Les socialistes et la psychologie des foules

Moutons (Crédits bibendum84, licence Creative Commons)

La stratégie politique des socialistes demeure fidèle aux analyses faites par Gustave Le Bon, il y a plus d’un siècle.

Par T. Matique

moutons

Malgré toutes les avancées dans bien des domaines, la stratégie des politiques semble s’être arrêtée à 1895, date de parution de La Psychologie des foules de Gustave Le Bon. Après plus d’un siècle, les méthodes utilisées pour mobiliser chaque individu autour d’eux demeurent les mêmes.

Agir sur l’imagination

Gustave Le Bon affirmait que « C’est sur l’imagination populaire qu’est fondé la puissance des conquérants et la force des États. C’est surtout en agissant sur elle qu’on entraîne les foules. » et « Qui connaît l’art d’impressionner l’imagination des foules connaît aussi l’art de les gouverner. »

Les socialistes l’ont bien compris et, en vue de conquérir le pouvoir, ils continuent d’user et d’abuser de la symbolique et des allégories : « C’est le rêve français que je veux réenchanter, celui qui a permis à des générations durant toute la République de croire à l’égalité et au progrès. » (Hollande, octobre 2011), « Dans cette bataille qui s’engage, je vais vous dire qui est mon adversaire, mon véritable adversaire. Il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. » (discours du Bourget de Hollande), « Je suis la candidate anti-système » (Marine Le Pen Avril 2012), « Les intérêts des Français avant tout, par-dessus tout. Contre les intérêts des marchés financiers, avant les intérêts des autres peuples y compris européens » (Marine Le Pen novembre 2012). Rien sur le fond et tout dans la forme.

La suggestion dans les esprits est telle que certains pourraient y voir un magicien faisant disparaître la finance et une nouvelle Jeanne d’Arc brandissant son glaive contre les marchés financiers. En fait, comme le préconisait Gustave Le bon en son temps « Des expressions telles que : l’infâme capital, les vils exploiteurs, l’admirable ouvrier, la socialisation des richesses, etc. produisent toujours le même effet, bien qu’un peu usé déjà. Mais le candidat qui trouve une formule neuve, bien dépourvus de sens précis, et par conséquent pouvant répondre aux aspirations les plus diverses, obtient un succès infaillible. » Rien de tel qu’un adversaire non identifié, un spectre dans la brèche de l’ignorance.

Pourtant, même si les socialistes adhèrent à la conception de Gustave le Bon sur le fait que « Le caractère des foules qu’elles manifestent, sont la faible aptitude au raisonnement, l’absence d’esprit critique, l’irritabilité, la crédulité et le simplisme, on découvre aussi dans leur décision l’influence des meneurs… », ils ne peuvent prendre le risque de voir les foules s’affranchir de leur emprise à une époque où chacun peut enrichir, s’il le souhaite, ses connaissances sur la réalité des mécanismes économiques existants et des liens indissociables qui relient tous les acteurs économiques entre eux et dont les marchés financiers font partie.

À l’heure des échanges virtuels, ils n’ont d’autre alternative que d’infiltrer tous les réseaux sur internet afin de faire leur service « après-vente » politique, de faire leur propagande, pour tenter de maintenir les foules dans l’illusion, voire même dans l’ignorance. Leurs cibles principales étant les sites politiques et d’information, leurs préposés s’y infiltrent s’adaptant en caméléon aux attentes des participants. Ainsi, aux sympathisants de gauche, ils prônent l’anti-libéralisme et un État collectiviste ; aux sympathisants de droite, de l’anti-sarkozysme (PS/FN), puis du conservatisme et du patrie-autisme (le FN), et aux libéraux soit des mesures libertaires (le PS) soit l’alternative du chaos permettant selon eux l’avenant du libéralisme (le FN). Tous les recours sont envisagés en vue de séduire les indécis, et les mécontents, de flatter les ego et de maintenir les neurones dans l’ignorance, voire même de neutraliser par le dénigrement tout opposant trop coriace ou dérangeant. Il est vrai qu’ils disposent d’alliés de poids notamment avec la presse digitale et leurs blogs de journalistes qui voient en eux de potentiels clients. Mais, à présent, internet ce n’est plus seulement un espace où chacun se contente de sortir de son silence, de créer un réseau social, et/ou d’être passif face à l’information. Il y a aussi du nivellement par le haut. Agir sur l’imagination n’est plus suffisant dans cet espace de liberté, d’échanges et de réactivité qu’offre internet à bien des anonymes insoumis aux rhétoriques politiques des infiltrés.

L’affirmation, la répétition et la contagion

img contrepoints092 manipulation politiqueAfin de nourrir l’imagination de quelques perspectives de concrétisation, les socialistes adoptent dans les médias et internet les moyens d’action évoqués par Gustave Le Bon : « Ils ont principalement recours à trois procédés très nets : l’affirmation, la répétition, la contagion. L’affirmation pure et simple, dégagée de tout raisonnement et de toute preuve, est un des plus sûrs moyens de faire pénétrer une idée dans l’esprit des foules. Plus l’affirmation est concise, plus elle est dépourvue de toute apparence de preuve et de démonstration, plus elle est autorité. » sachant que « Les réformes les plus catégoriques peuvent être promises sans crainte. Sur le moment, ces exagérations produisent beaucoup d’effet, et pour l’avenir elles n’engagent en rien. »

Ainsi, pendant des mois nous avons eu droit à diverses tentatives de conditionnement à la morale, à « l’optimisme » économique, puis à l’inversion de la courbe du chômage, etc. À présent, nous assistons au conditionnement à l’amnésie sur leurs échecs avec l’opération de séduction auprès des chefs d’entreprises et des investisseurs alors qu’au même moment des lois de restrictions ne cessent de s’accumuler : loi Florange, loi sur les stagiaires, etc. Les effets de cette prise d’otage des neurones par l’État est telle que le syndrome de Stockholm mériterait d’être rebaptisé en syndrome de Solférino. L’homme qui affirmait en juin 2006, dans l’émission À vous de juger, « Je n’aime pas les riches, j’en conviens » et qui fustigeait le monde la finance en 2012, se voit même à présent rappeler les promesses émises concernant la maladie d’Alzheimer par la présidente de France Alzheimer, Marie-Odile Desana. Avec de tels revirements personnels, nous avons le choix entre la schizophrénie politique, ou Alzheimer, ou l’enfumage.

Quant à « l’anti-système », elle en oublie que c’est le système qu’elle défend avec sa volonté d’un État fort et puissant, d’une république maintenue en l’état dont elle voudrait être la nouvelle égérie, et que ce sont les deniers de l’État, donc des contribuables, qui lui permettent de faire sa carrière politique au côté d’un énarque qu’est Philippot. C’est ce même système qui lui permet de faire de Hénin-Beaumont un laboratoire d’expérimentation sur l’affirmation, la répétition et la contagion, et ce depuis plusieurs années. Pourtant, ce ne sont pas les villes où l’immigration est bien plus importante qui manquent, dont la plupart sont gérées par la gauche.

Hénin-Beaumont

Lens

Sevran

Population en 2010 sources INSEE 26 278 habitants 35 032 habitants 49 832 habitants
Nombre d’immigrés en 2010 sources INSEE 862 immigrés 2 103 immigrés 14 811 immigrés
Part d’immigrés dans la population

3,28%

6,00%

29,72%

Élection présidentielle 2012 premier tour

Hollande 28,63%

FN 17,90%

Hollande 24,61%

FN 18,92%

Hollande 42,56%

FN 14,17%

Élection législative 2012 premier tour

FN 48,21%

FN 19,72%

FN 13,88%

Élection législative 2012 second tour

FN 55,14%

FN 36,59%

Pas de second tour

 

Alors que les immigrés n’ont pas le droit de vote (hormis les ressortissants de l’UE aux élections municipales), et indépendamment de toute considération concernant l’immigration et ses effets, qu’ils soient positifs ou négatifs, force est de constater que le conditionnement des foules est bien plus propice là où l’immigration est moindre. Un conditionnement qui tend même à résumer l’immigration en provenance de pays où la population est majoritairement musulmane. Or, toujours selon l’INSEE, en 2010 les immigrés représentaient 8,48% de la population française et les portugais/italiens/espagnols représentaient 20,68% de l’immigration tandis que les marocains/algériens/tunisiens représentaient 29,80% de l’immigration et avec les turcs 34,25%.

Immigrés France 2010

Hilter fut l’un des premiers à mettre en application l’étude faite par Gustave le Bon et à conditionner les foules sur la nécessité d’un État fort et puissant, sur celle d’un pays voué à son peuple d’abord, et dans une lettre, adressée à Adolf Gemlich en 1919, il précisait entre autres : « Une race non allemande vit avec nous, une race avec ses propres sentiments, sa propre religion et ses propres aspirations tout en ayant les mêmes droits que nous ».

Face à toute controverse, les socialistes ont recours à la méthode kangourou par des sauts d’un sujet à l’autre en fonction des convenances avec une pochette surprise en guise d’argument où même l’INSEE et les sondages sont utilisés à leur guise, tantôt évoqués, tantôt fustigés. En fait, comme le précise Gustave Le Bon « Si le socialisme est si puissant aujourd’hui, c’est qu’il constitue la seule illusion qui soit encore vivante. Malgré toutes les démonstrations scientifiques, il continue à grandir. Sa principale force est d’être défendu par des esprits ignorant assez les réalités des choses pour oser promettre hardiment à l’homme le bonheur. L’illusion sociale règne aujourd’hui sur toutes les ruines amoncelées du passé, et l’avenir lui appartient. Les foules n’ont jamais eu soif de vérités. Devant les évidences qui leur déplaisent, elles se détournent, préférant déifier l’erreur, si l’erreur les séduit. Qui sait les illusionner est aisément leur maître ; qui tente de les désillusionner est toujours leur victime. »

Ainsi, à Marseille, le candidat Patrick Mennucci déclare au parc Chanot « Au jeune chômeur de Belsunce, je dis que je prends l’engagement de tout faire pour permettre la création en 10 ans de 50 000 emplois privés à Marseille », comme si la création d’emplois privés dépendait d’une mairie et pouvait être chiffrée par elle. Un Montebourg à Marseille ! À Perpignan, c’est le candidat Louis Aliot qui voudrait faire croire qu’une mairie est comme une entreprise qui peut choisir à sa guise son fournisseur ou sous-traitant en prétendant « choisir des entreprises qui embauchent de la main d’œuvre locale » comme si les appels d’offre, obligatoires dès 210 000 € HT (nouveau Code des Marchés Publics et Décret n° 2005-1737), pouvaient y inclure la mention « main d’œuvre locale » sans entraver, entre autres, l’article 64 du code des marchés publics et commettre une infraction pour discrimination (art.432-7 du Code Pénal) même en cas de convention de délégation ou de relations ponctuelles. De plus, selon l’INSEE, les immigrés représentent 12% de la population dans la ville en 2010 et sont essentiellement des Espagnols, des ressortissants européens avec droit de vote aux élections municipales et disposant d’une libre circulation et de travail au sein de l’UE, comme tout Français domicilié dans un autre pays membre de l’UE.

Au fond, la démocratie du socialisme se résume à « l’effacement de la volonté et de l’initiative de l’individu devant celles de la communauté représentées par l’État. C’est l’État qui est chargé de plus en plus de diriger tout, de centraliser, de monopoliser et de fabriquer tout. C’est à lui que tous les partis sans exception, radicaux, socialistes ou monarchistes, font constamment appel. » Aspirer à mener des foules aboutit au formatage neuronal des individus qui les constituent, à leur endoctrinement au collectivisme, et au bout du compte à l’aliénation de leur liberté de pensée aux seuls intérêts des meneurs. La politique ne propose plus un cadre de gouvernance où tout un chacun pourrait y trouver sa place et se transcender par sa pensée et ses actes. La politique n’est plus qu’un exercice de séduction et de manipulation de masse. À l’heure de la mondialisation, de la mobilité géographique, et d’internet, les libertés individuelles peuvent s’exprimer avec plus de marge. Les libéraux de plus en plus nombreux sont par essence insoumis aux foules. Ils n’aspirent pas à trouver un maître pour les guider et dicter leur conduite, mais souhaitent simplement un garant des libertés individuelles. Ils sont l’exception à la Psychologie des foules.