3 idées reçues sur le capitalisme

Les progrès en matière de niveau de vie ont eu lieu grâce au développement du capitalisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Capitalisme (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence CC-BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

3 idées reçues sur le capitalisme

Publié le 21 avril 2014
- A +

Par Jeff Miron [*], depuis les États-Unis.

img contrepoints145 capitalismeSi vous regardez l’histoire du monde, la majeure partie des progrès en matière de niveau de vie a eu lieu parce que des entreprises privées ont créé de nouveaux produits, proposé de nouveaux emplois et généré des profits qui ont sorti les gens de la pauvreté et leur ont donné un bon niveau de vie en étant plus productifs. Nous pouvons faire encore mieux, et cela aura des effets bénéfiques partout dans le monde, si nous revenons sur les réglementations excessives et développons un système bien plus capitaliste.

J’aimerais vous parler de trois mythes à propos du capitalisme.

1. Être en faveur du capitalisme revient à la même chose qu’être pro-business

Rien n’est plus faux. L’objectif du capitalisme est de s’assurer que les entreprises s’affrontent au sein d’un jeu concurrentiel féroce, ce qui bénéficie aux consommateurs. Ce n’est pas bon pour les entreprises à proprement parler car elles doivent travailler très dur. Beaucoup d’entre elles l’ont compris et détestent le capitalisme. Elles essaient constamment d’obtenir de l’État des normes, des restrictions ou des règlementations en leur faveur, mais qui ne sont pas dans l’intérêt du consommateur. Donc défendre le capitalisme est bon pour le consommateur. C’est lui que nous essayons d’aider au final.

2. Le capitalisme génère une répartition inéquitable des revenus

Ce que fait le véritable capitalisme, c’est de récompenser les personnes productives. Celles qui ne comptent pas leurs heures de travail, celles qui ont beaucoup de talent, celles qui ont de bonnes idées sont largement récompensées avec le capitalisme ; celles qui refusent ce genre de choses perçoivent moins.

L’aspect qui peut préoccuper est que certaines personnes ont très peu de compétences. Elles ne sont pas capables de gagner suffisamment par elles-mêmes, et donc nombre de gens raisonnables soutiennent les programmes de redistributions pour lutter contre la pauvreté. Mais cela n’est pas une raison pour interférer avec le capitalisme, règlementer les prix, imposer des quotas ou toutes sortes de restrictions à l’encontre des entreprises. Ces interventions rendent l’économie moins productive, réduisent la taille du gâteau et rendent la vie plus dure pour ceux qui essaient d’aider les moins chanceux et les moins fortunés.

3. Le capitalisme est responsable de la récente crise financière et de la récession

C’est, encore une fois, l’exact opposé de la réalité. Tout d’abord, aucune personne honnête intellectuellement ne peut prétendre que nous avions un capitalisme débridé avant la crise, avant l’explosion des subprimes, avant tous les problèmes immobiliers. Nous avions beaucoup d’interventions publiques qui ont contribué à subventionner le risque, beaucoup d’interventions publiques qui ont encouragé à sur-investir dans l’immobilier.

Si on devait en tirer des leçons, il faudrait clairement dire qu’interférer avec le capitalisme génère des crises financières, des récessions, parce que ce que nous avons vécu était directement lié aux incitations à la prise de risque excessive et au sur-investissement immobilier, qui ont été créées par l’État. Le secteur privé a répondu à ces incitations, donc bien sûr le privé n’est pas totalement blanc dans cette affaire. Mais si l’on recherche la cause, cette crise vient de mauvaises politiques et non du secteur privé ou du capitalisme lui-même.

Plus important encore, quand l’État renfloue ceux qui ont pris des risques excessifs, il les encourage à recommencer dans le futur, et nous avons malheureusement continué dans cette direction avec le TARP (plan Paulson) et les politiques de la Réserve fédérale, qui ont aidé Wall Street et les preneurs de risque à ne pas payer le prix de leurs excès.

Pour en savoir plus, visitez www.learnliberty.org un projet de l’Institut des Études Humaines (IHS)


Sur le web. Traduction : Emmanuel Bourgerie, Contrepoints.

[*] Libertarien, Jeffrey Miron est professeur et directeur des études du premier cycle au département d’Économie de l’Université Harvard, ainsi que Senior Fellow au Cato Institute.

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • À diffuser partout…

  • Je trouve qu’il y a autre une manière d’aborder le « capitalisme » assez intéressante :

    Le capital (de « capita », la tête) désigne le fait de « détentir de richesses ».

    Mais ces richesses ne sont pas matérielles de prime abord comme entendu usuellement.

    La première des richesses, ou le premier des capitaux, ainsi que la conditions sine qua non à la création d’autres richesses (biens, savoirs, etc.) sont les droits individuels.

    C’est de cette façon qu’il faut prendre la fameuse formule de J Bodin : « il n’y a de richesses que d’hommes ».

    Le capitalisme, c’est d’abord le capital de chaque homme, ie. ses droits individuels. C’est à dire : les droits sont du « capital », de la richesse.

    • La première richesse de l’homme se trouve entre ses oreilles.

      • Selon Rothbard, le capital est défini par:

        Les ressources matérielles + l’énergie de travail + la recette = résultat utile

        Les ressources matérielles, c’est autant les ressources naturelles que celles déjà transformées qui entrent dans un moyen de production.

        L’énergie de travail, c’est la main d’oeuvre humaine, animale ou toute autre source ou combinaison d’énergie mécanique, électrique, etc…

        La recette, c’est ce qui distingue de dépenser de l’énergie et des ressources matérielles pour empiler un tas de béton et d’acier n’importe comment, versus construire un bâtiment utile.

  • Merci pour cette traduction. Au sujet du premier mythe, j’avancerais que le libéral n’est pas « pro-business » mais « pro-market », les deux positions ne pouvant être confondues. À ce sujet, je ne comprends pas le quotidien français L’Opinion lorsqu’il déclare sur son site que sa « ligne éditoriale est engagée et ouverte : libérale, pro-européenne, pro-business. »

    • Qu’un quotidien s’affirme en premier lieu libéral, c’est déjà formidable.

    • Toute contrainte est illibérale, y compris « pro-business ».
      Toutefois comme notre réglementation donne la force de la contrainte aux syndicats d’employés contre les entreprises, la démanteler peut être vu comme « pro-business ».

      Pour vous et moi il s’agit de suppression de contraintes, donc de retour à la liberté, l’ordre naturel, qui est non seulement juste mais permet la prospérité par l’harmonie économique,
      Mais pour des socialistes, tout ordre est artificiel et la liberté n’a aucune valeur.
      Donc de leur point de vue supprimer ces lois, c’est « donner la force aux entreprises », baisser les impôts « donner aux riches » et spolier au profit de sa clientèle politique « redistribuer ».

      Vous avez raison de refuser de cautionner cette rhétorique perverse.

  • Faudrais expliquer ça aux politiciens du Québec avec la mafias légale agricole, acéricole. Avec son contrôle des prix et ses quotats.
    Pas le choix de vendre son sirop d’érable en dessous de la table pour éviter de se le faire voler.

    Vive le communisme.

  • « Le secteur privé a répondu à ces incitations, donc bien sûr le privé n’est pas totalement blanc dans cette affaire.  »

    Pas du tout d’accord.
    – Toute conséquence de ce qu’on impose par la menace incombe à l’auteur de la menace.
    – La morale du marché, c’est l’honnêteté, c’est-à-dire que chaque transaction soit libre et transparente pour les deux parties.

    Les socialistes prétendent par la planification et la contrainte éviter la succession de phases de croissance puis de consolidation; la réalité est que l’activité économique n’est pas déterministe, donc:
    1 – les récessions sont aussi essentielles à la prospérité que les phases d’expansion.
    2 – la réglementation produit le contraire de ce qu’elle vise – non seulement dans le cas évoqué, mais dans tous les cas, je vous en épargne la litanie.

    Ce n’est pas une récession que nous allons vivre mais une dépression, à cause de l’intervention étatique bouillonnante et envahissante. La paralysie totale de l’économie semble inévitable.

  • Vous avez tous écris des commentaires sorties tout droit de livre d’éco, c est rigolo 🙂

    Quelqu un d entre vous compare socialiste au capitaliste « fusius » je crois.
    J ai envi de demander si c est uniquement l un de ces 2 choix qui s offre à nous ?
    Je ne suis pas pour ou contre un partie ou un système économique ( je ne les connais pas tous 🙂 ), mais je pense qu ils ont tous leurs atouts mais surtout leurs défauts et leurs limites 🙁

    Pour en revenir sur l article, pour la première idée reçue :
    « Être en faveur du capitalisme revient à la même chose qu’être pro-business »
    La concurence entre les entreprises ok, mais à quel prix ?
    Quand nous voillons que nous vivons dans un monde de SUR consommation, a cause de cette concurence, qui demande au entreprises de fabriquer des produits de plus en plus éphémère pour vendre toujours plus de produits.
    Cela n influe t il pas sur notre environnement ? Je ne sui pas écolo 🙂 mais je m inquiete pour le monde de mes futur petits enfants.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au début de 2022, l’humoriste Jon Stewart a mis en ligne une vidéo dans laquelle est affirmée que l’inflation des prix à la consommation est le résultat des hausses de prix mises en place par les entreprises et qui vont au-delà de la hausse des prix des intrants.

Autrement dit, Stewart pense que les entreprises augmentent les prix non seulement pour compenser la hausse de leurs coûts, mais aussi pour faire gonfler leurs profits.

Dans la vidéo, Stewart reçoit comme invitée la sociologue Lindsey Owens, qui a notamment été une cons... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Par Dr Rainer Zitelmann. Un article de la Foundation for Economic Education

Le Chili a longtemps été considéré comme un pays capitaliste modèle en Amérique du Sud. Dans l'indice de développement humain 2022, le Chili se classe premier parmi tous les pays d'Amérique latine. Et dans l'indice de liberté économique 2022 de l’Heritage Foundation, il se classe 20e, devant les États-Unis et le Royaume-Uni. En 2018, le taux de pauvreté du Chili capitaliste était de 6,4 %, ce qui contraste fortement avec les 76,6 % du Venezuela socialiste.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles