Connaissance et pouvoir

Dans son dernier ouvrage, G. Gilder démontre comment nous sommes en train de vivre l’économie de l’information, dans laquelle l’entrepreneur est l’artisan de la croissance.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
gilder_knowledge_power

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Connaissance et pouvoir

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 mars 2014
- A +

Un article de l’aleps.

gilder_knowledge_powerIl y a un peu plus de 30 ans, George Gilder publiait un ouvrage intitulé Richesse et Pauvreté, livre devenu un best-seller mondial. L’auteur, chercheur, économiste et investisseur, montrait que l’interventionnisme de l’État ne peut réduire la pauvreté et que seule la croissance économique et le développement peuvent le faire.

Dans son dernier essai, G. Gilder insiste à nouveau sur le fait que le gouvernement n’a rien à faire dans le processus économique. Plus encore, il démontre que l’État est complètement dépassé par l’évolution de l’économie.

Les crises, ou les périodes de croissance, sont si spontanées qu’on ne peut pas intervenir dans le processus. Cette transformation est due à une révolution entrepreneuriale. G. Gilder démontre comment nous sommes en train de vivre l’économie de l’information, dans laquelle l’entrepreneur est l’artisan de la croissance. Il suffit de le laisser faire pour que la croissance économique soit au rendez-vous ; avec moins de réglementations, moins de taxes et plus de simplifications. C’est l’écho du célèbre « laissez-nous faire » du marchand Legendre lorsque Colbert lui demandait ce que l’État pouvait faire pour aider le commerce.

Le « laissez-nous faire » : c’est tout ce dont a besoin l’entrepreneur pour créer des emplois. En 2010 par exemple, tous les nouveaux emplois américains ont été créés par des entreprises de moins de 5 ans d’existence. Et cela va continuer. La reprise américaine n’est donc pas due à la relance budgétaire et à la politique de « stimulus », pur gaspillage contre-productif, mais à la créativité et au dynamisme des entrepreneurs.

Le livre de Gilder s’inscrit dans la conception autrichienne de l’entrepreneur, telle qu’on la trouve clairement exposée par Israël M. Kirzner, dans son ouvrage publié en français sous le titre Concurrence et esprit d’entreprise (Economica, 2005). À la différence de Schumpeter qui fait de l’entrepreneur un « risque-tout » et présente le profit comme une prime de risque, Kirzner soutient que l’entrepreneur ne risque rien, parce qu’il a par rapport à tous les autres une antériorité d’information. Il a compris l’évolution des marchés, les besoins insatisfaits et les moyens de les satisfaire, même sans introduire des produits nouveaux ou des techniques différentes. Tel est le pouvoir extraordinaire de l’information et de ceux qui savent la capter et l’interpréter en temps voulu.

Encore faut-il que l’information ne soit pas brouillée par les faux prix (décidés par l’État) ou les réglementations (qui ruinent l’entreprise).

George Gilder, Knowledge and Power: The Information Theory of Capitalism and How It Is Revolutionizing Our World, Regnery Publishing Inc, 2013, 400 pages.


Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Saras Sarasvathy, à l’origine de la théorie entrepreneuriale de l’effectuation, vient de recevoir le prestigieux prix suédois « Global Award for Entrepreneurship Research ».

Organisé depuis 1996 par la Swedish Foundation for Small Business Research (FSF) et la Swedish Agency for Economic and Regional Growth, le prix récompense les chercheurs ayant apporté une contribution majeure à la recherche en entrepreneuriat. Elle rejoint ainsi de grands chercheurs comme Sidney Winter, Shaker Zahra, Kathleen Eisenhardt, Scott Shane, Israel Kirzner... Poursuivre la lecture

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

 

Les intellectuels anticapitalistes ont imprégné le discours dominant de l'idée que la discrimination raciale est inscrite dans l'ADN du capitalisme. Habituellement, les preuves de disparités raciales dans les milieux professionnels sont citées pour étayer le récit selon lequel le capitalisme pénalise les groupes minoritaires. Bien qu'il soit devenu courant d'affirmer que les disparités constituent du racisme, la question est plus complexe.

La discrimination raciale... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles