Hollande à reculons

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Caricature LMPT (Crédits René Le Honzec, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande à reculons

Publié le 4 février 2014
- A +

imgscan  contrepoints 2014642

Une nouvelle fois, Hollande a reculé et avec lui tous les médias qui avaient essayé de passer outre dans leurs commentaires à l’importance évidente de La Manif Pour Tous. D’abord avec les habituelles  tentatives de manipulation des chiffres, aussi par l’annonce d’un matraquage policier prévu, espéré et organisé médiatiquement contre des casseurs fascistes qui n’existent que dans les fantasmes récurrents de Valls et Cie, par les tentatives d’amalgame remontant jusqu’au 6 janvier 34, et j’en passe ! Mais ces manifestants sont toujours là, défiant les conventions, défiants les haines recuites des « vieux réacs progressistes » de tous bords, de Mélanchon à Peillon en passant par Najat-Belkacem ou Mamère, défiant un sens de l’Histoire qui n’a jamais été qu’un argument d’ignares haïssant un passé qui démonte leurs mensonges de propagande.

C’est la Manif qui est dans le souffle de l’Histoire, faisant de principes des drapeaux, refusant que l’on brade les racines européennes qui ont fait de l’Occident le modèle démocrate de la grande majorité des pays. Non seulement les communistes chinois ont tourné le dos aux famines et disettes grâce au libéralisme, mais ils portent des trois-pièces cravates. Oui, c’est un signe. Et prétendre que l’Homme ne vit pas que de pain, c’est aussi l’expression d’une transcendance qui renvoie les syndicats rancis croque-morts impuissants aux poubelles de l’histoire, les partis corrompus de petits arrangements entre amis à leurs misérables tabourets d’Assemblée, les sociétés à PDG pourris d’indemnisations et de parachutes doré à leurs jetons de présence.

Des centaines de milliers de gens, ont refusé toute fatalité et se sont levés (bientôt soulevés ?), d’horizons divers, des Bonnets Rouges aux Veilleurs ou aux Pigeons.

Devant eux, le capitaine de pédalo à scooter. Quelque part, cette insolente prétention de libertés rejoint l’exigence de liberté qui est celle, fondamentale, des libéraux.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Futur gardé à vue
    4 février 2014 at 11 h 02 min

    J’ajouterais que derrière cette violence verbale et ces discrédits ineptes à grands renforts de mediums, il y a des hommes et des femmes dont il faudrait découvrir la psychologie pour en démonter les ressorts. Mais quand l’humanité pourra-t-elle enfin accepter ses peurs pour ne pas produire de telles frustrations, qui conditionnent, semble-t-il, la rancune et cette revanche permanente que ces hommes et femmes de gauche semblent déverser sur le reste du monde. Combien encore de millions de gens malheureux et décervelés sans espoirs…

  • Que la gauche profite bien des lois qu’elle vient et veut mettre en place. Au vu de ce qui se passe aujourd’hui, d’ici une petite trentaine d’années la gauche encaissera le coup de pied de l’ane de la part des adeptes d’une certaine religion qui, comme Hollande l’a fait en 2012, détricotteront tout ce qui a été mis en place et qui contrevient à la loi divine d’Allah !
    Il sera alors trop tard pour pleurer (voir ce qui se passe en Belgique en général et Bruxelles en particulier)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Perseverare diabolicum est !

François Hollande a osé déclarer le lundi 8 mars dans le tchat vidéo sur internet animé par Samuel Étienne, se référant bien évidemment au bilan de son successeur (Le Point 9 mars 2021).

Mon grand regret, c'est de ne pas m'être représenté.

Certes, le bilan d'Emmanuel Macron n’est pas fantastique. Mais peut-on imaginer que François Hollande puisse espérer faire significativement mieux, après les dégâts qu’il a lui-même causés pendant les cinq années précédentes ?

... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Tandis que la gauche allemande a fait son Bad Godesberg en 1959 et que l’italienne a fait son aggiornamento quelques décennies plus tard, chez nous, fin 2020, François Hollande se demande s’il ne faut pas renommer le PS.

Le doux confort d’une réalité parallèle

Tout n’est pourtant pas rose pour le socialisme franchouillard. D’une part, la tornade LREM a complètement siphonné un PS qui était déjà mal en point.

D’autre part, de nombreux leaders de la droite républicaine et du centre se sont convertis à son... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles