Conseil stratégique de la dépense publique

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Conseil stratégique de la dépense publique (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Conseil stratégique de la dépense publique

Publié le 8 février 2014
- A +

img contrepoints029 Conseil stratégique de la dépense publique

Les socialistes et leur monarque Hollande Ier (et dernier, il fait tout pour, c’est son côté sympa) ont décidé de renflouer la France et, paf, d’économiser 50 milliards de dollars (ou d’euros, aucune importance pour la suite). Comme ils n’y avaient pas pensé avant (des tas d’autres l’ont fait, mais ils ne lisent pas sauf le Nouvel Obs ou Libé, c’est dire), ils ont eu une idée jamais vue : créer un comité pour comprendre comment-qu’on-fait pour économiser 50 milliards de livres (même remarque). Et ils ont nommés ceux-là même qui font les dépenses qu’ils faut supprimer, mais non, parce que j’en ai besoin de ce fric (pour payer mes pensions alimentaire, mais je m’égare peut-être, là).

C’est du Coluche : « C’est l’histoire d’un gars, normal (on ne dit plus blanc), corrézien, et alors y se dit qu’y va trouver 50 milliards de pesos vite fait, alors heu y demande à ses potes, et qu’eux, y lui disent : t’as quoi pour faire avancer le schmilblik ? »

On en est là pour l’instant au « CONSEIL STRATÉGIQUE DE LA DÉPENSE PUBLIQUE » qui s’est réuni samedi, pour rien. Parce que, économiser sur la dépense publique, les socialistes ne savent pas faire. C’est pas de leur faute, c’est pas dans leur ADN. Comme on disait dans le temps, quand il y a eu la distribution de l’intelligence, ils étaient en grève.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Cette histoire de « Conseil de la dépense publique » me fait immédiatement penser aux bagarres des rats dans l’expérience des « rats plongeurs » dont on peut facilement trouver la vidéo sur Internet.

    Dans cette expérience, la ressource en nourriture devient difficile à atteindre. Des rats se spécialisent, par leur violence envers les autres pour voler le travail des autres.

    On arrive au point fatal où les hommes de l’Etat vont devoir se battre contre nous pour maintenir leur domination.

  • Rassurez-vous: ce sont des bons à rien et des mauvais partout !
    Rien à craindre , le petit François saura bien ce qu’il faut ne pas faire pour rien faire, à moins que ce ne soit l’inverse ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles