Décès de Siergiej Niepobiedimyj, constructeur russe du système de missile Iskander

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Décès de Siergiej Niepobiedimyj, constructeur russe du système de missile Iskander

Publié le 11 avril 2014
- A +

IskanderSiergiej Niepobiedimyj, constructeur russe de systèmes de missile, dont le système balistique de courte-portée de nouvelle génération Iskander et du système Sol-Air (anti-aérien) portatif guidé par infrarouges Igla (en russe : « Игла́ », aiguille) est décédé à Moscou à l’âge de 92 ans. Au temps de l’URSS, Niepobiedimyj fut l’un des savants dont les activités furent les mieux protégées.

Il ne pouvait pas se rendre à l’étranger et ses photos n’étaient publiées dans aucun périodique. Son image fut même supprimée de photos de groupe. Pendant des années la CIA l’aurait traqué, ne fut-ce que pour savoir à quoi il ressemblait.

Niepobiedimyj a reçu presque toutes les médailles et distinctions honorifiques en URSS, dont le titre de Héros du Travail socialiste, le Prix Lénine, le Prix d’État, l’ordre de Lénine (à trois reprises) et l’ordre de la Révolution d’Octobre.

Niepobiedimyj repose dans le cimetière militaire de Mytiszczi (en russe : « Мыти́щи ») au nord-est de Moscou. Récemment ouvert sur le modèle du cimetière national d’Arligton près de Washington D.C., cette nécropole doit être le panthéon des dirigeants russes, des militaires d’exception, des vétérans de guerre mais aussi des héros de l’Union soviétique et de la Fédération de Russie.

La décision de construire ce cimetière fut prise en 1953 par le Conseil des ministres de l’URSS mais le projet ne vit jamais le jour. En 2001, Poutine est revenu dessus et a émis le décret ordonnant l’ouverture du panthéon. Sa construction a débuté en 2008 et a couté 4 milliards de roubles (89 millions d’euros). Il s’étend sur 55 hectares et a été inauguré le 21 juin 2013. On peut supposer qu’il sera le cimetière principal en Russie pour les 200 années à venir, avec un total de 40.000 places.

Le projet prévoit le transfert des ossements des personnes inhumées dans la Nécropole du mur du Kremlin sur la place Rouge à Moscou, dont ceux de Lénine, Staline et autres hauts dignitaires du Parti communiste et de l’État soviétique. La décision concernant ce transfert n’a pas encore été prise.

Niepobiedimyj sera le troisième personnage enterré dans le cimetière militaire de Mytiszczi. En décembre dernier, ce fut d’abord Mikhaïl Timofeïevitch Kalachnikov, inventeur de l’AK-47, arme qui porte son nom et ensuite, en février dernier, Vassili Ivanovitch Petrov, maréchal de l’Union soviétique et commandant-en-chef des forces terrestres de l’URSS (1980-1985).

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Julien Théron. Un article de The Conversation

Les graphies officielles des noms utilisés dans cet article sont, en langue ukrainienne : Kyiv (Kiev), Donbas (Donbass) et Kharkiv (Kharkov).

Quel que soit le cadre, les pourparlers entre la Russie et les Occidentaux ont échoué. Moscou considère sa situation vis-à-vis de l’OTAN, qui serait pour la Russie une « question de vie et de mort », comme « intolérable ». L’acmé a été récemment atteint quand Vladimir Poutine en personne a allégué que la situation dans l’est de l’Ukraine «... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le 17 janvier 2022, aux Cafés Géographiques, Michel Bruneau a présenté son livre, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet.

Voici ce que j’en ai retenu.

L’idée générale est de comprendre que l’Europe et l’Asie forment un seul continent et notamment que les États ou les empires (une vingtaine) ont souvent été à cheval sur les deux. Les plus connus sont ceux d’Alexandre, l’empire romain puis byzantin, ceux des turco-mongols dont l’empire ottoman, et la Russie.

La géo-histoire

Michel Bruneau commence par une rapide ... Poursuivre la lecture

Un mensonge d’État et une collusion d’intérêts financiers et politiques ont réussi à persuader une grande partie de l’opinion publique que le développement des sources intermittentes d’électricité éolienne et solaire photovoltaïque était indispensable pour faire face efficacement au réchauffement climatique.

Or, c’est faux mais chacun le répète à qui mieux mieux, faute de compréhension du sujet.

Mensonges ?

Il s’agit là d’une imposture entretenue soigneusement depuis des années par les promoteurs de l’éolien et du voltaïque, ain... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles