Ceux du château

Le regard de René le Honzec

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ceux du chateau (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ceux du château

Publié le 28 mars 2014
- A +

rlh ceux du chateau

« Ceux du château », c’était l’expression favorite de Mauroy, le Rougeaud de Lille, le « Gros Quinquin » qui fit la gloire d’un PS ouvrier minier fièrement dressé contre les « Riches », les « Exploiteurs », quasi le bon vieux temps de la SFIO.

En réalité, Mauroy était plutôt à la droite du PS, c’était aussi le Maire rendant hommage au fameux Cardinal Liénart, évêque de Lille pendant 40 ans en lui érigeant une (moche) statue inaugurée par son successeur, Aubry. Qu’aurait pensé le brave homme en assistant au spectacle grandiose du Vice appuyé sur le Crime, c’est à dire Hollande Ier accueillant à Versailles l’Empereur Rouge de Chine dans un style Camp du Drap d’Or mixé Tien A Men avec les avenues interdites pour cause de contrats d’état ? Car le Bougre a pris soin de montrer à tout le monde ses signatures à milliards : quelqu’un en France dans la presse subventionnée a-t-il risqué une comparaison avec le Tsar (qui n’est plus rouge, lui) de toutes les Russies et de la Crimée ? Il me semble qu’il y a quantité plus de libertés en Russie qu’en République Populaire de Chine, j’en suis même sûr, Poutine n’a pas tué des milliers d’étudiants, même pas d’Ukrainiens (Les Tchétchènes, je ne dis pas, OK, je vous fais des Tibétains et des Ouighours en balance), il y a une presse d’opposition et plus de déportations. Et pourtant, Poutine est le Diable. Mais encore une fois, pas de gêne à l’Élysée. Faut dire que Pépère a pris goût aux ors et brillants de la Sarkozie dénoncée, va voter en Falcon, aménage des châteaux pour lui ou la Pompadour I ou II, utilise le Sarko One (ou Hollande Two ?), paye sur sa cassette une pension à l’Ex, reprend des sauces avec les plats et se demande comment durer jusqu’à 2017 avec un ministre censé ne posséder qu’un combi après toute une vie de labeur(?) à l’ombre de l’État, et qui devrait économiser 50 milliards en 3 ans…

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Le deux poids – deux mesures…
    Que vous soyez de gauche et draper de la morale et de la vertu,
    Ou que vous soyez de droite vous roulant dans la débauche et la luxure,
    Le traitement médiatique des accords avec la dictature
    S’effacera des colonnes ou vous sera rebattu !!!

  • Il y a effectivement plus de liberté en Russie qu’en Chine. Mais il y a aussi plus de têtes nucléaires. Et c’est la préoccupation prioritaire des Américains.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Il est fréquent de croire que le libéralisme s’assimile aux politiques d’austérité. C’est se méprendre à la fois sur le champ que couvre cette philosophie, nullement restreinte à l’économique, mais c’est – même sur le plan économique – en avoir une vision bien terne et restrictive, pour ne pas dire peu enthousiasmante qui ne correspond pas à son esprit.

Vingtième-troisième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

Le libéralisme n’est pas qu’économique

Nous l’avons évoqué à de multiple... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques. Un article de l'Institut économique Molinari

Les dépenses publiques sont passées de 45,2 % du PIB en 1978 à 55,6 % en 2019 (Figure 1). Cela représente une hausse de 10,4 points. Cette augmentation a été concentrée sur 3 périodes de crises : 1978-1985 (+7,1 points), 1989-1993 (+5,7 points), 2007-2009 (+4,6 points). Sur la longue période, elles augmentent significativement de façon tendancielle, ce qui bat en brèche l’idée d’une austérité budgétaire française.

En parallèle, les recettes publiques ont augmenté ... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Lecaussin. Un article de l'Iref-Europe

Dans une interview accordée au journal L’Opinion du 12 juin, le nouveau président de la Cour des comptes, le socialiste Pierre Moscovici affirme : « Il faut sortir de la logique austéritaire » !

Mais où est-ce qu’il a pu voir de l’austérité dans un pays champion du monde des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires ?

Les dépenses publiques sont passées de 1020,5 milliards d’euros en 2007 à 1318,6 en 2018. Elles sont de 20 % supérieures à la moyenne de la zone ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles