Fleur Pellerin, French Tech, Hadopi et foutage de gueule

Aujourd’hui, parlons numérique. Ça tombe bien, il y a abondance de matière actuellement, et notamment du côté politique où l’on sent que certains s’agitent encore (à nos frais) pour tenter de tirer la couverture à eux.

Fleur PellerinEt qui mieux que Fleur Pellerin pour incarner cette petite agitation sporadique dans le domaine ? Qui mieux qu’elle peut intervenir dans les marchés numériques et mettre ce petit brin de pagaille et de dépenses publiques inutiles pour montrer que le gouvernement fait quelque chose, alpha et omega communicationnel de tout gouvernement français qui sait qu’il aura un bilan à établir au moment des élections ?

Et donc, pour ne pas déroger à la tradition d’une agitation trimestrielle dépensière, la Fleur gouvernementale nous aura donc gratifié à la fin de ce mois de janvier du lancement officiel de la French Tech, mouvement de mobilisation collectif initié par le gouvernement en novembre 2013, dont le but ambitieux est de favoriser en France les startups numériques et y rétablir l’image du pays en matière d’innovations numériques, puis de développer un écosystème s’appuyant sur ces jeunes pousses, les investisseurs, les écoles et les universités.

Et concrètement, ceci se traduit donc par l’habituel bric-à-brac de mesures diverses aux couleurs acidulées et proposées dans des packaging vitaminés d’une communication dopée au pognon des autres, le plus facile à dépenser ; la French Tech, c’est par exemple la création d’une labellisation Made By Government, destinée à distinguer les métropoles qui claquent dans le numérique une quantité notable de thunes du contribuable. Mais la French Tech, c’est aussi une « mise en visibilité internationale » et un « programme d’accélération » à base d’argent privé et d’argent public. Et enfin, parmi toutes les autres choses concrètes et palpables que représente la French Tech, on trouve bien sûr une enveloppe de 15 millions des ressources financières en provenance directe de vos poches pour soutenir des campagnes marketing, destinées à renforcer la visibilité de cette magnifique French Tech hors de nos frontières.

la french techAh et j’oubliais : la French Tech, c’est aussi (et bien sûr) un site web au design … gentillet et une identité graphique tout à fait sympatoche à base de coq rose. Je vous laisse découvrir ce joli morceau de bravoure avec de vrais morceaux de fruits secs dedans. Et n’insistons pas trop lourdement sur le fait que, 48h après le lancement, la bousculade de commentaires, de retweets et partages facebook permettent au site de s’envoler dans les classements les plus prestigieux, ahem broum bref enfin bon.

dilapisSi vous avez l’impression qu’encore une fois, les robinets à pognon public viennent de s’ouvrir, c’est normal puisque c’est exactement ça. Bien sûr, de l’argent privé est abondamment sollicité et sera aussi mobilisé dans l’opération ; mais il le sera d’autant plus facilement que l’État et ses ressources fiscales inépuisables seront derrière. Notez aussi que cette ouverture de sprinklers étatiques sera très finement adaptée pour arroser les bonnes startups. Je vous laisse ici imaginer ce que bonnes veut dire dans le contexte du capitalisme de connivence qui ruine la France depuis 40 ans : ne vous inquiétez pas, tout se passera remarquablement bien, comme d’habitude dans ce genre d’initiatives, puisqu’il s’agit d’investissements et pas de subventions ! Derrière, comprenez-vous, la Caisse des Dépôts et Consignations attend un retour avec du bénéfice et du rendement, mes petits amis, ce qui garantit que tout se terminera en chansons.

pellerin karaoke

Et si je parlais plus haut de bric-à-brac habituel, c’est bien parce que l’initiative de Fleur Pellerin, aussi pimpante soit-elle, s’inscrit dans cette longue tradition de résolutions et autres plans gouvernementaux pour faire en sorte que la France soit une terre de numérique tagada et d’innovation tsoin-tsoin. Et à chaque fois, ces plans, ces initiatives, ces résolutions, ces trucs, bidules et machins publics se sont traduits par le souvenir ému et parfois humide d’émotion de cet argent dépensé en pure perte mais ô combien rigolo à narrer dans les repas de famille. Qui ne sourit pas lorsqu’il évoque les TO7 du plan calcul ? Qui n’a pas chez lui, dans sa cave, un vieil exemplaire d’un minitel qui fonctionnerait si un serveur était au bout ? Qui n’aura pas conservé un petit terminal Bibop de France Télécom dont l’expérience ruineuse aura fait bondir la Cour des Comptes ? Plus proche de nous, qui peut avoir oublié les grandes avancées technologies insufflées par le gouvernement Fillon en 2008, pour aller chercher de la croissance avec les dents numériques ? Qui pourrait passer sous silence la réussite extraordinaire de Frédéric Mitterrand en 2010 avec son plan d’action en faveur du jeu vidéo qui a connu ensuite une croissance fulgurante en France ? Ou qui aurait pu oublier le passage tonitruant de Eric Besson à l’économie numérique entre 2010 et 2012 et le bouillonnement numérique qui en aura résulté ?

Oui, je sais, l’historique des ratages est cruel, mais il permet de conserver à l’esprit une chose évidente : on est en train de mettre en place un nouveau bidouillage gouvernemental qui aboutira, comme tous les autres, à la même bouillie vague et froide, composée pour trois-quarts d’argent public dépensé n’importe comment, d’une pincée de vœux pieux et de cette solide dose de médiocrité moyenne qui permettra de reléguer l’expérimentation au rang de vague souvenir honteux après une soirée trop arrosée.

Logo HADOPI : haute autorité destinée à observer les petits internautesEt le plus beau, c’est que pendant que Fleur lance ses trucs et ses machins, elle ne s’est toujours pas occupée d’arrêter les autres tuyaux d’arrosage public qui débitent toujours autant à droite et à gauche, au premier rang desquels on trouve bien sûr la HADOPI, cette excroissance sarkozienne tumescente dont une gauche empêtrée dans son incompétence n’arrive toujours pas à se débarrasser.

On apprend en effet qu’après moult atermoiements ridicules et même en tenant compte des résultats nanométriques de la Hototorité, il n’est toujours pas à l’ordre du jour de sucrer purement et simplement l’entité qui a pourtant largement démontré sa capacité de nuisance en terme d’argent public. Le seul succès de HADOPI, c’est dans la neutralité du net : tout le monde s’accorde en effet pour noter la totale absence d’impact de son existence même. Conclusion logique ? Il faut adosser le coûteux bidule au CSA, pardi ! Et pour ce qui est de la mission, elle restera identique, à base de gros yeux d’abord (e-mail d’avertissement), puis de mot aux parents (lettre recommandée) et enfin, d’une déconnexion ah non impossible disons d’une amende de 60€, et oui c’est du grand n’importe quoi mais on ne change pas une équipe qui perd (de l’argent).

Non, décidément, Fleur n’a pas le temps de s’occuper de la HADOPI, petite boule d’épines douloureuses et sans intérêt. Mieux vaut plutôt évoquer en séance, à l’Assemblée Nationale, un nouveau projet de loi sur le numérique, parce que la French Tech, ça ne suffit pas. Quand je vous ai parlé d’agitation sporadique, je n’exagérais pas.

Il faut lire les débats, suscités par la ministre déléguée des lois sur les intertubes et les bidules numériques qui font pouic, qui ont eu lieu à la chambre basse sur la protection de la vie privée sur internet ; c’est à leur lecture qu’on découvre toute l’ampleur de l’hypocrisie galopante de nos élus et la duplicité lamentable de l’État et de ses représentants en la matière.

On peut ainsi remarquer la décontraction avec laquelle les uns et les autres évoquent le cas Snowden pour louer le courage de l’homme et l’impérative nécessité d’avoir, dans nos démocraties, ce genre de lanceurs d’alerte pour éviter de laisser l’État seul à ses turpitudes sécuritaires ; pourtant, aucun de ces élus n’avait moufté lorsque la France, phare du monde moderne, patrie des Droits de l’Homme entre midi et deux les jours fériés, avait refusé de l’accueillir sur son sol. Aucun de nos ministres, aucun de ces députés ou de ces sénateurs qui bougent maintenant vigoureusement leurs petites lèvres pour exprimer vivement leur amour de la liberté d’expression n’avaient à l’époque émis des protestations lorsque la France avait fait dérouter l’avion du Bolivien Evo Morales soupçonné d’emporter Snowden à son bord ; pourtant, alors que la bourde diplomatique méritait à elle seule une véritable bronca, la France tant vantée par le discours actuel de ces hypocrites serait certainement sortie grandie d’avoir offert l’asile Snowden.

Comment ne pas sourire, désabusé, de lire que nos députés comprennent bien que certains utilisent les menaces terroristes pour accroître la société de surveillance étatique généralisée, de lire qu’ils s’élèvent doucement contre cet état de fait et qu’ils dénoncent les démagogues qui fournissent « les excuses habituelles pour justifier une surveillance totale », et comment ne pas se rappeler que tant d’entre eux n’ont pas pipé un mot lorsque l’article 20 de la récente loi de Programmation militaire est passée, comme une lettre à la poste ?

Alors, lorsque Fleur nous explique, dans un exposé extrêmement flou et farci de concepts creux, qu’il nous faut une nouvelle loi numérique pour lutter contre les pédonazis, assurer la neutralité du net, aider les entrepreneurs, pour susciter l’innovation, pour alléger les tracasseries administratives et resynchroniser la France avec le 21ème siècle, l’avalanche de niaiseries, les hypocrisies et les foutages de gueule précédents reviennent tous simultanément et déclenchent une fermeture étanche des sphincters avant l’inévitable plongée en eaux troubles qui se prépare manifestement.

Ne vous y trompez pas : chaque intervention d’un ministre dans le domaine s’est systématiquement traduite par une bordée de LOL, une avalanche de Facepalms, et une (grosse) dépense publique inutile. Le « track-record » de Fleur Pellerin n’échappe pas à la règle et on sait déjà que tous ces foutages de gueule se termineront par des finances appauvries, des libertés amoindries et des occasions manquées.

Quand comprendront-ils donc tous que nous n’attendons qu’une chose : qu’ils arrêtent d’y mettre les doigts ? Qu’ils s’en tiennent loin, aussi loin que possible ?

cat facepalm
—-
Sur le web