Le paradoxe de la croissance africaine

La forte croissance économique africaine est accompagnée par la création de peu d’emplois. Cette tendance devrait se poursuivre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le paradoxe de la croissance africaine

Publié le 14 février 2014
- A +

Par Obadias Ndaba.
Un article de Libre Afrique.

Selon le dernier rapport de la Banque mondiale, il est prévu que le taux de croissance en Afrique subsaharienne atteigne 5,3 % en 2014, contre 4,7 % l’année dernière. Comparé à d’autres blocs régionaux, la croissance prévue en Afrique subsaharienne la place au troisième rang, après celles de l’Asie de l’Est (7,2 %) et de l’Asie du Sud (5,7 %). Toutefois, le paradoxe de ces dernières années de croissance économique impressionnante en Afrique est qu’elle a été accompagnée par la création de peu d’emplois, et cette tendance devrait se poursuivre.

De nombreux rapports ont attesté de l’existence de ce paradoxe. Ainsi, l’Organisation Internationale du Travail souligne que 82 % des travailleurs africains sont pauvres, parce qu’ils sont coincés dans le secteur informel de l’auto-emploi et n’ont pas de bons emplois salariés rémunérés. Un nouveau rapport des Nations Unies sur les perspectives économiques mondiales met en garde contre le danger de ce paradoxe qui est un problème dans de nombreux pays, à des degrés divers et pour des raisons différentes. En mai dernier, la Banque africaine de développement a mis en garde les gouvernements contre « l’instabilité politique » en raison de la flambée du chômage des jeunes. Environ 12 millions de jeunes entrent dans la population active chaque année en Afrique et seulement un cinquième accèdent à un emploi. Raison pour laquelle tous les mois, nous entendons parler de jeunes désespérés noyés dans la Méditerranée en essayant de rejoindre l’Europe. Le printemps arabe, qui a renversé les gouvernements en Tunisie, en Libye et en Égypte, était une réaction au chômage anormalement élevé chez les jeunes.

Alors, pourquoi la croissance de l’emploi est-elle si faible en Afrique alors que ses perspectives de croissance économique sont très bonnes, voire robustes ?

Tout d’abord, une grande partie de cette croissance économique « robuste » en Afrique, durant la dernière décennie, a été tirée par l’exportation de matières premières ou de ressources naturelles. McKinsey & Company estime que le boom des ressources représente 32 % du PIB africain. Le problème avec une croissance tirée par les produits de base est qu’elle est fortement intensive en capital, avec peu d’impact sur l’emploi domestique. En outre, rappelons que le développement économique découle de l’ajout de valeur aux ressources, pas seulement de leur exportation à l’état brut. C’est pourquoi l’économie de l’Angola a cru de 11,1% durant la décennie 2001-2010, soit le taux le plus rapide sur terre. Pourtant, 60% des Angolais vivent dans l’extrême pauvreté. Les pays africains doivent désormais faciliter la croissance dans des secteurs clés intensifs en main-d’œuvre.

Ensuite, alors que l’Afrique a besoin d’investissements dans des secteurs tels que les infrastructures, la technologie et l’éducation, l’essentiel de ses ressources financières demeure en fuite à l’étranger. En mai 2013, une étude conjointe de la Banque africaine de développement et du Global Financial Integrity a montré que, de 1980 à 2009, l’Afrique a perdu entre 1200 à 1400 Md$ en flux financiers illicites : corruption, évasion fiscale et pots de vin. Ce montant représente plus de trois fois le montant total de l’aide étrangère reçue dans la même période et est vingt-huit fois plus élevé que les investissements directs étrangers annuels destinés à l’Afrique qui, selon la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, ont atteint 50 Md$ en 2012. L’Afrique supplie, alors qu’elle subit des fuites de capitaux, et qu’elle peut être considérée comme un créancier net si l’on réintègre la fuite des capitaux. En conséquence, si cette tendance était inversée, l’Afrique serait en mesure de résoudre tous ses problèmes économiques sans aide extérieure.

Enfin, il n’y a pas d’industrialisation, pas même dans la production agricole. Il devient plus cher de fabriquer des produits en Asie en raison de la hausse des coûts de la main-d’œuvre. Cela présente des opportunités sans précédent pour l’Afrique qui a l’opportunité de se lancer dans le secteur manufacturier, une industrie intensive en main-d’œuvre qui pourrait résoudre le problème persistant et généralisé du chômage. En octobre dernier, la Banque africaine de développement a déclaré, à juste titre, que « l’industrialisation est une condition préalable pour la transformation économique de l’Afrique ». L’industrie représente moins de 10 % du PIB en l’Afrique et emploie encore moins de ce pourcentage, une structure malsaine pour de nombreux pays riches en ressources. Quant à l’agriculture, sa part dans le PIB, selon les estimations de l’OCDE, est seulement de 12 %, alors qu’elle emploie plus de 60 %. Cela montre que la richesse en Afrique n’est pas là où les gens se trouvent. C’est le paradoxe de l’«impressionnante» croissance économique de l’Afrique avec un marché du travail toujours atone.

S’attaquer à cette question complexe prendra du temps, des années ou même des décennies, mais les décideurs doivent comprendre  ces causes profondes et les limites du gouvernement dans la création annuelle d’emplois  comme une réponse à la crise. Les véritables causes sont de nature structurelle et doivent être traitées comme telles.


Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Excellent article.

    Le problème majeur de l’Afrique sub-saharienne, c’est qu’elle est malade de ces « élites », qui ont été majoritairement formée sur le modèle français… Avec sa corruption et son incapacité flagrante à comprendre le monde et ses évolutions !!!

  • Bof, si la solution à la croissance se cachait dans l’exportation de produit manufacturier ça se saurait. L’Afrique ne s’industrialisera sans doute jamais comme les pays d’Asie tout simplement parce que ceux ci manipulait leurs monnaie pour se renforcer de leurs exportations. Mais ça a ses limites et la Thaïlande en est un signe. L’Afrique réussira sans doute avec un secteur des services plus performant.

    • L’exportation des produits manufacturiers permet la création d’emplois qui accompagne la croissance. Voilà cmt résoudre le problème d’un chômage élevé et permettre un vivre mieux de la population qui va consommer les produits finis et accroître l’économie. Mais c’est vraie que ce n’est la seule condition

  • « ils sont coincés dans le secteur informel de l’auto-emploi » : ce n’est pas l’auto-emploi qui pose problème en soi mais le fait que l’auto-emploi soit artificiellement maintenu à l’état informel, privant les personnes concernées de toute possibilité de constituer légalement un capital productif privé, base nécessaire et suffisante pour sortir de la pauvreté.

    Lire ou relire Hernando de Soto !

    PS : la France socialiste, parce qu’elle méprise et détruit le capital productif privé, notamment sous l’effet des retraites par répartition, est un pays en voie de sous-développement.

  • > « alors que l’Afrique a besoin d’investissements dans des secteurs tels que les infrastructures, la technologie et l’éducation, l’essentiel de ses ressources financières demeure en fuite à l’étranger »

    Un peu facile. En réalité : 1/ les infrastructures des pays francophones sont largement financées à crédit par l’international : la BM et la Chine en particulier. Le flux d’argent est l’inverse de ce que prétend l’article. Et 2/ ce dont « l’Afrique a besoin » c’est uniquement que les administrations cessent d’étouffer l’économie formelle et d’interdire de travailler l’économie informelle.

    • Très cher, je crois que tu as bien lu l’article sans rien comprendre. Si le fruit des produits illicites est un manque à gagner pour le budget de l’état (avec ces sous qui disparaissent), celui-ci n’aurait plus eu besoin de solliciter des emprunts pour financer son développement et pouvait ainsi se financer tout seul en assurant une vie meilleure à sa population. L’etouffement de l’economie dont tu parles par les fontionnaires est la corruption qui entraîne la fuite des capitaux et un manque dans les caisses de l’État. CQFD

      • Mais bien sûr, et le développement viendra lorsque l’État sera fait de fonctionnaires parfaits, n’est-ce pas ?
        Encore un étatiste qui ne comprend pas ce qu’est le développement.

        • Mon dieu, comme si ce sont les fonctionnaires qui permettent le développement d’un pays.
          Encore un utopiste qui croit savoir ce qu’est le développement

          • Ah mais tout à fait. Les fonctionnaires intègres permettraient à l’État d’auto-financer son développement sans solliciter d’emprunts à l’extérieur, ce qui assurerait par la grâce d’un saut lacantique une vie meilleure à la population et éviterait du même coup l’étouffement de l’économie.

            J’ai bon ?

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La loi qui fixe le salaire minimum en Californie à 20 dollars de l'heure vise prétendument à améliorer la situation des travailleurs pauvres de l'État. Le rôle de l'économie est d'évaluer ces affirmations à l'aide de la théorie économique et des preuves empiriques. Dans le courant dominant de l'économie, communément enseigné dans les cours d'introduction à l'université, l'analyse conventionnelle indique que de telles lois peuvent entraîner une hausse du chômage uniquement si le nouveau salaire minimum est supérieur au salaire du marché. Bien ... Poursuivre la lecture

Le Maroc est un pays dynamique, son économie est diversifiée, son système politique présente une certaine stabilité dans une région en proie à des crises à répétition. Ce pays a fait montre d’une résilience étonnante face aux chocs exogènes. La gestion remarquée de la pandémie de covid et la bonne prise en main du séisme survenu dans les environs de Marrakech sont les exemples les plus éclatants.

 

Pays dynamique

Sa diplomatie n’est pas en reste. La question du Sahara occidental, « la mère des batailles », continue à engran... Poursuivre la lecture

La DREES a publié le 14 décembre dernier une étude qui révèle, que pour la septième année consécutive, la France est championne européenne des dépenses sociales. Celles-ci représentent 32,2 % du PIB, alors que la moyenne des pays de l’OCDE se situe à 21 %.

Mais, dans le même temps, le taux de pauvreté augmente dans notre pays : entre 2004 et 2021 le nombre de pauvres (seuil à 50 % du niveau médian) est passé de 4,2 à 5,2 millions de personnes. Pourquoi nos dépenses sociales sont-elles aussi élevées ? Comment continuer à les financer ?<... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles