Les « erreurs » de jeunesse

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Claude Goasguen (Crédits UMP photos, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les « erreurs » de jeunesse

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 février 2014
- A +

Par le Parisien libéral.

Goasguen
Le député UMP Claude Goasguen a été tancé par le ministre Manuel Valls, l’accusant sur ses liens passés avec « l’extrême droite ».

 

Normalement, dans une démocratie représentative telle que la France, le peuple est souverain, et élit des gens chargés de le représenter (les parlementaires). Ces derniers, les élus, votent le budget et les lois. Le gouvernement, lui, est censé appliquer, et les élus doivent contrôler l’action du gouvernement, par divers procédés, dont les questions à celui-ci.

Certes, la Vème république était déjà une dérive par rapport à ce schéma, mais la conjonction

  • des amendements à la Constitution passés ces dernières années (quinquennat),
  • de l’arrivée au pouvoir d’ultra-étatistes et de dirigistes comme Hollande ou Valls,
  • de l’endogamie croissante des élites politiques françaises, appartenant toutes aux mêmes cercles,

a accru le décalage entre l’idéal de séparation des pouvoirs et la réalité de confusion totale des (et du) pouvoir(s). Certes, il restait aux élus de la majorité et de l’opposition la possibilité d’interpeller le gouvernement sur son action, par le biais des questions au gouvernement (#QAG). Mais les réponses sont de plus en plus évasives, quand elles ne sont pas carrément mensongères. Quand, par exemple, le député Charles de Courson (UDI) demande au ministre de la défense Jean-Yves Le Drian comment le ministère peut confondre un problème de décalage de trésorerie avec un problème de budgétisation, il n’y a pas de réponse.

Mais, depuis quelques semaines, le gouvernement inaugure un nouveau mode de réponse : celles et ceux qui ne sont pas du côté du gouvernement sont « des fachos », des « extrémistes de droite ». Le plus drôle est qu’il n’y a pas de surprise. Le Parti Socialiste avait publiquement exposé son business plan lors de la dernière université d’été à la Rochelle : la priorité n’est plus la lutte contre l’insécurité, l’économie, la moralisation de la vie publique, l’apaisement du pays ou la réforme de l’État, mais la lutte contre l’extrême droite.

Ainsi, quand un député UMP demande à Manuel Valls, le ministre de l’intérieur, s’il compte dissoudre les antifas, potentiellement responsables des dégats s’élevant à un million d’euros en marge de la manifestation anti Notre-Dame-des-Landes à Nantes, que répond Manuel Valls ? Que l’UMP est trop complaisante avec l’extrême droite.


Parlement’air – Questions au gouvernement… par LCP
(Voir entre la 29eme minute et la 34eme minute)


Extraits du Compte-rendu (2ème séance) des questions au Gouvernement du mardi 25 février 2014.

— Yannick Moreau, député UMP de la Vendée : « Monsieur le Premier ministre, les Français sont atterrés de tant d’amateurisme et de sévérité sélective (…) À la vérité, ils se demandent vraiment pourquoi votre gouvernement se montre si faible avec les durs de l’ultra-gauche radicale, et si dur avec les pacifiques familles de la Manif pour tous (…). »

— Manuel Valls, en lieu et place du Premier ministre resté coi : « Vous avez été complaisants, au cours de ces derniers mois, avec ceux qui, à quelques mètres d’ici, s’en prenaient aux valeurs de la République, au rôle du Parlement, à la majorité parlementaire (…) Ici, il y a des députés, de votre groupe, qui ont été complaisants avec ceux qui cassaient… »

— Intervention lapidaire de Claude Goasguen : « C’est vous ! »

— Manuel Valls : « … qui s’en prenaient aux policiers et aux gendarmes (…) Eh bien, ce gouvernement est ferme avec tous ceux qui s’en prennent aux valeurs de la République, qui s’en prennent aux forces de l’ordre, aux policiers et aux gendarmes. Face à l’ultra-gauche… »

— Claude Goasguen encore, à la volée : « Vous ne faites rien ! »

— Manuel Valls : « … face à l’ultra-droite, ou face à cette extrême droite, nous répondons. Monsieur Goasguen, vous en venez, vous, de l’extrême droite. Vous savez ce qu’il en est ! Nous, nous ne sommes complaisants avec personne ! Vous, vous êtes complaisants. Les choses sont claires, avec nous ! »


 

Pourquoi le député UMP demande-t-il l’interdiction des antifas ? Parce que ce même gouvernement avait demandé la dissolution de deux groupes d’extrême droite, l’Œuvre française ainsi que des Jeunesses Nationalistes le 24 juillet dernier suite à la mort d’un militant d’extrême gauche, et parce que le gouvernement avait déjà accusé l’UMP d’être à l’origine du climat qui avait entraîné la mort de l’antifa.

Donc, à cette question, Valls répond à coté et fait rejaillir le passé d’extrême droite de certains.
Ainsi, en plus de ses responsabilités de chef de la corpo de droit à Assas, Claude Gloasguen aurait été membre d’Occident, un groupuscule d’extrême droite.

Mais faut-il rappeler le passé des élus ? Pourquoi Manuel Valls ne se demande-t-il pas s’il y a complaisance à gauche envers l’extrême gauche, au vu du nombre de hiérarques de gauche passés par la ligue communiste révolutionnaire ?

Au-delà du passé et de la fin des années 60 durant lesquelles, manifestement, tous les politiciens étaient extrémistes de droite ou extrémistes de gauche, c’est plutôt d’aujourd’hui dont nous devrions parler. Il se trouve qu’une expérience authentiquement socialiste, le Venezuela, est en train de tourner à la tragédie. Dix personnes sont mortes, dont cinq par balle, lors des manifestations anti-gouvernementales qui agitent le Venezuela depuis début février. Pourtant, le président Maduro suit exactement les mêmes préceptes que son prédécesseur, Chavez : le Partido Socialista Unido de Venezuela applique une politique 100% socialiste, authentiquement étatiste. Question : le gouvernement français va-t-il dénoncer le socialisme, le vrai, celui qui tue, de Berlin à Caracas, en passant par Cuba ou Pyongyang ?

Quant aux « questions au gouvernement », on saura désormais ce qu’elles valent : pas grand chose, au niveau informatif, puisqu’elles servent surtout de défouloir à un ministre de l’intérieur manifestement sous pression. On le comprend. Comme pour Sarkozy, les mots ne remplacent pas les résultats.

N’ayons aucune complaisance avec les extrémistes, de gauche comme de droite, certes, mais n’en ayons encore moins pour ceux qui, au-delà de leurs « erreurs » de jeunesse, continuent jusqu’aujourd’hui à soutenir des idéaux dictatoriaux ou non démocratiques et qui n’hésitent pas à se compromettre avec le pire, jusqu’à rendre hommage au communisme, par exemple, ou à serrer la main de dictateurs.


Sur le web.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Il est étonnant que cette vidéo ne soit pas encore signalée par nos fanatiques de gauche…

  • L’extrême droite à été sur diabolisée au même titre que les libéraux. Être traite d’extrême de droite ou de libéral relève en France de l’ insulte.
    Par contre, les adorateurs du Che ou les Trotskystes n’ont absolument rien à craindre.
    Le député est rentré dans le jeu des gauchistes en considérant que l’evocation de son ancienne appartenance à Occident pouvait être une tare. Pour couper l’herbe sous le pied des gauchistes, et pour faire cesser leurs menaces de decredibilisation, il aurait fallu qu » il le reconnaisse sans honte et qu » il demande des explications à Valls.

  • La gauche et la droite ne sont que des leurres, tout le monde le sait depuis des décennies.

    Il n’y a que des étatistes qui se congratulent dans les loges, qui, elles, ne sont pas colorées politiquement, comme c’est surprenant.

    Les antifas d’aujourd’hui sont les chiens de garde du gouvernement, ce dernier s’en sert en les manipulant sur des concepts d’un autre siècle. Que les gens sont peu regardant quand on les laissent assouvir leurs fantasmes.

    Tout ça, c’est du théâtres, n’applaudissez pas, la pièce est ne vaudra bientôt plus rien.

    • +1
      Vous ne pouvez presque rien contester, remettre en cause, questionner sans risquer d’être catalogué péjorativement pour ne pas dire insulté par une « majorité consentante » de citoyens qui veulent tout et leur contraire.
      C’est le règne d’un politiquement correct dirigé d’en haut.
      De moins en moins de débat pour d’avantages de polemiques tournant très vite court avec ces « mots-sophismes ».

    • Ce ne sont pas les « antifas » qui ont saccagés Nantes – ça c’est Le Pen qui propage ça pour règler des comptes – mais les blacks blocks qui sont une association informelle d’extrémistes de gauche à travers toute l’Europe. Il n’a rien à dissoudre car il n’y a aucune existence légale.

      Par contre les soit-disant ZADistes sont clairement responsable de leur soutien à ces individus et vis-à-vis de leurs propres action également. Il y a d’ailleurs des décisions de justice en ce sens là et personne ne les appliquent. Une partie du territoire est occupé et ces gens ont l’impunité la plus totale (et ne s’en privent pas).

      Si on est au Théâtre, devinez qui joue le bouffon ?

  • Ce Valls un vrai Hell »s Angel de Crimée ..LOL

  • Ca cannibalise dur, chez vous ! Sans rancune.

  • Reprenons un peu la thématique de l’extrème droite des années 60/70, à laquelle ont appartenu Goasguen, Longuet, Devedjian, Abitbol ou bien Madelin.
    Quel en était le thème central et numéro un?
    L’antisémitisme? Non
    Le racisme? Non
    Le fascisme? Non
    Le point central de l’idéologie de ces groupuscules était l’anticommunisme et la critique des crimes marxistes chinois et soviétiques.
    Et l’affaire n’était pas facile à une époque ou le PC »F » faisait encore 20% des voix.
    Alors au lieu d’injurier Goasguen, on ferait mieux de le féliciter pour sa clairvoyance 20 ans avant la chute du mur.

    • Si on parle d’Occident c’est vrai. Mais il y avait aussi tout un versant colonialiste et pro-Algérie française.

  • A propos en France qui tue ? l’extrême gauche ou l’extrême droite ? Qui a des liens avec les anciens du Gud et d’occident ? qui eux mêmes se font financer par Assad, un démocrate méconnu de Syrie

  • Comment se fait il que l’économie de marché dans sa version la plus libérale prospère en chine communiste ?
    On nous aurait menti ?

    Par le petit trou de la lorgnette ? Par le grand bout du prèjugé ?

    En toute modestie, je crois qu’il y à plus de petinence dans cette question et surtout plus de réponses de fond que dans tout ce que je viens de lire ….

    • lemiere jacques
      1 mars 2014 at 20 h 53 min

      je doute que ce soit la version la plus libérale, ( je crois d’ailleurs que le libéralisme économique est un concept irréaliste), l’oligarchie a la main mise dessus , mais il fat reconnaitre que le collectivisme peut etre extrêmement efficace pas de syndicats, pas de concurrences, prix fixés, ça permet des politiques planifiée d’eradication de la concurrence.
      Par contre je doute que lr communisme puisse tenir en chine bien longtemps avec la montée de la prosperité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ainsi, députés et sénateurs auront été jusqu’au bout ! Le texte sur le passe vaccinal a été adopté dimanche 16 janvier par nos parlementaires, enterrant encore un peu plus la démocratie libérale. Pour autant, une soixantaine de députés de toutes tendances, ainsi que les sénateurs du groupe socialiste, poursuivent le combat et ont saisi lundi le Conseil constitutionnel.

Pass vaccinal : le texte devant le Conseil constitutionnel

Essentiellement emmené par le groupe La France Insoumise (vous ne rêvez pas, c’est bien LFI qui se pose en déf... Poursuivre la lecture

En cinq ans, Emmanuel Macron aura réussi à anéantir la gauche, à enterrer la droite, à ridiculiser l’Assemblée nationale et à faire disparaître le Sénat. La France n’est plus une République reposant sur des institutions, mais le terrain de jeu d’une administration toute-puissante qui s’amuse avec des petits avatars virtuels qui ont été autrefois des individus et des citoyens.

Instinctivement, l’immense majorité des Français sent bien que quelque chose ne va pas, que quelque chose ne tourne pas rond.

Ce qui aurait dû être la repr... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Après trois jours de débats tumultueux, alimentés par des propos controversés d'Emmanuel Macron, prêt à « emmerder » les non-vaccinés, l'Assemblée nationale a adopté jeudi 6 janvier au petit matin en première lecture le projet de loi transformant le passe sanitaire en passe vaccinal.

« Les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu'au bout. C'est ça, la stratégie », avait clamé le chef de l'État dans un entretien au Parisien mardi. « Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je devi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles