La France s’apprête-t-elle à changer de trajectoire ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Virage libéral (crédits : René Le Honzec/Contrepoints, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France s’apprête-t-elle à changer de trajectoire ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 avril 2014
- A +

Par Daniel J. Mitchell, à l’occasion de son passage à Paris.

imgscan  contrepoints 2014635 virage libéral

Bonjour d’Obamaland !

france-road-showEn réalité, c’est faux, et pour deux raisons. Premièrement, je me trouve en fait en France. Et même s’il m’est arrivé de plaisanter qu’Obama veut transformer l’Amérique en France, la précision technique m’impose d’admettre que l’endroit où je suis est Paris, où j’ai participé le 2 avril à la dernière escale en date du Free Market Road Show. Deuxièmement, j’ai utilisé la blague « Obamaland » en écrivant il y a quelques jours sur ma visite en Grèce. Je ne devrais probablement pas surexploiter une telle béquille littéraire.

Une fois ces avertissements partagés, permettez moi de donner dans la poésie sur les problèmes du pays du vin, du fromage et de la semaine de travail de 35 heures. En fait, rien de poétique. Voyons ce qu’une ex-Française en dit. Véronique de Rugy de Mercatus, qui est née en France et s’est échappée aux États-Unis, a écrit un article avec ses observations sur la tourmente et les angoisses dans son pays d’origine.

« Un autre pays de l’Union Européenne glisse en silence dans le désespoir économique. Après des années de mauvaise gestion fiscale, la France se retrouve dans une situation réellement mauvaise. La France dépense plus pour son État que tout autre pays de la zone euro : 57% du PIB. Le chômage est à son maximum depuis 16 ans, à 11%, et un nombre effrayant de Français parmi les plus riches et les plus jeunes partent pour des environnements économiques plus favorables à l’étranger. Depuis la création de la zone euro en 1999, la France n’est parvenue qu’à un taux de croissance annuel de 0,8%. »

Les étatistes en France semblent penser que la bonne façon de résoudre cette crise est de redoubler d’étatisme.

« La réponse de l’État français à la croissance anémique et à un chômage plus élevé est de mettre le cap vers moins de liberté économique, et non pas plus. Le président François Hollande, du Parti Socialiste, refuse de tailler dans les dépenses sociales françaises, les plus hautes de toutes les économies développées, et a choisi de tailler mollement dans le déficit en augmentant les impôts et les taxes. »

L’étatisme de Hollande ne semble pas gagner beaucoup d’amis.

« L’engagement de Hollande en faveur d’un gros État ne lui a permis de gagner aucun ami. Les Français le classent comme le président le moins populaire de la Vème République, et les jeunes votent avec leurs pieds. D’après les données des consulats de France à Londres et à Édimbourg, le nombre de Français vivant à Londres se situe probablement entre 300.000 et 400.000. C’est plus qu’a Bordeaux, à Nantes ou à Strasbourg. »

Je connais une raison pour laquelle ils s’enfuient en courant.

mcd-france-Dan-Mitchell
Affiche publicitaire pour McDonald’s – Métro parisien – Crédit photo : Daniel J. Mitchell (tout droit réservé)

Les impôts et taxes, les obligations, les règlementations rendent tout si cher qu’un sandwich McChicken, qui coûte 1 dollar aux États-Unis, coûte à peu près trois fois plus en Europe aux taux de changes actuels, comme vous pouvez le voir sur cette photo que j’ai prise dans le métro.

De toutes façons, les Français semblent comprendre que quelque chose ne va pas. Des centaines de milliers s’échappent aussi vite qu’ils le peuvent. Même le New York Times ne peut pas s’empêcher de le remarquer.

Et aux élections municipales récentes, le parti du président Hollande a bu la tasse. Voici un extrait de ce que le New York Times a écrit à ce sujet.

« Les électeurs français ont porté un coup au gouvernement de François Hollande dimanche, rejetant les candidats de gauche pour le poste de maire dans au moins 155 villes, tout en embrassant des candidats plus conservateurs. (…) Les socialistes ont perdu certains de leurs anciens bastions comme Toulouse et Limoges, ainsi que de nombreuses villes plus petites. (…) Les problèmes économiques ont fait porter une grande ombre sur les élections, tandis que les efforts de Hollande pour inverser la tendance ont montré peu de résultats. (…) Le chômage total en France à la fin de 2013 était de l’ordre de 11%. »

Il ne semble pas que les socialistes se portent si bien que ça. Et donc, cela signifie-t-il que Hollande va se faire jeter de son poste dans quelques années ? Peut-être, mais la vraie question est de savoir si ça ferait une différence. Il semble que les politiciens soi-disant de droite en France, et dans le reste de l’Europe, sont si ramollis et étatistes qu’ils font paraitre les Républicains américains comme des modèles d’hommes de principes.

Voici un extrait de ce que Véronique écrivait dans son article de Reason sur le prédécesseur de Hollande :

« Les données compilées par les groupes de surveillance de l’impôt et par les médias en 2012 montrent que, pendant le règne de Sarkozy, les contribuables ont été assujettis à 205 augmentations individuelles, y compris des taxes et accises sur les télévisions, le tabac, les boissons pétillantes light, des augmentations multiples de l’imposition du capital, et une augmentation de l’impôt sur la fortune. Sarkozy est aussi responsable d’avoir augmenté les taux d’imposition sur le revenu de la tranche maximum, de 40 à 41% en 2010, puis encore à 45% en 2012. »

En d’autres termes, Paul Krugman a raison d’écrire qu’il y a un complot contre la France. Mais il a tort de suggérer que des types comme moi prennent part à cette cabale. La vraie menace qui pèse sur la France, ce sont les politiciens français.


Sur le web. Traduction de l’anglais par Contrepoints.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • AlainCo (@alain_co)
    12 avril 2014 at 9 h 27 min

    a propos de cette tendance observée, que dans un système dysfonctionnel, la tendances de politiciens voire de la population est de penser qu’il faut renforcer le système au lieu d’en changer, je me réfère à ces travaux sur la pensée de groupe par Roland Benabou
    https://www.princeton.edu/~rbenabou/Schumpeter3send.pdf

    ce qui est intéressat c’est de voir que plus la mauvaise solution est mauvaise, plus la pensée de groupe est soutenue par les gens qui en souffrent collectivement…
    les seuls à pouvoir changer d’avis sont ceux qui peuvent s’enfuir, qui peuvent profiter de la vérité…

    le problème c’est que c’est difficile de savoir si on est en pensée de groupe ou en réalisme, car la première chose que manipule la pensée de groupe c’est la réalité accessible à ses victimes…

    • Tout à fait d’accord. C’est pourquoi j’ai quitté ce pays. Et franchement, je ne regrette pas « l’exception française ». Ni ses acquis sociaux, ni ses « valeurs républicaines », ni sa morale égalitariste à deux sous, ni ses clowns pathétiques qui gouvernent alternativement ce pays avec les résultats qui rendent hilare le reste du monde.
      C’est même quelque part réjouissant de voir, de l’exterieur, la lente agonie de ce pays, qui n’est plus le mien.
      Comment ai-je pu être aveugle, sourd et muet aussi longtemps ? sans doute pour les même raisons que 90% de mes ex-compatriotes ; le formatage de la pensée dès la maternelle.

      • Bonjour Solar: Je me permets de répondre à votre commentaire pour partager mon observation qui est similaire à la votre. J’ai quitté notre bon pays et suis actuellement aux Etats-Unis pour obtenir mon MBA. La dernière partie de votre commentaire m’a réellement fait réfléchir car je me fais depuis quelques années maintenant la même reflexion, à savoir pour vous citer « Comment ai-je pu être aveugle, sourd et muet aussi longtemps? » Il est assez incroyable de constater la lenteur ainsi que la stupidité tous azimuts de nos représentant nationaux qui me font honte. Mon dieu que je ne regrette pas la France avec toutes ses exceptions et acquis sociaux aussi interloquants que figés dans le marbre.
        Je suis cependant très triste de constater son évolution car mon ressentiment est que j’ai toujours énormément d’affection pour le pays dans lequel je suis né mais trouve absolument insupportable ce qu’il est devenu. Je suis extrêmement pessimiste quant à son avenir car je pense que d’une manière générale les français sont des pleurnichards incapables de prendre leur destin en main. « j’ai droit à ci, j’ai droit à ça, le gouvernement devrait faire ci, c’est la faute des méchants patrons »… etc et j’en passe. Je me suis toujours demandé comment cela se faisait-il sachant que nous avons la chance d’être un pays développé dans lequel tout de même, certaines personnes réfléchissent mais je crois que vous avez soulevé un point essentiel avec le bourrage de crâne intensif dont font l’objet toutes nos têtes blondes depuis la petite enfance. J’utiliserai l’exemple suivant: « La France à un système social que la planète entière nous envie »… J’ai été moi même très étonné de découvrir au travers de plusieurs discussions avec des étrangers de toutes origines qu’effectivement non, toute la planète toute entière ne nous envie pas forcément ce magnifique système et que les autres sont généralement tout à fait satisfaits du leur. Il est en outre amusant d’observer que cette passion du tout état n’est pas du tout partagée par une écrasante majorité des gens par ici (mid-west américain) qui voient plutôt le gouvernement fédéral comme un inquisiteur dont ils aimeraient bien voir le rôle se réduire drastiquement (ce qui me fait par là penser que les américains sont une nouvelle fois très en avance sur nous en terme de raisonnement).
        Maintenant, une précision assez importante à mon sens à apporter est que toutes les remarques formulées dans l’article ne s’appliquent pas uniquement qu’à la France. De par mon cursus et mon activité (je suis également enseignant/tuteur dans ma faculté), je suis fréquement en contact avec des étudiants de toutes origines. Je remarque qu’une EXTREME majorité, spécialement concernant les européens en ont ras la claque de leur modèle de vie. Danois, Français, Hollandais, Allemands (eux aussi!), Ukrainiens, Russes, Espagnols, quasiment tous ne souhaitent plus revenir chez eux et font état de problèmes qui me sont très familiers, comme une situation économique intenable, une impossibilité de trouver sa place sur le marché du travail, un gouvernement omniprésent, le niveau des prix exorbitant, des problèmes massifs d’immigration, ou des politiques de redistributions des richesses absolument insensées.
        Voila ce que je souhaitais vous dire, je sais que mon commentaire est probablement trop long mais mon laïus ne vise pas uniquement à dresser un portrait à charge du mode de vie français, je souhaite surtout alerter sur un point crucial sur lequel Mme de Rugy a mis le doigt: les français et européens au sens large commencent à voter avec leur pieds, et malheureusement (ou heureusement pour eux c’est selon), je constate que ce ne sont pas forcément les plus cons qui partent! Ceci est une alerte de plus pour ceux qui souhaitent encore que la France ne finissent pas unniquement constituée d’assistés et de retraités…

        A bon entendeur, je vous souhaite à tous une excellente soirée.

        • En réponse à Momo el fuego . En réalité, j’ai eu la possibilité dans ma vie professionnelle, de vivre quelques années dans d’autres cultures (africaine, Latino, anglo-saxonne), et de comparer. J’ai compris que ce qui n’allait pas chez nous, ce n’était pas seulement du fait de la lâcheté de nos hommes politiques. Ils sont comme ça en Europe. Ni de leur incompétence notoire. Ni de la démesure de leur égo. Ni des résidus de féodalisme dont, petits roitelets insignifiants, ils se croient les héritiers. Non, c’est le systéme en entier qui est perverti. renforcé après guerre par la nomination de Thorez, agent de l’URSS, à qui nous devons le statut actuel de la fonction publique, qui favorise les crétins plutôt que ceux qui ont le sens de l’état, et ce , à vie. Puis est arrivé mai 1968. Nous lui devons les hauts fonctionnaires bobos d’aujourd’hui, occupés surtout à assurer la pérennité du système et de leurs avantages, qui fait d’eux les vraies riches de la France. Ce n’est qu’à mon retour en France que j’ai commencé à me poser des questions sur la pertinence de notre système. Pendant quelques année, j’ai représenté ma « boite » lors de réunions internationales. Etaient présents des gens de tous pays. Il y avait 5 à 6 réunions annuelles. Un jour, la délégation à majorité anglo-saxonne nous informe que M. X sera absent à la prochaine réunion du groupe (nous nous connaissions tous), mais que X serait remplacé par une personne ayant les mêmes compétences. L’année suivante, c’est un ressortissant russe qui sera absent. Sa direction nous en informe dans les mêmes conditions que précédemment. Puis vient le tour de la France. Ma direction prévient qu’un français du groupe sera absent, mais qu’ils sera remplacé par quelqu’un de même GRADE. Vous avez-saisi la nuance ? C’est ça la France. C’est pourquoi je l’ai quitté, sans remords.

  • Nadège Rivendel
    12 avril 2014 at 10 h 06 min

    Les français qui ne sont pas partis, en effet, sont en train de comprendre que la situation s’aggrave de jour en jour et que la politique menée est loin d’être la bonne, c’est même une des plus mauvaise qu’on puisse imaginer; on trouve pire : les extrêmes qui se rejoignent…

    Cela dit, une large majorité n’a pas encore compris que nous n’avons plus 10-20-30 ans (peut-être même pas 5 ans) devant nous pour redresser la barre : la réalité est que ça urge !

    Ils n’ont pas compris non plus, ni ne veulent comprendre, que l’Etat providence c’est terminé ! les caisses seront vides d’ici peu ! sont-ils d’accord de renoncer à la sécu ? aux subventions ? aux allocations ? aux niches fiscales ? aux 35h ? au rsa ?à l’Etat mammouth qui soi-disant règle tout ? NON !

    Et ce qu’ils n’ont pas compris non plus, c’est que, de gré ou de force, ce système va obligatoirement exploser.

    Le moment ne serait-il pas venu pour les libéraux de sortir de l’arrière du décors où les ont relégués les politiciens de tous bords, avant que la situation ne dégénère en violences incontrôlables ?

    • Complètement d’accord.
      « Les français ont compris »…hm…oui et non. Ils ont peut être compris que hollande ne leur apporteraient pas le bonheur tant attendu, mais je doute franchement que la majorité des français aient réellement une conscience et connaissance des véritables problèmes économiques du pays.
      La plupart ne pensent qu’à leurs propres privilèges.
      Pire, je pense aussi que beaucoup aimerait voir leur pays encore davantage Etatiste, dans le but (fantasmé) qu’il soit enfin efficace.

    • les caisses seront vides d’ici peu !

      Vous êtes loin de la réalité : les caisses sont déjà vides depuis plusieurs années.
      Et le trou risque de s’agrandir sans QE de la BCE ❗

      • Nadège Rivendel
        12 avril 2014 at 13 h 09 min

        « Vous êtes loin de la réalité : les caisses sont déjà vides depuis plusieurs années. »

        Remplies jusqu’ici par des emprunts… et c’est là que le bât blesse… qui va continuer à prêter à un pays qui, pertinemment, non seulement ne pourra jamais rembourser, mais de surcroît ne prend pas les mesures pour renverser la situation ? personne ! de là ma phrase : les caisses seront vides d’ici peu.

        • emprunts donc rempli par du vide négatif :!roll:
          Les caisses sont plus vides que vide, il sera bientôt impossible de la remplir ❗
          Si vide, on peut encore remplir, avec du vide négatif, cela devient délicat.
          La France est en position de concurrencer l’Argentine !
          La France le fait : cocoricoN :mrgreen:

    • Je crois que la plupart des Français ont très bien compris, au contraire, mais qu’ils se refusent à en tirer les conclusions. Ils voient que toute sortie collective de crise passe par une phase encore bien pire que le présent, suivie d’un redressement des plus aléatoires. Donc soit ils choisissent une solution individuelle, genre exil, soit ils font du wait and see.
      Ils se comparent à la Grande-Bretagne, qui en est au même point que la France, après une purge incomparablement plus sévère. Vous avez beau leur dire que les trajectoires futures seront opposées, ils vous répondent que jusqu’ici il n’y a pas photo…

  • Oui, cela s’appelle le « French Socialism ». ou cancer de la fonction publique, avec des métastases syndicales, médiatiques, associatives, artistiques, etc, etc..

    Pourquoi ? Il y a une autre option ?

  • Les Chifres sont effrayants et parlent d’eux-mêmes :
    Entre 57 et 58% du PIB englouti par l’état français : seul 3% de cette manne est attribuée aux 3 fonctions régaliennes de l’état (Justice, Sécurité, Défense Nationale)
    pour 100€ de pouvoir d’achat, il faut un revenu de 230€ ((130€ sont prélevés par l’état)
    Les chiffres réels des demandeurs d’emploi (ceux qui cherchent un job) sont inconus (cachés?). Si nous intégront les DOM (départements d’outre mer), on dépasse allègrement les 6 millions.
    Dans ce pays, pour s’en sortir, il faut être encarté au PS et/ou à l’UMP et prendre des cours de communication pour mieux entuber le peuple. Je m’y refuse…

  • TOUT DANS L’ÉTAT, RIEN HORS DE L’ÉTAT ET RIEN CONTRE L’ÉTAT , Mussolini le « créateur » du fascisme.

  • Il exagère le ratio avec son mc chicken (de 1 à 3) en europe. Ce n’est pas le même formule

    La vraie comparaison se fait sur le big mac qui est le même partout:
    US : 3,48
    France 3,90
    Suisse 5,13
    Portugal 2,80
    Grece 2,60
    Prix en euros

    • Et en termes de qualités gustatives, le rapport qualité-prix est nettement en faveur du Big Mac français. Les hamburgers à 1 dollar rincés à la javel qu’on peut bouffer un peu partout aux US rendent malade n’importe quel estomac normalement constitué… faut comparer ce qui est comparable. Genre un resto français aux US et en France, par exemple : moins cher et meilleur chez l’Oncle Sam, avec un service au top car les serveurs sont largement rémunérés sur leurs tips.

  • Hypocryte Pallaisson & Acolyte Polisson
    12 avril 2014 at 19 h 14 min

    La photo suggère qu’il s’agit de supposition. Supposons, supposons

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don