Bitcoin : plus qu’une monnaie, un potentiel d’innovation

Tour d’horizon du phénomène Bitcoin pour mieux comprendre les enjeux qu’il soulève, ses avantages et ses handicaps à surmonter.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bitcoin (Crédits : Antanacoins, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bitcoin : plus qu’une monnaie, un potentiel d’innovation

Publié le 16 janvier 2014
- A +

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec.
Un article de l’Institut économique de Montréal.

Bitcoin (Crédits : Antanacoins, licence Creative Commons)

La monnaie numérique Bitcoin attire régulièrement l’attention de la presse financière depuis quelques mois. Vendu pour une fraction d’un cent américain à ses débuts en 2009, le bitcoin a vu sa valeur surpasser les mille dollars américains à l’automne 2013 sur les marchés, pour ensuite chuter en décembre. Son prix fluctue énormément, au gré des nouvelles innovations mais aussi des décisions positives ou négatives des gouvernements et des banques centrales concernant son utilisation. Le système Bitcoin est-il là pour rester et pour faire partie intégrante de notre vie économique ?

Quelle que soit l’issue de cette expérience particulière, les innovations rendues possibles par les nouvelles technologies de l’information ont le potentiel de révolutionner les questions monétaires et financières. Cet article propose donc un survol du phénomène Bitcoin pour mieux comprendre les enjeux qu’il soulève.

Qu’est-ce que Bitcoin ?

Bitcoin est à la fois un système de paiement et une monnaie1. Cette dernière est créée électroniquement et échangée entre utilisateurs sans avoir recours à un intermédiaire financier. En téléchargeant un logiciel gratuit (ou une application dans le cas d’un appareil mobile), un utilisateur acquiert un porte-monnaie personnel qui lui permet d’acheter, d’envoyer et de recevoir des bitcoins. Chaque porte-monnaie possède une adresse distincte alphanumérique, un peu comme un compte bancaire. Chaque transaction, que ce soit un paiement pour des biens ou services, l’achat de bitcoins sur une place d’échange ou simplement le transfert de bitcoins entre deux personnes, est protégée par une signature cryptographique (une clé privée associée à chaque porte-monnaie). Au besoin, la transaction se fait de façon quasi anonyme2.

Ce qui distingue principalement les bitcoins des monnaies traditionnelles, c’est qu’ils sont créés et échangés sur un réseau décentralisé qui n’appartient à personne en particulier. Comme dans le cas du partage de fichiers musicaux ou de films, Bitcoin utilise un protocole de transfert de données de pair à pair. Le bon fonctionnement du réseau n’est donc pas confié à une autorité quelconque, mais repose plutôt sur la fiabilité de son protocole cryptographique. Celui-ci renferme des procédés qui visent à empêcher quiconque de dépenser les fonds d’un autre utilisateur ou de dépenser deux fois le même bitcoin, ainsi qu’à s’assurer que les nouveaux bitcoins sont créés selon les règles du système.

Concrètement, ces caractéristiques — réseau décentralisé et sécurité cryptographique — font que l’utilisateur n’a pas à remplir des formulaires contenant des informations personnelles, ou à payer des frais de transactions à une tierce partie pour que celle-ci traite le paiement (comme c’est le cas de transactions avec des entreprises comme Visa ou PayPal, par exemple).

Cela ne fait pas pour autant de Bitcoin un système opaque. À certains égards, il est même plus transparent que le système monétaire actuel. Au cœur de Bitcoin se trouve la « chaîne de blocs », soit un registre accessible publiquement sur Internet dans lequel sont regroupées chronologiquement toutes les transactions effectuées dans le réseau depuis ses débuts. Pour qu’une transaction soit incluse dans la chaîne de blocs, elle doit d’abord être validée, ce qui nécessite de résoudre un problème mathématique complexe.

C’est ici qu’entrent en jeu les « mineurs », généralement des technophiles provenant des quatre coins de la planète équipés de matériel informatique performant. Ceux-ci valident les transactions et s’assurent que la chaîne de blocs est valide et complète à chaque instant. Ils sont récompensés pour leurs services par l’octroi des bitcoins nouvellement créés3 et par la perception de frais minimes pour les transactions qu’ils confirment.

Cette activité est appelée « minage » (mining) par analogie à l’extraction de métaux rares. Le protocole Bitcoin est conçu de façon à ce que les nouveaux bitcoins soient créés à un rythme fixe et décroissant au fil du temps, jusqu’à ce que l’émission de nouvelles unités monétaires s’arrête complètement lorsque 21 millions de bitcoins seront en circulation4.

À ce titre, Bitcoin peut être vu comme une solution de rechange aux monnaies nationales qui subissent une dépréciation constante dans les pays où la banque centrale a tendance à augmenter continuellement la masse monétaire. Il peut également servir d’outil de protection face à la possibilité qu’un gouvernement impose un contrôle des capitaux, puisque Bitcoin ne peut être contrôlé par aucun gouvernement.

Le bitcoin, une « monnaie courante » ?

Bitcoin a-t-il le potentiel de devenir une forme de monnaie que l’on utilise à grande échelle dans nos échanges de tous les jours, au même titre que le dollar canadien ? De façon générale, une monnaie consiste en un actif utilisé régulièrement pour acheter des biens et services. La valeur d’une monnaie dépend donc de l’utilité que les gens lui confèrent. Et cette utilité dépend à son tour de la confiance des utilisateurs envers la monnaie et de l’adoption de celle-ci par un grand nombre de consommateurs, épargnants et commerçants.

Or, les bitcoins sont acceptés comme monnaie par un nombre grandissant de commerces et d’entreprises de toute sorte, des hôtels et restaurants en Europe à une clinique de correction des yeux au laser au Colorado. Une université à Chypre accepte que les étudiants payent leurs frais de scolarité en bitcoins. Et des guichets automatiques distribuant et acceptant des bitcoins en échange d’argent liquide sont maintenant en service à quelques endroits sur la planète, dont Vancouver.

L’utilisation des bitcoins demeure tout de même marginale par rapport aux monnaies comme le dollar américain ou l’euro. Les récents développements laissent cependant croire que cette utilisation est appelée à grandir. En particulier, le nombre de commerces acceptant les bitcoins et le nombre de transactions effectuées sur l’un des principaux sites de traitement ont tous les deux plus ou moins doublé pendant le mois de novembre 20135. Le nombre d’utilisateurs du porte-monnaie Bitcoin My Wallet, l’un des plus populaires au monde, a quant à lui été multiplié par dix durant l’année 2013.

Une des principales raisons de l’usage grandissant de Bitcoin par les commerces et les consommateurs est qu’il permet de réduire les coûts de transaction. Les banques, sociétés de cartes de crédit ou services de paiements en ligne facturent des frais aux commerçants qui offrent à leurs clients de payer par carte de débit ou crédit, ou avec leur compte PayPal. Une partie de ces frais est généralement refilée aux clients sous forme de hausse de prix des produits et services. L’utilisation de bitcoins peut donc permettre à certaines entreprises, plus touchées par ce type de coûts, de les réduire.

Le transfert d’argent international (par exemple, les versements effectués par des travailleurs étrangers à leur famille vivant toujours dans leur pays d’origine), où les frais de transaction sont relativement élevés, est aussi une avenue prometteuse pour Bitcoin, selon plusieurs spécialistes6. L’usage de bitcoins a donc le potentiel de bonifier l’offre de services financiers dans la mesure où les frais de transactions demeureront bas et les délais de confirmation de ces transactions resteront courts.

Par contre, Bitcoin comporte aussi des désavantages sur le plan commercial. Notamment, il peut être difficile — voire impossible — d’obtenir un recours en cas de fraude, car les transactions sont irréversibles une fois confirmées dans la chaîne de blocs (à moins que la personne avec qui vous transigez accepte de vous rembourser)7. Toutefois, la force de Bitcoin étant qu’il est une plateforme technologique sur laquelle plusieurs nouvelles applications peuvent se greffer, on peut s’attendre à ce que divers services de protection des consommateurs soient offerts par des entreprises technologiques dans un futur rapproché8.

Un exemple récent de ce type d’innovations a permis de minimiser les problèmes liés à la grande volatilité actuelle de la valeur des bitcoins. Celle-ci a nui jusqu’ici à leur adoption par les commerçants, qui craignent d’accepter des paiements en bitcoins et de voir ensuite leur valeur diminuer de façon importante quelques minutes ou quelques heures après la transaction. Plusieurs entreprises offrent maintenant aux commerçants de faciliter l’usage des bitcoins pour leurs transactions et de leur garantir un taux de conversion en dollars américains, moyennant un frais minime9.

Ce genre d’innovations, bâties sur le protocole Bitcoin, peut aussi s’avérer prometteur pour les banques et le secteur de la finance en général. Grâce à son caractère novateur, l’infrastructure de Bitcoin pourrait servir de plateforme technologique aux marchés des actions, de l’assurance ou de tout autre produit ou service bancaire. Ceci ouvre donc la porte à de nombreuses possibilités dont peuvent profiter les institutions financières pour améliorer leur offre de produits10. Dans les mots d’un économiste de la Réserve fédérale américaine, Bitcoin « représente un accomplissement conceptuel et technique remarquable, qui pourrait bien être utilisé par les institutions financières en place (…) ou par le gouvernement lui-même »11.

Des handicaps à surmonter

Malgré ses nombreux avantages, Bitcoin souffre de quelques handicaps majeurs qui nuisent toujours à son développement.

La facilité avec laquelle on peut effectuer des transactions de façon quasi anonyme avec des bitcoins permet des activités illégales comme la fraude et le blanchiment d’argent. En octobre 2013, le FBI a par exemple fermé le marché de vente de produits illicites Silk Road, qui utilisait Bitcoin comme moyen de paiement. Bitcoin peut aussi servir à l’évasion fiscale si les transactions ne sont pas déclarées au fisc. Enfin, les utilisateurs ne sont pas entièrement à l’abri des pirates informatiques et du vol électronique.

Il importe toutefois de souligner que ces risques ne sont pas si différents de ceux associés à l’argent sonnant — qui demeure d’ailleurs plus anonyme que Bitcoin — ou aux cartes de crédit. Il importe aussi de relativiser l’ampleur des actions potentiellement illégales effectuées avec l’aide de bitcoins, par exemple en comparant celles-ci avec l’économie souterraine en général, qu’on estime à environ 2000 milliards de dollars aux États-Unis12.

Lors des récentes audiences sénatoriales au sujet des monnaies virtuelles, un représentant des services secrets américains a minimisé l’importance de l’utilisation de bitcoins à des fins criminelles, affirmant que « dans le cadre de nos enquêtes, nous constatons que les cybercriminels d’envergure internationale n’ont pas, de façon générale, bifurqué vers les monnaies cryptographiques comme Bitcoin »13. Ce qui ne veut pas dire pour autant que cette tendance n’ira pas en augmentant.

La volatilité de la valeur des bitcoins entraîne également des coûts et des risques. Cette volatilité aura toutefois tendance à diminuer à mesure que l’usage des bitcoins en tant que monnaie d’échange se répandra, ce qui réduira la capacité d’un petit nombre d’acteurs d’influer sur leur cours.

Enfin, et de façon plus cruciale, Bitcoin œuvre en ce moment à l’intérieur d’une zone grise d’un point de vue juridique. Plusieurs banques centrales, comme celle de Chine et de France, ont exprimé de sérieuses réserves à son endroit. Dans d’autres pays, les autorités ont fait preuve de plus d’ouverture. En Allemagne, par exemple, le gouvernement a officiellement reconnu Bitcoin comme une monnaie privée, donc légitime et soumise aux lois fiscales14. Revenu Canada, la seule autorité gouvernementale canadienne à s’être penchée officiellement sur Bitcoin, n’a émis qu’un court communiqué à l’effet qu’il considérait les bitcoins comme de simples biens échangés dans un système de troc, et non comme une monnaie ou un actif financier. Autrement dit, le Canada n’a pas encore officiellement pris de position détaillée dans ce dossier15.

Pour que le développement de Bitcoin se poursuive, un cadre juridique et réglementaire approprié devra être adopté pour mitiger les risques et craintes qui demeurent présents16. Un tel cadre pourrait renforcer la confiance des consommateurs, commerçants et investisseurs dans Bitcoin, et favoriser ainsi son usage à grande échelle.


Sur le web.

  1. On attribue la paternité de Bitcoin à un individu ou groupe qui se présentait sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, mais sa réelle identité n’a jamais été confirmée. Il a publié en 2008 un document décrivant le protocole Bitcoin.
  2. Bien que l’anonymat puisse être renforcé par une série de mesures que l’utilisateur peut prendre, il ne sera jamais complet. Des chercheurs d’une université suisse ont démontré, à l’aide d’une simulation, que le profil d’environ 40% des usagers pouvait être découvert même si ceux-ci adoptaient les mesures de confidentialité recommandées par la communauté Bitcoin. Voir Elli Androulaki et. al., « Evaluating User Privacy in Bitcoin », Lecture Notes in Computer Science, vol. 7859, 2013, p. 34.
  3. Le nombre total de bitcoins augmente d’une quantité préétablie chaque fois qu’un bloc est ajouté à la chaîne de blocs. Ces nouveaux bitcoins sont donnés à ceux qui résolvent les problèmes mathématiques associés. Voir Maria A. Arias and Yongseok Shin, « There Are Two Sides to Every Coin—Even to the Bitcoin, a Virtual Currency », The Regional Economist, Réserve fédérale de St-Louis, octobre 2013, p. 1.
  4. Il y avait, en date du 6 décembre 2013, plus de 12 millions de bitcoins en circulation selon le site Bitcoinscharts.com.
  5. Joon Ian Wong, « CoinMap: Bitcoin-Accepting Merchants Increased 81% in November », Coindesk, 28 novembre 2013; Joon Ian Wong, « BitPay Sees 6,260% Increase in Bitcoin Black Friday Sales », Coindesk, 3 décembre 2013.
  6. C’est le cas notamment de l’analyste David Woo, chez Bank of America Merrill Lynch. Voir Joe Weisenthal, « This Is, Quite Simply, The Biggest Endorsement That Bitcoin Has Ever Received », Business Insider, 5 décembre 2013.
  7. Une étude du Mouvement Desjardins note que « si les frais de compte, de change et de transaction sont faibles avec les cryptomonnaies, c’est notamment parce qu’il n’existe pas de protection et de recours en cas de préjudice pour les utilisateurs. Dans le système monétaire traditionnel, plusieurs composantes œuvrent à la protection des citoyens, mais ces structures ont un coût ». Hendrix Vachon, « Les limites des monnaies du type bitcoin », Études économiques, Mouvement des caisses Desjardins, 21 novembre 2013, p. 4.
  8. Une nouvelle entreprise, Bitrated, lançait déjà ce type de service en décembre 2013. Vitalik Buterin, « Bitrated: You Can No Longer Say Bitcoin Has No Consumer Protection », BITCOIN Magazine, 10 décembre 2013.
  9. L’entreprise Bitpay, entre autres, affirme sur son site Web fournir ce service auprès de plus de 12 000 commerçants et organismes de charité (en date de décembre 2013).
  10. Jerry Brito et Andrea Castillo, Bitcoin: A Primer for Policymakers, Mercatus Center at George Mason University, 2013, p. 16
  11. François Velde, « Bitcoin: A Primer », Chicago Fed Letter, Réserve fédérale de Chicago, décembre 2013, p. 4.
  12. Richard Cebula et Edgar L. Feige, « America’s Underground Economy: Measuring the Size, Growth and Determinants of Income Tax Evasion in the U.S. », MPRA Paper No. 29672, University Library of Munich, 2011, p. 17.
  13. Témoignage d’Edward Lowery, agent spécial des services secrets américains, devant le comité sénatorial sur les monnaies virtuelles, 18 novembre 2013.
  14. « Germany lends real value to bitcoin virtual money », Deutsche Welle, 22 août 2013.
  15. Agence de revenu du Canada, « Que devez-vous savoir à propos de la monnaie numérique? », Communiqué de presse, 5 novembre 2013.
  16. L’IEDM se penchera plus en profondeur sur ces enjeux dans le cadre d’un Cahier de recherche à être publié d’ici l’automne 2014.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • article bien utile pour ceux qui n’y connaissent rien, comme moi. merci !

    quand on voit les commissions qui sont prise par les banques pour des virements à l’etranger, notament, l’interet de se genre de monnaie, ou paiement est évident…

  • Bitcoin un rempart contre le socialisme?Je l’espère de plus en plus…

  • « Ils sont récompensés pour leurs services par l’octroi des bitcoins nouvellement créés »

    Ainsi, creer un bitcoin rapporte un bitcoin a son createur… Quand je lis ensuite que les couts de transaction sont faibles, je me demande pour qui? Creer des billets de banque coute beaucoup moins cher que la valeur dudit billet mais en aucun cas le montant imprime correspond au profit de l’emetteur : il cree une dette envers sa contrepartie.
    Le cote pervers et joliment malefique de l’inventeur du bitcoin est encore renforce par le fait que tout detenteur de bitcoins a interet a ce que sa « valeur » monte. Pour accentuer le phenomene, la methode de creation decroissante et limitee a 21 millions fait augmenter la valeur « percue ». Et plus il y aura de gogos dans le systeme, plus il y aura de detenteurs de bitcoins pour en faire l’apologie.

    N’oubliez pas qu’apres avoir amasse un nombre de bitcoins qui lui a paru suffisant, son inventeur a disparu sans laisser de traces…

    • @dede :
      La rémunération des mineurs est importante et saine car elle permet de rendre le système stable. Sinon qui voudrait dépenser son électricité en calculs pour vérifier les transactions ?
      Côté pervers et maléfique ? N importe qui détenant une monnaie et qui parie sur sa hausse espère que sa valeur monte ! C est une tautologie !
      Concernant le créateur il n est pas arrivé puis reparti ! Personne n a jamais su qui il était, depuis le début !

    • Le mineur n’est pas un créateur, il est le mécanicien qui fait marcher la machine. Dans un système stable, il est payé par le seigneuriage, c’est-à-dire par l’inflation de la masse monétaire plus rapide que celle des richesses qu’elle permet de se procurer, et par les contributions volontaires que certains « clients » lui offrent pour bénéficier d’un service amélioré, en l’occurrence plus rapide. L’inflation du bitcoin étant limitée par construction, et la valeur du bitcoin étant actuellement en croissance, cette rémunération ne se fait nullement au détriment des détenteurs de bitcoins, et cela ne devrait pas changer dans un avenir prévisible.

      Les monnaies fiat sont des titres de créances négociables, et en pratique leurs utilisateurs oublient ou négligent qu’il s’agit de créances des plus douteuses : l’état ne vous donnera pas l’or de ses coffres ou les bâtiments nationaux si vous lui demandez le remboursement de vos euros, il vous rira au nez. Les monnaies fiat vivent donc dans cette ambiguïté : officiellement, leur valeur vient de la garantie de l’émetteur, en pratique cette garantie ne vaut rien, et elles sont fiduciaires, leur valeur vient de la foi au sein d’une communauté que chacun l’acceptera pour sa valeur nominale indépendamment de la capacité de l’émetteur à la rembourser.
      Le bitcoin pousse le raisonnement jusqu’au bout : puisque seul l’aspect fiduciaire compte, libérons-nous de l’émetteur, faisons des monnaies fondées exclusivement sur la confiance entre membres de la communauté qui les utilise, et pour cela rendons les infalsifiables et « incontrôlables » par une entité qui poursuivrait ses propres visées.
      Dans la communauté des utilisateurs, tout le monde en détient un peu, et a donc intérêt à ce que sa valeur monte, puisque ça ne se fait qu’au détriment des extérieurs à cette communauté, et que ça ne gêne en rien les échanges. Du dehors, on voit que les membres de notre communauté prospèrent au détriment de l’extérieur. La morale est simple : arrêtez de nous jalouser et de vous plaindre, rejoignez-nous, l’entrée vous est ouverte et il fait bon ici.

    • Alors vous, lm, vous avez vraiment rien compris au bitcoin, ni à la monnaie en général, d’ailleurs.

      « Ainsi, creer un bitcoin rapporte un bitcoin a son createur… »

      Non. Cela rapporte une fraction de bitcoin. Il s’agit d’une rémunération pour un service, qui est le traitement s’une transaction.

       » Quand je lis ensuite que les couts de transaction sont faibles, je me demande pour qui? »

      Par définition, pour les personnes impliquées dans la transaction. Comme il n’y a pas d’intermédiaire, les couts de transaction sont faible. Point.

      « Creer des billets de banque coute beaucoup moins cher que la valeur dudit billet mais en aucun cas le montant imprime correspond au profit de l’emetteur : il cree une dette envers sa contrepartie. »

      Faux. Le billet imprimé augmente la masse monétaire, et tend à faire baisser la valeur de chaque billet en circulation, si la valeur totale est inchangée.

      « Le cote pervers et joliment malefique de l’inventeur du bitcoin est encore renforce par le fait que tout detenteur de bitcoins a interet a ce que sa « valeur » monte. »

      Tout détenteur d’euros à interêt aussi à ce que la valeur de l’euro monte. Qu’est-ce que ça prouve.

      Pour accentuer le phenomene, la methode de creation decroissante et limitee a 21 millions fait augmenter la valeur « percue ». »

      La limite à 21 Millions permet surtout de s’assurer que la monnaie ne subira pas d’inflation, sinon au cours de sa création (qui n’est pas encore terminée). Cela aura pour effet une monnaie déflationniste à terme, Donc intéressante pour de l’épargne puisque la valeur de chaque Bitcoin aura tendance à augmenter.

      « Et plus il y aura de gogos dans le systeme, plus il y aura de detenteurs de bitcoins pour en faire l’apologie. »

      Si vous voulez faire passer le Bitcoin pour une chaîne de Ponzi, il va en falloir un peu plus que ça.

  • « il y a aussi un intérêt en tant que tel effectivement, qui n’est pas celui qu’on souhaite, outre un aspect purement libertarien, sur lequel je ne m’étend pas mais qui est effectivement d’un intérêt pour des personnes qui ont des choses a cacher. Ce qui n’est pas quelque chose qui nous parait générer des externalités positives évidement. »

    Delphine d’Amarzit, questions liminaires a la commission bitcoin

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
cryptomonnaies
3
Sauvegarder cet article

Par Liz Wolfe. Un article de Reason

Le monde des crypto-monnaies a pris une raclée la semaine dernière. Le prix du bitcoin est tombé à des niveaux jamais vus depuis 2020 ; Coinbase, la plus grande bourse de crypto-monnaies, a vu son action s'effondrer ; et un stablecoin important appelé Terra, ainsi que sa crypto-monnaie associée, Luna, se sont effondrés.

En réponse, les opposants aux crypto-monnaies se sont emparé de Twitter pour danser sur la tombe du bitcoin, et les subreddits qui étaient auparavant remplis de célébrations... Poursuivre la lecture

Par Gérard Dréan.

Sur la chaîne américaine CNBC, Nassim Nicholas Taleb, le célébrissime auteur du livre Black Swan, s’en est récemment pris au bitcoin, et à travers lui aux cryptomonnaies en général, en déclarant :

Ça a toutes les caractéristiques d’un schéma de Ponzi. Tout le monde sait que c’est un Ponzi.

Les critiques de Taleb

Eh bien non. Malgré tout le respect que j’ai pour Taleb, moi je ne le sais pas. D’ailleurs je me méfie toujours quand quelqu’un dit « tout le monde sait que… » En général, c’est qu’on n’a pas de ... Poursuivre la lecture

Loin de nous l’idée d’être des profiteurs de guerre. La guerre en Ukraine est évidemment dramatique humainement. Mais elle a dans le même temps des répercussions économiques et financières. Aussi, de nombreux ménages s’inquiètent pour leur épargne et les valeurs refuge (or notamment) attirent de nouveau. Dans quoi investir dans ce contexte de crise ukrainienne ? Certains placements sont-ils meilleurs que d’autres pour investir son épargne en 2022 ?

L’or : toujours une valeur refuge ?

En période de crise, on pense tout de suite à l’or e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles