Guérir, soigner ou protéger ? (1)

Au-delà des enjeux économiques, que peut-on attendre d’une libéralisation de la Sécurité sociale ? Tour d’horizon historique de l’évolution de la représentation de la maladie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Guérir, soigner ou protéger ? (1)

Publié le 24 avril 2014
- A +

Par Bénédicte Cart.

médecine

La maladie, la guérison préoccupent, fascinent parfois l’homme, devenant une construction complexe. Elles sont mystérieuses, parfois incompréhensibles mais, par la médecine, nous les expliquons, les rationalisons et essayons de les maîtriser.

De nombreuses questions peuvent se poser sur le statut de la médecine : son objet est-il la maladie ou l’homme malade ? La médecine est-elle une science ? Une science humaine ? Actuellement l’approche est empirique et scientifique, or, selon Nietzsche « la science est réactive, contre la vie », ce qui est contraire au sens même de soigner.

Penser la médecine moderne revient à penser l’homme, la société. Et ses enjeux politiques, économiques, sociétaux. Face à la volonté affirmée des libéraux d’un marché ouvert de la protection sociale, je m’interroge. Est-ce uniquement en réaction au déficit de la Sécurité Sociale ? Ou faut-il y voir une réflexion plus globale et profonde dépassant la réalité économique ? L’opportunité de repenser notre système permettrait d’équilibrer les offres de soins et donc, par la même, d’humaniser le marché économique qui lui serait lié.

Ma réflexion se concentrera sur trois points qui feront l’objet de trois petits articles :

  • Qu’est-ce que la maladie ?
  • Qu’est-ce que guérir ?
  • La croyance, ingrédient indispensable au rétablissement d’un état normal ?

La maladie, un peu d’histoire

Dans les médecines préhistoriques, et notamment dans la pensée sauvage, la maladie est naturelle mais possède une cause surnaturelle. Il est nécessaire de la mettre en relation avec la vie des personnes.

Pour les civilisations grecques et égyptiennes, la maladie correspond à une transgression, un péché. Dans certains écrits, on trouve un vocabulaire médical qui commence à s’étoffer avec les termes « infections », « épidémie ». Mais le remède est toujours surnaturel, composé par exemple de rites et de sacrifices. Avec le passage à une pensée rationnelle, la médecine devient, elle aussi, rationnelle.

Hippocrate va créer la première école de médecine et un « art médical ». Pour lui, les maladies ont des causes naturelles et il va les classifier. Il pense l’homme comme inscrit dans le cosmos et fonde la théorie des humeurs. Ainsi, la maladie est un dérèglement des quatre humeurs dû à l’environnement. De ce fait, l’état général du patient se détériore et c’est l’organisme qui crée la maladie. Il aide donc l’organisme à rétablir l’équilibre antérieur à la maladie. La pensée hippocratique va évoluer grâce aux apports des médecins et philosophes et sera utilisée jusqu’au XVIème siècle.

img contrepoints246 médecineAu Moyen-Âge, la maladie est une représentation populaire. C’est un péché, une punition divine infligée par le Christ rédempteur au moyen de la souffrance. Elle devient un élément de l’âme, une occasion de faire pénitence.

La renaissance est une période clé, puisqu’il est question d’ouverture au monde, de préoccupation humaniste. De plus, les conditions de vie s’améliorent : on observe un réel essor des techniques qui permettra ensuite une évolution des connaissances médicales et une approche naturaliste de la maladie. Avec Claude Bernard, la médecine va devenir scientifique et chaque maladie sera en lien avec l’anatomie. La démarche hippocratique, à savoir rechercher les causes par l’observation et en créer un modèle (par induction) est toujours d’actualité (médecine rationnelle).

Aujourd’hui, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) décrit la normalité comme un état de santé : « La santé est un état complet de bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». Pour Claude Bernard et Auguste Comte, « l’état pathologique n’est qu’une modification quantitative de l’état normal ». La maladie serait donc une forme d’anormalité, et la vie elle-même une activité normative.

Du côté de Canguilhem, la normalité médicale est difficile à établir. Il est nécessaire de prendre en compte la subjectivité des symptômes. C’est la manière dont le malade va faire l’expérience de ces symptômes et de comment il les décrit (physiquement et verbalement) qui va influencer le diagnostic du médecin. Le problème que pose Canguilhem est de savoir où commence la maladie. Pour les scientifiques, il existe des moyennes créant des normes. Il ne faut néanmoins pas oublier qu’il existe une capacité d’adaptation fonctionnelle du groupe qui nous permet de différencier norme et moyenne. Il y a une relativité humaine du « normal biologique ».

Ainsi, la frontière entre le normal et le pathologique est imprécise. La maladie s’entend par rapport au normal (collectif et rigide) mais aussi en rapport aux normes individuelles qui, elles-mêmes, sont souples. Être malade ne signifie donc pas être anormal en l’absence de norme, mais bien une nouvelle dimension de la vie ; c’est créer de nouvelles normes, de nouvelles constantes physiologiques et de nouveaux mécanismes de fonctionnements. C’est une pensée globale de la maladie, alors que dans la pratique médicale, on définit un nombre de symptômes observables par le praticien qui vont former un syndrome selon différentes caractéristiques mesurables. Mais est-ce suffisant ?

La société ne pense pas la maladie comme une nouvelle vision de la vie mais comme un dérèglement. Le malade est anormal et tout un processus plus ou moins important d’exclusion peut être mis en place. Mais certains auteurs nous proposent d’autres définitions selon leurs spécificités. Emmanuel Venet insiste sur la nécessité de rendre à une médecine la part de poésie qu’elle rechigne à assumer. Pour lui, il n’est pas obsolète de penser la maladie comme une sensibilité au monde.

Le concept de maladie est une réponse qu’apporte chaque société à la modification de notre corps. Elle fait peur car elle représente un élément inconnu, indomptable que la science moderne explique méthodiquement et classe tant bien que mal. Dans notre société, la santé a tendance à devenir un bien de consommation, où les patients deviennent des clients. Pour Vigarello, la santé passe à la fois par un « état de bien-être » mais également par « un état de mieux être ». Alors si la santé devient un marché, la sécurité sociale peut-elle répondre à ces enjeux, à cette nouvelle donne ?

À suivre.

Sources :

  • La santé : à la poursuite d’une utopie. Article de la rubrique « La santé, un enjeu de société » Hors-série n°48 – Mars/Avril/Mai 2005.
  • Canguilhem, G., (2005). Le normal et le pathologique. PUF.
  • Venet, E., (2005). Précis de médecine imaginaire. Édition Verdier.
  • Zarifian, E., (2001). La force de guérir. Odile Jacob.
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • un ami beaucoup plus agé que moi, m’a raconté plusieurs foi l’anecdote suivante: quand il était jeune, dans les années 40, il avait ses habitude dans une ferme de mon village ou il allait acheter des oeufs, du beurre… un jour, la  » patronne  » semblait trés malade. mon amis, inquiet, dit à son maris d’agriculteur qu’il ferait mieux d’appeler le médecin . celui-ci lui répondit que malheureusement, il avait déja fait venir le vétérinaire pour une jument dans la semaine, et qu’ainsi, il était hors de question d’appeler le médecin … autres temps , autres moeurs …

  • Le problème vient surtout de ce nouveau concept de perfection de la société. Je m’explique,aujourd’hui être malade n’est pas « normal » , la visite du médécin et la prise de médicament devient ainsi obligatoire. Il faut tendre vers la normalité et ainsi la perfection et donc ne jamais être malade. Mais on oublie trop souvent qu’a chaque maladie le système imunitaire se développe et qu’un rhume de temps en temps vau mieux qu’un mal qui terrasserait et vous plongerait dans votre lit pour des jours et des jours.

    •  » etre malade n’est pas normal  »

      ho que si !!!

      surtout si vous etes salarié et un lundi matin …

      ma soeur  » s’occupe  » d’ une douzaine de salariés dans un centre pour adulte handicapé . quand elle fait une remarque à un , généralement , le lendemain il se fait porter pale. pas étonnant que la sécu soit dans le rouge !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'influence positive d’une alimentation grasse sur le cerveau est bien réelle. Une récente étude française vient démontrer l’intérêt que pourrait avoir une alimentation cétogène dans la prise en charge des pathologies psychiatriques.

L'intérêt d'une alimentation cétogène dans un cadre médical grandit jour après jour. Et si son utilisation pour le traitement contre les épilepsies réfractaires est ancienne et approuvée, cette diète souffre toutefois d'un manque d'appuis scientifiques pour une application auprès d'autres pathologies. Ains... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles