Le contrôle de soi est la clé du succès

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le contrôle de soi est la clé du succès

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 février 2014
- A +

Un article de Reason.

« Il y a deux qualités qui sont corrélées au succès », déclare le journaliste du New York Times John Tierney. « L’une d’elles est l’intelligence, et l’autre est le contrôle de soi. Et, à ce jour, les chercheurs n’ont pas trouvé que faire au sujet de l’intelligence, mais ils ont redécouvert comment améliorer le contrôle de soi. »

Tierney s’est exprimé lors d’un événement sponsorisé par la Reason Foundation le 28 janvier 2014, au Musée du Sexe de New York City. Il était accompagné de Roy Baumeister, l’éminent titulaire de la chaire Epps à Florida State University, et co-auteur avec Tierney de Willpower: Rediscovering the Greatest Human Strength (La volonté, redécouvrir la plus grande force humaine).

Baumeister et Tierney ont discuté de l’importance de la volonté pour déterminer notre succès dans la vie, et ont offert des méthodes pour améliorer son contrôle de soi.

La conversation a porté sur des expériences de laboratoire qui montrent comment la volonté peut être épuisée (6:20), sur les effets du glucose sur le contrôle de soi (10:15), sur comment tenir ses résolutions de nouvel an (16:30), sur pourquoi suivre un régime mine le contrôle de soi (20:45), sur la façon d’établir une liste de choses à faire qui soit efficace (22:30), sur l’expérience de John Tierney et Roy Baumeister quand ils ont rencontré David Allen, l’auteur du bestseller Getting Things Done (24:30), sur pourquoi c’est une bonne idée de se peser tous les jours si vous essayez de perdre du poids (25:30), sur le rôle de la génétique dans la détermination du niveau de volonté d’une personne (31:00), sur pourquoi les livres de développement personnel mettent rarement en avant la volonté (33:00), sur la mentalité victimaire et sur Alcooliques Anonymes (35:20), sur la volonté et le crime (38:50), sur la procrastination comme outil pour arriver à faire les choses (47:20), sur la volonté et l’évolution (51:45).

Durée totale, environ 1h02′


Sur le web – Traduction : Contrepoints.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Il faudrait définir ce qu’est le succès.

    Si je réussis à être qqun de bien à mes yeux, j’aurais réussi ma vie. Est-ce de cela dont ils parlent?
    Mais ils parlent de réussite économique, alors, il en est tout autre chose, et le pire, c’est qu’ils mettent Dieu la dedans.

    Il est certain que quand on est pauvre, on n’est pas heureux, toutefois, la réussite ne nous rendra pas forcément vraiment heureux, surtout si on se force à être qqun d’autre.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Alain Laurent.

Qu'y a t-il de pire au monde que le nazisme, le djihadisme ou la pédophilie ? L'individualisme, bien sûr ! Forcément « forcené » selon l'anti-individualisme primaire idéologiquement dominant, « atomisation du corps social », « déliaison » et « désaffiliation » sociales en sont les funestes conséquences, sans compter un hédonisme matérialiste et un désastreux repli sur soi. Mais l'ennemi public n°1, c'est sans conteste l'individualisme libéral, conjuguant l'individualisme à un horrible libéralisme forcément « débridé ... Poursuivre la lecture

À la suite des analyses portant sur les techniques de manipulation des masses dans une démocratie libérale puis sur un antécédent historique de manipulation réussie de la foule, il est possible de déterminer quel est le ressort de celle-ci au regard de la crise actuelle. Sans guère de surprise, l’irrationalité peut se déverser sans retenue une fois les digues morales et légales levées ou effondrées.

Les libertés, premières victimes expiatoires de la psychologie des foules

Dans toute situation d’urgence la première victime ce sont les l... Poursuivre la lecture

Par Alexis Vintray.

Les personnes de gauche et, plus généralement, les interventionnistes de tout bord, sont les premiers à revendiquer les valeurs de tolérance et de générosité. En particulier pour cette dernière valeur, le fait de vouloir utiliser l’État à des fins sociales est présenté comme gage de générosité. Les politiques sociales sont bonnes par nature, les autres égoïstes.

Pourtant, comme le montrent les études universitaires, ce sont les gens de gauche - ou, il faudrait absolument préciser, les étatistes - qui sont les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles