Pourquoi écouter les Français puisqu’on peut s’arranger entre-nous !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vox populi (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi écouter les Français puisqu’on peut s’arranger entre-nous !

Publié le 10 avril 2014
- A +

Un billet d’humeur de Nicolas Nilsen.

dpg_balancesa

Aux dernières élections municipales, les Français ont infligé un désaveu cinglant à François Hollande. Les socialistes ont enregistré une déroute sans précédent et subi une hécatombe dont on ne trouve pas l’équivalent dans les annales des scrutins municipaux. Mardi, à l’Assemblée, le Premier ministre demandait la « confiance » sur son Discours de politique générale et il l’a obtenue avec 306 voix « pour ». Retenez les deux chiffres suivants, car ils valent leur pesant de cacahuètes

On peut soit prendre en considération ce que 11 millions de personnes ont exprimé lors des deux tours des municipales, soit écouter ce que 577 députés pensent… Tout est une question d’échantillon en réalité.

11 millions : défiance !

Aux dernières municipales, 11 millions de citoyens ont été consultés (11.393.554). Un sacré sondage tout de même. Et cet échantillon de onze millions de Français a infligé une défaite cinglante à la gauche qui a perdu 155 villes de plus de 9000 habitants… Vous pensez peut-être que le Peuple consulté ainsi en grandeur réelle exprimait un besoin d’un changement de politique ? Non : le remaniement a réinstallé les mêmes et avant-hier, dans son discours de politique générale, le Premier ministre a confirmé la même politique. Pas de changement : ils gardent le même cap.

img contrepoints217

306 voix : confiance !

11 millions infligent un désaveu cinglant et expriment leur défiance. 306 députés votent « pour » et accordent la « confiance » ; et hop c’est emballé. Circulez, il n’y a plus rien à voir. « Vive l’Assemblée nationale, vive la démocratie, et vive la France. »

Une peur panique du Peuple !

L’aveu lamentable d’un député PS qui ne veut surtout pas perdre son siège !

dpg_tweet_depps_b
.
Celui-là a tout compris à la démocratie représentative : il vote la confiance non pas parce qu’il est « pour » mais parce qu’il sait que s’il vote comme il pense, c’est risquer la dissolution. Et ce monsieur a une peur panique du peuple ! Et donc il vote la confiance uniquement pour… éviter d’avoir à retourner devant ses électeurs ! Se faire réélire est difficile, comprenez-vous, et on est bien au chaud à l’Assemblée ! On a quand même quelques petits avantages… alors le Peuple, vous savez… et l’intérêt de la France… ce n’est pas vraiment notre truc.


Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Il a peur de la dissolution parce qu’il n’est pas certain du tout, du tout d’être réélu si dissolution il y avait.

    Vive la démocratie !

    • Vive la démocratie ? Il n’y a pas eu dissolution, Laurent Baumel conserve donc ses privilèges, conférés par la démocratie… Et même s’il n’est pas réélu lors de prochaines élections, il sera remplacé par un collègue tout aussi cynique. Que voulez-vous, en politique tout le monde est comme ça !

  • L’exemple est donné par le grand Mamamouchi Flamby 1er, qui va s’accrocher jusqu’au bout, sans oublier tous les petits copains de la promotion Voltaire (voir le nouveau gouvernement de « combat »)
    Que fait on ? On vote blanc, on descend dans la rue ?

  • Ca fait bien longtemps que la démocratie n’existe plus en France. ce n’est pas nouveau !
    Cela finira dans un bain de sang pour les politiques. Il n’y a que ça qui les fera comprendre !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Elina Lemaire.

Remous provoqués par la scission de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) en quatre groupes politiques, interrogations autour de l’attribution aux groupes d’opposition de certains postes-clés à l’Assemblée nationale (vice-présidences, questures, présidence de la – très stratégique – commission des finances), réception des présidents des groupes par le président de la République au lendemain des élections, puis par la Première ministre à quelques jours de son discours de politique générale… La situ... Poursuivre la lecture

Situation étonnante s’il en est, la mesure phare de l’autoritarisme sanitaire macronien, le pass sanitaire, a été rejetée grâce à une alliance de circonstances entre toutes les oppositions, de l’extrême gauche à l’extrême droite.

L’article 2 de la loi sanitaire présentée devant l’Assemblée nationale a été rejeté par 219 voix contre 195. Il permettait d’instaurer jusqu’en janvier un pass aux frontières et entre la Corse, les outre-mer et l’Hexagone au nom de la lutte contre le covid.

Le Premier ministre Élisabeth Borne s’en est p... Poursuivre la lecture

Moment historique pour certains, enfilement de platitudes pour les autres, le discours de politique générale de la nouvelle "Première ministre" Élisabeth Borne ce mercredi s’est voulu rassurant.

Rassurant pour les élus, tant madame Borne a laissé entendre que le gouvernement « jupitérien » allait lâcher un peu de lest et impliquer un peu plus les collectivités territoriales dans les décisions collectives en matière d’éducation, de santé ou de ruralité.

En 10mn, Borne vante la décentralisation et déplore l'ém... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles