Décès de Siergiej Niepobiedimyj, constructeur russe du système de missile Iskander

Au temps de l’URSS, Niepobiedimyj fut l’un des savants dont les activités étaient les mieux protégées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Décès de Siergiej Niepobiedimyj, constructeur russe du système de missile Iskander

Publié le 11 avril 2014
- A +

IskanderSiergiej Niepobiedimyj, constructeur russe de systèmes de missile, dont le système balistique de courte-portée de nouvelle génération Iskander et du système Sol-Air (anti-aérien) portatif guidé par infrarouges Igla (en russe : « Игла́ », aiguille) est décédé à Moscou à l’âge de 92 ans. Au temps de l’URSS, Niepobiedimyj fut l’un des savants dont les activités furent les mieux protégées.

Il ne pouvait pas se rendre à l’étranger et ses photos n’étaient publiées dans aucun périodique. Son image fut même supprimée de photos de groupe. Pendant des années la CIA l’aurait traqué, ne fut-ce que pour savoir à quoi il ressemblait.

Niepobiedimyj a reçu presque toutes les médailles et distinctions honorifiques en URSS, dont le titre de Héros du Travail socialiste, le Prix Lénine, le Prix d’État, l’ordre de Lénine (à trois reprises) et l’ordre de la Révolution d’Octobre.

Niepobiedimyj repose dans le cimetière militaire de Mytiszczi (en russe : « Мыти́щи ») au nord-est de Moscou. Récemment ouvert sur le modèle du cimetière national d’Arligton près de Washington D.C., cette nécropole doit être le panthéon des dirigeants russes, des militaires d’exception, des vétérans de guerre mais aussi des héros de l’Union soviétique et de la Fédération de Russie.

La décision de construire ce cimetière fut prise en 1953 par le Conseil des ministres de l’URSS mais le projet ne vit jamais le jour. En 2001, Poutine est revenu dessus et a émis le décret ordonnant l’ouverture du panthéon. Sa construction a débuté en 2008 et a couté 4 milliards de roubles (89 millions d’euros). Il s’étend sur 55 hectares et a été inauguré le 21 juin 2013. On peut supposer qu’il sera le cimetière principal en Russie pour les 200 années à venir, avec un total de 40.000 places.

Le projet prévoit le transfert des ossements des personnes inhumées dans la Nécropole du mur du Kremlin sur la place Rouge à Moscou, dont ceux de Lénine, Staline et autres hauts dignitaires du Parti communiste et de l’État soviétique. La décision concernant ce transfert n’a pas encore été prise.

Niepobiedimyj sera le troisième personnage enterré dans le cimetière militaire de Mytiszczi. En décembre dernier, ce fut d’abord Mikhaïl Timofeïevitch Kalachnikov, inventeur de l’AK-47, arme qui porte son nom et ensuite, en février dernier, Vassili Ivanovitch Petrov, maréchal de l’Union soviétique et commandant-en-chef des forces terrestres de l’URSS (1980-1985).

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Ryan McMaken.

 

Au cours des deux dernières semaines, la Pologne et les États baltes ont tous fermé leurs frontières à la plupart des Russes qui cherchent à les franchir, en particulier ceux qui voyagent avec un visa de tourisme. L'interdiction des voyageurs russes (jusqu'à présent) ne restreint pas l'entrée en Pologne et dans les pays baltes des Russes provenant d'autres pays de l'espace Schengen. Cependant, depuis samedi dernier, la Finlande s'oriente également vers une interdiction des voyageurs russes et va plus loi... Poursuivre la lecture

Vladimir Poutine a donc annoncé la mobilisation. Il n’avait pas le choix. L’armée russe est sur le point d’être désintégrée, s’il n’est d’ailleurs pas déjà trop tard. La situation en Ukraine est un réel cauchemar pour ses troupes qui subissent revers après revers depuis 7 mois que dure l’expédition spéciale. Une opération qui peut d’ailleurs être qualifiée de spéciale surtout parce que spécialement mal préparée par excès de confiance et spécialement mal servie par une succession d’erreurs et de retards sur les événements.

Les meilleure... Poursuivre la lecture

Vendredi, Contrepoints proposait un article intitulé « Les sanctions contre le Kremlin sont justifiées d’un point de vue libéral ».

Curieux, je me suis demandé comment ces sanctions pourraient trouver une quelconque justification libérale. Et malheureusement, je dois dire que la lecture de l’article n'a pas apporté de réponse à ma question. Bien au contraire, les arguments que j’y ai lu sont à mon avis symptomatiques d’un profond désaccord sur la nature du libéralisme. En ne s’intéressant qu’aux conséquences collectives et hypothétique... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles