Le numéro de comique de Taubira

Taubira (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Le regard de René Le Honzec.

img contrepoints147 Taubira

L’ineffable Taubira est montée au créneau, ce qu’elle affectionne, pour déclarer, les yeux dans les yeux comme ce bon vieux Tonton, que depuis deux ans les choses ont changé, qu’elle n’a jamais donné d’instruction. Vous avez tous pu voir des articles, y compris dans Challenges posant la question de cet État PS qui s’est mis en place.

J’estime qu’elle gagne par là le droit de contester à Dieudonné, bête noire de Valls, Taubira et pas mal d’autres, le titre de comique engagée. Si l’un dénonce certains pouvoirs réels ou supposés et explique des tas de complots à partir de ses allégations, l’autre prend l’optique inversée, niant même toute intervention, au nom de la virginité de la Rose. Comme s’en étonne  le sénateur UMP Pierre Charon, un ministre de la Justice ignorant une série d’écoutes sur un an de l’ancien Président de la République, c’est curieux. D’autant, et paradoxalement, que toutes les « affaires » qui remontent démontrent les imbrications des uns et des autres, le souci d’être toujours informé, l’obsession de ne pas se laisser dépasser. L’information est le nerf de la guerre, quitte à la créer !

Le mur des cons a laissé des traces, et malgré les tentatives de la presse subventionnée, on ne peut qu’y penser en voyant cette convergence entre les sujets des affaires et l’orientation politique des investigateurs. Seule bonne nouvelle, cette irruption sur la scène de la comédie de Dieudonnée, qui, comme l’autre, réclame réparation pour les peuples spoliés et déportés de Guyanne et des Antilles, rejoignant J.-M. Le Pen dans la volonté de réserver les emplois aux « nationaux » de ces contrées. Je ne suis pas sûr que Mme Taubira saisira toutes les nuances de mon humour de billetiste, mais je ne crains rien, n’ayant pas de portable, ni d’avocat.