En se plantant un clou dans le pied, Valls condamne la France à tourner en rond

La France reste plombée par l’idéologie de ses dirigeants , une idéologie qui fait tourner le pays en rond et ne le mène nulle part.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
vall_clou_pied

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En se plantant un clou dans le pied, Valls condamne la France à tourner en rond

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 avril 2014
- A +

Par Nicolas Nilsen.

Le 31 mars, deux jours avant la formation du gouvernement, Manuel Valls partait avec un préjugé extrêmement favorable : l’opinion pouvait imaginer que Hollande avait effectivement « entendu le message » des Français et qu’il allait composer une équipe de professionnels susceptibles de s’attaquer aux vrais problèmes (confiance des entreprises, investisseurs étrangers, commerce extérieur, croissance, emploi, dette, dépenses publiques, comptes sociaux, sécurité, immigration…). Mais, le 2 avril, le Premier ministre s’est lui-même planté un clou dans le pied. Il va donc tourner en rond autour du clou rouillé jusqu’à ce que la gangrène tue le pays. Pathétique…

Ce gouvernement est totalement hallucinant : il n’est composé que de politiciens de carrière ne connaissant pas l’entreprise où se créent les emplois marchands : 14 PS sur 16 ministres ! – et 2 Rad.soc (dont Taubira). Des professionnels de la politique, des idéologues ou des « étatistes » à l’interventionnisme maladif (type Montebourg), tous totalement et désespérément coupés du monde réel et des urgences économiques et financières.

Dirigé par un derviche-tourneur, la France est condamnée à « derviche-tourner » en rond

Malgré le coup de semonce des municipales, la France reste donc plombée par l’idéologie de ses dirigeants : un socialisme dépassé et un interventionnisme étatique conçu au XIXe siècle : massif, lourd comme du fer et pesant comme de l’acier. Une idéologie qui fait tourner le pays en rond et ne le mène nulle part.

derviche-tourneur2

Ce qui me rappelle ce que disait le grand Eisenberg dans une conférence en 1953 : « Ce bateau n’arrivera nulle part, tout ce qu’il peut faire est tourner en rond. »

L’Humanité se trouve dans la situation d’un capitaine dont le bateau serait construit avec une si grande quantité d’acier et de fer que la boussole de son compas – au lieu d’indiquer le Nord – ne s’orienterait que vers la masse du bateau. Un tel bateau n’arriverait plus nulle part, livré aux vents et aux courants. Tout ce qu’il peut faire est tourner en rond […]

« Au moment où on comprend, le danger est déjà à moitié écarté »

« Le danger existe – poursuivait Eisenberg – tant que le capitaine ignore que son compas ne réagit plus à la force magnétique de la terre. Car au moment où il le comprend, le danger est déjà à moitié écarté. »

Le capitaine qui, ne désirant pas tourner en rond, veut atteindre un but connu ou inconnu, trouvera moyen de diriger son bateau, soit en utilisant de nouveaux compas modernes qui ne réagissent pas à la masse de fer du bateau, soit en s’orientant par les étoiles comme on le faisait autrefois […]

De toutes façons, la prise de conscience des limites de l’espoir qu’exprime la croyance au progrès contient le désir de ne pas tourner en rond, mais d’atteindre un but. Dans la mesure où nous reconnaissons cette limite, elle devient le premier point fixe qui permet une orientation nouvelle.

Hollande, le bateau coule : arrêtez de tourner en rond !

Werner Eisenberg est clair : au moment où le capitaine comprend, c’est déjà à moitié gagné.

S’il veut arrêter de faire tourner son navire en rond, un capitaine – fût-il de pédalo – doit : soit renoncer à une idéologie pesante comme de la fonte et qui a fait perdre le Nord au pays ; soit utiliser de nouveaux compas modernes ne réagissant plus à la lourdeur d’idées périmées ; soit enfin revenir rapidement aux vieilles méthodes des anciens capitaines et s’orienter avec les étoiles ! C’est-à-dire être pragmatique et pas soumis à une idéologie pesante. Savoir distinguer immédiatement ce qui marche et ce qui ne marche pas. Et agir en conséquence. En privilégiant le réel et le bon sens et pas l’idéologie. On en est loin malheureusement pour la France qui perd donc un temps précieux à tourner en rond. Quand on se plante un clou dans le pied c’est généralement ce qui arrive ! Pas idéal pour boxer…

vall_clou_pied


Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Vous avez raison : « idéologie » est le mot-clé. L’histoire, les ambitions, la crise, le peuple, les élections, ne sont qu’un aimable décor pour l’évolution épique de ce monstre métaphysique voué à la destruction du langage et de la réalité.

  • Le pédalo tourne en rond ? Et alors ? Faute d’arriver à un port, il n’y a aucune chance que le capitaine ne débarque, sa croisière continuera tant que personne ne le prendra à l’abordage…

  • Il était un petit navire…
    qui finit par-par-par chavirer…
    ohé, ohé, matelot !!!!!
    matelot navigue sur les plows

  • pas d’accord:

    le discours de ces gars la, c’est de l’enfumage, pas un ne croit à ce qu’il raconte, qu’il soit de droite ou de gauche. le discours est mis en adéquation avec ce que dit la boite cathodique qui est devenu plate depuis 15 ans : le système social français est le meilleur au monde et il faut le défendre coute que coute.
    les bénéficiaires de la manne de l’état à court ou moyen terme étant bien plus nombreux que les autres, seul celui qui acceptera de faire comme le premier mycénien qui débarqua devant troye, c’est à dire de se sacrifier, fera les réformes necessaire. visiblement, valls n’est pas celui la. son gouvernement vaut peanuts, son discours : je fais dans la continuité n’est pas le bon. son plus gros problème étant la grosse limace qui la nommé à matignon… sa seule solution d’éventuellement reussir étant de prendre sa place et de gouverner au centre.

  • Bon. Clouez-lui l’autre pied.

  • C’est très bien de citer abondamment Werner Heisenberg, mais ce serait sans doute plus professionnel et convaincant de le faire en lui rendant l’initiale de son nom.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Candidat sous la casaque présidentielle, Manuel Valls a été éliminé dès le premier tour de la 5e circonscription des Français de l’étranger regroupant Monaco, Andorre, l'Espagne, et le Portugal. La claque l’a laissé sans voix : il a même décidé de fermer son compte Twitter.

🔴 Après sa défaite dès le premier tour des élections #Législatives, Manuel Valls supprime son compte Twitter. pic.twitter.com/pwNVKemzwx

— Élections 2022 🗳 (@2022Elections) June 5, 2022

La défaite de l’ancien Premier minist... Poursuivre la lecture

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enfin justice à l'immense e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles