui, bien qu'elles aient sans aucun doute enrichi les entrepreneurs militaires, ont été incapables d'atteindre leurs objectifs déclarés. 

Article original paru dans le Mises Institute.

 

En décembre dernier, le Pentagone a annoncé en grande pompe le lan... Poursuivre la lecture

La masse monétaire augmente à nouveau et la persistance de l'inflation des prix n'est pas une surprise. L'inflation des prix se produit lorsque la quantité de monnaie augmente de manière significative au-delà de la demande du secteur privé. Pour les investisseurs, la pire des décisions dans ce contexte de destruction monétaire est d'investir dans des obligations souveraines et de conserver des liquidités. La destruction du pouvoir d'achat de la monnaie par le gouvernement est une politique, pas une coïncidence.

Article original paru su... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles