Le X Y Z de « l’égalitée »

Concours artistique, concours de rouges à lèvres : on ne sait plus quoi inventer pour protéger les femmes !

Par Phoebe Ann Mo$e$

égalitéeNajat Vallaud-Belkacem, chantre de l’égalité hommes-femmes, pardon, femmes-hommes, avait lancé en février un concours sur le thème de l’égalitée. Oui, vous avez bien lu : l’égalité n’est pas un concept suffisamment clair pour tout le monde, il faut encore lui ajouter un E pour être vraiment sûr, certain, vraiment, si si, que cela concerne aussi les femmes.

La règle du jeu est simple : « filmez, dessinez, racontez ce que représente pour vous l’égalité femmes-hommes en 2014. Laissez parler votre imagination ! Toutes les formes sont permises : sketch, chanson, interview, dessin, poème… »

J’avais plein d’idées mais malheureusement les inscriptions sont déjà closes.

Pour moi l’égalité hommes-femmes, c’est tellement l’évidence que ça m’est égal de commencer par l’ordre alphabétique.

L’égalité hommes-femmes c’est que les tâches soient réparties dans un couple suivant la volonté et les possibilités de chacun. Pas suivant une loi.

L’égalité hommes-femmes, c’est que les unes ne soient pas soumises moralement aux autres. À ce sujet d’ailleurs on vous entend souvent, Madame Belkacem, rappeler ces valeurs auxquelles vous tenez.

L’égalité hommes-femmes, c’est que les femmes qui jouent au foot doivent porter une tenue de sport, pas une tenue rappelant leur soumission.

équipe féminine iranienne de foot
Équipe féminine iranienne de football, années 70.

 

L’égalité hommes-femmes, si à l’école on enseigne que les filles puissent se comporter comme des garçons, c’est qu’on leur accorde la même prérogative dans le sport. C’est bizarre, on ne vous a pas entendue défendre les droits des femmes, lorsque la FIFA a autorisé le port d’un « couvre-chef » pour les joueuses de foot dans les pays musulmans. C’est vrai qu’il ne faut pas parler des sujets qui fâchent. Tant que le problème ne se pose pas sur les terrains de foot français, « cela ne nous regarde pas ».

Bruel rouge à lèvreEnfin, l’égalité hommes-femmes, ce n’est pas pour un homme se mettre du rouge à lèvres. Cette campagne destinée à exhiber sa solidarité avec les femmes (sans doute une espèce en voie d’extinction, pour qu’il faille la protéger ainsi ?) propose aux hommes de se mettre du rouge à lèvres. Il faut s’afficher pour se montrer solidaire, quitte à se ridiculiser en utilisant des objets sexués. Les hommes ne pourraient pas être respectueux des femmes et de l’égalité des sexes sans l’afficher de manière caricaturale. S’il faut porter sur soi ce que l’on revendique, à quand les femmes en slip kangourou ? Quelle ironie, quand on essaie de gommer au maximum dans notre société tous les signes ostensibles d’appartenance à un groupe (religieux, sexuel…) : voilà qu’on devrait s’extasier sur les hommes qui respectent les femmes ! Donc qui sont… normaux, en somme ! Cette campagne dite de sensibilisation propose même aux hommes de répéter, comme un mantra, la phrase suivante : « Je suis un homme. Si une femme se fait agresser devant moi, je m’engage à prendre sa défense ». Tout un programme. Si on n’a pas répété la phrase, on ne s’engage à rien ?

img contrepoints137Notez au passage que si un homme peut défendre une femme, c’est qu’on reconnaît finalement que la femme est bel et bien physiquement plus faible que lui. Encore une chose qu’il va falloir expliquer à l’école quand les instituteurs feront remarquer qu’injustement il n’y a pas beaucoup de femmes maçons.

Bref, concours artistique, concours de rouge à lèvres, qui ont peut-être l’intention de marquer les années futures du sceau « Najat Vallaud-Belkacem » comme en son temps « la fête de la musique de Jack Lang », sont bien au niveau qu’ils méritent : le degré zéro de l’intelligence et de la finesse.