Climat : comment les générations futures nous jugeront-elles ?

Elles se demanderont pourquoi il y a eu une telle panique pour une augmentation de 0,4 degré C dans les températures mondiales entre 1975 et 1988, alors que des hausses similaires entre 1860 et 1880, et entre 1910 et 1940, n’avaient causé aucune inquiétude.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
dont_panic

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climat : comment les générations futures nous jugeront-elles ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 9 avril 2014
- A +

Par Richard North, de Bradford, Grande Bretagne.

dont_panicIl y a une chose sur les alarmistes du climat, c’est que leurs messages et arguments sont si répétitifs, si exagérés et, surtout, si ennuyeux, que la plupart des gens normaux ont éteint toute écoute. Les réchauffistes sont en train de pousser un énorme rocher dans une montée, et il est en train de devenir de plus en plus gros, et la pente de plus en plus raide, et Christopher Booker est en train d’étaler de la graisse sous leurs pas.

Quand les générations futures regarderont en arrière cette alarme sur le réchauffement planétaire, qui s’est emparé du monde vers la fin du XXème Siècle, écrit-il, bien des choses vont les rendre perplexes sur comment une telle peur a pu enfler.

Elles vont se demander pourquoi il y a eu une telle panique pour une augmentation de 0,4 degré C dans les températures mondiales entre 1975 et 1988, alors que des hausses similaires entre 1860 et 1880, et entre 1910 et 1940, n’avaient causé aucune inquiétude. Elles verront ces modestes augmentations comme faisant partie d’un réchauffement général ayant commencé au début du XIXème Siècle, au moment où le monde a émergé du petit âge glaciaire, au cours duquel la Terre s’était refroidie pendant 400 ans.

Elles seront frappées par l’origine de cette peur reposant sur les projections de modèles informatiques, qui se révélèrent désespérément fausses lorsque, dans les années suivant 1998, leurs hausses prédites des températures se sont virtuellement arrêtées.

Mais en particulier, ajoute Booker, ces générations seront ébahies par la révérence presque religieuse accordée à ce corps, le Groupe D’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat des Nations Unies, le GIEC, qui d’ici là sera reconnu comme n’ayant jamais vraiment été une organisation scientifique du tout, mais bien un groupe de pression politique.

Il avait été lancé dans les années 80 par une petite bande de scientifiques politiquement persuasifs, devenus fanatiquement engagés dans la croyance que, parce que les niveaux de CO2 montaient, les températures mondiales devaient inévitablement suivre. Une hypothèse que les preuves allaient de plus en plus invalider.

À 5 reprises entre 1990 et 2014, le GIEC a publié 3 volumes massifs de rapports techniques – encore un la semaine dernière – et à chaque fois, nous avons vu le même schéma se répéter.

Chacun était supposément basé sur des milliers d’études scientifiques, nombre d’entre elles financées pour trouver des preuves soutenant la vision admise, selon laquelle le réchauffement climatique causé par l’homme menaçait le monde de désastres — ouragans, inondations, sècheresses, fontes de glaces, montées du niveau des mers, et tout le reste.

Mais chaque fois, ce qui faisait la Une était un bref « Résumé pour les Décideurs Politiques », soigneusement conçu par les États et quelques scientifiques engagés pour faire mousser la peur en allant bien plus loin que ce qui était justifié par les milliers de pages dans les rapports techniques eux-mêmes.

Chaque fois, il finissait par émerger de quelle manière éhontée ces résumés avaient distordu les preuves actuelles, sélectionnant les morceaux effrayants, qui eux mêmes, souvent, s’avéraient n’être pas du tout basés sur de la science digne de ce nom.

L’exemple le plus aveuglant a été le rapport du GIEC de 2007, qui a fait la Une avec ses prédictions sauvagement alarmistes à propos des glaciers de l’Himalaya qui pourraient tous disparaitre d’ici 2035 ; du réchauffement planétaire qui pourrait réduire de moitié les récoltes en Afrique d’ici 2050 ; des sècheresses qui détruiraient 40% de la forêt amazonienne.

Ce n’est qu’en 2010 que certains d’entre nous sommes arrivés à démontrer que chacune de ces prévisions, et de nombreuses autres, ne provenaient pas de vraies études scientifiques, mais de propagande visant à effrayer les gens, produite par des activistes verts et des lobbys, dont une analyse exhaustive a démontré qu’ils constituaient presqu’un tiers de toutes les sources du GIEC.

La plupart des prédictions particulièrement alarmistes du GIEC provenaient d’un rapport du Groupe de Travail II du GIEC. Celui-ci avait pour but d’évaluer l’impact sur le monde de ces changements de climat prédits par les modèles informatiques tout aussi imparfaits, sur lesquels se reposait le Groupe de Travail I, ayant lui pour charge d’évaluer la science du changement du climat.

Le rapport technique publié la semaine dernière était sa suite, y compris de la part du Groupe de Travail II, et nous pouvons voir d’un coup, par son traitement beaucoup plus prudent de sujets ayant causé tant de problèmes la dernière fois, qu’ils savaient qu’ils ne pouvaient pas se permettre une répétition de ce désastre.

En regardant le Résumé pour les Décideurs Politiques, cependant, nous voyons comment les alarmistes sont toujours en train de jouer leur même petit jeu d’antan.

Pages 12 à 14 par exemple, ils essaient toujours de faire mousser les peurs sur les évènements météo extrêmes, les canicules tueuses, les îles tropicales qui disparaissent, les cultures qui échouent massivement, alors que bien peu de cela n’est justifié par le rapport lui-même, et encore moins par les preuves provenant du monde réel, où ces choses ne se produisent pas plus en ligne avec les prédictions que les températures ne montent en ligne avec celles prédites par leurs modèles informatiques.

Ce dernier rapport en date a provoqué nettement moins d’excitation que son prédécesseur hystérique de 2007. Ils ont crié au loup une fois de trop.

Ils peuvent continuer à rêver, conclut Booker. Mais hélas, dit-il, le reste d’entre nous doit continuer de payer le prix de leurs rêves. C’est à dire, jusqu’à ce que ce gros rocher devienne trop gros et commence à glisser dans l’autre sens.

Sur le web Traduit de l’anglais par Contrepoints.

Voir les commentaires (112)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (112)
  • les puissants de ce monde ont toujours passé bcp de temps a culpabiliser les hommes , il n’y a aucune raison pour que cela change et après tout , pendant qu’on lutte a coups de milliards contre le réchauffement climatique on assèche les finances des militaires , merci les écolos 😉

  • Les escrolos ont réussi cet exploit de transformer la peur millénariste de fin du monde en peur permanente.
    Avant c’était une fois tous les mille ans, maintenant c’est tous les 5 ans avec des piqures de rappel chaque semaine.
    C’est beau.

  • Ça ne sera qu’un petit chapitre de l’histoire des fascismes. À moins que ce n’en soit l’ultime.

    Autre question:
    Pourquoi avons-nous cette fixation sur ce que vont penser de nous les générations futures ?

    Nous-mêmes sommes une des générations futures de nos ancêtres. Nous les considérons avec un œil historique, parfois surpris, parfois amusés, rarement avec des imprécations.

    Ils avaient leurs problèmes et ne se préoccupaient pas de trouver des solutions en notre nom.
    Ils n’avaient pas ce sens maternel que maintenant nous portons pour ces futures générations qui, sans nous, ne sauraient se dépatouiller avec l’héritage que nous leur laisserons.
    Faut-il douter de leur intelligence et de leur capacité à vivre une bonne vie ?

    Écologistes de notre égo, nous sommes devenus des mères possessives de générations que nous n’avons pas encore enfanté.

    • C’est la suite logique des malthusiens, l’hypocrisie

    • « Pourquoi avons-nous cette fixation sur ce que vont penser de nous les générations futures ? »

      Humh ! Est-ce vraiement la préoccupation d’une majorité des français. Et dans le monde ? On se préoccupe pour nos enfants, c’est sur mais les générations futures j’ai un gros doute. Je crois qu’il s’agit surtout de l’argument culpabilisateur d’une infime minorités d’activistes, dont l’efficience est faible, mais les conséquences sont plus grandes, inattendues et imprévisibles.

      En effet, la peur du futur se mélange à (et exacerbe) la peur du présent. L’erreur des manipulateurs est de ne pas voir qu’il déclenchent des réactions imprévues et incontrolables et que les peurs qu’ils succitent sont récupérées par d’autres avec des objectifs différents. La peur du CO2 s’amalgame et se transforme en peur des déchets, de la pollution, du nucléaire, des OGM, de la mal-bouffe, des industriels, des scientifiques, des gouvernements, des étrangers, du chomage, etc …

      Estimer un risque est compliqué. Quand on est placé dans un état d’inquiétude et qu’on ne sait quoi en penser parce que la menace est vague et contradictoire, l’inquiétude se reporte sur des frustrations personnelles. Bref, c’est gens qui manipulent les peurs sont dangereux et ils ne rendent même pas compte que leurs objetectifs ne sont pas atteints.

      Je ne crois pas non plus que nos ancêtres faisaient mieux ou différemment. L’histoire des guerres, des révolutions, des pogrom donne une idée de l’absurdité de l’espèce humaine quand les idées sont détournées et amalgamées et le bon sens relégué à une marque de faiblesse, de négation ou d’intérêt personnel.

      • « La peur du CO2 s’amalgame et se transforme en peur des déchets, de la pollution, du nucléaire, des OGM, de la mal-bouffe, des industriels, des scientifiques, des gouvernements, des étrangers, du chomage, etc … »

        J’ai semble-t’il oublié les « chemtrails » dans ma liste !

    • @Michel de Rougemont

       » … Ils avaient leurs problèmes et ne se préoccupaient pas de trouver des solutions en notre nom … »

      C’est globalement vrai, avec probablement quelques exceptions, dont une vaut son pesant de cacahuètes : Colbert était préoccupé de ce que la marine royale dispose de hautes futaies pour les mâts des navires … jusqu’en l’an 2000.

      Toutes les prévisions à plus une génération seront toujours battues en brèche par la réalité. Pour s’en persuader, il suffit de regarder une génération en arrière …

      • Oui mais, non mais, Colbert…! ça ce n’était pas pour les futures générations mais pour la grandeur de la France éternelle.

  • Les mensonges climatiques au prétexte des générations futures sont destinés à dissimuler le crime contre ces mêmes générations que sont les dettes publiques accumulées actuellement. Il faut être aussi cynique et destructeur que le socialisme inhumain peut l’être pour mépriser à ce point ses héritiers.

  • J’ai lu hier, je ne sais plus où, que la Navy allait produire son kérosène à partir de l’eau de mer. Actuellement en phase labo, le procédé pourrait être exploitable dans moins de 10 ans. Donc si j’ai tout bien compris, on stationnera quelques porte-avions autour des îles pour pomper l’eau et éviter la submersion… le GIEC n’y a pas pensé.

  • Il n’empêche que cela permet de justifier les épandages chimiques aériens (chemtrails) partout dans le monde; Ces épandages ont déjà amené une modification générale du climat et en particulier une nette diminution de l’ensoleillement . Officiellement, ces épandages n’existent pas et ils sont le fruit de l’imagination de « théoriciens du complot » ou de « victimes d’un sentiment de persécution » (sic).
    Il n’empêche que les choses commencent à bouger :
    En France, plusieurs médecins et élus demandent l’arrêt des épandages chimiques aériens : http://www.cielvoile.fr/article-medecins-et-elus-signent-stop-aux-epandages-aeriens-122764145.html
    En Italie, un député vient de demander que soit levée la classification « secret » sur ces mêmes épandages : http://www.cielvoile.fr/article-un-senateur-italien-demande-l-abolition-du-secret-d-etat-sur-les-chemtrails-123185366.html
    La pétition européenne vient d’être prise en compte pas le Parlement de l’UE :
    http://www.guardacielos.org/default.asp?Lang=EN
    http://coto2.wordpress.com/2014/04/08/eu-accepts-skyguards-petition-on-aerial-spraying-haarp/
    S’il n’est pas déjà trop tard, il faut que les citoyens se mobilisent pour que cesse ce crime contre l’humanité qui fait que, sous couvert de lutter contre un pseudo réchauffement climatique, certaines nations s’autorisent à empoisonner l’atmosphère terrestre en y épandant des milliers de tonnes de produits chimiques.
    Quelques infos et liens :
    http://www.acseipica.fr/compilation-de-documentation-essentielle/
    http://acseipica.blogspot.fr/p/documentation-references-liens.html
    http://www.collective-evolution.com/2013/04/29/geoengineering-chemtrails-what-in-the-world-are-they-spraying-and-why/
    http://ireport.cnn.com/docs/DOC-413453
    https://secure.avaaz.org/en/petition/A_world_wide_ban_on_illegal_Chemtrail_spraying/?fbdm

    • Lol…
      Là je pense que vous achevez définitivement de crédibiliser cet article…

    • Les chemtrail, un des complots les plus con qui existe :mrgreen:
      Il faut avoir un cerveau vraiment mal remplis pour y croire, il comporte peu d’adeptes en proportion.

      Le « moon fake » et le « 911 » sont aussi en réduction au baromètre des croyances débiles.

      • Il fut un temps ou des gens de votre stature ont fait bruler ceux qui osaient affirmer que la Terre était ronde et qu’elle tournait autour du soleil !
        En ce qui concerne les chemtrails, il suffit de lever la tête pour voir que, quotidiennement, ils sont là, bien réels.
        Quand au « cerveau mal rempli », le votre semble assez vide si l’on en juge par vos affirmations péremptoires, vides de toute argumentation qui accréditerait votre opinion : Avez-vous seulement pris le temps d’ouvrir les différents liens laissés afin que les lecteurs puissent se faire une opinion ? Visiblement non !

        • Alors qu’aujourd’hui, ce sont les sous-singes mongolo-cleptomanes de votre espèce qui crâment le pognon des autres, jusqu’à les plonger dans la merde la plus noire, et tout au plus pour satisfaire vos délires paranoïaques de pervers narcissiques, perdant pied dès que les gens vous font comprendre que vous n’êtes en rien au centre de leur existence… ah ! C’est sûr, il y a du progrès… ou pas.

          >>> Modération : passage supprimé, les incitations au suicide ne sont pas tolérées ici.

        • Dodds: « semble assez vide si l’on en juge par vos affirmations péremptoires, vides de toute argumentation »

          Il n’y a pas a argumenter avec quelqu’un qui pense que les avions, dont l’intérieur est connu de millions de techniciens et pilotes, contient des réservoirs secret avec tout un système de remplissage au sol, usine de production de substance, camion de transport et des déclencheurs qui feraient de grosse fumée sans que des centaines de milliers de gens se mettent à témoigner.

          Ça relève de la maladie mentale.

          Pour finir les trainées de condensation est un phénomène connu, reproductible en laboratoire, qui se produisait dès les débuts de l’aviation on a des milliers de photo de « chemtrail » comme celle-là:
          http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/8b/B-17_Flying_Fortress.jpg

          Cela relève d’une ignorance totale en science, logique et aviation.

          Dans l’échelle des abrutis complet les chemtrailleux obtiennent un 19/20.

          • dans le millieu rurale la croyance comme quoi les écologistes ( encore eux ) organiseraient des lachers de vipère par avion pour réintroduire cette espèce menacée, est assez répandu…

          • @Ilmryn
            L’argument des trainées de condensation des B17 n’est pas recevable dans la « logique Dodds ». Dans cette pata-logique, la photo prouve seulement que les « chemtrails » existaient déjà à l’époque des forteresses volantes, ainsi d’ailleurs, et pour la même raison, que les petits hommes verts …

            • Rien n’est recevable dans la logique des plus atteints.

              Mais je pense qu’il y a beaucoup d’avantages à ne pas laisser ce genre de débilités sans réponse.

          • Ce qui m’étonne, c’est qu’il se soit laissé embarquer sans se méfier dans le complot visant à lui apprendre à lire et à écrire. Voyez le résultat !

          • Vous mélangez tout délibérément ? Les trainées de condensation sont une chose, les épandages chimiques aériens en sont une autre.
            Pour ce qui est de la « maladie mentale » (?), faut-il vous rappeler, par exemple, que l’ensemble des travaux de mise en œuvre de la première bombe nucléaire ont été tellement bien gardés « secrets » que parmi les milliers de personnes impliquées dans le projet, aucune n’avait conscience de ce pourquoi elle travaillait ?
            Les chemtrails n’existeraient que dans l’imaginaire de quelques « abrutis » dites-vous ?
            Expliquez donc pourquoi des entreprises comme « Weathermodification » « vendraient » quelque chose qui n’existe pas ?
            http://www.weathermodification.com/index.php
            D’autre part, ai-je écrit que « les avions, dont l’intérieur est connu de millions de techniciens et pilotes, contient des réservoirs secret avec tout un système de remplissage au sol, usine de production de substance, camion de transport et des déclencheurs qui feraient de grosse fumée  » ? Pour votre information, ce ne sont pas des « réservoirs secrets », mais des avions entièrement équipés pour faire ce « travail » (photos ci-après); Ces appareils étant mis en œuvre par du personnel militaire sous couvert de l’OTAN, ils ont de fait accès à l’ensemble de l’espace aérien de tous les pays membres, sans avoir à d’identifier (transpondeurs désactivés); Voyez-vous, mes quelques milliers d’heures de vols à titre professionnel et nombre d’amis contrôleurs aériens (civils et militaires) me permettent d’affirmer tout cela. En fait, en matière « d’ignorant », vous ne savez RIEN, et n’avez que l’invective et la grossièreté pour tenter d’imposer votre point de vue, sans amener le moindre élément concret (parce-que la photo du B17 ….. lol ) ni argumentaire . Pour résumer, quand quelqu’un vient s’immiscer dans une discussion pour nier une réalité établie et incontestable, cela s’apparente à une méthode bien connue, pour ne pas dire fascisante !
            Curieusement, partout sur le net ou le problème des chemtrails est abordé,on retrouve toujours le même genre de trolls, utilisant l’éternelle diatribe tendant à discréditer des faits réels et « argumentés » (la pétition reconnue comme valide par le Parlement Européen serait-elle reçue par des « abrutis », selon vous ?); C’est à se demander si quelqu’un les paye pour ça ?
            http://www.chemtrails-france.com/
            http://www.acseipica.fr/compilation-de-documentation-essentielle/
            https://www.metabunk.org/threads/debunked-chemtrail-plane-interior-ballast-barrels.661/

            • Donc, pour éviter d’être aspergés de mystérieux produits, nous devons nous réfugier en Russie (puisque, d’après vous, ce sont des avions de l’OTAN qui sont utilisés) ? Ou alors en Chine ?
              Sauf si c’est un complot mondial, évidemment, et que l’OTAN, la Russie et la Chine aspergent tout le monde de la même manière.
              Ceci dit, il y a longtemps que je n’avait plus ri à ce point.

            • @ Célestin : moi aussi :mrgreen:

            • J’ai même lu qu’Obama y songerait pour refroidir la planète. C’est donc déjà fait ❗
              Cela va favoriser les Néandertaliens dont je fais parti puisque l’on est mieux adapté au froid.
              Merci Barack, je t’aime :mrgreen:

            • Dodds: « Voyez-vous, mes quelques milliers d’heures de vols à titre professionnel et nombre d’amis contrôleurs aériens (civils et militaires) me permettent d’affirmer tout cela. »

              Et moi en tant que Pape j’ai accès directement aux ange espions. :mrgreen:

              vos arguments, « preuves » et témoignage sont ridicules et contradictoire, le site http://www.chemtrails-france.com/ est une farce absolue, moins documenté même que celui sur les licornes verte qui vont envahir la terre.

              Comme vous êtes une secte d’allumés totalement négligeable qui ne recrute que chez quelques gamins et ignorants, ça ne sert à rien d’argumenter avec vous, croyez ce que vous voulez mon bon on s’en tape.

      • Mon préféré est la variante 911 réopeniste « no planer » à NY.

        Oui oui, ça existe. Les avions étaient des HOLOGRAMMES. Puisqu’on vous le dit.

        • Il y avait celle du missile aussi qui était à mourir de rire…

          Un avion de 122 tonnes s’écrase à 700km/h dans un structure légère et 50m avant l’impact d’après eux il lançait un missile… probablement pour percer le « blindage » en verre et carton de la paroi ? :mrgreen:

  • Comment manipuler les masses:
    Bjorn Lomborg dans son livre « l’écologiste sceptique » (Le Cherche Midi) avait déjà tout dit en 2004. Mais qui l’a écouté? Il n’était pas politiquement correct à l’époque.
    Quand on observe la capacité de soumission des peuples à leurs dirigeants manipulateurs et la capacité de ces mêmes dirigeants à exercer leur techniques de manipulations, on ne peut être que soucieux pour l’avenir de notre monde.

  • J’approuve bien sûr l’intégralité du message mais il faut être précis, si des hausses similaires en 1860/80 et 1910/40 n’ont pas causé d’inquiétude c’est que les moyens de les mesurer n’existaient pas à l’époque et qu’elle sont passées inaperçues. Tout au plus a-t-on pu remarquer moins d’hivers vigoureux ou d’étés pourris dans certaines régions du monde pourvues en moyens de mesure, ce qui bien sûr a été considéré comme positif.

  • ci-dessous une reponse a un article de marketwatch (PBF est l’auteur de l’article) que j’ai trouve tres interessante a lire:

    PBF is at it again but he’s got it all wrong.
    Big oil is the problem??? Excuse me but big horse was a far worse problem back in the day….
    By the late 1800s, large urban centers were “drowning in horse manure.” Not only were there no solutions in sight, people were making dire predictions:
    In 1894, the Times of London estimated that by 1950 every street in the city would be buried nine feet deep in horse manure. One New York prognosticator of the 1890s concluded that by 1930 the horse droppings would rise to Manhattan’s third-story windows.
    Horses crowded into cities cause a variety of problems. The 15 to 30 pounds of manure produced daily by each beast multiplied by the 150,000+ horses in New York city resulted in more than three million pounds of horse manure per day that somehow needed to be disposed of. That’s not to mention the daily 40,000 gallons of horse urine.
    In other words, cities reeked. The “stench was omnipresent.” Urban streets were minefields that needed to be navigated with the greatest care. “Crossing sweepers” stood on street corners; for a fee they would clear a path through the mire for pedestrians. Wet weather turned the streets into swamps and rivers of muck, but dry weather brought little improvement; the manure turned to dust, which was then whipped up by the wind, choking pedestrians infecting children’s lungs and coating buildings.
    …even when it had been removed from the streets the manure piled up faster than it could be disposed of…As a result of this glut…vacant lots in cities across America became piled high with manure; in New York these sometimes rose to forty and even sixty feet.
    We need to remind ourselves that horse manure is an ideal breeding ground for flies, which spread disease. Deadly outbreaks of typhoid and “infant diarrheal diseases can be traced to spikes in the fly population.”
    Comparing fatalities associated with horse-related accidents in 1916 Chicago versus automobile accidents present day, people were killed nearly seven times more often back in the good old days. The reasons for this are straightforward:
    …horse-drawn vehicles have an engine with a mind of its own. The skittishness of horses added a dangerous level of unpredictability to nineteenth-century transportation. This was particularly true in a bustling urban environment, full of surprises that could shock and spook the animals. Horses often stampeded, but a more common danger came from horses kicking, biting, or trampling bystanders. Children were particularly at risk.
    Falls, injuries, and maltreatment also took a toll on the horses themselves. Data indicates that, in 1880, more than 3 dozen dead horses were cleared from New York streets each day (nearly 15,000 a year).
    I find all of the above fascinating for two reasons. The first is that it’s abundantly clear that people who think we can address modern environmental concerns by returning to the era of the horse-drawn carriage have got things backwards, in the early years of the 20th century:…the private automobile was widely hailed as an environmental savior. In the span of two decades, technology eradicated a major urban planning nightmare that had strained governments to the breaking point, vexed the media, tormented the citizenry, and brought society to the brink of despair.
    In the second instance, I find this tale encouraging because it demonstrates that technology and innovation are the answer. In 1898 an international meeting of urban planners called a halt to their 10-day conference after only three days. Why? Because they felt impotent in the face of their most pressing issue: the horse manure problem.
    Not long afterward, a solution appeared. It took the form of the internal combustion engine and the family car. From the perspective of most people of that era, this solution came out-of-nowhere. It was wholly unanticipated. And it changed everything for the better.
    Today, some environmental activists (and European Union bureaucrats) would have us believe the only sensible response to climate concerns is to to narrow (rather than expand) the public’s transportation options. Without such measures they say, the worst will happen. But these people have no more insight into what the future holds than the commentators in the late 1800’s who were certain the streets would be nine feet deep in manure by 1950.
    We often hear that climate change is accelerating, that everything is worse than we thought. The truth of these statements is highly debatable. What seems far more clear-cut is that the pace of technological innovation is accelerating. New ideas come to market faster than ever before. The time it takes for life-changing technologies to be adopted by the general public grows ever shorter.
    This means we have more reason than those who inhabited the smelly cities of the late 1800s to expect that technology will solve some of our biggest challenges. This applies whether we believe climate change is a serious threat or not.
    When the solution to a given problem doesn’t lay right before our eyes, it is easy to assume that no solution exists. But history has shown again and again that such assumptions are wrong.
    This is not to say the world is perfect. Nor that all progress is always good…But humankind has a great capacity for finding technological solutions to seemingly intractable problems, and this will likely be the case for global warming. It isn’t that the problem isn’t potentially large. It’s just that human ingenuity – when given proper incentives – is bound to be larger. Even more encouraging, technological fixes are often far simpler, and therefore cheaper, than the doomsayers could have imagined. In other words, the future is bright. And there’s good reason to believe it contains less – not more – horse manure.
    Except of course on days when PBF writes an article then there’s more horse manure not less but it’s easily flushed and disposed of.

    • D’une part, dès qu’on résoud un problême, on est confronrté au suivant, presque aussi important. D’autre part quelle est la réelle proportion de problêmes que l’on résoud par l’action par rapport à ceux qui disparaissent d’eux-même, soit parce que les causes ont disparu (exemple du crotin de cheval de ce commentaire), soit que la communauté par l’action individuelle pour trouver des solutions, contourner ou régler le problême n’y mette un terme sans besoin d’intervention dirigée.

      Le problème favorise l’émergence de solutions qui sont automatiquement adoptées par les individus quand elles sont viables. Inventez une batterie à charge ultra-rapide et ultra haute capacité et le parc automobile « essence » disparait. Fournissez de l’électricité bon marché avec des centrales à fusion atomique et il n’y aura plus de pollution par les cheminées.

      Ce n’est pas le dirigisme mais l’innovation qui règlera les problêmes. Il n’y a même pas besoin de forcer l’incitation. Il faut simplment de pas perturber l’incitation existante en la dirigeant vers des voies de garages peintes en vert. Climat ou pas, c’est une évolution qui se fera mais à son propre rithme car les écolos n’ont jamais inventé le fil à couper le beurre.

      • « Inventez une batterie à charge ultra-rapide et ultra haute capacité et le parc automobile « essence » disparaît. » Je ne crois pas, la production électrique devrait être considérablement augmenter et cela ne se fait pas en un jour ni sans épineux problèmes. Comme vous le signifié dans votre commentaires, des solutions existent à la résolution des problèmes mais la plupart du temps elles sont le fruit du hasard et non pas d’une planification. C’est pour cela que chaque fois que nos « élites » pensent avoir trouvé LA solution on est à peut près sur qu’ils ont créé un problème plus important que celui qu’ils prétendaient résoudre.

        • « Je ne crois pas, la production électrique devrait être considérablement augmenter et cela ne se fait pas en un jour ni sans épineux problèmes. »

          On ne change pas non plus du jour au lendemain un parc automobile, et dans toute innovation, les premiers éléments mis en vente le sont à des prix prohibitifs. Mais contrairement aux politiciens, les industriels savent anticiper et donc adapter la production électrique.

          Pour les problêmes épineux, d’ici que la batterie miracle soit mise au point, on aura réaffecté l’ensemble des écolos à l’élevage des brebis ou on sera tous morts de famine pour cause de retour à la nature mal plannifié.

          • à petite échelle, les israéliens auraient réussi semble t’il à mettre au point une batterie de téléphone qui se recharge en 30 secondes. en phase de test actuellement.

  • Le souvenir laissé par les délires de l’IPCC sera d’autant plus comique que l’on s’achemine, selon les études des astrophysiciens et géophysiciens vers un refroidissement du climat. Mais c’est dérangeant et politiquement incorrect de faire cas de ces études incontestables. J’ai encore écrit un long billet hier à ce sujet :
    http://jacqueshenry.wordpress.com/2014/04/08/finalement-claude-allegre-avait-raison/

  • Les générations futures, à part quelques historiens et érudits, ne se poseront probablement pas tellement de questions. Beaucoup de jeunes n’ont jamais entendu parler des pluies acides, du trou de la couche d’ozone, de la grande glaciation, de la « famine de 1985 » (4 milliards de morts^^), des crises nucléaires de la guerre froide et j’en ai même vu qui n’avaient aucune idée des massacres communistes.

    Si les hommes avaient une si bonne conscience du passé, ils ne croiraient pas aussi facilement les vendeurs d’apocalypse. Une peur chasse l’autre, dans 5, 15 ans les prédicateurs vont trouver autre chose et tourner manège, résonnez flons flons.

    D’un autre côté, la multiplication des canaux d’information critique et des informations alarmiste (vaccin?) risque d’amoindrir l’impact des vendeurs de peur, surtout qu’internet à de la mémoire et que les journaux sont archivés.

  • Les générations futures, elles se foutront très probablement de nos décisions, tout comme nous nous foutons de ce qu’on fait nos grands parents ou arrières grands parents. Leurs actions n’ont pas eu d’incidence sur l’environnement ?

    L’argument des générations futures est un argument qui cherche à culpabiliser les gens, à les accuser du pécher d’égoïsme car ils ne cèdent pas aux revendications des pastèques.
    Et cette accusation d’égoïsme est idiote vu que les écolos traitent d’égoïstes ceux qu’ils veulent sacrifier, des personnes réelles, pour leurs propres fins abstraites au nom de personnes qui n’existent pas et d’opinion à notre encontre supposées et refusent de le faire…

    De toutes façons, les générations futures sont mieux placées que quelques zozos écolos pour savoir quoi penser de nous.

  • Comment les générations futures vous jugeront-elles?
    Avec une balle entre les deux yeux pour chacun d’entre vous…
    http://www.bibnum.education.fr/sciencesdelaterre/climatologie/de-l-influence-de-l-acide-carbonique-de-l-air-sur-la-temperature-terr

    …ainsi que pour les industriels du tabac.
    http://legacy.library.ucsf.edu/

    • Et sinon, vous avez lu l’article ou vous comptez en rester à Svante Arrhenius toute votre vie ?

    • « Avec une balle entre les deux yeux pour chacun d’entre vous… »

      Et après, vous vous plaignez d’être traités de nazis et qu’on ne vous écoute pas…

    • Loki Luke ❓

      🙄

    • Loki, le type qui rejette 5 tonnes de Co2 par année et qui veux buter les gens qui rejettent du Co2… :mrgreen:

      C’est vraiment mort pour le Global Warming, il ne reste plus que des gosses ou des tarés pour le défendre.

    •  » ainsi que pour les industriels du tabac  »

      ça ma fait penser à mon ancien voisin dans l’appart que j’avait étant jeune, pas cher mais mal isolé… comme il fumait beaucoup et habitait au dessous de moi, il se plaisait à dire qu’il me chauffait toutes les fois qu’il s’en grillait une… c’etait les années ou le réchauffement climatique n’avait pas encore fait son oeuvre ! le pauvre est mort d’un cancer de la gorge.

    • Et jamais vous montrez l’exemple ?

  • J’ai découvert votre site il y a peu, et j’ai bien aimé votre ton décalé.
    Toutefois vous venez de traduire et publier un article du DOCTEUR (excusez du peu) Richard North. Ce doit être l’Allègriste de service qui nous explique pourquoi il peut continuer à vivre dans son bureau climatisé,
    voyager en avion dans tous les sens sur la planète au gré de ses caprices, et finir le voyage en 4X4 pour un endroit idyllique bien sûr.
    Il essaie de nous laisser penser qu’il aurait lu les rapports du GIEC, et que lui écrivain est mieux à même de synthétiser les conclusions après les avoir mises en perspective avec les données de la protométéo. Peut-il alors expliquer pourquoi 13 des 15 années les plus chaudes sont au 21ème siècle ? Nous ne sommes plus là dans de simples aléas de la météo.
    Les calculs sur le réchauffement climatiques ne se font pas à l’échelle de sa courte vue. Il faut prendre en compte l’effet de retard de la dissémination du CO2 dans l’atmosphère terrestre.

    Bien à vous
    Guy Bertin

    • « Ce doit être l’Allègriste de service »

      En fait, vous insultez plus Allegre (qui est un vrai scientifique) que Richard North. Cela dit, il n’est pas indispensable d’être un scientifique de haut niveau pour se pencher sur la question (vous en êtres la preuve). Si des scientifiques détenaient la vérité ultime, étaient en mesure de prévoir l’avenir, faire des choix pour l’humanité et gérer un pays on recruterait les politiciens à Polytechnique.

      Inutile en revanche de resssasser sur ce site les pseudo-démonstrations pour bulots telles que : « 13 des 15 années les plus chaudes sont au 21ème siècle ».

    • « Ce doit être l’Allègriste de service qui nous explique pourquoi il peut continuer à vivre dans son bureau climatisé, »

      Ce n’est pas à lui d’expliquer pourquoi il peut continuer à vivre ainsi, mais à vous d’expliquer pourquoi il ne le pourrait pas.
      Et franchement, vu les erreurs des modèles, ses faiblesses, vu l’idéologie, le fanatisme religieux de ses supporters, la jeunesses de cette « science » inexacte, on les attend toujours, ces explications…

    • Si les 13 des 15 années les plus chaudes sont au 21 ème siècle, c’est uniquement parce que les températures du 20 ème siècle ont été artificiellement abaissées par les climatologues.
      Ils ont procédés à 2 reprises, dans les années 90 et en 2013, à ce qu’ils appellent l’homogénéisation des températures du fait des ilots de chaleur dus à l’urbanisation et autres phénomènes. Ce procédé est tout à fait normal. Le problème est qu’au lieu d’augmenter les températures anciennes pour qu’elles soient comparables aux actuelles, les climatologues les ont baissées. Le résultat est automatique. Toutes les températures actuelles représentent des records par rapport à celles du 20 ème siècle.

    • Selon le Livre des Islandais, des Vikings commandés par Erik le Rouge partirent en 982 ou 983 d’Islande et mirent le cap vers l’ouest. Après quelques jours de navigation, ils rencontrèrent l’immense masse du Groenland. L’île parut si attirante (le climat était sûrement à l’époque plus favorable) qu’Erik y revint trois ans plus tard afin de coloniser les lieux. L’archéologie a retrouvé une ferme qui atteste de l’occupation viking sous ces hautes latitudes dès la fin du xe siècle.
      Expliquez pourquoi il faisait plus chaud à cette époque :mgreen:

      • dans  » histoire du climat depuis l’an mille  » leroy ladurie explique ( en 1970 première version, la deuxième paru il y a quelques année est petrie de politiquement correct pro-réchauffiste sinon il aurait probablement pas pu publier … ) qu ‘ en 1200, une foret de sapin dense, poussait à l’emplacement actuel d’une langue terminale d’un glacier autrichien. ce qui démontre, qu’avant le petit age glacière, plusieurs siècle de temps plus chaud qu’au 20ième avaient eu lieu…

        • Oui, j’ai vu cela sur le glacier d’Aletsch.

        • @camarade dingue
          Je ne crois pas que Leroy Ladurie ait cédé au « politiquement correct ». C’était déjà un géant, à l’abri des cloportes.

          Par contre, comme beaucoup de scientifiques, il a fait confiance à ses collègues universitaires, dont il ne pouvait imaginer qu’ils soient des faussaires, ou des imbéciles.

      • d’ailleurs groenland, ça veut dire « pays vert », preuve de ce qu’était le climat de l’époque.

    • Guy Bertin: « Peut-il alors expliquer pourquoi 13 des 15 années les plus chaudes sont au 21ème siècle ? »

      Facile: en fin de croissance quand un humain atteint 22 ans il ne grandit plus que de quelques dixièmes de millimètre par année et pourtant on peut aussi dire que ce sont les années où il a été le plus grand. Il n’y a aucune chance qu’il atteigne 20m de haut.

      Ils prennent donc cet argument pour effrayer le bon peuple alors que ce qui importe, c’est le rythme d’augmentation et de ce coté toutes les modélisations se sont plantées, les 102 modèles établis ne correspondent pas avec la réalité depuis 17 ans, les températures font ce qu’elle doivent à la sortie d’un age glaciaire et même le GIEC à du réviser ses prédictions.

      • sans parler du développement des villes de mieux en mieux chauffée au fur et à mesure que les gens deviennent de plus en plus chochotte… et qui biaise les résultat des stations météo :

        le week end dernier, j’ai fait une experience édifiante à ce sujet: parti faire du vélo, j’étais habillé  » limite  » vu la température frisquette ( avril ne te découvre pas … ) . faisant comme à mon habitude un circuit en huit incluant une portion de ville et une portion en campagne bordant un petit lac, je me suis appercu que toutes les fois que j’était dans la ville, je ne ressentais pas le froid, et que toutes les fois que j’abordait la portion sans maison, le froid me pressait de rentrer. j’estime la différence de température au moins à 3 degrés, mon corps n’est pas un thremometre de haute précision …

    • « ton décalé » Cela va droit au cœur des concepteurs du site, quand j’expliquerai à des amis ce qu’est le libéralisme j’ajouterai « et puis cela vous donne un ton décalé du plus bel effet » ce qui n’est pas faux 🙂

      « Il essaie de nous laisser penser qu’il aurait lu les rapports du GIEC »
      Surement oui, il n’y a vraiment pas besoin d’être un scientifique professionnel pour les lire et puis des dizaines de sites décortiquent chaque chapitre, j’en ai lu de nombreux extraits commentés,

      « Allégriste de service » Manière probablement méprisante pour qualifier ce qu’on appelle les climato-sceptiques, votre mépris ne sert pas votre cause, tant mieux ! Ou peut-être cela veut-il dire, scientifique chevronné, directeur d’institutions prestigieuses, plusieurs couronné de prix scientifiques a qui on confia une responsabilité ministérielle non moins prestigieuse. Êtes-vous enseignant ?

       » pourquoi 13 des 15 années les plus chaudes sont au 21ème siècle ?  »
      L’explication est très très simple, uniquement mathématique et pas du doute climatique.
      Personne ne conteste le réchauffement observé vers la fin du 20ème siècle, forcément une fois que le réchauffement a eu lieu toutes les années suivantes si il n’y a pas de refroidissement important seront statistiquement parmi les plus chaudes…
      Dire que les décennies les plus chaudes du bi-millénaire sont toutes regroupées autour de ce qu’on appelle l’optimum médiéval ne préjuge pas de ce qui s’est passé avant ni après.

      « Il faut prendre en compte l’effet de retard de la dissémination du CO2 dans l’atmosphère terrestre. »
      La dissémination est bien sûr extrêmement rapide en quelques semaines l’atmosphère se mélange complètement (tempêtes, vents, vents d’altitude, convection, etc) et on sait par ailleurs très bien comment se disséminent des poussières volcaniques sur toute la planète en quelques mois.
      D’où tirez-vous cet argument inconnu au bataillon (pourtant fourni) et parfaitement illogique ?

      Cordialement

      • « « ton décalé » Cela va droit au cœur des concepteurs du site, quand j’expliquerai à des amis ce qu’est le libéralisme j’ajouterai « et puis cela vous donne un ton décalé du plus bel effet » ce qui n’est pas faux 🙂 »

        Le thon décalé, ça va tellement bien au teint…

        Ok, je sors…

    • @bertin
      Il faut prendre en compte l’effet de retard de la dissémination du CO2 dans l’atmosphère terrestre.
      ——————————
      En principe cela prend deux ans ( voir les analyses des différents sites officiels repartis entre hémisphères) ; pire, l’effet de serre , c’est pas de la conduction ou de la convection , c’est du radiatif et c’est immédiat

    • « Peut-il alors expliquer pourquoi 13 des 15 années les plus chaudes sont au 21ème siècle ? »

      Les plus chaudes sur quelle période ?

      Depuis qu’on fait des mesures fiables, c’est à dire 1979… bof.

  • Il était une fois au début de la légende le « global warming » (échauffement global), locution dont la proximité avec global warning (alarme générale) et l’an 2000 et son bug n’est ni innocente ni gratuite.

    Le réchauffement global est vite sorti du langage médiatique pour devenir réchauffement climatique. L’examen des températures n’était plus compatible avec global.

    Vint ensuite un autre glissement sémantique amenant à changement(s) climatique(s), appellation qui s’approche un peu du réalisme et suppose que précédemment le climat ne changeait pas, ce qui ne résiste pas à l’analyse.

    Actuellement nous en sommes à dérèglement climatique, qui induit que le climat était réglé et qu’il est maintenant déréglé, par l’Homme.

    Le climat se réchauffe, très peu, au nord de l’hémisphère nord, les causes n’en sont pas établies, il n’y a pas de parallélisme entre la teneur en CO2 et la hausse des températures.

    Le dérèglement climatique est la nouvelle religion qui promet l’Enfer à l’Homme s’il ne se flagelle pas pour gagner le Paradis. Le GIEC est son église, elle a son clergé, ses porte-voix, ses ouailles.

  • La menace d’un refroidissement serait, elle bien plus porteuse de conséquences négatives.

    • tout à fait :

      en fevrier 2012, le grand gel de la première quinzaine a été destructeur pour de nombreuses choses : céréales grillés par le gel, canalisations détruites, oliviers morts dans l’herault … un cousin plombier me dit un jour que si le frois avait duré un peu plus ( comme en fevrier 56 par exemple ) les dégats allaient etre d’une toute autre ampleur. en 56, il y avait trés peu de canalisations d’eau d’adduction ( arrivé en 68 sur ma ferme ) si un tel épisode survenait aujourd’hui, les dégats représenteraient plusieurs point du PIB, comme pour un tremblement de terre de grande ampleur, ou une guerre limitée.

  • Le GIEC et ses fadaises iront rejoindre la longue listes des lubies oubliées, les pluies acides, le trou de la couche d’ozone…

    • chaque siècle a eu ses élucubrations:

      au 18ième, le comtes de st germain, cagliostro, le baquet de mesmer …

      au 19ième siècle, le socialisme utopique, le spiritisme…

  • Les générations futures jugeront le réchauffement climatique comme nous avons jugé le bug de l’an 2000.

    Rares couacs ultra locaux, très limités, sans ni conséquence durable aucune et ni ampleur remarquée.

    Il verront une escroquerie intellectuelle digne de LISSENKO aux allures canulardesques pataclimatiques.

    • et les 6 mois précèdents leur donnent tort …

    • Citoyen: « donnent raison aux plus sensoriels des réchauffistes »

      Ceux qui arrivent à renifler une subvention à plus de 900km de distance ?

    • Les hivers précédents qui étaient froids, étaient une preuve de rien du tout, météo n’est pas climat.
      Maintenant, on a eu un hiver doux et la météo devient une preuve de RC ?

      Votre cervelle était vendue séparément ?

      • Complètement faux, personne ne sait plus ce que c’est qu’un hiver froid. Dès qu’il y a une vague de froid au sein d’un hiver, vous qualifiez cet hiver de froid. Les hivers précédents ont été normaux en terme de moyenne (au maximum un demi degré en dessous de la moyenne ).
        Incomparable par rapport à cet hiver historique puisqu’il s’agit du second plus doux hiver jamais enregistré depuis le début des mesures. Les ordres de grandeurs des anomalies positives et négatives de ces derniers hivers n’ont rien de comparables (près de +2°cet hiver..).

        • @ theodoric
          Incomparable par rapport à cet hiver historique puisqu’il s’agit du second plus doux hiver jamais enregistré depuis le début des mesures.
          ——————————–
          rien que cette phrase vous donne tort

          • Vous ne répondez pas à mon constat. Une pirouette habituelle. Le fait de dire que j’ai tort est tout simplement faux. Allez y, comparez.

          • Et le « rien que cette phrase » est le plus exaspérant. Vous avez le don de raconter n’importe quoi et de toujours chercher à retomber sur vos pattes avec des raisonnements irrationnels ou suintant la mauvaise foi.

          • The fritz a raison, dès la 1ère phrase vous vous discréditez.

          • Mais dites en quoi je me discrédite? Parce que je contredit vos propos! Tout ce qui ne va pas dans votre sens est de toute façon rejeté. Si vous dites que je me discrédite c’est que vous pensez faux.

          • Osez parler chiffres et faits en météo, pour voir un peu ce que vous valez.

          • Theodoric, l’homme qui ne sait rien, mais qui intervient sur tout. Et rectifie à fond la caisse ❗

            Votre rectifieuse nanométrique Schaubling de 1917, c’est un dommage de guerre ❓ 🙄

  • En tout cas, c’est pas mon voisin du dessus qui va s’en plaindre, si les hivers sont un peu moins froids.
    En 2012, leur conduite d’évacuation a été prise par le gel pendant 3 jours. Il y avait des -10 le jours, -18 la nuit.
    2012, c’est si ancien que cela ?

    • Toujours incapable de répondre de manière pertinente! On parle d’hiver, pas de température quelques jours dans l’année. Mis à part les 2 semaines de vague de froid,le reste de l’hiver fut très doux. Il en résulta un hiver plutôt conforme aux moyennes.
      Seulement, vous inventez vos -18 en Tn et -10 en Tx ( à moins d’habiter dans des plateaux continentaux d’altitude exposés), dites moi dans quelle ville vous avez relevé ça.

      2012 est très récent pour répondre à vos questions. Vous concluez parfaitement tout ce que je dis.

      • et surtout : les loups n’attaquent pas l’homme !!!

      • Ah, heureusement que l’on a des veilleurs dans votre genre. Grâce à vous je pourrais bientôt chauffer en été.
        j’ai déjà vu cela, il y a 20 ans, et cela commençait à me manquer sérieusement.
        Ah, la nostalgie des temps glaciaux … 🙄
        :mrgreen: :mrgreen:

      • On ne doit pas parler du même hiver. Dialogue de sourd.
        Si 2014 est effectivement chaud, 2013 était froid, 2012 aussi, mais un peu poins, mais avec des périodes glaciales. 2010 était froid.
        Le 09.02.2012, j’ai du aller acheter 20L d’huile pour réchauffer le local, pourtant isolé sur les murs (R=3.5).

        • de 2001 à 2012, épisodes de grand froid et trés nombreux épisodes de neige en plaine, alors que les « spécialistes  » nous disaient qu’il y aurait de moins en moins de neige en moyenne montagne et que les stations de ski allaient devoir changer d’activité …

          les ours n’attaquent pas l’homme non plus !

          • Des épisodes de grand froid? Il y en a eu une poignée, mais bien moins qu’une vingtaine d’année auparavant. En revanche les épisode de douceur/chaleur prolongée ont été sur les 10 dernières années sans précédent depuis un siècle.

        • On parle bien de l’hiver 2012.. c’est bien ce qu’il me semblait, vous croyez tellement que les hivers étaient si froids que vous croyez que je me fourvoie..
          //2012 n’a connu qu’une période glaciale//
          // si quelque dixième de degré en dessous de la norme (et encore, réactualisée) vous suffise pour qualifiez ces hivers comme froid, c’est un abus de langage//
          Le seul hiver récent qu’on peut qualifier d’assez froid, c’est bien 2005-2006 qui fut significativement plus froid que les hivers normaux de ces dernières années. Une broutille par rapport aux vrais hivers du 20e siècle.

      • Températures moyennes au Luxembourg :
        2001 : 9.6
        2002 : 10.0
        2003 : 10.3
        2004 : 9.3
        2005 : 9.6
        2006 : 10.1
        2007 : 10.4
        2008 : 9.7
        2009 : 9.9
        2010 : 8.6
        2011 : 10.6
        2012 : 9.6
        2013 : 9.0

        Alors l’ingénuieur, si ce n’est un palier qu’est-ce donc ?
        Vous allez me dire : pourquoi fixer la référence à 2001 ?
        OK.
        Prenons alors 1001 (la période du pays vert ) ❗ :mrgreen:

        • 1) On parle du territoire national, pas du Luxembourg
          2) On parle d’hiver, pas de température moyenne annuelle dans une ville
          3) Je répète que les gens ne savent plus ce qu’est un hiver froid, vous le démontrez tout seul

          • 1) Mais je parle du territoire national. C’est pas vous qui décidez. Et puis c’est à peine plus au nord, car Dunkerque est bien plus au nord.
            de plus, ils ont des moyens pour avoir assez de mesures dans le temps.
            Et ils publient. C’est ou pour la France ❓ :mrgreen:
            2) Et si au lieu de prendre vos règles débiles, on prenait ce qui est contrôlable et fiable dans le temps ?
            3) Si c’est si vous qui le radotezdites, c’est que c’est bidonvrai 🙄

            • Mais commentez plutôt ce que j’ai répondu plus haut, c’est plus intéressant. En revanche, je ne parle pas de réchauffement moyen, je parle d’hiver et du ressenti des gens. Ce qui est valable pour la France en général n’est pas forcément approprié pour parler d’une ville précise. Luxembourg ou Nancy, c’est pareil, ce n’est pas la le problème. Mais je parle de Tm et d’anomalie sur la France, donc il y a des différence avec le Luxembourg.

            • Ben vous répondez pas alors pourquoi je répondrais aux vôtres ?
              Le ressenti, on s’en branle les coucougnettes contrefiche : on veut des faits répétables.
              Vous voulez le ressenti de ma grand-mère ?
              OK allons-y Alonso …
              Avec 26C dans son appartement, elle se les gelait, alors le raie-chauffement, elle s’en moquerait bien au contraire.

            • Mais je parle de Tm et d’anomalie sur la France,

              Boaf, vous nous faites rire. Continuez à vous enfoncer.

              La nomalie L’anomalie est la règle 🙄

            • C’est vous qui me faites rire à trouver qu’employer un jargon conventionnel constitue une raison à ce que je « m’enfonce ». Deuxièmement, je ne répond pas à vos questions puisque je les juge rhétorique.

            • Je ne vous comprend pas : vous voulez du ressenti, pas des faits, et vous m’accusez de rhétorique.
              Donc ce serait vous le grand théoricien du grand réchauffement ❓ 🙄
              C’est gonflé de votre part, vous allez pouvoir prendre la route ❗
              Alors le ressenti de ma grand-mère, il vous plait ❓ :mrgreen:

            • Parlons en du ressenti. Mariage pluvieux, été pluvieux. C’est ça la base du ressenti météo pour le grand public.

            • C’est vous qui avez parler de ressenti :

              Theodoric le 14 avril 2014 à 0 h 27 min
              …En revanche, je ne parle pas de réchauffement moyen, je parle d’hiver et du ressenti des gens.

              Avec le « ressenti » des gens, vous êtes mal parti. Ma grand-mère vote pour chaud. Moi aussi.

            • Oui oui effectivement, c’est moi qui parle de ressenti. Et il est coriace. Voyez cette démonstration de fait que j’ai fait, indiscutable.

            • Et alors rigolo, vous vous tapez du ressenti ? Pas de problème.
              On se tape de vos monstres connes « démonstrations ».
              Il fait plus chaud ❓
              Pourvu que vous ayez raison, plus chaud dehors, tant mieux, on chauffera moins l’hiver… :mrgreen:

            • Haha, et pourtant:
              Par rapport à la moyenne 1981-2010 (puis 1971-2000), c’est à dire en prenant en compte le relatif réchauffement, on a:
              2012-2013: -0.3°C
              2011-2012: -0.1°C
              2010-2011: -0.6°C
              Voila, cela vous suffit pour les qualifier de froid. C’est faux, ils sont presque « normaux ». Cherchez les hivers assez froids quelques années auparavant.

            • Ah, la Rhétorique est de retour :mrgreen:

          • 2) dans une ville : parlons-en justement de la différence de température moyenne entre grande ville et petite ville :
            – Bruxelles : 9.4 (au centre-ville à l’abri du vent dans un bassin abrité ?)
            – Bastogne : 7.1

            • Ces chiffres sont liés à la différence de position géographique, l’une est plus continentale et d’une altitude bien supérieure que l’autre, au delà de l’effet d’îlot urbain (si les stations météo ne sont pas à l’écart de la ville).

            • Eh bien voilà une réponse sensée, pour une fois. Vous en êtes bien incapable !
              Quelle fiabilité de la mesure si on rajoute des routes, véhicules, immeubles chauffants, industries …, tous qui émettent leur petit nuage de poussières et vapeur d’eau?

            • Si les normes sont respectées, il n’y a pas de problème. Ou voulez vous en venir?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France est un des pays les plus corsetés, les plus sclérosés du monde. Les droits naturels, liberté, propriété, personnalité, sont mis à mal par 483 impôts, prélèvements, et par 78 codes.

Leur objectif n’est pas de financer, ou d’organiser des services utiles à la population.

Il est l’achat de voix. Il est de modifier les comportements de chacun dans le sens souhaité par les politiciens. Le libre arbitre disparaît, les individus sont contrôlés.

Non pas contrôlés au sens surveillés. Depuis l’arrivée massive du numérique... Poursuivre la lecture

Par Dan Sanchez.

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais je ressens une sérieuse "lassitude de l'apocalypse". Ces deux dernières années, les nouvelles ont été dominées par une série de catastrophes mondiales.

C'est comme si les quatre cavaliers de l'apocalypse faisaient une course de relais.

La Pestilence (covid) n'a relâché son fouet qu'après avoir passé le relais à la Guerre (invasion de l'Ukraine par la Russie). La Mort universelle, avec le risque accru d'une guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie, m... Poursuivre la lecture

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles