Quelle voie pour la démocratie africaine ?

Bien que plusieurs pays du continent aient choisi de passer à la démocratie représentative, la vie politique africaine est encore marquée par les coups d’État. Pourquoi ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Afrique (image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quelle voie pour la démocratie africaine ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 avril 2014
- A +

Par Isidore Kpotufe et Zegnata Julien(*).

afrique1Dans ces mêmes colonnes, nous avons écrit un article arguant des possibilités de l’existence en Afrique de ce qu’on croyait être autrefois une forme de régime : la démocratie. Système politique, l’appelle-t-on aujourd’hui, la démocratie n’a pas fait du bien à l’Afrique. Oui, pensons aux inégalités sociales, inégalités économiques, inégalités devant la loi ! Ce système politique qui prétendait être le « moins mauvais » est sans contradiction, le pire aujourd’hui en Afrique. La démocratie paraissait être, peut-être, la meilleure des formes de gouvernance vu ses constitutifs, mais son application n’a pas du tout favorisé ce concept… en Afrique.

Le problème de la démocratie n’est pas un problème spécifiquement africain, devons-nous rappeler. Depuis les années 1960 jusqu’aujourd’hui, la philosophie politique a toujours suscité des débats dans le but de faire la part des choses entre la démocratie et la participation des personnes au débat politique. La démocratie est un idéal et a toujours été considérée comme le système social le moins mauvais mais c’est plutôt le contraire !

Une élection qui aboutit à la victoire d’un candidat, avec 51% de l’ensemble des voix des électeurs par exemple, conduit, selon certains observateurs, à un système dictatorial, mais sous un déguisement démocratique car 49% des électeurs sont gouvernés par un système qu’ils n’ont pas choisi, et qui, au contraire leur a été imposé.

Une élection peut aussi aboutir à la victoire d’un parti politique ne représentant que la minorité des électeurs si l’on additionnait les voix obtenues par les partis battus. Ce qui conduit souvent à la formation de coalitions entre partis politiques ayant parfois des programmes de société incompatibles et engendre des difficultés parfois insurmontables de gouverner.

Et, face à ces problématiques auxquelles sont confrontées les anciennes démocraties occidentales basées sur la représentativité, la démocratie en Afrique devient un défi difficile à relever ; un concept ambigu constamment confronté au choix entre la norme universaliste et les particularismes du continent.

Bien que plusieurs pays du continent aient choisi dès les débuts des années 1990 de passer à la démocratie représentative et au pluralisme politique, la vie politique africaine est encore marquée par les coups d’État, comme en Centrafrique ; renversements d’alliances, mouvements sociaux, conflits internes et processus électoraux difficiles : Mali, le Nigeria, le Kenya en sont la preuve.

Le passage rapide de systèmes totalitaires des années 1970 – 1980 au multipartisme et à la recherche de l’alternance, en concomitance avec la fin de la guerre froide et des blocs en Occident n’a pas laissé beaucoup de temps aux politologues africains pour étudier un système politique adapté au continent. Ils ont préféré calquer le système représentatif occidental qui commençait déjà à donner des signes de crise. Ils ont ignoré leur héritage culturel, les processus de prise de décision traditionnels d’Afrique.

Souvent, la démocratie africaine traditionnelle précoloniale est accusée d’avoir permis aux rois, aux reines et aux chefs d’agir de façon autocratique et d’imposer des décisions impopulaires à leurs communautés, il n’en est pas moins vrai que dans les démocraties représentatives « 50% + 1 » fournit une majorité suffisante pour appliquer une décision.

L’Afrique doit donc trouver une autre voie et, pour y parvenir, elle doit inventer sa propre démocratie non pas dans l’individualisme, mais plutôt dans le libéralisme, le communalisme, le sens de la solidarité, du partage, de la retenue, en un mot dans l’humanisme.

En effet,  depuis que le vent de la démocratisation a commencé à souffler sur le continent africain, la confusion institutionnelle s’en est trouvée plus grande, les guerres civiles plus nombreuses et plus meurtrières, les querelles intestines plus exacerbées, la pauvreté et la misère plus généralisées, les dictatures plus atroces, même si elles se sont savamment camouflées sous le manteau de la légitimité conférée par des élections en réalité toujours entachées d’irrégularités.

L’exercice du pouvoir en Afrique doit reposer essentiellement sur le sens du partage. Tant que le législateur africain n’aura pas tenu compte de « l’arbre à palabres », lieu traditionnel de rassemblement, à l’ombre duquel l’on s’exprime sur la vie en société, les problèmes du village, la politique afin de prendre des décisions concertées, il y aura toujours des coups d’État et des coups de force, des arrestations postélectorales, des contestations de résultats électoraux, des assassinats politiques, des amendements et des révisions constitutionnels, bref, l’instabilité politique qui freine tout effort de développement…

Toutefois, africaniser la démocratie ne veut pas dire doter l’Afrique d’une démocratie au rabais, c’est tout simplement forger une démocratie respectueuse des principes fondamentaux en droits de l’Homme, mais aussi de réalités africaines positives comme le sens du partage et la solidarité, entre autres.

(*) Isidore Kpotufe dirige IMANI-Francophone, projet d’IMANI Ghana ; Zegnata Julien est coordinateur dudit projet.  

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • La démocratie en Afrique, pourquoi ? La culture africaine est essentiellement familiale, et donc tribale. La démocratie n’a aucun sens pour les gens, et ils ne sont pas prêts à ce produit d’importation, qui n’est d’ailleurs pas une franche réussite là où elle se prétend pratiquée.

    Les plupart des pays africains sont composés d’une variété de tribu, mais celui qui préside n’appartient forcément qu’à une seule : il va donc favoriser la sienne … et on va le lui reprocher.

    Notons encore, pour l’occidental jamais sorti de chez lui, que ces tribus sont étroitement mélangées, et n’occupent généralement as de territoires distincts.

    Il faut donc inventer une autre pyramide, où chacun puisse désigner son « premier ministre tribal ». Le pays serait alors gouverné par ce premier ministre tribal pour les matières personnalisables, et par un Conseil de premiers ministres tribaux, pour les matières régaliennes.

    Ca, ce serait ressenti réellement par la population, et coinciderait avec la culture africaine.

  • Le plus drôle c’est que 90% des états africains n’arrêtent pas de prôner la démocratie et de s’affirmer comme de plus en plus démocratique … la démocratie a été la plus grande arnaque aux peuples de l’Afrique du 20ème siècle
    Moi je préfère les associations représentatives libres et spontanées

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’oncologie pédiatrique est une spécialité médicale relativement jeune mais qui a connu, tout au long des dernières décennies, un développement particulièrement rapide. Cela tient notamment aux très importants progrès obtenus dans la prise en charge de ces enfants et à l’amélioration considérable des taux de guérison observés au cours des trente dernières années.

Néanmoins, ces progrès n’ont concerné qu’une partie des enfants dans le monde, principalement en Europe et Amérique du Nord, laissant de côté 80 % de la population pédiatrique... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

La première partie de l'article se trouve ici La seconde partie de l'article se trouve ici

Si les tendances oligarchiques du système démocratique étaient déjà bien comprises au début du XXe siècle par les machiavéliens, leurs conclusions n’ont malheureusement pas été retenues, même par la plupart des politologues. Cela n’est pas étonnant puisque la majorité n’a jamais pris connaissance des travaux de ces penseurs. Leurs noms sont très rarement cités, que ce soit dans l’enseignement secondaire ou à l’université.... Poursuivre la lecture

législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles