Loi Florange : on a évité le clou supplémentaire dans le cercueil de l’emploi français

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Loi Florange : on a évité le clou supplémentaire dans le cercueil de l’emploi français

Publié le 2 avril 2014
- A +

Alors que le cirque médiatique du remaniement ministériel bat son plein, et que ce mercredi s’annonce encore plein de ces rebondissements qui rappellent de façon persistante ceux des enfants sur ces châteaux gonflables qu’on voit dans certains parcs d’attraction, je voudrais revenir l’instant d’un billet, pendant que les gamins se battent dans le fond, sur la récente péripétie constitutionnelle de la « loi Florange ».

Comme vous le savez déjà sans doute et parce que les journaux, interdits de politique ce week-end, ont dû en parler un peu, la loi qui obligeait les entreprises de plus de 1000 salariés à rechercher un repreneur pour un site rentable qu’elles souhaitaient fermer, dite « loi Florange », a donc été censurée en grande partie par le Conseil Constitutionnel, et ce alors que cette loi avait été minutieusement préparée par les différentes parties prenantes à commencer par les socialistes encore une fois à la manœuvre pour raboter un peu plus ce qui reste du droit de propriété en France.

parcours institutionnel en République du BisounourslandC’est d’ailleurs là que réside la surprise : avec tant de préparation, nos pieds nickelés de la proposition de loi ont été fort surpris de constater qu’encore une fois, ils se faisaient retoquer. Il y a en effet comme un parfum de redite à ces censures récurrentes des hautes juridictions de l’État lorsque ces textes de loi passent devant elles ; de loin, on dirait vraiment qu’ils ont été écrits par des incompétents ou que leur architecture, réalisée à la va-vite pour des raisons essentiellement médiatiques, ne leur permet pas de supporter la moindre bourrasque juridique. Je ne reviendrai pas sur les péripéties parfaitement ridicules des tentatives de Cécile Duflot lorsqu’elle était encore en charge de bricoler du logement, mais on voit l’idée : la production de loi par les politiciens actuels n’est décidément pas de bonne qualité et la « loi Florange » a donc pris une bonne paire de claques.

Quelque part, c’est tout de même rassurant qu’il existe encore une institution dans cette République pour tenter, à son niveau, de mettre le holà sur une production législative devenue incontrôlable. Pour rappel, cette « loi Florange » prévoyait qu’un groupe qui n’aurait pas accepté cette recherche de repreneur pour un site rentable, de plus de 1000 salariés, pouvait être condamné à verser une pénalité pouvant atteindre 20 SMIC mensuels par emploi supprimé, et à concurrence maximale de 2 % de son chiffre d’affaires, sauf à motiver son refus de cession par une « mise en péril de la poursuite de l’ensemble de l’activité de l’entreprise ». C’est cette disposition que le Conseil a jugée contraire au droit de propriété, notamment parce que privant l’entreprise de sa capacité à anticiper les difficultés économiques et celle de procéder à des arbitrages économiques.

socialisme florange

Mais voilà. Cette censure représente une grosse déception pour ceux qui comptaient sur une bonne loi bien contraignante pour mettre enfin un terme aux agissements scandaleux de ces salauds de patrons qui font rien qu’à revendre les entreprises rentables qui leur appartiennent afin de détruire de l’emploi (parce qu’un patron, c’est fourbe et ça aime détruire de l’emploi). Et du côté de ceux qui avaient laborieusement écrit le texte, en s’appliquant bien à barrer les « t » et pointer les « i », c’est la consternation. D’ailleurs, l’interview de Jean-Marc Germain, le rapporteur du texte à l’Assemblée nationale, ne laisse aucun doute : cette censure est vraiment trop injuste !

Pourtant, tout partait bien puisque si, certes, il s’agissait bien de forcer l’entreprise à rechercher un repreneur, comme l’explique Jean-Marc, « on ne voulait d’ailleurs spolier personne ». C’est cette saleté de Constitution truc machin qui empêche de mettre en place une fiscalité réellement pratique, et Jean-Marc propose d’ailleurs de la modifier pour y introduire une petite clause de derrière ses fagots :

On pourrait écrire que « la fiscalité peut permettre de restreindre le droit de propriété lorsque l’emploi est en jeu si la pénalisation n’est pas de nature excessive ».

Et ce sera le député Germain, entouré des bons soins des autres députés socialistes habituels et quelques petits nouveaux soucieux de laisser leur trace dans l’Histoire, qui détermineront avec sagesse et lucidité ce que « restreindre le droit de propriété » signifie vraiment en pratique et ce que « pas de nature excessive » veut dire.

Vous allez voir, c’est tout à fait magique : votre filiale emploie 1000 salariés et ne fait pas de pertes parce qu’elle est gérée au cordeau. Son avenir, malheureusement, est parfaitement bouché d’ici à trois ans (concurrence, obsolescence des méthodes de production, changement chafouin de règlementation, que sais-je). Vous décidez de fermer l’activité ? Bing, une amende va vous calmer. Cherchez un repreneur ! De préférence, cherchez un abruti ou dans un domaine diamétralement opposé au vôtre, parce que si vous, vous voyez que son avenir est bouché, un autre professionnel du secteur pourrait le voir aussi. Or, il faut que le repreneur puisse raisonnablement claquer des thunes pour un truc qui va planter, mais une fois que vous serez parti.

Le but, bien sûr est de faire tenir la plaisanterie aussi longtemps que possible… On va donc appliquer une fiscalité judicieusement choisie qui permettra de restreindre un peu votre droit de propriété pour éviter de mettre en jeu l’emploi en question. Et vous verrez : la pénalisation ne sera certainement pas jugée excessive. Quant à savoir si cela sauvera réellement de l’emploi à long terme, comprenez que tout le monde s’en fiche : ce genre de lois n’a pour but bien compris que de donner une solide marge de manœuvre à celui qui la propose, mais il n’y a aucun objectif économique réel derrière.

Et je n’exagère pas : c’est le petit Jean-Marc qui l’explique ouvertement à la fin de son entretien en disant clairement que, je cite :

« Il faut donc mettre au même niveau le droit à l’emploi et le droit de propriété dans la Constitution »

… Formidable idée du brave Germain qui, pour sauvegarder le salariat en France, a donc décidé de cogner sur les principaux fournisseurs d’emplois stables et pérennes. C’est connu : plus on a protégé les locataires, moins il y a eu de SDF ; plus on a offert une assurance santé, moins il y a eu de gens à la CMU, et plus on a protégé le salarié, moins il y a eu de chômeurs…

Du reste, l’absence d’une telle loi dans les pratiques de tous les pays où le taux de chômage est largement inférieur à celui de la France n’inquiète pas le gars Germain : si Hollande a eu cette idée, si lui, Germain, a travaillé sur cette idée, c’est forcément que c’en est une bonne ! Si le Conseil Constitutionnel l’a renvoyé dans ses pénates, si nulle part ailleurs on ne voit une telle loi en vigueur, c’est parce qu’encore une fois, la France doit débroussailler un nouveau petit chemin qui sent la noisette et amène tout droit au gouffre de ronces d’un collectivisme dépourvu de cet encombrant droit de propriété et qui a prouvé, à moult reprises dans le passé, son efficacité pour faire goûter à toute une population les joies de la décroissance musclée.

Ce que ne veulent pas comprendre les gens comme Germain (les socialistes officiels, bien sûr, mais aussi les interventionnistes honteux de l’UMP et, de façon générale, l’écrasante majorité des députés actuels) c’est que chaque « avancée », chaque « innovation » (fiscale ou autre) dans le domaine de l’emploi donne une raison de plus à l’entrepreneur d’arrêter les frais, et de créer … du chômage.

Chacune de ces lois à la con est un clou de plus planté dans le cercueil de l’emploi en France.

gouvernement entreprises florange
—-
Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Si vous avez un problème et pensez que l’Etat va le résoudre, vous avez deux problèmes.
    (ce n’est pas à H16 que je m’adresse évidemment)

  • Merci , superbe encore une fois , ces gens occupent donc leurs journées qu’à ça : emmerder encore et toujours ceux qui payent leurs salaires grassouillet …
    Sont ils vraiment intelligent au final malgré leur soi disant érudition ? j’en doute , un séjour d’un an ou deux dans une pme devrait être obligatoire pour tout homme politique , ça , ça devrait être dans la constitution !

  • Ce qui est « marrant » c’est qu’il faudrait maintenant écrire dans la constitution que, pendant 10 ans on ne va plus « pondre » de telles lois pour avoir une chance (minime je crois) de ne plus dégringoler industriellement .

  • Montebourg vient d’être nommé ministre de l’économie. (Moscovici a été éjecté du gouvernement)

    Segolène Royal fait son entrée à l’écologie, et devient numéro 2 du gouvernement.

    Youplaboum.

  • « Il faut donc mettre au même niveau le droit à l’emploi et le droit de propriété dans la Constitution »

    C’est le futur article « Robin des bois » de la constitution ? Si vous n’êtes pas salarié, vous avez le droit de voler vos concitoyens ?

  • http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000028811102&categorieLien=id
    Pour ceux que ça intéresse…

    Le « TITRE III : MESURES EN FAVEUR DE L’ACTIONNARIAT DE LONG TERME » m’a bien fait marrer.
    La tendance actuel est justement au « turn-over intensif » des propriétaires du capital…
    Légiférer intelligemment et significativement dans ce sens me paraît indispensable si on souhaite le progrès et la croissance.
    Enfin bon, comme d’hab, ça sera l’application de directives européennes qui nous permettra de ne pas rester à l’âge de pierre…

    Bref, ces histoires de liquidation, de licenciement collectif, de fermeture d’établissement… etc., c’est toujours l’occasion de voir les gens étaler fièrement leur médiocrité intellectuelle ou leur ignorance la plus totale sur les questions de droit et de finance.
    (sur Ctrepts, on est relativement épargné, je vous l’accorde…)

    Et déjà, faire des profits ne signifie pas nécessairement « être rentable » et donc ne signifie pas forcément « avoir une affaire viable ».
    Si le français moyen, qui se croit plus malin que tout le monde, pouvait au moins assimiler ça, ça serait déjà une avancée formidable pour ce pays de merde…

    • @ michel michel :

      « La tendance actuel est justement au « turn-over intensif » des propriétaires du capital… »

      Vos sources svp ???

      « Légiférer intelligemment et significativement dans ce sens me paraît indispensable si on souhaite le progrès et la croissance. »

      Non seulement légiférer intelligemment n’est pas possible, sauf pour faire respecter les droits fondamentaux des individus, mais de plus, si on souhaite le progrès et la croissance, il faut une allocation efficace du capital, c’est à dire un turn over intensif du capital et de ses proprétaires …

      L’immobilisme ne crée jamais de croissance ni de progèrs, imposer à des actionnaires de ne pas ré-allouer leurs billes vers des activités plus productives, c’est réduire le potentiel de croissance, donc du progrès, donc de richesse des gens …

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

On ne vit qu’une fois et sans doute avons-nous tendance à l’oublier. The Monocle Companion, Fifty ideas to IMPROVE your LIFE, publié par l’équipe du magazine Monocle, ne propose pas une méthode en 50 étapes, mais 50 essais de membres de son équipe rédactionnelle internationale pour « améliorer tout, de vos vacances à vos vocations ».

Monocle a été lancé en 2007 en tant que magazine imprimé, pour fournir des informations sur les affaires internationales, le business, la culture, le design et en tant que boutique en ligne offrant des vêt... Poursuivre la lecture

Il ne se passe pas un jour sans que nous soyons envahis par quantités de mails émanant d’organes de conseil, de formation, d’aide au management qui veulent nous apprendre à :

>   Gérer les situations de conflit  >   Mieux gérer son temps >   Manager les nouvelles générations  >   Réussir dans un contexte de changement  >   Managers des équipes à distance  >   Réussir ses recrutements  >   Mener les entretiens d'évaluation  >   Mener les entretiens professionnels  >   Tutorat-Monitorat  >   Les comportemen... Poursuivre la lecture

Certes, la vaccination et la sécurité font les Unes de la campagne électorale. Mais le pouvoir d’achat est également objet de débats, de programmes et de promesses des candidats déclarés ou putatifs. L’idée d’une hausse des salaires généralisée imposée à tous les employeurs est désormais banale, une hausse du SMIC ou un niveau de salaire garanti à toute personne active (2000 euros par exemple), l’accroissement substantiel des traitements des enseignants et soignants, la participation obligatoire des salariés aux profits ou au capital des entr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles