« Hourré Poutine ! »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Crimée Poutine (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Hourré Poutine ! »

Publié le 17 mars 2014
- A +

img contrepoints165

« Hourré Staline » hurlaient les milliers de soldats soviétiques montant à l’assaut des lignes allemandes (nazies) dopés par leur patriotisme et l’ordre 270 qui assimilait tout prisonnier à un déserteur et permettait de fusiller sa famille. Non, aucun rapport avec Poutine, mais on ne peut comprendre la Crimée et son « oui » à 93% à la réunification avec la Mère Russie sans passer par l’Histoire. Les hurlements démocratiques de l’Europe sont à rapprocher avec la collaboration de celle-ci avec l’Union Soviètique : le premier gaz russe, c’était avec Raymond Barre, indifférent aux détenus utilisés sur les gazoducs. Avec la proximité constante et persistante avec l’idéologie communiste : c’est juste après l’invasion de l’Afghanistan que Mitterrand installe des ministres du PCF au pouvoir. Avec la marxisation des esprits à travers une université qui engageait et défendait un kapo des camps de concentration Viet-Minh (Bourdarel). Avec le noyautage des institutions, des syndicats, de l’information par les groupuscules trotskystes (hein, Jospin, Dray, Plenel).

Poutine a commis le crime infâme d’infidélité à la vulgate marxiste, il est celui qui a liquidé définitivement et sans regret l’URSS pourrie pour renouer avec le patriotisme russe, horreur absolue, ce nationalisme qui hérisse, par exemple M. Sorman. Avec une économie tournée vers le libéralisme, bien entendu en tenant compte d’un contexte de soviétisme qui colle aux basques des entrepreneurs : que l’on songe aux difficultés de la création d’un cadastre, de la création du concept de propriété privée, etc. Mais avec un projet affirmé et des idées pour le mener à bien, avec l’aide de son double Medvedev. Et une économie qui décolle.

Il faut penser aussi au traitement médiatique subi par Lech Walesa, authentique prolétaire catholique et anti-communiste, par tous ces compagnons de route du marxisme installés derrière les écrans d’informations chez nous.

La Crimée, donnée par un satrape communiste sans consultation, s’est vue proposer, à l’occasion d’une convulsion socio-économique ukrainienne, de rejoindre la « Mère Patrie », et elle a dit oui à 93%. Horreur démocratique ! Ah, oui, les « vrais » « Criméens », ces pauvres Tatars musulmans dont la seule contribution à l’Europe a consisté à nous envoyer la Grande Peste Noire de 1347 : que l’Europe et surtout la France s’intéressent à leurs minorités et ratifient, par exemple, la Charte Européenne des Droits des Langues Minoritaires ?

Enfin, et surtout, l’Europe a cessé de pouvoir donner des leçons quand elle a procédé au dépeçage guerrier  de la Yougoslavie sur des critères purement ethniques, créant même l’affaire du Kosovo et l’État mafieux qui s’ensuivit. Quant a Obama, moi, si américanophile, il me fait détester cette Amérique arrogante qui s’arroge le droit du plus fort de prétendre intervenir dans des affaires « européennes », comme d’ailleurs au Kosovo. Je suggère à Poutine de signer des accords de défense avec le Mexique. J’ai honte de la nullité de l’Europe, et je cris « Hourré Poutine ! »

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • J'écris ton nom
    17 mars 2014 at 13 h 33 min

    Hourré !

    • J'écris ton nom
      17 mars 2014 at 20 h 47 min

      Les élections sont terminées. 97% de « oui », sans avoir vraiment besoin de tricher ou de menacer. C’est la fête à Simferopol, et partout ailleurs.

      L’Ukraine est un état en faillite aggravée. Cela fait longtemps que ce n’est plus un état d’ailleurs. Les ukrainiens de l’ouest se sentent européens et espèrent bénéficier des largesses de l’UE. Ceux de l’est se sentent russes, et pour eux UE veut surtout dire décadence morale et spirituelle. A tort ou à raison. C’est juste un fait.

      Poutine ne se prend pas pour De Gaulle. Il est juste lui-même. L’acharnement de l’occident à le dénigrer sert ses propres intérêts politiques, en particulier quand la critique est mal fondée. Comme dans le cas de l’Ukraine. Il joue ses cartes, comme tout le monde, et il les joue bien.

      Les peuples ont les souverains qu’ils méritent. Nous avons eu De Gaulle. Maintenant nous avons Flamby.

      Pour votre information, le bruit qui court sur les médias et la blogosphère russophones est que les « services » US auraient payé environ 5Mrds US$ pour faciliter Maidan. Pour l’essentiel en passant par les oligarques ukrainiens, ces modèles de démocratie qui ont si magnifiquement pillé le pays depuis 20 ans.

      Il n’est pas de tout blanc ou tout noir, ou si rarement. La Chine, dont le silence en occident est interprété comme un désaveu, se garde bien de se mêler de ce qui ne la regarde pas. Que ce soit en Afrique, en Europe ou ailleurs. Et au passage ils rachètent Peugeot pour une bouchée de pain.

      Quand la France apprendra-t-elle à se mêler de ce qui la regarde.

      La fortune rend fous ceux qu’elle veut perdre.

      • J'écris ton nom
        18 mars 2014 at 10 h 18 min

        Vous délirez !

        Je n’ai en l’occurrence pas besoin de penser. Je me contente d’observer. Cela s’appelle l' »humilité devant les faits ». Je me dispense également de jugement de valeur personnel. Cf le « à tort ou à raison ».

        Et il n’y a pas de « coupable », imaginaire ou réel, dans le choix souverain d’une population qui ne se reconnaît pas dans le modèle de société que les « révolutionnaires » galiciens vont vouloir imposer au reste de l’Ukraine.

        Je n’ai pas plus que vous envie de vivre en Russie, même si je préfère Moscou au 93 ou à StGermain des Prés, l’Ile de Ré ou le Sorgland. La règle du jeu y est claire et stable, et globalement respectueuse de la majorité de la population (dont je ne fais pas partie). Mais je n’irai jamais contester le choix de russes de langue, culture et sentiment, d’être rattachés à la Russie plutôt qu’à un état Ukrainien qui se détacherait de ses racines russes.

        Les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent.
        Avec Sarkosy, j’ai pleuré. Avec Hollande je n’ai plus rien pour exprimer ce que je ressens.

        • le problème de la France a toujours été ses habitants; les français sont aussi minuscules que leur gueule est grande. leur seule logique est de voter pour des présidents, soit forts en gueule soit minuscules, mais qui tous ont compris que le mensonge est préféré à l’horrible vérité.

  • comme c’est bizarre quelqu’un qui dit la vérité!, heureusement il sera condamné.

  • En plein accord avec vous, la vraie démocratie ne plaît pas à tout le monde semble-t-il.
    Si ça ne colle pas avec les vues de la CIA, rien à foutre de la démocratie on attaque on bombarde, mais là l’os est trop gros pour le ronger, il n’y aura pas de bombardement, des sanctions dont Poutine se fout comme de l’an 40.
    Mais attention Flamby n’a pas dit son dernier mot, il est capable de déclarer la guerre à la Russie :o).

  • je vois là un vrai démocrate respectueux de la vie……….

  • J'écris ton nom
    18 mars 2014 at 10 h 33 min

    Dans l’est de l’Ukraine les russophiles sont les plus actifs. Et peuvent prendre le pouvoir quand ils le veulent; avec ou sans troupes russes. Comme les récents évènements à Donetsk et Kharkov le démontrent.

    Ce qui les retient de suivre l’exemple de la Crimée est que leur avenir en Russie ne serait pas nécessairement plus favorable. La frontière russophone et industrialisé est riche, et déjà assez largement autonome, les mesures discriminatoires envers la population russophone seront sans effets pratiques dans la partie russophone du pays. Et, last but not least, les oligarques qui contrôlent le pays sont originaires de cette région, et n’ont pas intérêt à ce que la Russie de Poutine les fasse rentrer dans le rang comme leurs homologues russes avant eux. Ils disposent localement d’un pouvoir économique, politique, et coercitif sans vraies limites …

    Le jeu politique de Vladimir Poutine dans l’année qui vient est de favoriser l’autonomie de l’Est de l’Ukraine, sans pour autant prendre de responsabilité dans leur devenir; tout en observant les milliards de l’UE et des EU engloutis sans apporter de bénéfices politiques réels aux uns et aux autres. En attendant une occasion propice pour avancer un autre pion sur un échiquier qu’il connaît mieux que personne.

    Vingt ou trente milliards d’Euros représentent quelques semaines de PIB Ukrainien. Ils seront vite engloutis. Et après ?

    • J'écris ton nom
      18 mars 2014 at 12 h 21 min

      Les « petites frappes » n’avaient pas de place dans les étages supérieurs du KGB. Talent, travail, respect des ordres reçus et des engagements donnés étaient plus utiles.

      On peut détester Vladimir Poutine. Le mépriser, c’est du déni de réalité.

  • La Crimée n’a pas été annexée. Elle s’est volontairement rattachée à la Russie. Un accord datant de 1997 permet à la Russie de lever 25000 soldats en Crimée à la demande du parlement. Cela suit donc un processus démocratique. Aucun pays n’a dénoncé l’accord entre la Russie et la Crimée, ce qui fait que les événements récents sont légaux au regard du droit international. Le peuple de Crimée s’est exprimé face à la menace néonazie de l’Ukraine occidentale, et son choix a été validé. Point barre

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis plusieurs mois, une escalade militaire se dessine à la frontière ukrainienne, des déclarations inquiétantes sont formulées côté russe, des avertissements solennels sont donnés côté occidental. Des officiels et des medias rappellent que le risque de guerre entre l'Ukraine et la Russie n'a jamais été aussi élevé. Mais la guerre à l'Est aura-t-elle lieu ? Rien n'est moins sûr.... Faisons un tour de la question pour comprendre les enjeux et ressorts de cette situation problématique.

La montée des tensions à la frontière ukrainienne, l'... Poursuivre la lecture

Vladimir Poutine déclara en 2005 que la chute de l'URSS avait été la plus grande catastrophe géopolitique du XXe siècle. Trente ans après la désintégration de l'Union soviétique, on peut s'interroger sur les circonstances et les conséquences de la disparition de cette fédération politique.

La fin de l'URSS : une dislocation express

Le dernier dirigeant soviétique Mikhail Gorbatchev tenta de réformer un régime irréformable. Essayer de faire coexister économie libéralisée et économie planifiée, démocratisation du système  et prévalence d... Poursuivre la lecture

Par Pieter Cleppe.

Alors que la Russie pourrait être sur le point d'envahir l'Ukraine, il convient d'examiner de plus près les défis intérieurs de ce pays. La Russie considère l'Ukraine comme la « Russie B ». Il y a quelque chose à dire à ce sujet, étant donné les nombreuses similitudes culturelles.

Pour cette même raison, cependant, une Ukraine réformée pourrait être l'évolution la plus dangereuse que l'on puisse imaginer pour ceux qui, à Moscou, voudraient que les choses restent en l'état. Les Russes ordinaires pourraient deve... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles