IKEA et les boulettes de viande durables

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

IKEA et les boulettes de viande durables

Publié le 25 avril 2014
- A +

Par James Delingpole, depuis Londres, Royaume Uni.

meatballs

Un communiqué à vomir, vient de tomber en provenance du lugubre mais indispensable grand magasin de meubles en kit suédois IKEA : ils envisagent de changer la recette de leur nourriture la plus populaire – les boulettes de viande – afin d’aider à sauver le monde du réchauffement climatique.

Joanna Yarrow, la directrice de la durabilité chez IKEA vient de déclarer :

« Nous avons travaillé avec le WWF en étudiant les boulettes de viande et d’autres produits alimentaires que nous vendons, pour voir comment nous pouvons modifier nos recettes pour les rendre plus savoureuses, mais peut-être aussi pour avoir moins d’impact sur l’environnement. Je peux vous assurer que la modification de cette recette aura un impact cumulatif réel.

Sur le méthane (…) nous sommes conscients de l’impact de la viande sur les gaz à effet de serre. Nous étudions tous nos produits alimentaires dans une perspective de durabilité, mais plus spécifiquement les boulettes de viande. Ce plat est très populaire et c’est aussi celui de notre menu qui a la plus grande intensité carbonique. » 

IKEA, l’endroit où vous allez, à contrecœur, car le mobilier est pratique et bon marché, et non parce que vous voulez sauver la planète pour Gaia notre Mère, emploie actuellement une directrice de la durabilité ?  Si ce n’est pas un signal pour vendre vite leurs actions, je ne sais pas ce que c’est.

img contrepoints253Ce qui est pire, c’est que IKEA admet effectivement qu’il permet que ce genre de nourriture servie dans ses restaurants soit imposé, non pas par les besoins de ses clients – qui commandent 150 millions de plaques de boulettes de viande chaque année – mais par des militants d’une gauche dure d’ONG écologistes comme le WWF. Ce n’est pas du capitalisme. Ce n’est pas un service à la clientèle. C’est du fascisme écologiste.

Ce n’est pas, bien sûr, la première fois que les militants politiques démocratiquement irresponsables du WWF sont invités à se mêler de ce qui ne les regarde pas. Dans les e-mails du Climategate, par exemple, nous apprenons que le 29 juillet 1999, Adam Markham du WWF a écrit aux scientifiques du climat Mike Hulme et Nicola Sheard de l’université d’East Anglia, en leur suggérant, en douce, de fausser leurs découvertes scientifiques pour les mettre en conformité avec la campagne alarmiste du WWF.

« Je suis sûr que vous obtiendrez directement quelques commentaires de Mike Rae du WWF-Australie, mais je voulais vous faire passer la substance de ce qu’ils m’ont dit jusqu’alors. Ils craignent la présentation d’une approche un peu trop conservatrice des risques perçus par les scientifiques australiens. En particulier, ils aimeraient, si possible, que la section sur la variabilité [du climat] et ses phénomènes extrêmes soit étoffée. »

Comme Donna Laframboise l’a souvent noté, l’activisme du WWF va aussi bon train au GIEC1. Par exemple, le rédacteur principal de son récent rapport sur ​​l’Océan fut le biologiste marin australien Ove Hoegh-Guldberg, qui pendant 19 ans a encaissé des chèques des organisations écologiques activistes, comme Greenpeace et le WWF. Cette approche de Hoegh-Guldberg doit plus à l’idéologie verte qu’à la science pure et dure. C’est assez clair à partir de l’introduction hystérique, qu’il a écrite pour un livre publié récemment par le WWF-Australie et appelé Lights Out For The Reef.

« Le consensus scientifique a conclu que de nouvelles augmentations du CO2 et de la température moyenne mondiale vont presque certainement détruire les massifs de la Grande Barrière de Corail pour des centaines, voire des milliers d’années. »

Ces personnes ne méritent pas d’être prises au sérieux. Elles ne méritent vraiment pas d’être autorisées à seulement s’approcher des rapports du GIEC. Et certainement, elles ne devraient jamais, au grand jamais, être consultées sur une question aussi importante que le genre de boulettes de viande que nous avons le droit de manger, comme un sursis à l’horreur de faire la queue pour un meuble en kit chez IKEA.


Sur le web. Traduction : Jean-Pierre C. pour Contrepoints.

  1. Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Climat.
Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • On comprend bien que James, depuis Londres, Royaume Uni va regretter cette magnifique assiette… Miam-Miam !

  • Si l’idée est de mettre en douce plus de protéines de soja dans les boulettes, il s’agit d’une simple tromperie sur la marchandise. Mais il est vrai que c’est cohérent pour un vendeur de meubles en bois qui contiennent plus de colles, solvants et vernis que de fibres de cellulose.

    • Lequel vendeur ne vous a jamais obligé à acheter un de ses meubles.

    • tout à fait d’accord, pour des gens qui fabrique des meubles avec de la sciure, pas étonnant qu’il veulent aussi en mettre dans la barbaque qu’ils servent …

      ça me rappelle le film de chaplin , le dit que t’a tort !

  • Je suis client de plusieurs enseignes dont je désapprouve la politique. En effet, je ne peux pas moi-même produire mes aliments, mes vêtements, mes meubles, mes navigateurs internet… à moins de partir vivre en homme des bois. Ces Suédois ravagés ont aussi posé des affiches où l’on voit 2 hommes faire leurs courses main dans la main… Mais il y a des limites à la bêtise : le patron d’IKEA place son argent dans des paradis fiscaux…

  • excellent article et merci pour les commentaires en espérant qu’ailleurs d’autres suivent .Ces mouvances écologiques et le WWF voire d’autres sont pires que la peste et le choléra réunis
    Même le Trix pourtant insecticide connu pour son efficacité et sa rapidité pour exterminer la vermine serait impuissant

  • Inconnueaubataillon
    25 avril 2014 at 12 h 15 min

    A moins qu’Ikea ne propose des boulettes à la sauterelle ou autre insecte réjouissant, je vois mal les clients moutonnants s’opposer à cette nourriture bien-pensante.

    D’ailleurs dans ce domaine, ils s’étaient déjà suffisamment positionnés en ce qui concerne l’embauche de salariés-avec-des-signes-extérieurs-religieux …

    Il est donc surprenant qu’Ikea ne propose pas carrément des boulettes à la sauterelle hallal.

  • C’est du vent marketing pour attraper de la sauterelle verte, on ne va pas en faire un plat ni de boulettes ni de lentilles vertes.
    Si demain le vent marketing souffle dans un autre sens, ils suivront le sens du vent, là où l’odeur de l’euro sonnant et trébuchant est la plus forte.
    C’est surtout intéressant pour noter le sens du vent. Ca signifie notamment que le vent est encore très orienté GIEC.
    Redoublons d’effort, camarades, pour déboulonner cette idole corrompue. Elle tombera aussi surement que l’URSS est tombée.

  • Toutes les grosses compagnies versent dans le vert et ont un service associe de nos jours.
    Elles vont au plus mainstream; pour etre sures de ne pas choquer partent du principe que le rechauffement existe, et que les fanfreluches vertes ont du sens avant de lancer plein d’activites d’entreprise associees.
    d’experience je sais que le fait que certaines politiques ecolos soient nefastes ne passe meme pas par la tete des responsables de ces services qui sont generalement des greluches acquises a la cause.Eh ouais, la plupart du temps ce sont des femmes allez savoir pourquoi.

  • la plupart des pays asiatiques sont confrontés à une demande exponentielle en viande , oeufs et lait : le vietnam, par exemple voudrait doubler sa production laitière d’ici 2020, vu que 70% est importé à l’heure actuelle, essentiellement d’océanie.

    le WWF va avoir du travail …

  • les suédois d’ikéa devraient aller voir en chine, comment on fait des meubles en bois de paulownia : cette essence à croissance rapide ( une révolution tous les 10 ans ) à un bois à la foi leger, solide et isolant . en plus, l’arbre produit une quantité importante de fourrage ( les feuilles ) avec lesquelles on nourrit les animaux : comme ça, les chinois peuvent servir de la vraie viande, eux.

    pauvre europe, jusqu’ou va tu descendre ?

  • C’est rarement le cas sur Contrepoint, mais je trouve cet article de très mauvaise qualité, désolé pour l’auteur et le traducteur. Je pense qu’il n’a rien à faire sur un site libéral.

    Je résume:
    Une compagnie privée (j’insiste sur ce point) décide de modifier une recette de boulettes de viande qu’elle vend à ses client, dans le but d’augmenter ses ventes (c’est bien là sa finalité même si d’autres arguments sont mis en avant) De sa propre initiative, elle le fait en collaboration avec le WWF.
    La belle affaire… et ou est donc le problème ? Personne n’est contraint (et le WWF ne contraint personne), les clients sont libres de ne pas aimer la nouvelle recette, de ne pas l’acheter et d’aller voir ailleurs, il n’y a pas d’argent public en jeu, et pas d’influence d’un organisme public.
    Et si l’auteur avait pris 5 minutes pour faire une recherche sur Internet, il se serait aperçu que cette nouvelle recette ne va pas remplacer l’actuelle qui sera maintenue, mais qu’il s’agit d’une alternative proposée.
    Bref, beaucoup de bruit pour rien, et au final, une tonalité dramatique plutôt haineuse. Quand dans un argumentaire, l’auteur compare son adversaire avec un protagoniste du 3ème Reich, cela n’est pas très reluisant et ne reflète pas une grande qualité (et en plus c’est plutôt une réaction gauchiste)

    • Et la remarque est vraie pour tout les autres articles. Il suffit qu’il y ai le mot environnement dans tel ou tel chose pour conduire à une réaction hystérique des habitués d’ici.

    • Bizarre ce Domdom !
      Où a-t-il trouvé dans cet article une comparaison « avec un protagoniste du 3ème Reich » ?
      Il doit en faire des cauchemars la nuit !
      De plus il fait semblant de ne pas avoir compris que cet article exprime surtout le ras -le-bol d’avoir les oukases « verts » partout pour encore enlever des espaces de liberté. Et qu’il faille en plus s’en réjouir….
      Je lui conseille de lire « Watermelon » du même james Delingpole. Ces pastèques vertes de l’extérieur mais bien rouge à l’intérieur.
      Je doute également que IKEA présente « en alternative » dans son menu, des boulettes avec de la viande « réelle » et aussi une autre avec un « erzatz » (à définir..) au choix… Pourquoi pas, avec aussi des boulettes de porc Halal ou du yak kascher…

      • domdom , ce sont les deux premières notes de la musique du jour le plus long ( aprés , il y a domdaume ) ! il vont surement nous le repasser bientot …

      • Oui, bizarre cette comparaison avec le 3ème Reich. C’est pourtant dans le titre de l’article originel en anglais: « First the Green Gestapo Came For our Lightbulbs, Then our Iced Drinks and Hot Showers. Now They’re After Our Meatballs… ». Je n’ai rien inventé, le point Goldwin est atteint dès le début (c’est édifiant).

        Maintenant, que l’on ai ras-le-bol des oukases verts (ou des printemps pluvieux ou des frites grasses à la cantine ou de la foule dans le métro aux heures de pointe), je veux bien l’entendre. Mais je répète, dans cette affaire d’IKEA, personne n’est contraint.
        De plus, cet article laisse entendre que les boules de « viande » classiques vont être remplacées par cette recette écolobobo, mais ce n’est pas vrai.
        C’est pour cela que je le trouve mauvais (l’article, les boulettes je ne les ai pas goutées, mais version classique ou écolo ça n’a pas l’air top).
        Enfin, je pense qu’il y a quand même des sujets plus intéressant que de défendre les boulettes IKEA, comme par exemple la transition énergétique que nous prépare l’actuel gouvernement, la masse considérable d’argent public pour financer les éoliennes et les panneaux solaires (et les taxes qui vont avec)

  • Ikea peut être rassuré, désormais ce sont des vers de terre tueurs qui pourront agrémenter ses plats .Ou comment à trop d’écologie on fini même par tuer la poule dans l’œuf.La terre possède ses propres défenses immunitaires et à trop vouloir la contrôler,elle s’est vengée .Vive l’écologie programmée synonyme de terres cultivables eugénéisées
    En cherchant à réduire les produits OGM en poudre,ils n’ont fait que donner raison à ceux qui ont choisi ce genre de production pour empécher la famine sur la terre ,comme quoi à vouloir trop bien faire c’est l’inverse qui se produit ce qui va ravir les anti-écolos qui avaient dés le début annoncer la couleur,attention des espéces disparues et nocives pour l’environnement vont revenir.Bravo les écolos !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Samuel Furfari.

La France — mais aussi l’Union européenne — continue de croire qu’elle est au centre du monde de l’énergie. L’objectif illusoire d’une décarbonation rapide de l’économie du « continent européen » aveugle jusqu’aux banques et les médias.

Dans une logique dont on ne sait si elle frise l’orgueil ou l’aveuglement, les médias européens et français ont titré que la France refuse le soutien au projet gazier Arctic LNG2, alors que Reuters titre plus sobrement « Le projet russe Arctic LNG2 obtient des prêts d’un mont... Poursuivre la lecture

Par Benjamin Faucher. 

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

Il y a quelques jours, un article publié dans le quotidien Les Échos relayait une étude du Crédit Suisse qui présentait les principales mesures à prendre pour adopter un « mode de vie durable ». Parmi les changements, l’étude préconise de limiter le nombre de déplacement en avion à un par an, la quantité de poulet consommé à 100 grammes par semaine et le nombre de jeans achetés à deux par an.

L’ écologisme politique : aveuglement et haine du capitalisme

J’épargne au lecteur les mesures les plus loufoques concerna... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles