Élections municipales à Paris : pour l’alternance, je vote quoi ?

Ce dimanche, il faut voter contre Anne Hidalgo et pour un bon candidat. Les recommandations du Parisien Libéral.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élections municipales à Paris : pour l’alternance, je vote quoi ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 23 mars 2014
- A +

Par le Parisien Libéral.

Dimanche, on vote. Vous connaissez l’histoire. Des gens vous ont présenté un programme, à nous de choisir.

À Paris, il y a deux gestes à effectuer :

  • éliminer Hidalgo (électoralement parlant, comprenons-nous bien
  • voter pour un bon futur maire et une bonne équipe municipale

Le premier, c’est facile. Dans les 20 arrondissements de la capitale, il y a au moins 6 listes : le Front de Gauche (extrême gauche), les listes PS d’Anne Hidalgo, les écolos, l’UMP, Paris Libéré de Charles Beigbeider et le Front National (extrême droite). Pour éliminer Hidalgo, il suffit de ne pas glisser de bulletin PS dans les urnes.

Paris-ile-des-cygnes-statue-de-la-liberte-tour-eiffel-seinePourquoi ? Parce qu’Anne Hidalgo n’est pas une candidate neuve. Cette retraitée de 54 ans est au pouvoir depuis 13 ans. Et qu’a-t-elle fait, à part sécher les conseils municipaux du XVeme ou toucher ses primes du conseil régional Ile-de-France ? Valider l’achat de bus au diesel tout en disant lutter contre le diesel ? Acheter des logements à des prix fous pour les transformer en HLM ? Rendre dangereuse la traversée des boulevards Magenta, Montparnasse ou Hôpital ? Bâtir un tram qui coute une fortune tout en faisant moins bien que le PC ? Oui, il serait temps d’en finir.

Reste le deuxième geste : voter pour un bon futur maire et une bonne équipe municipale. Évidemment, les listes de Charles Beigbeider devraient avoir notre préférence, dans l’absolu et dans les 20 arrondissements. Mais ce n’est pas si simple. Localement, des gens implantés et de qualité peuvent faire mieux que le candidat Paris Libéré et, surtout, sortir le candidat socialiste.

Exemple concret : dans le 75002, votez Hélène Delsol et Aurélien Véron, évidemment, une équipe à l’écoute du 2ème arrondissement depuis 6 ans. En plus, la façon dont NKM a viré sa tête de liste à trois semaines du premier tour est tout simplement hallucinante.

N’oublions pas : nous votons indirectement pour le maire, élu par les conseillers municipaux, mais directement pour ces derniers. Il est important que, y compris dans un océan d’étatistes de gauche et de droite, il y ait des conseillers municipaux libéraux.

Bonne chance, donc, à ce qui pourrait ressembler à une dream team pour Paris

Et les arrondissement manquants, direz-vous ? Soit il n’y a personne de vraiment convainquant et dans ce cas votons pour le moins pire, soit deux listes de qualité et aux valeurs proches ont réussi à s’affronter (par exemple Geneviève Bertrand et Dominique Baud dans le 75006, Aurane Reihanian et Benoit Meyruey dans le 75013). Après les municipales, il faudra vraiment que tout ce monde se parle, pour enfin former une alternative aux idées social-démocrates de gauche comme de droite…

Alors, bon choix et bon vote !

NB : n’oublions pas nos amis en banlieue, tels que :


Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Je suis un peu surpris par cette publication le jour du scrutin et non deux jours plus tôt: j’espère que cela sera sans conséquence regrettable.
    Je m’étonne aussi que si peu de monde évoque le rôle des conseillers municipaux et particulièrement les parisiens comme grands électeurs pour le Sénat.

  • La France, démunie si pale !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Anne Hidalgo
5
Sauvegarder cet article

Si l’on se risque à écrire que Paris est devenu un cloaque anxiogène et cradingue, infesté de rats, d’embouteillages, de travaux et de détritus, beaucoup croiront à une caricature. Et pourtant. La réalité n’est pas si éloignée de cette description, à laquelle s’ajoutent une insécurité endémique et une dette abyssale tutoyant les dix milliards d’euros.

Paris est l’une des villes les plus sales d’Europe, d’après The Guardian. Les riverains exaspérés se voient en outre imposer de coûteux réaménagements pris sans concertation, maintenus ma... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Flickert.

Comme partout en Europe, l’Espagne a connu ses propres noblesses. En Castille en particulier, elles se sont constituées en revendiquant l’héritage de la Reconquista. Divisée en plusieurs niveaux, le moins prestigieux était accessible sur simple témoignage aisément falsifiable.

Au XVIe siècle, l’élargissement des conditions d’accès à toute personne mariée avec plusieurs enfants achèvera le peu de prestige de cette caste. En espagnol, cette petite noblesse porte le nom désormais célèbre d’hidalgo, contractio... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

C’est dorénavant acté : depuis le 1er septembre, toute l’agglomération parisienne se traverse sous la chape des 30 kilomètres-heure et la vitesse sur le périphérique, ceignant icelle, sera ramenée à 50 kilomètres-heure pour 2024, voire même avant. Cette mesure, qui est la queue de toute une série de bien d’autres mesures ayant contribué à rendre la capitale française de moins en moins accessible aux classes moyennes et populaires ainsi qu’aux populations périphériques est hautement symbolique d’une mentalité, d’un é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles