Les Français favorables à des propositions-choc sur le chômage, vraiment ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Français favorables à des propositions-choc sur le chômage, vraiment ?

Publié le 3 février 2014
- A +

Selon un sondage étonnant demandé par iTélé et le Parisien et réalisé par BVA, les Français seraient soudainement prêts à entendre les propositions de la CGPME, pourtant qualifiées de « choc » par les journalistes et les sondeurs. Un changement serait-il en train de s’opérer dans les mentalités ? Des idées nouvelles, innovantes et qui pourraient frôler le succès de façon crédible auraient-elles été émises ? Rassurez-vous, tout ceci est très exagéré.

shy cat propositionsEn réalité, lorsqu’on épluche tant les propositions de la CGPME que les petits articles de presse qui décrivent les résultats du sondage en question, on se rend compte qu’en fait de propositions-choc, on a quelques éléments factuels qui, effectivement, dénotent dans le brouhaha ambiant habituel sur le chômage, mais qui, il faut bien le dire, restent encore bien timorés.

Ainsi, d’après le sondage, deux tiers des Français seraient favorables à une radiation automatique des chômeurs qui refusent plus de deux offres « raisonnables » d’emploi, charge je suppose au législateur de définir ce que raisonnable veut dire, avec les tombereaux de cas complexes et de cris syndicaux qu’on imagine sans mal. Plus piquant encore, 61% souhaiteraient « exclure du régime spécifique des intermittents les techniciens du spectacle, qui pourraient être soumis au droit commun » ; à l’évocation d’une telle proposition, la neige risque bien d’envahir les écrans télés, et nombre de spectacles, films et autres animations cultureuses se verront brutalement arrêtées, à n’en pas douter. Enfin, 59% estiment nécessaire la mise en place d’une dégressivité des allocations à partir d’un an, ce qui provoquera probablement l’une ou l’autre manifestation bloquante dans les rues de Paris et d’ailleurs.

Pas de doute, ces propositions méritent effectivement le qualificatif de « choc » lorsqu’on les replace dans le contexte d’habitude clairet des ajustements que les gouvernements s’emploient à bricoler pour combattre le chômage. Cependant, ces propositions se limitent à la partie « indemnisation du chômage », et visent essentiellement à diminuer le déficit catastrophique de cette couverture collectiviste.

Sur le plan de la lutte contre le chômage, on comprend donc que ces projets ne sont qu’un début. Et si (soyons fous) on voulait vraiment lutter contre le chômage français, il faudrait aller plus loin. Et pour le coup, le terme de « choc » sera probablement un euphémisme.

Ainsi, un des éléments clefs pour toute entreprise dans sa démarche d’emploi est la sécurité fiscale ; un moratoire des taxations, des bidouillages fiscaux et sur la production démente de lois par le monstre de Bercy constituerait une véritable révolution tant l’habitude aura été prise, par tous les gouvernements sur (au moins) les quarante dernières années de « résoudre » des problèmes par la ponte régulière d’une nouvelle loi, d’une nouvelle taxe, d’un nouvel impôt et d’une nouvelle complexification des codes. Garantissez, pendant une période significative (5 ans, par exemple), l’absence totale de loi nouvelle en matière fiscale et vous assurez aux entreprises un environnement stable propice à l’embauche.

Évidemment, la législorrhée actuelle relègue cette proposition au rang de rêve éveillé.

Timidement proposée et de façon indirecte dans le document de la CGPME, la baisse des charges constitue aussi une excellente piste pour inciter les embauches. Pour cela, on peut effectivement coupler cette baisse avec celle des indemnités, éventuellement laissée à l’appréciation du couple employeur / employé. Rassurez-vous : ceci hérisserait suffisamment de politiciens, de syndicalistes et de Français en général pour s’assurer que jamais une telle proposition ne verra la moindre application.

On pourrait aussi se baser sur les expériences des autres pays qui ont constitué des exemples en grandeur réelle de ce qu’il faut faire (ou éviter). Ainsi, la réduction notable du temps de couverture, par exemple en le plafonnant à une année au maximum, a donné des résultats significatifs dans plusieurs pays, dont le Danemark dont j’ai déjà parlé ici. Oui, réduire le temps d’indemnisation réduit le taux de chômage, mais non, ce sera pas mis en place dans le pays parce que c’est à peu près équivalent à croquer du chaton en place publique, c’est assez mal vu.

Cependant, la proposition-choc, celle qui cogne directement dans les parties sensibles, celle qui permettrait d’obtenir un résultat immédiat et qui donnerait réellement un nouveau souffle au pays, celle qui transformerait durablement l’entrepreneuriat français, actuellement acte de torture chinoise masochiste que certains s’imposent par naïveté, en réelle opportunité pour créer de la richesse et des emplois sereinement, ce serait la remise à plat complète et définitive du code du travail pour en limiter la portée, l’épaisseur et le détail à un minimum aussi faible que possible, avec à la clef l’abolition du SMIC et du temps maximum de travail.

En général, ici, les politiciens, qui n’ont jamais été équipés ni pour se renseigner vraiment sur ce qui se fait hors de nos frontières, ni pour seulement réfléchir, pètent vigoureusement un câble, suivis très vite par les syndicalistes traditionnels qui, éructant immédiatement quelques jurons gutturaux, accumuleront alors bave aux lèvres et yeux injectés de sang pendant que leurs membres aux muscles brusquement turgescents seront pris de spasmes violents sous l’effet d’une furie colérique indomptable.

Abolir le code du travail ? Sucrer le SMIC ? Faire sauter les limitations de temps de travail ?

supprimer le code du travail

Ah je vous avais prévenu : ici, on est dans la proposition-choc, la vraie, celle qui déclenche des petites bouffées meurtrières des organisations syndicales et des politiciens accrochés comme pas deux à leur terreau de chômage et de salariés captifs sans lesquels leur utilité et leur représentativité tombe rapidement à zéro… En réalité, si cette proposition semble à ce point iconoclaste, elle n’en reste pas moins tout à fait crédible et applicable pour obtenir l’effet désiré, à savoir une réduction du chômage.

Ainsi, les observations empiriques montrent que plus un marché du travail est flexible, plus le chômage sera bas et inversement, plus il est contraint, plus le chômage augmente.

Ainsi, on peut noter que bien des pays ont un code du travail bien plus léger que le code français, qui grossit chaque semaine de plusieurs articles là où la plupart des autres n’est que rarement tripoté par le législateur. Le code du travail suisse, par exemple, ne fait que quelques dizaines de pages à comparer aux centaines de pages et milliers d’articles qui composent le nôtre avec les résultats débilitants, kafkaïens et contre-productifs que nous observons tous les jours. Et qu’on ne vienne pas me dire que la Suisse est le paradis des tortionnaires, des sweat-shops et des esclaves. L’absence de SMIC y est aussi constatée, et tout comme dans d’autres pays (l’Allemagne), cela n’empêche pas le salaire moyen et le revenu moyen d’être supérieur à celui des Français ; et au contraire de ce que peuvent prétendre les collectivistes en culotte courte qui sévissent en France, ceci n’est pas un hasard.

antigone code du travailMais voilà : comme je le remarque plus haut, ces propositions, qui ont eu des effets notables et positifs au Danemark, qui montrent tous les jours leur efficacité dans les pays nordiques, en Suisse, en Allemagne, tout cela ne résistera jamais à la fureur des syndicats et des politiciens pour lesquels il faudra une autre proposition, celle qui consiste à, d’une part, retirer le politique du contrat de travail, qui ne doit être que le résultat d’une négociation entre adultes consentants (l’employeur et l’employé), sans y ajouter le rôle de l’État dont les 50 dernières années en France ont montré qu’il n’amène que misère et décrépitude. Et d’autre part, il faudra impérativement revoir le rôle des syndicats, dont la représentativité nanoscopique ridicule donne une indication claire de leur rôle dans l’économie.

On le comprend : toucher ainsi à plusieurs Graal (le SMIC, le code du travail, le rôle de l’État, le rôle des syndicats) assure de façon certaine que non, les Français ne sont pas favorables à des propositions-choc pour lutter contre le chômage, et que tant qu’ils ne le seront pas, le chômage continuera d’occuper une part importante du paysage économique français, pour leur plus grand malheur.

Pire : comme aucune de ces propositions ne sera jamais mise sur la table, et comme aucune des propositions, plus timorées, de la CGPME ne le seront non plus, la situation de l’emploi en France, déjà très mauvaise, continuera d’empirer.

Indéniablement, ce pays est foutu.

Voir les commentaires (173)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (173)
  • http://h16free.com/2010/08/17/3994-observations-danoises-sur-le-chomage

    Ouai, il faut comparer avec la France:
    http://www.ecopublix.eu/2007/09/tous-des-fainants.html

    Étrangement ce taux de retour à l’emploi ne présente un pic que pour les gens bien formés, donc ceux qui sont vraiment capable de retrouver un emploi. Au Danemark la question ne se pose pas: tout le monde est bien formé (pas d’échec scolaire de masse), donc tout le monde est relativement employable et mobile géographiquement parlant (le miracle des petits pays).

  • ON traine toujours le boulet du régime de Vichy et des ordonnances dictées par le CNR. La France est toujours un pays communiste, corporatiste et fonctionnarisé n’en déplaise aux socialistes actuels et c’est l’administration qui gouverne avec l’agrément de la caste des politiciens et l’appui des syndicats. Comme vous ne cessez de le répéter ce pays est foutu mais sa maladie date du fascisme communiste des années 40 !

    • « La France est toujours un pays communiste »

      robert, un 51 stp

      • « La France est rognee par l’ultra libéralisme » Allez Gustave remets moi un communard.

        Très cher Pierre, si votre mépris doit devenir une technique d’argumentation, faites gaffe à ce qu’elle ne vous retombe pas dessus…

        • non mais c’est drole de lire des trucs comme cela … après on peut discuter de tout, mais il ne faut pas travestir l’histoire …

          • Justement, je vous pose la question: La france est elle plus communiste ou plus ultra libérale?

            • Communisme, Ultra Libéralisme… Ne tombons pas dans les extrêmes.
              Malgré les multiples tentatives de libéralisation de la société française, en dépit d’un Capitalisme de connivence entre oligarchie politicienne et financière qui ternisse la véritable image du Libéralisme, malgré ce que nous claironne les médias (rien que ce matin, j’ai failli jeter un de ces journaux par la fenêtre…) nous sommes gouvernés depuis… je corrige, nous avons été gouverné ! par des « Etatistes » pur souche, « Bonapartistes » de droite et « Jacobins » de gauche.
              Malheureusement, la troisième force politique ne sont pas ces mêmes « Libéraux » pris en étau entre Gauche et Droite, mais un FN qui peu à peu propose une troisième voie toujours « Etatiste » avec beaucoup de nationalisme et d’isolationnisme et très allégé en Libéralisme.

            • Bah la réponse est facile à trouver : on observe le poids de la dépense publique dans le PIB. On a dépassé les 57% en France. L’URSS des belles années tournait à 60%.
              Si on ajoute que dans le même temps les libertés fondamentales (expression, association, manifestation etc.) sont battues en brèche tous les jours, que les politiciens pensent et disent tous la même chose (à un epsilon près : quel est le groupe social « méchant » à qui il faut prendre pour donner au groupe social « gentil ») et que la propriété privé n’est plus qu’une blague (on ne peut plus vendre et acheter les entreprises comme on veut et à qui l’on veut, idem pour les logements, et l’ISF plus les droits de successions viennent couronner ça), je crois que la conclusion s’impose : Oui, la France de 2014 est un régime semi-communiste. Plutôt plus communiste que la Chine de la même époque, qui pourtant est officiellement communiste.

  • Sans doute le code du travail doit être aboli. Ou en tout cas a 95% allégé.
    Mais le problème principal me semble le coût indirect du travail. (fonctionnaires , et assimilés)
    En « allégeant » sensiblement ce chapitre on allège indirectement le coût du travail.
    Un « travailleur », un vrai (secteur privé) , producteur de valeur ajoutée , sera moins cher s’il a 30% de taxes et impôts en moins. Sensiblement moins cher.

    • Il y aurait plus simple:
      – Remplacer les Français par des Anglais…..

      Vivement que l’on se prenne le mur, que l’on puisse enfin se vendre pour 1 Euro symbolique aux étrangers.

      Que Hollande ferme sa petite gueule baveuse. Que Montebourg, valls et leurs copines se fassent mettre dans un placard avec les rats.

      • « Que Hollande ferme sa petite gueule baveuse. »

        ça apporte quoi à vos idées libérales ? c’est comme cela que vous traitez les employés de votre entreprise au grand chef ?

        • En tout cas, vous avez raison de rappeler que Hollande n’est que l’employé des Français.

          • Je ne crois pas qu’hollande (il ne mérite pas de majuscule) soit l’employé des français, ni même aucun des responsables politiques français. Si c’était le cas, le pays irait mieux. Et on entendrait une toute autre chanson à la télé.

          • F Hollande est Président de la République Francaise .. .élu pour cinq ans par le peuple …

            • Par qui ? Allons. Te touche pas trop, tu vas laisser des traces.

            • oui h16, par le peuple … ne t’en déplaise tu ne t’appelles pas Louis 56 et tu n’es pas roi du pays …

            • D’abord, une démocratie est un tirage au sort.
              Ensuite, hollande a été élu avec 18.000.668 voix, il ne me semble pas que ce soit la majorité des français.

              hollande et sarko a eux d’eux ont cumulé 35 millions de voix, la moitié de l’effectif du pays, et on ose dire que la démocratie est la loi de la majorité.

              C’est tout simplement honteux.

      • On y est déjà dans le mur …

    • « Sans doute le code du travail doit être aboli »

      oui bien sur, et du coup aussi les prud … c’est vrai que dans les entreprises tout va tellement bien, tout est tellement rose, qu’il n’y a pas besoin de garde fou …

      • Ce n’est pas les prudhommes qui empêcheront ton employeur ou un petit chefaillon dans ton entreprise de te mettre au placard, de bloquer ton évolution de carrière ou d’exercer des pressions qui te poussent à la dépression. Tu pourra garder ton emploi et c’est peut-être la plus mauvaise solution.

        Notre intérêt à tous (y compris ceux qui se fient à une illusoire sécurité de l’emploi) est la possibilité de trouver un autre boulot quand on y est forcé ou qu’on le désire. Et on n’en prend pas le chemin.

        Plus on durcit le code du travail, plus le règlement intérieur des entreprises se complique, se durcit et plus le travail est pénible, dévalorisant et tourné vers une recherche aveugle de la productivité. Suis-je le seul à l’avoir constaté ?

        • « Ce n’est pas les prudhommes qui empêcheront ton employeur ou un petit chefaillon dans ton entreprise de te mettre au placard, de bloquer ton évolution de carrière ou d’exercer des pressions  »

          et bien non, quand cela devient trop « visible » tu peux te défendre avec … allez faire un tour dans les tribunaux et vous verrez …

      • En fait les prud’hommes existaient AVANT le code du travail, ignare.

      • Et un garde fou au travail c’est mieux que pas de travail du tout?

        • Le rapport est à démontrer …

          • Vous ne trouvez aucun lien entre le socialisme et la crise que la France traverse depuis 30 ans?
            Toute ma vie, j’ai entendu dire qu’on était en crise ici, alors que la crise, c’était le socialisme de droite comme de gauche qui sévissait.
            Le lien est tout trouvé ……… sauf si on ne veut pas le voir.

      • J’ai été au chômage 4 fois dans ma vie.
        Les prud’hommes étaient aux fraises. (dans mon cas).
        Pas une feuille sur un arbre n’a bougé.
        Je m’en suis sorti tout seul.
        cela dit, pour que ce soit vraiment l’égalité qui est affichée partout, , si des « protégés » de l’état sont en péril, il faudrait leur appliquer la même « thérapie » que j’ai subi, n’est-ce pas ?

    • Absolument. Allégeons les charges aux bénéfices des employeurs et des salariés et le SMIC sera alors inutile, absurde et abrogeable et ce à la demande des travailleurs.
      Avec moins de fiscalité, d’avantages d’emploi (résultant d’une meilleure flexibilité), une protection sociale beaucoup plus allégée, les salariés seront plus motivés pour négocier des salaires corrects même pour un boulot de faible qualification sans qu’un salaire minimum légal est à être imposé.
      Il y aura toujours quelques laissés pour-compte, des non qualifiés, des exclus qui ne le resteront pas longtemps car la formation professionnelle pour adultes ça existe et c’est l’une de ces bonnes choses que je ne changerais pas.

  • Eh oui, constat accablant !

    Pour avoir moins de chômeurs, il faut pouvoir donner du travail….
    pour donner du travail, il faut « déjà » que les entreprises puissent gagner de l’argent…..

    Ensuite, en effet, il faut que le travail soit enfin libre. Une personne qui travaille bien, gagne bien sa vie, et ce peut importe le pseudo diplôme à papa acheté dans une école « supérieure » de mes deux. (ou pire une hôôte ecole nationale des ânes)

    Il faudrait aussi: faire revenir les capitaux….supprimer les hommes politiques, les syndicats, etc….
    Supprimer le monopole d’Etat (on a un exemple avec free/monte la bourge/orange)
    Non, laisse tomber. Ce pays est foutu

  • je ne sais pas pourquoi vous êtes contre le peuple … ce n’est pas un problème d’argent, puisque les riches en ont jamais eu autant … non je ne sais pas pourquoi vous avez cette haine en vous …

    • Pour moi H16 est beaucoup plus humaniste et généreux que votre « Sauveur de peuple » Hollande.

      – Le socialisme rêve de transformer les hommes (en un truc de mieux, mais pauvre)
      – Les libéraux, rêvent d’offrir les moyens à chaque individu de vivre libre et de gagner sa vie correctement.

      Entre les deux il y a Montebourg qui fait très attention à ce que le nombre de chômeurs reste le plus haut possible. C’est dingue lorsque l’on met son (in-)intelligence au service de la connerie !

      Pour résumer, cela n’est pas un problème de riche, ni de travail, ni de peuple. Juste un problème de politique….Supprimez les politiques, vous aurez immédiatement des résultats économiques.

      Votre peuple sera enfin heureux. Les riches encore plus riches…les pauvres enfin moins pauvres. Et surtout du travail pour tous (et toutes, hein) pour vivre enfin dans la dignité.

      • « Supprimez les politiques, vous aurez immédiatement des résultats économiques. »

        Complètement stupide … le libéralisme débridé ne recherche pas le bien de la société mais le sien uniquement … et pour que les riches soient plus riches il faut que les pauvres soient plus pauvres …. regardez peugeot, le dg se prend 20 ME en fermant une usine … c’est ça votre modèle ?

        • Regarde plutôt combien gagne un footballeur de haut niveau à jouer à la baballe. Personne ne prétend ici que le monde est juste. Ce que l’on réfute, c’est l’idée qu’il existe une morale unique propre à l’homme et que l’on puisse l’imposer.

          Cette idée de morale supérieure qui devrait être imposée à tous appartient aussi bien à la droite ultra-libérale qu’au socialisme. Ici, la plupart des intervenants rejettent autant les valeurs « chrétiennes » conservatrices que les idées de communautarisme. On ouvre simplement les yeux pour constater que cela ne nous mêne nulle-part, que le système est en faillite et incapable de se réformer ou de simplement corriger ses erreurs

          • La différence entre un grand patron et un footballeur c’est que le footballeur, théoriquement, ne fait du mal à personne. Il est payé par la pub, les entrées du stade, les droits tv … alors qu’un grand patron peut très bien fermer des usines, supprimer les investissements, .. tout cela pour faire plaisir aux actionnaires …

            • Ca fait partie de son métier :
              – un patron fait tout ce qu’il peut pour augmenter les bénéfices
              – un DRH embauche et licencie
              – un contractuel met des contravention
              – un écarisseur dépece les animaux
              – un soldat fait la guerre

              Tu n’es pas obligé de les inviter à diner chez toi …

              Les entreprises n’ont pas vocation de donner du travail mais de faire des bénéfices. Mais on n’a pas encore vu un système économique fonctionner avec des entreprises d’état (Les entreprises nationnalisées sont une catastrophe sur le plan de l’efficacité). Les entreprises appartiennent donc aux investisseurs et le PDG est leur employé. Qaunt aux méchants actionnaires, ils sont en partie constitués par des fonds de pension qui protègent les capitaux des épargnants de l’inflation et les font fructifier pour leur retraite.

              Maintenant, il est de l’intérêt de tous y compris les affreux capitalistes que les système n’appauvrisse pas les masses, les éduquent, les soignent … Le système est moins performant si les masses sont pauvres ! Je ne pense pas qu’un « riche » souhaite revenir au Moyen-Age dans un monde d’illétrés miséreux et improductifs. Tout est une question d’efficacité. Mais elle est actuellement gravement menacée par 30 ans d’abus de politiciens démagogues : la France régresse, s’endette, n’est plus concurrencielle, devient politiquement instable parce qu’on confond pragmatisme économique (état minimum) et utopie socialiste (état omnipotent inefficace et corrompu)

            • Et un footballeur fait comment pour pratiquer son sport sans les entreprises et les milliers de salariés qui gravitent autour?

            • @Halton
              Le footballeur va dans un champ après s’être entendu avec le fermier, plante quelques piquets, verse un peu de craie, et achète un ballon. Et il prend plaisir à jouer avec ses amis.

            • @MichelO

              Relisez plus haut le post de Pierre…on parlait de footballeur pro bien payé.

            • « La différence entre un grand patron et un footballeur »

              Un footballeur est jugé sur ce qu’il fait à chaque match et à la vue de tout le monde.
              Un patron est jugé sur ce qu’il décide en huis-clos et sur ce que fait l’ensemble de ses salariés.

            • Pas pour faire plaisir aux actionnaires pour leur faire gagner plus d’argent d’une part et d’autre part pour leur donner l’espoir d’en gagner encore plus plus tard ( et c’est ce qui est le plus important d’ailleurs)….

              Et en général , les patrons ne ferment pas des usines ,glogalement du moins, ..mais ‘ils en créent ailleurs…ou alors ils sont mals….

              vous voyez un conflit d’interet patron/salarié mais vous oubliez celui qui existe entre salariés /chomeurs…

              La blague est de prétendre qu’il existe une classe laborieuse dont les interets sont communs…

              Le patron de peugeot fait sans doute le malheur de salariés français mais le bonheur de salariés chinois…

              Non, et ça commence à l’embauche…ça continue entre les salariés des grandes entreprises/ des petites/ artisans. employés du public etc…et ensuite la meme chose entre les pays…

              Une des premièeres cause de révolte d’un jeune à l’anpe devant un conseiller s’exprime de la façon suivante :
              je peux faire ton boulot et j’accepterais de le faire pour moins cher….

              Ensuite ..les riches les riches les riches….Ok ils sont cupides et c’est pas joli joli..mais…si le système marche c’est à cause de la cupidité des gens…

            • Il me semble plutôt qu’un patron doit avant tout se battre et rendre des comptes continuellement aux banques dont il dépend pour sa trésorerie et son conseil d’administration qui scrute ses résultats. Pour ceux qui son propriétaires d’une PME, il doivent en plus soigner leurs ulcères.

              En fait de « huis clos », ce doit surtout être au moment de la présentation des bilans qu’ils doivent être dans leur petits souliers. Les bilans 2013 ne doivent pas être très follichons ni les perspectives pour la plupart des entreprises. (traduction : si pas reprise va y avoir licenciement voire fermeture usines)

              Il est de bon ton chez les « défenseurs des classes laborieuses » de fustiger les « énormes dividendes » payés aux actionnaires. Cependant les marchés n’aiment pas les gros dividendes : il préfèrent les entreprises qui investissent ou absorbent d’autres entreprises pour faire croitre la valeur de l’action. Les gros dividendes sont souvent versés par les entreprises qui veulent retenir leurs actionnaires parce que leur perspectives sont mauvaises, et mécaniquement parce que le cours de l’action a chuté plus que le bénéfice courrant (traduction : ça sent le sapin pour l’entreprise, le PDG, les actionnaires et les employés).

              Mais je n’apprend évidemment rien à tous ces spécialistes et théoriciens de la lutte des classes qui doivent savoir bien mieux que moi lire un bilan (ce n’est pas mon métier et je n’y connais pas grand chose en fait).

        • Commencez avec un petit peu de culture et d’histoire:
          http://www.contrepoints.org/2014/02/03/155474-le-socialisme-plus-meconnu-encore-que-le-liberalisme

          Nous sommes tous d’accord ici pour dire que la France ne tourne pas rond. Nous voulons qu’elle soit enfin honnête, prospère et que les individus soient heureux. Nous voulons que le plein emploi soit la réalité et non un concept politique entretenu à coup de milliards.

          Nous voulons un système de santé fiable, un police et une armée qui puisse avoir des moyens. Une justice, juste. De la liberté pour tous et toutes (peut importe si il est gay ou pas….)

          En gros un état régalien qui fait son travail correctement.
          Nous ne voulons pas être « transformé », réduit, canalisé, appauvri et continuer à souffrir en silence au nom d’une classe politique qui ne pense qu’à ses propres intérêts.

          En gros, nous voulons le bien être de la société, contrairement à vous.

          • Mais qui se soucie de ce que nous voulons?

            Elle est la l’erreur. Nous croyons que nous pouvons changer qq chose, mais nullement. Les élections n’ont jamais rien changé, alors nous décidons de quoi? Quand notre volonté a-t-elle été appliquée?

            Nous sommes la propriété de l’état, on nous fait croire qu’on nous consulte pour qu’on ne se révolte pas, mais les consultations sont fictives, puisque les politiques ne changent rien à la vie économiques à part l’alourdir.

            Depuis quand la volonté des esclaves est-elle entendue?

            • Exact !

              La « réalité » étant entretenue par des « pierre…. »

              Le socialisme est un immense mensonge, une grosse arnaque. Les faibles ou les ignorants se prélassent dans cette ignorance, car l’humain est avant tout fainéant.

              Les socialistes d’aujourd’hui ignorent complètement l’histoire et l’origine du bolchevisme. Ils mélangent démocratie et liberté / socialisme et communisme. C’est n’importe quoi.

              Le « peuple » (terme socialo) est maintenu dans l’ignorance de ses droits, et ceux ci doivent d’ailleurs changer régulièrement et être dans une langue infecte.

              Les Pierre (trop nombreux) continuent à voter pour ce système, car cela est toujours plus confortable qu’une bonne remise en question….

              Mais bon, on s’en fou: ce pays est foutu !

          • pas le plein emploi..ça c’est une blague…d’ailleurs les gens veulent tous etre « rentiers » le plus vite possible…

            Les gens veulent avoir de quoi vivre confortablement.

        • @Pierre
          Comme toujours avec les socialos inversent la réalité. Et voient, chez les autres, leurs propres turpitudes.

          Donc, « le libéralisme débridé ne recherche pas le bien de la société mais le sien uniquement » devient dans la réalité, le socialisme débridé ne recherche pas le bien de la société mais le sien uniquement, et c’est vrai, nous voyons tous les jours, les socialistes pomper les revenus du pays pour le profit d’une petite caste de privilégiés, en jetant des miettes aux petits fonctionnaires et aux parasites qui les plébiscitent dans les urnes.

          « et pour que les riches soient plus riches il faut que les pauvres soient plus pauvres » devient, pour les nantis socialistes de la caste soient plus riches il faut que les pauvres soient plus pauvres, et de fait, le pays s’appauvrit tous les jours pendant que la caste se remplit les poches.

          « regardez peugeot, le dg se prend 20 ME en fermant une usine », devient, regardez Peugeot, tel syndicat se prend 20ME en fermant une usine », et de fait tel syndicat gagne de l’argent sur le dos des travailleurs en faisant croire qu’ils les représentent, alors que tout le monde sait qu’ils ne représentent qu’eux-même toujours.

          • vous ne devez pas m’oppose le socialisme …. je dis simplement que le libéralisme débridé est par définition contre la majorité des gens, le peuple … je n’ai jamais dit que le socialisme à 100% est la solution …. mais comme souvent, la vie, les choses ne sont pas binaires, comme vous semblez le croire, et la solution est dans un compromis .. qui ne sera idéa lpour personne …

            On est 60 Millions dans notre pays, et on devra vivre ensemble …

            • Non, il faudra interdire le socialisme, celui de l’ump et de la gauche.

              Ce sera la condition si on veut que le pays reparte, les parasites, vous irez bosser ou tout le monde crève.

            • Vous auriez un lien vers la définition de « Libéralisme débridé » ?

            • Littérature inversée, comprendre

               » le libéralisme débridé est par définition contre la majorité des gens, le peuple » -> le socialisme débridé est par définition contre la majorité des gens, le peuple, inutile d’épiloguer, tout le monde le sait.

              « je n’ai jamais dit que le socialisme à 100% est la solution » -> le socialisme est la solution à rien = on sait.

              « On est 60 Millions dans notre pays, et on devra vivre ensemble » -> On est 60 millions, vous devrez bosser pour nous = ben non, c’est fini vos co….ies, profitez bien, on n’en veut plus, vous devrez bosser.

            • Ça ne veut rien dire Pierre. Le libéralisme n’oppose personne. Chaque individu a le droit à la liberté tout en étant responsable de ses actes s’il se comporte mal.

            • Je dirais plutot que les libéraux révent eveillés jamais un pays n’acceptera dans son ensemble les regles du libéralisme..Je ne le crois pas, il y aura toujours des lois, qui voudront faire ceci cela, réajuster ceci ou cela…
              Et le paradoxe c’est que le libéralisme a besoin d’un etat qui garantisse les règles du jeu libéral..
              dans les pays sans gouvernement on a plutot la mafia et les chefs de guerre…le vol, la loi du plus fort…si ce n’est pas la loi religieuse…

              Dans le libéralisme il y a quand meme un principe quasi philosophique de respect de l’individu et une definition de sa liberté…qui ne va pas de soi pour tout le monde sur cette planète!

              SI deja on mettait en place une constitution avec des contre pouvoirs…une separation des pouvoirs..une vraie garantie des libertés que l’on juge fondamentales .

            • C’est vrai que le libéralisme (le vrai : pas la droite chrétienne et conservatrice) est aussi utopique que le socialisme : le socialisme suppose naïvement que l’homme est bon, le libéralisme suppose tout aussi naïvement que l’homme est intelligent

            • @lemiere jacques

              Manifestement vous vous trompez entre anarchie et libéralisme. Les libéraux sont pour qu’un état soit fort dans ses fonctions régaliennes.

        • « pour que les riches soient plus riches il faut que les pauvres soient plus pauvre ».

          Donc selon pierre, les riches vivent sur le dos des pauvres mais ils préfèrent avoir des sousrces de revenu elles memes appauvries… Pour ne pas en tirer trop de profit j’imagine…

          Alors que pourtant, l’histoire vous donne tort… Il n’y a jamais eu autant dÄultra riches en Chine que depuis que les pauvres le sont vachement moins. De meme à Hong Kong. Si par contre on regarde les pays scialistes on se rend compte qu’effectivement , les riches anti lbéraux (Les kims en Coree du nord par exemple) ont eux effectivement eu besoin de rendre les pauvres plus pauvres pour s’enrichir. Mais ca c’est une autre histoire.

        • Comme ça fait 40 ans qu’on vit sous le socialisme de plus en plus débridé et sauvage, et que vous voyez le résultat par vous même, vous demandez encore plus d’état et donc encore plus de socialisme. Vous voulez sortir du marasme dans lequel la France se trouve en appliquant la recette « encore plus d’état et de réglementations » dont vous avez la preuve « en live » que ça ne fonctionne pas ? Vous êtes maso ou quoi ?
          Vous n’en avez pas marre du socialisme débridé et sauvage ?
          Vous n’avez pas envie d’être LIBRE ?

          • « Vous n’avez pas envie d’être LIBRE ? »

            Ah ben, non, il faudrait qu’il bosse.
            Et vraiment travailler, produire, pas faire des phrases.

          • « Comme ça fait 40 ans qu’on vit sous le socialisme de plus en plus débridé et sauvage, »

            Si vous traitez la droite; par exemple de Sarkozy, de socialiste, on va avoir du mal à se comprendre, car les mots n’ont pas le même sens pour nous ..

            • @Pierre : Si vous considérez que ce qu’a fait Sarkozy en cinq ans était du libéralisme on aura également du mal à se comprendre.

              La création du statut d’auto entrepreneur peut être considéré comme une mesure un peu libérale. Tout le reste a été un mélange de mesures liberticides et de copinages.

          • @Pierre
            sarko est un socialo comme les autres, vous pouvez arrêter votre baratin, ça ne prend plus.

        • Il est vrai que le libéralisme ne recherche pas le bien de la société. C’est même une grande fierté des libéraux que ne pas commettre ce pêché d’orgueil: croire savoir « ce qui est bon pour la société ».

          En quoi la rémunération d’un chef d’entreprise devrait elle constituer ou pas un modèle pour des gens qui demandent qu’on respecte leur liberté? Quel est le rapport avec la choucroute?

          • Le rapport c’est que dans une boite ou un patron qui gagne 5000 fois plus que l’ouvrier ne peut pas demander des efforts sans fin …

            • Mais personne n’oblige ces pauvres salariés (qui n’ont rien demandé) de rester dans l’entreprise.
              Pourquoi vous faites vous le défenseur de gens qui ne sentent pas attaqués?
              Vous essayez de créer un malheur pour vous poser en justicier après.
              Voila les chevaliers d’aujourd’hui, ils se créent des cibles et font semblant de se battre contre, à grand renfort de camera pour bien montrer le stratagème.

              Et tout content de sa posture, il va ensuite se présenter devant les électeurs pour se positionner (encore une (im)posture) en GRAND défenseur de ces pauvres électeurs perdus.

              Stop, ça ne marche plus, tu peux ranger tes banderoles périmées et ton épée d’opérette.

            • 5 000 fois plus ? vous avez un exemple français ?
              ou alors comme krazucky, vous mélangez les millions d’anciens francs avec les milliards de centimes d’euros, sans parler des billions des américains…

            • ah si si les pays socialistes obligent les employes des compagnies a rester au meme endroit. grace a un marche de l’emploi moribond et une culture de bernicle qui s’accroche au rocher, comme en france par exemple

            • c’ est bien ça le problème: certains patrons gagnent des sommes indécentes, comme S.Dassault par exemple, avec à la base de l’ argent public. Comme quoi comme dirait un pote il vend trop cher ses avions. Vous pouvez tout de même admettre que le libéralisme n’ a jamais voulu ça, que le mot  » libéralisme » est galvaudé dans la bouche de l’ extrême gauche, et qu’ ici les commentaires sont souvent libéralement réactionnaires. On parle d’ idéal pour l’ humanité, pas de cette espèce de libéralisme débridé depuis les années 80 qui a produit les patrons voyous avec la bénédiction de politiciens complices. Pas de ceux qui ne prêchent que pour leur porte feuille sous prétexte d’ humanisme, ça je vous l’ accorde Pierre. Nous pouvons aussi espérer un état capable de tenir honnêtement les rennes du pouvoir.

        • @ pierre
          Et le socialisme débridé (car il l’est bel et bien) il ne recherche par son profit et celui de la caste des politiciens sur notre dos en bouffant 57% de la richesse créée par les Français chaque année?

        • NOn, c’est du cronisme débridé en France, pas du libéralisme débridé.
          Je pense que Bill Gates mérite son argent (un éxample).
          Aucun miliardaire français n’a pas ce mérite. Tous ont commencé a l’ombre du pouvoir de l’époque.
          Tous ont socialisé les pertes et privatisé les profits. Ce n’est pas du libéralisme, c’est du capitalisme des copains et coquins..

          • Je pense que Bill Gates mérite son argent (un éxample).

            Et bien non, bill gates est un . .. voir par exemple la vente liée … tu achètes un ordinateur pc, tu es obligé de payer microsoft même si tu ne t’en sers pas …

            Microsoft s’est crée artificiellement une rente qui lui a permis de s’enrichir de manière non honnête … et les politiques n’ont jamais rien fait …

            c’est donc un mauvais exemple …

        • La richesse n’est pas limitée mais elle se crée par l’échange. Dire qu’il faut des pauvres pour faire des riches est un non sens économique. L’avantage comparatif est pourtant la base de l’économie. C’est quand même fou d’entendre encore cet argument en 2014.

          • Il faut les excuser, ils n’ont aucune connaissance en économie, confondent tout et mélangent le reste. Merci Ednat!

        • Avez vous calculez la retraite des gens (de gauche) pour qui vous votez (le total sur 15 ans en gros)

    • Brigitte DELSALLE
      3 février 2014 at 11 h 27 min

      Ça n’existe pas « le peuple »

      Qui excluez-vous du  » peuple » ?

    • Le « peuple » est bien Français et nous en faisons malheureusement partie. Les riches sont internationaux et tu ne pourra pas leur faire les poches : ils auront toujours un temps d’avance sur toi.

      Que la majeure partie du capital soit au main de l’état ou de 1% de la population ne change rien pour nous. En revanche cela change tout pour l’efficience économique : l’état ne sait pas gérer l’investissement et s’apauvrit au détriment d’autres états et des financiers internationnaux.

      Si tu crois en une solution communiste au problême (isoler le pays du marché mondial) tu peux émigrer à Cuba ou en Corée du Nord.

      C’est toi qui agit contre le peuple en refusant de regarder la réalité en face.

      • @ pragma et s’ appauvrit au profit pas au détriment je me permet de rectifier
        @ Delsalle le peuple c’ est comme le coucher de soleil parfois c’ est joli
        quand c’ est moche je l’ appelle  » LA MASSE

    • « puisque les riches en ont jamais eu autant » C’est faux, il s’agit d’un biais. Il y avait d’ailleurs un très bon article sur Contrepoints qui mettait en avant la supercherie des articles du type « les 10 plus riches français on augmenté leur fortune de 40% lors des 5 dernières années ».

    • @Pierre
      Ne projetez pas votre haine sur les autres. La haine que vous voyez, c’est la vôtre.
      Nous ne sommes pas haineux mais désespérés de voir ce beau pays livré aux parasites.

      • Je n’ai pas de haine, je note juste l’échec du libéralisme débridé … la crise mondiale est due aux trops nombreuses dérégulations et a une trop grande inégalité entre riche et pauvre … pas l’inverse …

        • pierre : « Je n’ai pas de haine, je note juste l’échec du libéralisme débridé … »

          Joli slogan bien appris, mais faux dans les FAITS: Les pays les plus libéraux vont le mieux et de loin.
          http://www.heritage.org/index/ranking

          Quant au reste c’est vraiment hilarant, à part les dettes monstrueuses d’états hypertrophié il n’y a pas de crise en Europe ni d’échec actuellement. Par contre les banques sont en train d’accumuler les dettes des états et ça va tous nous péter à la gu…

          On fête le 40eme anniversaire de budget négatif et d’emprunt de l’état Français (malgré un record d’imposition LOL) (La vache d’échec du « libéralisme »)

          Et pour la crise de 2007 la main de l’état US est partout: le community reinforcement act qui pousse et garanti le prêt des banques à des population insolvable, les manipulations des taux de la fed qui ont rendu les prêts toxique, les organismes de prêt publique.

          En bref tu ne sais absolument rien ni du libéralisme, ni de l’économie et tu ressorts juste des slogans prémâchés par la classe des oligarques qui vivent sur le lard du peuple.

          • sans compter les secours étatiques apportés à Freddy Mac et Fanny Mae, « crony » capitalistes et principaux supports financiers des campagnes des démocrates.

        •  » je note juste l’echec du libéralisme débridé…  »

          c’est vrai qu’en ce moment, chez les  » bridés « , le capitalisme semble fonctionner mieux que chez nous !

      • @Pierre
        Si vous voulez vivre dans le mensonge, allez y, mais tout le monde sait ici qu’il n’y a pas de libéralisme débridé, et qu’il y a des normes partout, et en France, il y en a encore plus qu’ailleurs.
        Donnez des exemples de libéralisme en échec?
        Parce que nombre de pays émergents n’ont rien pu faire contre les financiers assassins, lisez John Perkins.

    • de qui tu causes ? à qui tu réponds ?

    • Le formatage a été un peu excessif. Quelle tristesse de ne pas (plus) pouvoir réfléchir par soi même
      Le scenario c’est quoi quand les riches seront devenus pauvres ou partis? Y disent quoi dans votre mode d’emploi?

  • Brigitte DELSALLE
    3 février 2014 at 11 h 26 min

    « Qui prend les sondages au sérieux n’est pas sérieux »

    Interrogez donc déjà des ex-salariés des « instituts » (ça fait très sérieux !) de sondages

    C’est toujours « X % des Français …. sondés »

    • « C’est toujours « X % des Français …. sondés » »

      Comment ?!? Lors d’un sondage on n’interroge pas toute la population ?? SCANDALE !

      • Ca, ce serait la démocratie directe, c’est trop suisse pour nous.

      • Ben non, c’est un « sondage » donc on sonde (un petit échantillon) et en plus comme on est en France « selon la méthode des quotas » donc on choisis qui on interroge au lieu de prendre au hasard (échantillonnage usuel).

  • Je ne vois dans les questions de ce sondage qu’une préparation de l’opinion à une inévitable réduction des allocations pour cause de faillite budgétaire.

    Je ne vois dans les réponses qu’une montée des tensions parmi les sondés et la recherche de bouc-émissaires.

    Bref, on est encore loin du traitement du problême de fond sur le code du travail qu’aborde « h16 ».

    • Il n’y a jamais eu de traitement de fond qq soit le sujet, inutile d’attendre avec eux.

    • Il m’a semblé constater une grande offensive de « méthode Couet » dans les medias, comme si au lieu d’agir, le gouvernement se contentait d’essayer le relever le moral des français dans l’espoir de redresser l’économie.

      Sur France Info, on nous présentait ces entreprises qui ont du mal à pourvoir les postes vacants : des commerciaux en PQ payés en grande partie à la commision (à condition de traiter des affaires de 50000 à 200000 euros).

      Il n’y a pas de sot métier ; la question n’est pas la. Mais si une entreprise ne trouvent pas de candidats pour des postes qui ne nécessitent pas un profil pointu, c’est que le travail n’est guerre attrayant, incertain et mal payé. Mais la question n’est pas la non plus. Ce qui me gêne, c’est qu’on en fasse un exemple d’entreprises qui recrutent dans un grand media. Car si l’action du gouvernement se limite à promouvoir les boulots dont personne ne veut malgré le taux de chomage, il y a de quoi flipper.

  • Mdr alors les libéraux comme des idiots utiles du conservatisme socialisant .. j’hallucine LOL

    • Non, les pays qui offrent le plus de bien à leurs peuple à long terme sont les plus libéraux et les plus démocratique, parce que la liberté et la sauvegarde des droits de tous sans distinction c’est le seul terreau qui offre la prospérité maximum au maximum de gens.

      Regardez bien cette liste et faites des recherches sur les pays: « Indice de liberté économique »
      http://www.heritage.org/index/ranking

      On retrouve oh surprise les meilleurs à long terme dans le classement des démocraties: (parce que la vraie démocratie empêche la formation du corporatisme et sauvegarde les libertés)
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9mocratie

      Les pays socialiste, dirigiste, avec des liberté en berne, eux, sont tous au fond du classement ou en passe de le rejoindre comme la France qui est surendettée. A partir de ce simple constat demandez vous pourquoi et commencez à réfléchir.

      • Faudrait pas non plus que les régisseurs de l’univers se prennent pour des libéraux .. oup’s pardon l’inverse plutôt ,vu qu’ on a déjà les gauchistes pour ça..

  • Moi, je ne toucherais pas aux allocs chômages… ( sauf pour les intermittents jusqu’à l’autofinancement)

    Par contre :

    1- liberté de créer son entreprise… avec abolition des monopoles….
    2- liberté d’embauche et de licenciement

    • cela veut dire que Mr X bosse dans une boite, disons depuis un an .. il trouve un salaire de 3% plus élevé, il claque la porte de l’entreprise du jour au lendemain (plus de droits du travail) .. Tu crois que c’est bien pour la boite ?

      moi je dis que non, les entreprises ont besoin de stabilité, à moins que la suppression du droit du travail ne soit que pour les licenciements …

      • pierre : « Tu crois que c’est bien pour la boite ?  »

        Préavis de 1 à trois mois suivant ancienneté comme en Suisse.
        3% de chômage (11% france) 3% chez les jeunes (25% en France)

        pierre : « moi je dis que non, les entreprises ont besoin de stabilité »

        Tu te fous de la gueule du monde vraiment, l’instabilité fiscale et législative est totale avec, nouvelle invention: le rétroactif. Même tes décisions passée peuvent couler la boite.

      • @Pierre,
        Mais c’est le cas aux US et ailleurs, et vous avez vu ces boites souffrir de cette situation, ou même clamer pour plus de lois du travail? Jamais
        Vous voulez faire le bien des gens contre leur gré, vous pensez savoir mieux qu’eux, ce qui est bon pour eux, et tout cela sans n’avoir jamais créé de boite, trop fort.

        Ce que vous dites est faux, vous essayez juste de créer un besoin que personne ne veut, vous cherchez juste à trouver une place dans la société sans rien faire.
        Etre soit disant au service des gens, comprendre, les gens deviennent à votre service, comme un socialiste de base. Théorie archi rabâchée et qui ne passe plus.

        Tentez les inuit ou les pygmés, il n’y a qu’eux qui ne vous voient pas arriver à des km.

        • Ppourquoi vous dites sans rien faire….. be bosse et paye des impots et beaucoup …je suis peut être juste un peu mokns égoïste que vous …car moi aussi j aimerais gagner le double…mais si c est pour vivre dans un pays du tiers monde non merci

          • pierre : « car moi aussi j aimerais gagner le double…mais si c est pour vivre dans un pays du tiers monde non merci »

            Je suis désolé, je croyais que tu étais un adulte.
            Ce sont des notions un peu plus plus complexe que distribuer des bonbons
            et ça peut sembler contre-intuitif à un enfant ou un adolescent il est vrai.

            Reviens quand tes parents auront fini de te raconter des conneries et que tu auras lu plus
            qu’un ou deux mickey parade.

          • @pierre

            « be bosse et paye des impots et beaucoup …je suis peut être juste un peu mokns égoïste que vous  »

            J’ai eu pensé ainsi et voté socialiste. C’était avant de me rendre compte que :
            – la droite est socialiste avec des idées conservatrices et une morale chrétienne dépassée
            – la gauche est socialiste avec des idées moralisantes utopiques tournant au délire et au totalitarisme
            – le système est pourri par le clientélisme : il aboutit à l’apauvrissement de la classe moyenne inférieure sans enrichir les pauvres ni pouvoir toucher les classes moyennes supérieures ou les riches. Il provoque en outre l’endettement continu du pays.

            Au final, on assiste simplement à un nivellement par le bas. Il n’y a ni justice sociale, ni réelle redistribution et on se rapproche de plus en plus dangereusement de l’inefficacité totale d’un système communiste : travail sans intérêt et non productif pour les salariés, impossibilité d’entreprendre, pas de perspectives d’avenir et apauvrissement général. Le problême n’est même pas vraiment qu’on soit trop socialiste ou trop libéral (sauf du point de vue de la concurrence internationnale), mais que le curseur soit entre les mains de la classe politique et pas fixé par la constitution.

            • Il y a longtemps que la morale chrétienne a disparu, et c’est bien dommage car on ne voit plus de tolérance, de pardon, de soutien, d’humilité, d’écoute, de partage, de justice et même d’amour (tout simplement) nulle part, et c’est justement de cela qu’on crève.

            • Pour le reste, je suis d’accord.

            • @jjp

              La « morale chrétienne » n’est guerre différente de la morale tout court (ou de la morale des autres religions). Elle fait partie de notre culture et transcende vraissemblablement la religion. Elle peut et doit aussi évoluer sans dogmatisme.

              Je la vois comme le « bon côté » de l’humanité, un « instinct social », mais cela ne permet pas de nier le « côté obscure » de cette même humanité, un « instinct de survie » et de sélection. Dès lors, ma conviction est que même si on doit mettre en avant le bon côté, on ne peut fonder un système exclusivement dessus car nier le second aboutit à des contre-sens.

              En particulier quand la sécurité ou l’intérêt primaire de l’individu est menacé, le « mauvais côté » prend forcément le dessus. C’est pourquoi imposer un principe « moral » dans le travail (besoin primaire de subsistence), la sexualité (besoin primaire de procréation) aboutit souvent à l’échec et est parfaitement hypocrite.

              Je ne crois donc pas que « la morale chrétienne a disparu » ou « on ne voit plus de tolérance, de pardon, de soutien, d’humilité, d’écoute, de partage, de justice et même d’amour ». Ces notions atteignent d’une part leurs limites, le fait de ne plus faire semblant ou cacher les « déviances » fait apparaître une réalité qui était occultée, ou encore l’augmentation des « mauvais comportements » traduit une difficulté plus grande pour l’individu qui le force à recourrir au « côté obscure de la force ».

          • « mais si c est pour vivre dans un pays du tiers monde non merci »

            accroche toi mon lapin ca s’en vient chez toi biento, tu vas adorer ca,
            plus de catipalmisme pour t’embeter!

          • @Pierre
            « Pourquoi vous dites sans rien faire….. je bosse et paye des impots et beaucoup …je suis peut être juste un peu mokns égoïste que vous …car moi aussi j aimerais gagner le double…mais si c est pour vivre dans un pays du tiers monde non merci »

            Inversion encore :
            Je serais égoiste parce que je refuse de me faire spolier? Elle est bien bonne celle là. Mais tout le monde refuse de se faire spolier, y compris vous si vous gagniez vraiment beaucoup d’argent, j’en doute fortement.

            Enorme raccourci, si on ne se fait pas spolier, le pays va tomber dans la misère.
            Alors, expliquez moi pourquoi aux USA, en Allemagne, en Suisse, au Luxembourg, dans pleins de pays d’Asie, en Océanie, les contribuables payent des impôts raisonnablement et pourtant ces pays ne sont pas ruinés.

            Le problème avec le discours socialisant, c’est qu’il ne résiste pas à la confrontation avec le réel.

            Ce que vous avancez est FAUX une fois de plus, tout votre discours n’est que mauvaise foi.

            • « vous gagniez vraiment beaucoup d’argent, j’en doute fortement. »
              une partie du problème vient de la ..vous croyez que la vérité est comme vous aimeriez qu’elle soit … c’est une maladie connue ….

              Définition de spolier: Dépouiller, déposséder, voler

              Il n’y a donc pas le rapport avec l’impot !!! voir point précédent

            • pierre : « Définition de spolier: Dépouiller, déposséder, voler » « Il n’y a donc pas le rapport avec l’impot !!! »

              Toi tu n’a jamais ouvert un budget de l’état de ta vie. Même la cours des comptes pourtant sous la direction d’un socialiste Migaud hurle à la mort devant la faramineuse distribution d’argent-gratuit-des-autres.

              Le deal à la base c’est que l’état collecte l’impôt pour servir le peuple, quand il sort de ses tâches régalienne et que pleins de gens s’en mettent pleins les fouille au détriment des autres c’est effectivement du vol.

              En passant une des tâche primordiale de l’état c’est la justice et le droit des gens, parce que le droit mon petit c’est fait pour protéger les faibles et les pauvres, les riches s’en foutent ils ont de quoi engager des milice et faire leurs propre règles. (cf moyen age)

              Budget de la justice: 0,19% du PIB.

      • Ben si la boite ne veut pas le voir partir en claquant la porte, c’est à elle de s’arranger avec lui entre quat’zyeux au moment de l’établissement du contrat, éventuellement en le payant plus. Qu’est-ce que l’état vient faire à fausser l’entente par des obligations imposées ?

      • Justement ça oblige l’entreprise à bien payer ses salariés et à les traiter de la meilleure façon pour qu’ils ne partent pas voir ailleurs.

      • En gros, tu propose que l’on enchaine les employés pour qu’ils ne puissent partir. Avec toi, il y en a beaucoup qui vont regretter les camps soviétiques. Je pense que tous les libéraux présents ici laisseraient partir le dit-employé ou lui proposeraient 4 ou 5 % de mieux (cela reste possible, après tout on est libres!).

  • Mais quelle est cette vilaine manie de sale gosse mal élevé de s’occuper du contenu de l’assiette de son voisin ? Il y a vraiment des baffes qui se perdent !

    Une société apaisée consiste à laisser le choix à chacun de s’assurer comme il l’entend, sans s’en mêler. Le choix de cotiser à une assurance ne regarde personne d’autre que le client et l’assureur, éventuellement un juge si les termes du contrat ne sont pas respectés.

    En matière de chômage, comme pour n’importe quel risque social, chômage, santé ou retraite, il est urgent d’interdire le socialisme en privatisant l’assurance des risques sociaux.

    • +1000.
      Laissons les gens choisir leur assurance chômage, leur assurance santé, leur assurance retraite… Et mieux encore, laissons les choisir de s’assurer ou pas.
      Et là, très bizarrement, nos « élites » vont réaliser que « les gens » sont moins cons que ce qu’ils pensent, en très grande majorité. Et même d’ailleurs, qu’ils savent mieux que « le législateur » ou « le service publique » où se trouve leur intérêt.

      • il y a mème des gens, comme les agriculteurs, c’est vrai qu’ils sont en voie de disparition, qui ne cotisent pas au chomdu, et ainsi, n’y ont pas droit.
        pourtant, quand j’était jeune et aide familliale, j’ai imploré le chomage comme les soldats du sergent hartman imploraient la guerre… du pognon qui tombe sans rien faire, merde alors !

      • oui tu as raison .. la liberté avant tout … imagine un couple d’ouvriers .. il n’auront pas les moyens de s’assurer contre la maladie (plus de smic, plus de code du travail, la liberté ..) leur gosse tombe malade: réponde de l’hôpital: vous êtes pas couverts, donnez moi 100000E ?

        vous pouvez pas ? cassez vous … avec le gosse malade …

        par contre le cadre sup ou le boss aura une super mutuelle payée par la boite (la liberté ..) et la super tout le monde sera soigné à gogo ..

        non vraiment la liberté c’est la solution ….

        • pierre : « imagine un couple d’ouvriers  »

          Et à part tes fantasmes Cosette & Dartagnan t’as une connaissance quelconque dans le fonctionnement des assurances dans les pays libéraux ?

          Devine qui à dit « Tout dans l’État, rien contre l’État, rien hors de l’État », eh bien tu pense pareil que lui.

          pierre: « non vraiment la liberté c’est la solution …. »

          5000 milliards de dette je te garanti qu’ils va morfler l’ouvrier (D’ailleurs le parti socialiste se torche joyeusement le cul avec eux)

      • pour la retraire, tout pareil, le pauvre (qui est un fainiant non ?) aura plus de fric à la retraite et bien c’est pas grave qu’il crève le gueux …. remarque au moyen age c’était un peu comme çà …

        • pierre: « remarque au moyen age c’était un peu comme çà … »

          Au moyen âge le seigneur prenait jusqu’à 20%, en France on est à 57% (65% pour les PME et certains paient même plus de 90%, c’est nouveau) et tu crois qu’ils vont les toucher les pauvres leurs retraites avec 5000 milliards de dette ? (rapport cours des comptes)

          On va rester à ces niveaux de prélèvement et les avantage sociaux payés à crédit vont se tarir. Le pauvre lui te remerciera certainement de tes bonnes intentions socialiste qui l’ont plongés dans la misère.

          Après tu peux toujours fantasmer que les riches vont payer, l’URSS et d’autres ont essayés même avec des murs et des miradors.

  • Je voudrais savoir, quelle est la position des liberaux sur la GB car je trouve un peu insultant les louanges de certains liberaux ou pretendus liberaux pour ce trou a rat conservateur qui ne vit que sur la mono industrie financiere et qui a une vision de la liberté tres limitee

    • Mono-industrie financière, trou à rats, liberté limitée… Vous avez des infos que nous n’avons pas ? Parce que même si ça pourrait être plus libéral, par rapport à la France, il y a quelques pas dans la bonne direction, et un état d’esprit un peu moins gauchiste sectaire.

      • La GB oscille entre la sociale démocratie et des périodes de libéralisation qui créent des a-coup préjudiciables à la population. L’adaptation ce fait toujours mais des gens restent sur le carreau.

        Cela dit la France elle ne s’adapte pas du tout et distribue aussi de grandes baffes législatives et fiscales en plus de courir à la faillite.

    • L’industrie automobile britannique est en passe de passer devant la France alors qu’elle était moribonde il y a 25 ans.

      • L’industrie automobile en Angleterre tient sur des marques ou capitaux etrangeres (TATA India), je vois pas ce qu’il y a de fabuleux la dedans, renault construit en Roumanie et a des partenariats avec Lada et Toyota ou Ford ont des usines en France. Donc remarque non pertinente. Et puis si vous suiviez bien l’automobile vous sauriez que peugeot etait en parti dans la merde a cause de son partenariat avec le ricain GM, ce dernier avait oblige psa de se retirer de L’Iran au profit… des autres constructeurs americains.

  • L’article dit que supprimer le SMIC et ne pas fixer de limite au temps de travail, seraient deux mesures choc pour faire vraiment reculer le chômage.
    Certes oui, il y aurait surtout une offre d’emplois surabondante
    Mais quel intèrêt sociétal, si c’est pour avoir profusion d’offres d’emploi proposées à 600 euros par mois et nécessitant de travailler 6 jours par semaine soit 48 heures hebdomadaires, tandis que des emplois à 1500 euros pour 35 h permettant de vivre correctement,seraient très recherchés mais aussi rares qu’aujourd’hui !
    Croyez vous que les chomeurs sont assez idiots pour se précipiter sur ces « nouveaux » emplois (grace à vos réformes) si les loyers d’un deux pièces restent à 600 euros par mois dans une banlieue pourrie et si pour acheter une petite voiture c’est toujours 7000 euros avec du carburant à 1,60 euros le litre
    Sans parler de payer son electricité ou son gaz.
    Vraiment inutile ce genre de proposition.

    • resurgence: « Mais quel intèrêt sociétal, si c’est pour avoir profusion d’offres d’emploi proposées à 600 euros par mois et nécessitant de travailler 6 jours par semaine soit 48 heures hebdomadaires, tandis que des emplois à 1500 euros pour 35 h permettant de vivre correctement,seraient très recherchés mais aussi rares qu’aujourd’hui ! »

      Ce n’est pas du tout ce qu’on constate dans les pays libéraux (code du travail minimal, droit garanti).
      L’offre à bas cout créé une porte d’entrée pour les jeunes encore peu qualifié (qui sont actuellement au chômage donc n’ont aucune chance de monter)

      Ces boites créent de la richesse pour celles du dessus, qui sont plus nombreuses et ainsi de suite.
      Vous raisonnez encore avec ce mythe du « gâteau » fixe à partager alors que l’économie ne marche pas du tout comme cela.

      En fait la régulation n’a fait que tarir l’offre rendant les employés totalement captif sans rien empêcher: la France a un record d’emplois précaires et de chômages des précaires (jeunes entrant, « vieux ») et en plus une dette ubuesque de 5000 milliards d’euro (avec les engagements sociaux) qui vont se payer un jour.

      Le tout avec un des taux d’imposition les plus élevé de la planète.
      Non vraiment…

      • Les pays liberaux? Des exemples svp, car Singapour ou Hong Kong c’est la finance qui fait que ces regions sont riches, sinon je vois pas d’autres pays liberaux; Et puis les recettes miracles ça n’existe pas, l’ Euro ça devait etre la richesse, vous voyez le resultat, parce que une monnaie est lié a un pays et le DM Euro ne peut pas être efficace en Italie en Espagne ou au Pays Bas.

        • L’article cite la Suisse, me semble-t-il, où contrairement à ce que racontent certains, la finance n’est pas l’activité dominante. D’ailleurs, je ne crois pas non plus que ce soit la finance qui fait la richesse de Hong Kong ou Singapour, en tout cas ce n’est pas l’impression que j’ai eue quand j’y suis allé. A moins évidemment de classer tout business qui n’est pas fonctionnarisé comme finance…

        • anarchy: « sinon je vois pas d’autres pays liberaux »

          Oui/non ça fait une bonne base de réflexion pour une société complexe. Clap clap !
          Les 20 premiers sont au moins les plus libéraux.

          anarchy: « l’ Euro ça devait etre la richesse, vous voyez le résultat »

          Merci de cette analyse détaillée.

          Et vous avez une idée des problèmes de l’Europe/euro professeur pédoncule ?

          • Et bien la Suisse n’est pas dans l’euro, et elle utilise des barrieres douanieres ce que tout bon liberal deteste, et en plus elle est protectionniste et meme nationaliste sur certaines sujet; Je vois pas ce que la Suisse a de liberal à part bien sur un haut niveau de revenu comme la Norvege ou le Luxembourg.

            • ça a l’air fort, le nouveau cannabis OGM!

            • Thibs, le ducon qui ne veut meme pas qu’on puisse lui repondre, vous etes forts les liberaux…

            • anarchy : « Je vois pas ce que la Suisse a de liberal »

              D’ailleurs ils vivent dans les montagnes de fondue et de chocolat tout en fabricant des coucous.
              « Remet moi un demi Roger »

              Le mec qui nous sort ses connaissances mickey sur un pays trop lol !

            • Et toi tu te prends pour un gentil liberal… T’as pas encore compris que bcp de pseudos liberaux n’etaient que des lobbyistes fonctionnaires de multinationales. Et tu penses encore qu’il existe des paradis liberaux, les Suisses sont surtout bien entre eux et ont de plus en plus de mal à supporter l’immigration des pays de l’Est et les petits français qui baissent leur salaire ( c’est toi peut etre?)

            • anarchy: « T’as pas encore compris que bcp de pseudos liberaux n’etaient que des lobbyistes fonctionnaires de multinationales. »

              Ils ne sont pas libéraux en France ils sont lobbyiste ce qui est plus ou moins aux antipode.

              C’est toute ton éducation politique et économique qui est à refaire.

      • Resurgence a raison;;; il y a une surabondance de demandeur d’emploi mais surtout il y a en France le meme nombre d’offre d’emploi annuelle de cadres actuellement qu’en 1993 alors qu’il y a deux fois plus de diplomés à BAC + 4: Ce que les liberaux ne comprennnent pas c’est que le taux de chomage est une constante d’ajustement pour l’Etat et les patrons afin de limiter l’inflation. Mais quand le bataillon de chomeurs est trop nombreux c’est tout le systeme qui s’ecroule et ce ne pas que réservé à la France, regarder aux Etats Unis, au RU, Espagne, Italie. En Allemagne ils ont choisi les travailleurs pauvres comme au Royaume Uni mais cela ne durera qu’un temps.

        • anarchy : « Ce que les liberaux ne comprennnent pas c’est que le taux de chomage est une constante d’ajustement pour l’Etat et les patrons  »

          Non, on n’organise pas un tel bordel de loi et de fiscalité qui mène à ce taux de chômage.

          C’est juste de l’ignorance et les millions de petites actions d’humains pour divers motifs guidés en toile de fond il est vrais par des mythes Cosette & révolution & socialisme misérabiliste.

          • Si vous pensez que le chomage n’arrange pas les entreprises et l’Etat je ne peux rien pour vous…

            • Si tu penses qu’un tel merdier à un dessein « intelligent » derrière de cette nature c’est que tu n’as pas beaucoup lu ni compris comment cela fonctionne. Le seul dessein derrière c’est Cosette et le socialisme, le mythe égalitaire du pauvre qu’il faut aider en prenant au méchant riche c’est patent derrière chaque loi et chaque fiscalité.

              -Les entreprises ont des records absolu de faillite et n’ont jamais eu des gains aussi faible.
              -Les gouvernements sont actuellement fragilisé, les fonctionnaires haïs et ça peut péter à tout moment ce qui n’arriverait pas dans une société sans chômage.

              Non, ça n’arrange personne.

            • Il se trouve effectivement que la droite ne tient plus avec autant de merdier et que certains à gauche peuvent se réjouir de ce résultat collatéral. Mais la gauche non plus ne tient plus.

              Donc c’est bien de la simple imbécilité socialiste qui est en filigrane. Ils pensent VRAIMENT que leurs mesures peuvent arranger les choses. Regarde Hollande, 12 mois avant de vaguement changer de discours, ce type à mis un an à comprendre que ce qu’il disait c’était de la merde. Maintenant il est coincé avec ses mensonges et ceux qui l’ont cru.

  • Si vous pensez que ce pays est foutu, il faut le quitter mais surtout ne pas revenir se faire soigner aux frais de la princesse comme le font les expatriés de Londres et d’ailleurs, mais surtout en partant n’oubliez pas de régler vos impôts.
    Vous n’aimez pas la France, quittez là !

    • Mars françois : « Vous n’aimez pas la France, quittez là ! »

      Vous aurez l’air malin sans créateurs de richesse. Une vache ça se trait délicatement et se soigne, si on la violente elle ne donne plus rien ou se barre et vous crevez la dalle.

      Une PME est imposée à 65% et doit obéir à 3500 pages de lois, vous pensez qu’on peut créer de la richesse et des emplois avec un tel boulet ? Et pour ce prix la France n’a pas été foutue de signer un seul budget positif depuis 40 ans… clap clap !

      Tous les socialismes ont fini par ériger des murs réel ou législatif parce que que partout vos idées ont donnés les mêmes fruits: exode, faillite, pauvreté, violence liberticide et faillite.

    • Mais j’adore la France. Ce sont juste quelques Français, minoritaires, arrogants, pas très malins, envieux, haineux et parasites qui me polluent mon beau pays.

    • Vous aimez le facisme ? Restez y !
      Vous voyez ? Moi aussi je peux sortir des slogan ridicules.

    • « Si vous pensez que ce pays est foutu, il faut le quitter »

      Ceux qui s’expriment ici feront partie de la seconde vague de départ. La première vague n’a plus rien à dire et est déja parti ou trop occupée par ses préparatifs.

      Reste une troisième catégorie : les retraités qui trouveront un meilleur niveau de vie à l’étranger en percevant leur retraite, la dépensant hors de France, en venant se faire soigner en France mais en payant leur IR. C’est leur droit ; vous n’y pouvez rien. Ceux qui sont trop loin de la retraite ne percevront vraissembablement pas cette retraite (ou une misère de subsistence).

    • Et bien voilà: ils sont en train de nous rendre fasciste. Fascistes UMP, fascistes PS, fascistes Libéraux. Il faut tout de même rendre à Hollande ce qui lui appartient: il a reproché à Sarkozy de diviser le pays, mais alors lui chapeau, il rend tout le monde facho!

  • Voilà ce qu’il faut faire ! La mise en faillite ! Bravo ! Il faut rendre coup sur coup ! On va faire rendre gorge aux mafieux.

    ************************
    À cause des dernières mesures gouvernementales inscrites dans le budget de la Sécu 2014, la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), qui représente les cliniques privées en France, a décidé d’entrer «en résistance». Une première! «Nous n’avons pas d’autre choix: nous ne cessons d’être agressés par les pouvoirs publics», assène Jean-Loup Durousset, son président.

    En représailles, la FHP a décidé de geler près de 3000 embauches dans sa branche, dont les contrats aidés. Le millier de contrats de génération prévus – dispositif qui consiste à maintenir un senior dans l’emploi tout en recrutant un jeune en CDI – sont ainsi remisés au placard.

  • même avec tout ça , ça ne suffira pas parce que l’avidité du patronat n’a pas de limite…quoi que vous fassiez ils en voudront toujours plus !

    voir :
    http://2ccr.unblog.fr/2014/02/03/lavidite-du-patronat-est-sans-limite/

    • Le problême n’est pas le jeu de dupes entre Hollande et le patronat, mais le problême des français avec l’économie qui est un jeu de c. …

    • BOB : « ça ne suffira pas parce que l’avidité du patronat n’a pas de limite »

      Je lis sur ta pages « Pourquoi casse-t-on nos services publics à coup de démantèlement et de privatisations ?  »

      Avec un état qui bouffe 57% du PIB (record mondial) et vu les 600’000 élus (record mondial) et 7 millions de fonctionnaires et assimilé (record) on peut d’ors et déjà te classer dans les abrutis sans fond qui ne comprennent pas un broc ni à la situation ni à l’économie.

      Quand au patronat, à part les entreprises du CAC40 adossé à l’état auquel vous donnez tout pouvoir depuis 40 ans et qui s’en sert pour placer et favoriser leurs amis. (De droite aussi bien que de gauche)
      Il reste les PME qui paient 65% d’impôts et se prennent en pleine gueules les 3500 pages du code du travail.
      65%, plus qu’aucun seigneur du moyen age n’imposait ses serfs. Quelle avidité effectivement !
      Tellement avide que 2013 aura été un année record pour les faillites.

      Et malgré cet état qui contrôle tout et cette imposition record, cette année on fête le 40eme anniversaire des budgets négatifs de la France avec une dette totale estimée à 5000 milliards d’euro par la cour des comptes.

      Ma prescription: arrête de te droguer, tu décroches complètement de la réalité et ce n’est pas bon pour toi.

      • bel exemple de discussion et de respect …

        • Ca fait mal la réalité, n’est-ce pas?

        • @Pierre

          Hé pierrot de la lune, retourne chez ta mère, ou sur des blogs comme partageons mon avis de gôchau. Franchement tu fais tâche ici. Tes arguments sont….tes références…., pfff, en gros tu racontes que des conneries.

          Ici, il n’y a pas de gauche ou de droite. On ne bavasse pas du miel pour le « peuple ». Va te trouver une super tenue de « super héro facho de gauche », et revient plus tard.

        • pierre: « bel exemple de discussion et de respect … »

          Quel respect pour un mec qui arrive à dire dans un pays sous métastase cancéreuse d’un état hypertrophié qu’il vit dans un pays « ultra-liberal » et qu’il faut prendre d’urgence des mesures communiste dont tous le monde sait à quoi elles mènent.

          Mais tu vois mon petit, même un abruti pareil à le droit de s’exprimer et les libéraux jamais ne légiféreraient pour lui faire ferme sa gueule ou limiter ses libertés contrairement à vous et les vôtres qui avec plus de 120’000 lois et 400’000 décrets n’avez de cesse de vouloir contrôler les gens et leur libertés.

          Par contre j’utilise ma liberté d’expression.

    • Bah oui, bien sûr l’avidité du patronat n’a pas de limite.

      Mais qu’on s’entende bien, en France en 2014, « patronat » ça veut dire « classe politique+syndicats+médias aux ordres », bien sûr. C’est eux les « vrais » patrons, les seuls d’ailleurs qui aient du pouvoir et il s’en servent pour se gaver eux même et gaver leurs « clients », les parasites du système.

    • @BOB
      Inversion de valeur, toujours la même chose avec la rhétorique socialo, ils affublent les autres de leurs méfaits :
      « même avec tout ça , ça ne suffira pas parce que l’avidité du patronat n’a pas de limite…quoi que vous fassiez ils en voudront toujours plus ! » devient :
      ->même avec tout ça , ça ne suffira pas parce que l’avidité de l’état n’a pas de limite…quoi que vous fassiez ils en voudront toujours plus !
      Et c’est vrai, l’état en veut toujours plus, même en affamant tout le monde, c’est pas grave.

      • Pourtant il ne faut pas aller chercher bien loin dans les livres pour s’appercevoir que le socialisme est complètement « useless », même pire « néfaste » pour les hommes et l’économie. Il ne manque pas d’exemples historiques. De drames, de dicatures…et puis ils en re-demandent. Miam, je suis bêêêête !

    • Question conne:
      – Sans patron, tu vas le trouver où ton salaire ?

      En partant du postulat que le patron, est quand même utile pour vous, ne pensez vous pas que la logique voudrait d’essayer de faire en sorte qu’il puisse augmenter son activité ?

      Si on pousse la logique un poil plus loin….(attention, ça fait mal…), ne croyez vous pas que le « patron » ne va pas vouloir embaucher, fabriquer plus, pour gagner plus ?!

      Non, hein, c’est débile comme logique…..

  • ce n’est pas en baissant les indemnité ou en raccourcissant la durée d’indemnisation que l’on augmente le nombre d’emplois disponibles..bien au contraire .
    mais , tout a été dit sur le sujet , facilité d’embauche(et de débauche) , faibles charges sur le travail , suppression du smic ( le marché fait le prix , pas l’état)

    • Donc en gros vous voulez les travailleurs pauvres, je crois qu’il serait preferable de supprimer en premier les avantages des fonctionnaires, car pour bcp de salaries du prive, a part le SMIC ils n’ont aucune autre perspectives, mais bon les liberaux ça touche toujours les plus faibles.

      • anarchy : « Donc en gros vous voulez les travailleurs pauvres »

        Non, en Suisse une caissière débutante gagne 3000 euros. Pas de SMIC et 20 pages de code du travail (3500 en France). De plus la Suisse à une faible dette 3% de chômage et des budgets positif depuis 10 ans avec 30% de moins d’impôts.

        (Et pitié pas le mythe de la finance, les banque ne représentent que 11%)

        anarchy : « je crois qu’il serait préférable de supprimer en premier les avantages des fonctionnaires »

        Là tu a tout à fait raison.
        On peut aussi supprimer les lois et la fiscalité pléthoriques ça fait déjà une énorme partie de l’état et des fonctionnaires qui deviennent obsolète, non seulement ils ne pompent plus les richesses des autres pour (ô ironie) leurs mettre des bâtons dans les roues mais ils vont commencer à en dégager.

        • La Suisse est une exception je parle de l’Allemagne ou du RU, pourquoi cette fascination pour la Suisse, vous avez un compte la bas comme nos politiciens et vendeurs de tapis?

          • L’Allemagne comme le RU ont aussi des tendances démocrate socialiste et donc d’autres problèmes mais ils vont infiniment moins mal que la France. (Le RU à des oscillations néfaste) Tu aurais pu citer d’autres pays libéraux et démocratique comme le Danemark, l’Australie, le Canada etc.

            anarchy: « pourquoi cette fascination pour la Suisse »

            La Suisse est un parfait exemple de démocratie participative stable et de libéralisme appliqué et en plus elle a une frontière commune avec la France qui fait exactement l’inverse avec le succès que l’ont connait.

            anarchy: « Et d’ailleurs la votations prochaine sur la limitation des travailleurs étrangers ne vous pose pas pb »

            Aucun.
            La Suisse à infiniment plus d’étrangers que la France (1/4) sans que rien ne crame et c’est le parfait et légitime exercice de la VRAIE démocratie, le peuple ce sent mal à tort ou a raison et il vote. Il va être rassuré d’une part d’avoir le pouvoir d’agir et la votation n’est même pas pliée.

            L’autre possibilité c’est que le peuple n’aie qu’un droit: celui de fermer sa gueule et de subir ce qui amène à la situation française. Des banlieues devenue des gouffres à fric à criminalité incontrôlable en parfaite négation du droit des gens qui y vivent, une société de plus en plus en révolte qui ce sent profondément divisée pour le malheur de tous.

        • Et d’ailleurs la votations prochaine sur la limitation des travailleurs etrangers ne vous pose pas pb, les Suisses commencent peut etre a se rendre compte que dans 10 ans eux aussi ils auront les memes pb que leurs voisins. Mais le liberal c’est peut etre le mec qui profite 10 ans des pays prosperes et qui va ailleurs quand l’economie n’est plus assez bonne

          • anarchy: « Et d’ailleurs la votations prochaine sur la limitation des travailleurs étrangers ne vous pose pas pb, »

            cf plus haut mais j’ajoute:

            La liberté d’expression ce n’est pas seulement le droit d’exprimer que les chatons sont jolis, c’est au moment ou une personne dit de vraie imbécilités qu’on peut juger néfaste qu’elle est justement importante.

            De même le droit de vote et la VRAIE démocratie ce n’est pas que pour décider de la couleur du papier peint des sujets polémiques peuvent aussi êtres soumis et votés.

            Sur ce sujet en particulier: Je suis libéral MAIS pragmatique, je considère le bien à long terme et si les gens ce sentent mal avec 1/4 d’étranger et qu’on les empêches de s’exprimer ou qu’on les forces le mal résultant sera beaucoup plus grand pour tous le monde: étrangers et Suisse.

            Je laisse la théorie et les grandes idéologies au gens qui ne savent plus faire fonctionner en vrai une société, et cela pour le malheur de tous.

            • La dessus je vous rejoinds, mais la France, l’Allemagne ou le RU ne sont plus des democraties ou n’ont jamais ete des democraties, on a jamais demande l’avis des Français sur la decolonisation, l’immigration de masse, les recrutements de fonctionnaires et la fiscalite, d’ailleurs selon les politiques nous sommes trops betes pour cela.
              D’ailleurs les pbs français viennent essentiellement des choix miserables des ces politiques influences par des lobbyings puissants et des ideologies sectaires.

            • anarchy: « mais la France, l’Allemagne ou le RU ne sont plus des democraties ou n’ont jamais ete des democraties, »

              Tu as tout à fait raison avec un bémol, l’Allemagne et le RU sont quand même bien plus démocratique:
              http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9mocratie

              anarchy: « on a jamais demande l’avis des Français sur la decolonisation, l’immigration de masse, les recrutements de fonctionnaires et la fiscalite, d’ailleurs selon les politiques nous sommes trops betes pour cela. »

              Clair, aucune des 120’00 lois et 400’000 décrets n’ont jamais été voté par le peuple.
              Je dirais que la France est une monarchie élective à tendance régicide. (De moins en moins régicide d’ailleurs)

              Plus fort: « l’intteligentsia » Française suite au « mauvaise referendum » à réussi à faire croire aux français que la vraie démocratie c’était la porte ouverte à « la démagogie qui mène aux heures sombres ». (lol)

              Je rencontre très peu de français qui pensent que la solution a l’oligarchie est dans la diffusion de ce pouvoir dans la démocratie directe et la plupart me sortent cet argument de la démagogie (pourtant sorti en droite ligne des oligarques qui ont vu le pouvoir leur échapper l’instant d’un referendum).
              Ils attendent tous le messie sans expliquer comment à la tête d’un appareil de 7 millions d’employés et décideurs il va pouvoir faire des miracles (et comment ils vont durer dans le temps)

              Pourtant si tu regarde le classement plus haut il existe une corrélation étroite entre le bien-être à long terme des peuples et l’indice de démocratie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Par Jacques Garello.

Certes, la vaccination et la sécurité font les Unes de la campagne électorale. Mais le pouvoir d’achat est également objet de débats, de programmes et de promesses des candidats déclarés ou putatifs. L’idée d’une hausse des salaires généralisée imposée à tous les employeurs est désormais banale, une hausse du SMIC ou un niveau de salaire garanti à toute personne active (2000 euros par exemple), l’accroissement substantiel des traitements des enseignants et soignants, la participation obligatoire des salariés aux pr... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Dans sa note de conjoncture du 6 octobre dernier, l’INSEE prévoyait que le taux de chômage baisserait fortement au troisième trimestre 2021, pour atteindre 7,6 % de la population active en France entière hors Mayotte après les 8 % du second trimestre. Une perspective plaisante qui fleurait bon la possibilité du plein emploi bientôt retrouvé et qui poussa immédiatement le ministre de l’Économie Bruno Le Maire à mettre en avant l’action absolument novatrice de la majorité LREM dans la renaissance économique vécue a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles