Tous à poil !

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
img contrepoints034

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tous à poil !

Publié le 11 février 2014
- A +

img contrepoints034

La polémique qui agite nos crânes d’œuf politiciens d’un bord comme de l’autre cache un problème fondamental. Oui ou non, y a-t-il complot pour manipuler nos chers têtes blondes z-et brunes ?

Peut-on croire sérieusement qu’un Peillon, fils du très puissant patron de la très communiste Banque commerciale pour l’Europe du Nord qui a servi de relais pendant toute la guerre froide entre l’URSS et les partis frères (hein, Marchais), le Peillon qui a déclaré que la démocratie et le catholicisme étaient incompatibles, qu’il fallait « arracher l’élève (vos enfants) à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, culturel » pour, bien sûr en faire les enfants de chœur de la religion nouvelle de la laïcité de Monseigneur Peillon, peut-on croire sérieusement que le frère Peillon n’a mené aucune initiative discrète dans des endroits discrets pour mettre au point ces stratagèmes, avec des « responsables » dont vous n’avez jamais entendu parler ? Vous pensez qu’il s’est simplement pointé ministre et qu’il a dit aux sous-fifres ahuris « I’ve made a dream? », le rêve de chambouler l’Éducation Nationale, comme un manche. Parce qu’il a réussi à se mettre pratiquement à dos tous ses camarades.

L’exemple de ce livre « Tous à poil » qu’encore une fois toute une presse s’est acharnée à minimiser est sans doute symbolique, même s’il s’agit d’un ouvrage de « littérature jeunesse » et non d’un manuel de l’EN : à la fois parce qu’il veut démolir les images d’autorité et jouer avec le zizi des enfants. La lutte est ancienne : dans les années soixante fut imaginée la théorie des ensembles, dont le but était de soustraire les enfants de l’influence bourgeoise de leurs géniteurs, qui les aidaient à faire les maths le soir. Avec cette théorie, rupture de culture. 40 ans plus tard, « ils » sont toujours là.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Je partage tout à fait votre point de vue sur le ministre de la déséducation . Catholique pratiquant, je suis très attaché à l’école laïque qui m’a beaucoup apporté…en d’autres temps. Mais la laïcité de Peillon et cie est plus proche du « Meilleur des Mondes »de Huxley , voire de la République de Platon que de l’idéal de Jules Grévy. Faute d’apprendre aux enfants les « fondamentaux »,lire,écrire,compter, on veut retirer aux parents le droit de transmettre leurs valeurs, leur culture. Le role de l’école n’est pas de conditionner nos enfants ,ni de les faire entrer dans le moule de la pensée unique. Je ne partage cependant pas votre point de vus sur l’enseignement de la théorie des ensemble, qui, s’il avait été bien fait, aurait été un grand progrès.

  • On devrait surtout s’inquiéter d’apprendre aux enfants à lire, à être curieux, à manipuler les nouvelles technologies (plus si nouvelles que ça d’ailleurs) dans le cadre d’un projet pédagogique, à travailler en équipe, être à l’aise en présentation orale… Bref leur apprendre à apprendre.
    Non, parler de zizis et d’identité sexuelle, c’est beaucoup plus important et ça ne peut pas attendre le collège où c’est déjà prévu.

  • Parce que ce livre était dans l’indifférence générale, il a fallu un chien de garde connu et méprisé pour sa mauvaise foi pour faire un coup d’éclat, baver sur ce livre. Et comme réponse à ce stimuli, par esprit de contradiction et sans réflexion, on se jette sur le livre pour « faire chier Copé ». Non, vous jouez le rôle qu’on veut vous faire jouer…
    Faut-il absolument introduire la sexualité dans la tête des enfants avant l’adolescence ? (qui arrive naturellement par effets physiologiques: la puberté)
    Si on me répond que c’est a cause de l’hypersexualisation dont nous somme tous victimes, alors ne faudrait-il pas s’en prendre à la cause ? (les discours, la pub, les magazines, la tv, …)
    Plutôt que de commencer à préparer le terrain avec un livre pour enfants ?

  • C’est quoi encore ce délire? La nudité vous travaille-t-elle donc tant que ça?

    Quant à la théorie du complot, c’est un grand classique chez les paranos.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Éric Verhaeghe.

[caption id="attachment_278843" align="aligncenter" width="500"] By: jyc1 - CC BY 2.0[/caption]

La primaire de la gauche est-elle un clone de la primaire de la droite ? À lire les résultats finaux, avec un Hamon en tête et un Valls en deuxième position, la ressemblance est en tout cas frappante.

Hamon, le Fillon de gauche

Volontiers présenté il y a quelques semaines comme un hurluberlu, Benoît Hamon a créé une surprise du même ordre que celle de François Fillon. Pour y parvenir, il s’est d’ailleurs app... Poursuivre la lecture

Vincent Peillon (Crédits Mathieu Delmestre-Solfé Communications, licence Creative Commons
0
Sauvegarder cet article

Par Nathalie MP.

[caption id="attachment_96155" align="aligncenter" width="660"] L'enseignement de la morale laïque doit "arracher l'élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel" a précisé Vincent Peillon.[/caption]

Jeudi 12 janvier dernier, jour du premier débat de la primaire de gauche, le journal La Croix livrait les résultats d’une grande enquête sur « le vrai visage des catholiques » en France et concluait, à l’inverse des idées généralement admises, à la profonde diversité de cette population, t... Poursuivre la lecture

Par Jacques Gerstlé.[1. Jacques Gerstlé est professeur de sciences politiques à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.]

[caption id="attachment_277870" align="aligncenter" width="660"] Capture d'écran du débat de la primaire à gauche[/caption]

Au départ, ils sont sept que tous les efforts de l’organisation du débat tendent à présenter comme à égalité : tirage au sort pour les prises de parole, partage d’un espace physique comme partage du temps de parole disponible, au point que chacun n’aura pas davantage que 17 minutes pour f... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles