Extrait de La tyrannie fiscale, le dernier livre de Pascal Salin

Pascal Salin a choisi pour l’Institut Coppet un extrait de son dernier livre, paru chez Odile Jacob. Le voici, avant une présentation approfondie par Stéphane Couvreur et l’Institut Coppet.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La Tyrannie Fiscale Pascal Salin (crédits : Odile Jacob, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Extrait de La tyrannie fiscale, le dernier livre de Pascal Salin

Publié le 20 janvier 2014
- A +

Pascal Salin, La Tyrannie fiscale, Odile Jacob, 2014.

La Tyrannie Fiscale Pascal SalinPour bien voir le rôle désincitatif de la plupart des impôts, effectuons les deux comparaisons suivantes.

Comparons tout d’abord un « impôt de capitation » et un impôt proportionnel au revenu. Un impôt de capitation est un impôt dont le montant est fixe et identique pour tous les contribuables, quelles que soient leurs caractéristiques, que leurs revenus soient faibles ou importants. Imaginons donc qu’un État décide tout d’un coup d’imposer un impôt de ce type aux citoyens. Quelle peut être la réaction d’un contribuable à la création de cet impôt ? Celui-ci représente évidemment un prélèvement – obligatoire – sur ses ressources. Pour pouvoir le payer, il va nécessairement être obligé d’accroître ses efforts productifs et/ou de diminuer sa consommation de biens et services. Dans les deux cas, son niveau de satisfaction en est diminué puisqu’il doit renoncer à consommer certains biens et services ou renoncer à une partie de ses loisirs pour travailler davantage. Les choix faits par les différents membres d’une société seront très probablement différents, mais on peut penser qu’en moyenne il y aura à la fois une augmentation de la production et une diminution de la consommation.

Un impôt proportionnel au revenu a une tout autre conséquence.

Si on suppose, en effet, qu’un État crée tout d’un coup un impôt proportionnel sur le revenu, cela va modifier l’arbitrage fait par un individu entre le travail et le loisir puisque le rendement du travail en est diminué. Il y aura donc, normalement, une diminution des efforts productifs et donc du revenu, mais cela aura aussi une incidence sur l’épargne. En effet, épargner c’est renoncer à une consommation présente et donc à une satisfaction présente. On sera d’autant plus incité à accepter ce sacrifice que son rendement futur sera plus grand, mais si on sait qu’un impôt sur le revenu viendra réduire le rendement de l’épargne, l’incitation à épargner en sera diminuée. Il en résulte donc une moindre accumulation de capital et une moins forte croissance économique. L’impôt proportionnel sur le revenu diminue donc l’incitation à produire un revenu dans le présent et le futur.

Le second exemple consiste à comparer deux systèmes d’assurance- maladie et il est assez semblable au précédent. Dans le système français actuel dit de la « Sécurité sociale » – qu’il serait plus exact d’appeler « Sécurité individuelle socialisée » –, les cotisations d’assurance sont proportionnelles au revenu. Comme précédemment, il y a donc une destruction des incitations productives (incitation à travailler, à innover, à entreprendre, à épargner ou à investir) et cette destruction des incitations productives est évidemment d’autant plus marquée que les taux des cotisations sont plus élevés. Cette situation résulte du fait que le système de Sécurité sociale constitue un monopole public et que l’État a décidé ce mode de financement particulier et obligatoire. Il en irait tout autrement dans un système d’assurance privée. Les cotisations ne seraient pas proportionnelles au revenu, mais aux risques. Dans ce cas, comme dans le cas de l’impôt de capitation, l’assuré (volontaire) serait incité à faire des efforts productifs pour pouvoir payer son assurance et il serait d’autant plus incité à agir ainsi qu’il souhaiterait bénéficier d’une couverture plus étendue. C’est lui, au demeurant, qui choisirait le type d’assurance qu’il désirerait et le moyen de la financer.

Pascal Salin, La Tyrannie fiscale, Odile Jacob, 2014.

Sur le même sujet : De la tyrannie fiscale en France, Marc Suivre

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Commençons par supprimer le budget des retraites de l’éducation supérieure… ce qui aura pour effet de mettre Pascal Salin, professeur émérite des universités, sur la paille. Ah mais.

  • quelques commentaires.

    1. Je m’étonne des erreurs grossières de P. Salin qui conjugue : baisse de la consommation et hausse de la production. En effet, qu’on soit classique ou néoclassique, orthodoxe ou hétérodoxe, conjugué les deux est impossible. Moins de consommation entraîne nécessairement moins de production, une entreprise ne va pas produire des biens s’ils ne sont pas consommés !

    2. le rendement du travail est diminué par un impôt proportionnel ? Curieux raisonnement. Prenons un impôt de 20% du revenu. Je gagne 100, je paie 20, je gagne 200 parce que j’ai travaillé 2 fois plus je paie 40. Dans le premier cas, le rendement de mon travail est de 80%, dans le second il est de 80% ! Et encore c’est faire l’hypothèse que le revenu est uniquement lié à la quantité de travail.

    Ce n’est pas faire honneur à P. Salin de citer un tel passage…..

    • Lionel37
      Je pense que P. Salin distingue la consommation de l’investissement et que ce décalage entre la hausse de la production et la baisse de la consommation signifie qu’en réalité, c’est la production de biens d’investissement qui augmenterait (machines, immeubles, etc.) tandis que la production de biens de consommation diminuerait temporairement.

      • sauf qu’on investit pour à terme produire et que cette production soit consommée ! Si la consommation baisse, quel intérêt d’acheter des machines qui ne serviront pas ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

Un entretien avec Pascal Salin publié par Brussels Reports

Pascal Salin (né en 1939) est un économiste français bien connu, professeur émérite à l’Université de Paris-Dauphine et spécialiste de finance publique et d’économie monétaire. Il a été président de la Société du Mont-Pèlerin (de 1994 à 1996), qui est le réseau international d’universitaires faisant la promotion de la liberté d’entreprendre et des libertés individuelles le plus prestigieux. En 2014 il a publié un nouveau livre intitulé La tyrannie fiscale, qui met en évidence l... Poursuivre la lecture

Parmi les quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron pour le Grand débat national nous voudrions évoquer un certain nombre de problèmes qui nous paraissent particulièrement importants et qui se trouvent concerner les deux premiers thèmes (fiscalité et organisation de l'État).

Le débat sur la fiscalité est à l'ordre du jour et l'on peut d'ailleurs considérer comme positif qu'il y ait une prise de conscience des excès de la fiscalité française et de ses effets destructeurs. Comme on le sait bien, la France bat – malheureusement – un reco... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles