Sortir de l’irréalisme des plans d’emplois et de croissance

Le 29 avril se tenait le colloque Emploi-2017 à la Maison de la Chimie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sortir de l’irréalisme des plans d’emplois et de croissance

Publié le 1 mai 2014
- A +

Par Bernard Zimmern.

emploiLe 29 avril 2014, alors que le gouvernement français demandait la confiance sur son plan autour du pacte de responsabilité, Emploi-2017 tenait à la Maison de la Chimie un colloque pour sortir des chimères sur l’emploi.

C’est à Bercy que s’analysent et se préparent les politiques économiques qui commandent l’emploi et que ce soit la gauche actuellement au pouvoir, ou la droite qui pourrait lui succéder en cas de dissolution, il est tragique de voir que leur inspirateur commun, Bercy, est loin des réalités et des seules solutions qui peuvent réussir. En un mot loin du fil directeur que devraient inspirer 30 ans d’échecs.

Et ce fil directeur est simple :

  • Ce ne sont pas les entreprises existantes qui peuvent créer des emplois, mais seulement celles qui se créeront, celles qui n’existent pas encore.
  • Il y a plein de créativité en France mais pas d’argent pour aider les créateurs sur le créneau critique compris entre 100.000 euros et 2 millions, la « vallée de la mort ».
  • Les seuls capables d’apporter ces capitaux efficacement sont les Business Angels investissant individuellement plus de 100.000 euros par projet. Ils sont 10 fois plus efficaces que les organismes d’État comme ANVAR, Oséo ou CDCE.
  • Mais il faut des incitations fiscales comme l’EIS britannique ou la Subchapter S américaine. L’Avantage Madelin ou l’ISF-PME ont créé de la défiscalisation, coûteuse pour le budget, avec des plafonds trop bas et sans contrôle a priori.

Le colloque s’est terminé avec des propositions dont l’essentiel est la création du statut de « jeune entreprise de croissance ». Mais également l’ouverture d’une liste de propositions à effets plus rapides, libérant la création de quelques millions d’emplois, sur le modèle de ce qu’a fait François Mitterrand en 1982, en libérant la radiotélévision du monopole étatique.


Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « le modèle de ce qu’a fait François Mitterrand en 1982, en libérant la radiotélévision du monopole étatique » en pourchassant toutes les radios non socialistes grâce à son ministre de la propaganda, le goebbelsien Fillioud.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le taux de chômage baisse enfin en France et les pouvoirs publics ne manquent pas de faire du triomphalisme.

Ainsi Bruno Le Maire interviewé le 18 février dernier par Ouest-France, a évoqué avec la plus grande satisfaction une « grande victoire  française ».

On lit sur le JDN, un site d’information très suivi :

« Du jamais vu depuis 2008 : le taux de chômage a atteint son plus bas niveau à 7,3 % de la population active au premier trimestre 2022 selon l’INSEE, contre 7,4 % au trimestre précédent. Le nombre de chômeurs au s... Poursuivre la lecture

La situation des finances publiques n'est pas brillante. Le niveau de dette s'établit à 112,9 % du PIB (2800 milliards d'euros, soit 164 000 euros par foyer imposable, environ 17 millions), le déficit public est attendu à -5 % en 2022 après -6,5 % en 2021. La trajectoire de retour au déficit sous les 3 % en 2027 suppose une croissance des dépenses limitées à 0,7 % sur la période, ce qui n'a jamais été réalisé sur plusieurs années et suppose des économies massives. Par ailleurs, la hausse des taux d'intérêt va augmenter mécaniquement la charge... Poursuivre la lecture

Jeudi dernier, le gouvernement annonçait triomphalement que le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) avait enregistré en France une nouvelle forte baisse de 5 % au premier trimestre 2022 par rapport au trimestre précédent. 169 100 personnes en moins se sont inscrites à Pôle Emploi, ce qui porte le nombre de chômeurs en catégorie A (celle sur laquelle communique le ministère du Travail) en France à 3,193 millions.

Si on regarde de manière plus granulaire les chiffres, en incluant les catégories B et C, la baisse n’est plus que... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles