Le socialisme, plus méconnu encore que le libéralisme ?

enjoy-socialism.jpg

Le socialisme est encore plus méconnu que le libéralisme. La différence, c’est que cela ne dérange pas les socialistes.

Par Vladimir Vodarevski.

imgscan  contrepoints 2014640 socialisme méconnuLes libéraux se plaignent que le libéralisme soit si méconnu et si galvaudé. Pourtant, je défends la thèse que le socialisme est encore plus méconnu. La différence, c’est que cela ne dérange pas les socialistes.

Ainsi en est-il du socialisme et de l’économie. Quelle est la doctrine économique du socialisme ? À vrai dire, il n’y en a pas. Certes, il y a le marxisme. Mais celui-ci ne fait que décrire un monde capitaliste qui doit inévitablement conduire à la dictature du prolétariat, sans détailler ce que sera l’économie de ce nouveau monde socialiste.

Sinon, les socialistes reprennent des variantes du keynésianisme, qui consistent à dire qu’il suffit d’injecter de l’argent dans l’économie pour que tout aille pour le mieux dans le meilleur des mondes du point de vue économique. Une hausse des bas salaires va ainsi mécaniquement relancer l’économie en accroissant la demande. C’est une théorie keynésienne, qui ne provient pas des auteurs socialistes à l’origine.

À vrai dire, il y a un socialiste qui a développé une théorie économique célèbre, et reconnue. Ironiquement, il s’agit de Léon Walras, un des fondateurs du marginalisme, de la théorie néo-classique, de la mathématisation de l’économie. Léon Walras, socialiste, défendait donc l’économie de marché pour améliorer la société.

Cependant, le socialisme a-t-il besoin d’une théorie économique ? Une recherche internet sur le socialisme permet de découvrir une théorie qui veut transformer la société en transformant l’être humain. C’est le thème de l’homme nouveau, dont l’article suivant donne un exemple : Les projets éducatifs socialistes des années 1830-1848 : pour former l’homme nouveau (ensuite, pour continuer la découverte, on peut faire des recherches sur les auteurs cités, c’est instructif).

En transformant l’être humain, en le formatant par l’éducation, on transforme la société, en quelque chose de mieux, car les comportements seront meilleurs.

Ce qui aboutit à un double paradoxe. Les socialistes dénoncent l’argent tout en adoptant, par défaut, la théorie keynésienne qui fait de l’argent le moteur de l’économie. Les gens votent socialistes pour connaître une amélioration matérielle de leur sort, alors que le socialisme apparaît plus comme un projet de transformation de la société par la transformation de l’être humain, notamment par l’éducation.


Sur le web.