Au secours, l’assistanat se propage dans les entreprises !

Selon une étude de Banque Palatine, les chefs d’entreprise français préfèrent s’en remettre à l’État pour régler leurs problèmes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au secours, l’assistanat se propage dans les entreprises !

Publié le 7 mai 2014
- A +

Par Alain Goetzmann.

subventionsLe dernier observatoire de la Banque Palatine sur les PME-ETI vient d’être publié. L’étude, qui porte sur l’opinion de 309 dirigeants d’entreprises dont le chiffre d’affaires est compris entre 15 et 500 millions d’euros surprend, c’est le moins qu’on puisse dire.

En effet, si 63% des chefs d’entreprises interrogés jugent les pouvoir publics trop interventionnistes dans l’économie, 58% considèrent que l’État doit les soutenir financièrement et 34% souhaitent, au contraire, plus d’interventionnisme. Tout aussi surprenant, ils sont 56% à considérer que l’État doit avoir un droit de regard sur l’acquisition des entreprises françaises par des groupes ou des investisseurs étrangers. Il y en a même 18% qui veulent fermer les frontières pour protéger les entreprises françaises de la concurrence internationale.

On croit rêver ! Décidément, le « modèle-social-français-que-le-monde-entier-nous-envie » séduit jusque dans les rangs de ceux qui devraient pourtant réclamer avec vigueur la liberté économique, le droit d’entreprendre, la pleine responsabilité de leur action.

Car, de quoi ont besoin les entreprises pour prospérer ?

  • De compétitivité, synonyme de moins d’État, moins de charges sociales, moins de taxes,
  • De liberté dans la gestion et l’adaptation à la conjoncture de leurs effectifs, d’un droit du travail cohérent,
  • De financement, grâce à des marchés fluides capables d’irriguer les PME au même titre que les grandes entreprises.

Bref, tout le contraire de ce que semblent appeler de leurs vœux les chefs d’entreprise, sélectionnés pour ce panel qui préfèrent s’en remettre à l’État pour régler leurs problèmes.

Et pourquoi pas un RSA pour les entreprises qui ne trouvent pas de clients ou une allocation « siège social » pour celles qui ont du mal à payer leur loyer ?


Sur le web.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Excellentissime point de vue. Mille fois bravo.

  • Ou encore sauvons les vilains petits canards en coulant ceux qui flottent encore ❗
    égalitude 🙁

  • un avocat d’affaire ma bien expliqué « que la concurrence nuisait aux entreprises » …
    … sans me préciser lesquelles …

  • Je comprends parfaitement cet état d’esprit. Je le subit en ce moment dans ma boite : PSE en place car l’Etat nous doit 3.5 millions d’euros.
    Et la vérité : beaucoup de PME TPI ont un CA qui dépend fortement de l’état ou des collectivités publiques !!! Donc elles attendent plus de présence de l’état… Ce qui est assez paradoxal !!!

  • CURIEUX!

    vous êtes sur d’avoir interviewez des chefs d’entreprises?
    et bé!!!
    chaud devant..la France est définitivement foutue.

  • En fait rien de bien étonnant. Ce n’est pas la traduction d’un état d’esprit, d’une croyance philosophique ou d’une analyse économique. C’est le reflet des rapports de force dans la société actuelle.
    Ces chefs d’entreprise sont les chefs d’entreprises qui continuent d’exister en France, et sont donc de plus en plus tributaires des normes étatiques en place.
    Les entreprises ont besoin de compétitivité: certes. Mais que vaut-elle, selon les secteurs, comparée à une bonne relation avec les syndicats et un entregent efficace au niveaux bureaucratique et politique?
    La liberté et la sécurité juridique? Que valent-elles à l’aune de business models de connivence?
    C’est donc moins leur credo que le reflet de leur contraintes environnementales que décrivent ces résultats à mon sens.

    • Excellente analyse de cet article, je vous rejoins totalement. Cela rappelle l’état d’esprit des entrepreneurs qui restaient aux US dans La Grève d’Ayn Rand.. Capitalisme de connivence, quand tu nous tiens!

    • Exactement, il faut expliquer ça à certains qui ne cessent de repeter comme un mantra, que « les français sont socialistes », « les entrepreneurs sont socialistes », etc.
      Il ne sont pas socialistes, ils disent et font ce qui leur parait nécessaire de dire et de faire pour survivre dans un environnement politique sur lequel ils n’ont aucune prise et leur impose des normes socialistes (celles du monde politique et de l’administration emprunte par essence d’autoritarisme et de violence).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
capital cérébral
1
Sauvegarder cet article

C’est une étude de février 2022 qui reste sujet de questionnement pour les entreprises : ayant interrogé 994 employés français salariés à temps plein ou temps partiel et qui n’ont pas changé d’entreprise depuis janvier 2020, la plateforme Capterra (plateforme d’avis et de logiciels) dévoile qu’un Français sur deux considère ne pas avoir une bonne santé mentale en entreprise.

C’est sûr qu’une entreprise avec une proportion aussi importante d’employés en mauvaise santé mentale ne doit pas réussir à être au top niveau de performance.

... Poursuivre la lecture

Nous vivons une époque de très grande incertitude, où nombre de prédictions et de croyances fortement ancrées ont été brutalement démenties par les faits, notamment depuis les trois dernières années. Et pourtant nous continuons à faire des prédictions. Cela semble rationnel : nous voulons nous protéger contre les mauvaises surprises et nous préparer au pire.

Mais cette préparation au pire a un coût important.

Le pétrole et le gaz naturel dont nous dépendons pour 75 % de notre énergie s’épuisent. La production mondiale de pétrole... Poursuivre la lecture

La performance des entreprises est souvent perçue comme n’ayant aucun impact sociétal.

Elle semble ne relever que du strict domaine financier et ne concerner que ses actionnaires, et personne d’autre. Et à ce titre elle est moralement suspecte. On est content pour l’entreprise qui a de bons résultats, mais on ne voit pas trop l’intérêt et, à la limite souvent franchie dans notre pays, on soupçonne même que cette performance se fasse au détriment de la société. Pourtant, la performance des entreprises représente un enjeu sociétal majeur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles