Filippetti, le fascisme à la portée des caniches

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Aurélie Filippetti en avril 2012

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Filippetti, le fascisme à la portée des caniches

Publié le 14 janvier 2014
- A +

Parce que maintenant, en France, le Politiquement Sain, Propre et Bon a gagné, parce qu’il doit absolument écraser de sa botte virile les petits cancrelats qui ne sont ni bons, ni sains, parce que nos élites savent maintenant ce qui est bon pour le peuple et qu’ils en ont assez que ce dernier s’avachisse dans des savoirs alternatifs, interlopes, ou douteux, et parce que la censure a posteriori ne suffit plus, Filippetti, la piètre excuse en charge du Ministère de la Culture, a décidé de sortir de son silence.

Elle n’aurait peut-être pas dû ; après tout, un doute sur ses motivations intellectuelles pouvait subsister tant qu’elle conservait le silence (et puis, lorsque sa mâchoire est fermée et ses cordes vocales à l’arrêt, rien n’empêche d’imaginer qu’un cerveau fait du crawl entre ses deux oreilles). Mais elle n’a pas pu s’en empêcher. La trop forte pression de paroles idiotes et d’inepties politiques, conjuguée à des concepts rhétoriques mal maîtrisés qui ont fait catalyseur, le tout dans la chaleur torride d’une actualité grotesque auront provoqué une véritable explosion de n’importe quoi bruyant au cours d’une émission télé sur BFTM-TV dont la vidéo, disponible ci-dessous, ne laisse aucun doute sur ce qui s’est produit dans ce studio.

C’est ainsi que vers 6:18, on entend nettement la pauvrette déclarer en évoquant l’interdiction des spectacles quenelliers, je cite en allant me chercher l’éosine pour mes oreilles qui saignent :

« C’est une grande avancée pour la République, c’est une victoire collective de l’État de droit. »

Jeune : la loppsi te protège contre les pedonazisMais bien sûr. C’est aussi une déroute en rase campagne de la réflexion individuelle. C’est une défaite de ceux qui pensaient que les gens sont assez intelligents pour se faire une opinion par eux-mêmes. C’est une branlée mémorable de ceux qui croyaient encore les politiciens capables d’indépendance tant est flagrante la soumission d’Orélifilipéti, l’onomatopée attribuée actuellement à la Culture, aux âneries de Valls, elle qui se comporte ici comme une véritable voiture balai du cortège hurlant du ministre de l’Intérieur en chasse contre les nazis d’internet.

Par la suite, comme elle était bien lancée et qu’elle devait absolument combler le vide intersidéral de sa pensée par l’émission intempestive de sons en rapport vague avec le contexte, elle a continué en disant (7:00) :

« Une idéologie abjecte, le négationnisme, n’a pas de droit de cité dans notre pays. Cet encadrement de la liberté d’expression en y mettant une frontière qui est justement celle de la négation de crimes contre l’humanité, de génocides, a été réaffirmé par le Conseil d’État. »

Tiens, après l’antisémitisme, Dieudonné est maintenant négationniste ? Décidément, moins il fait de spectacles, plus il franchit les limites, dirait-on… Et pour sûr, comme le dit Orélifilipéti, il n’y a rien de mieux que l’encadrement de la liberté d’expression parce que chacun sait que trop de liberté d’expression tue la liberté d’expression. D’ailleurs, plus cette liberté est encadrée, et plus les pays sont libres, comme le montrent régulièrement la Chine, Cuba ou la Corée du Nord qui ont trouvé des moyens plus virils encore que ceux que propose l’Onomatopée. Je passe rapidement sur le fait que pour qu’un délit soit caractérisé, il faut encore qu’il soit commis, ce qui me semble difficile pour une décision prise alors que le spectacle n’avait pas encore eu lieu. Du reste, sentant qu’elle entrait sur le terrain glissant de cette fameuse limitation, elle a bien vite expliqué son point de vue (vers 7:50) :

« La liberté d’expression je la défends, je la promeus… la liberté de création artistique. Mais là, Dieudonné n’est plus un artiste. Ce n’est ni un artiste, ni un martyr. Il a franchi toutes les limites de ce qui est acceptable dans une société démocratique comme la France, qui a vécu pendant la dernière guerre mondiale des événements tragiques et dramatiques. »

Parce qu’Orélifilipéti sait ce qu’est un vrai artiste. Elle le sait très bien puisqu’elle en subventionne des milliers, alors d’abord ! Et elle sait fort bien qu’un artiste, un vrai, un gentil, ça raconte exclusivement des choses qui sont douces aux oreilles du pouvoir. Un artiste, ça ne cherche pas à se mettre à dos les autres, le peuple, en maltraitant une religion par exemple ou en osant un humour impossible avec des thèmes trop lourds de malheur et de signification !

Oh. Wait.

charlie hebdo hitler

Oh. Wait.

piss christ

Oh. Wait.

charlie hebdo dur d etre aime par des cons

Ah oui, je sais, ce n’est pas la même chose parce que vous comprenez… il y a d’un côté les bons artistes humoristes et les mauvais artistes humoristes. Les bons artistes humoristes, ils rigolent certes de tout, mais pas avec tout le monde. Alors ils ont le droit de s’exprimer. Alors qu’en face, les mauvais artistes, là, ils rigolent de tout, hein, mais vraiment de tout, et ils ne le font pas avec tout le monde, si vous voyez ce que je veux dire, hein, n’est-ce pas ? Et c’est pas drôle. Alors que les bons, si.

Vous me suivez ? La liberté d’expression, décidément, ce n’est pas pour tout le monde. Il y a un tri.

Dès lors, Orélifilipéti n’a pas Free mais elle a quand même tout compris : il faudra poursuivre les octets et les bits de l’internet qui ne sont pas orientés comme il faut. Il faudra donc censurer proprement les images intolérables au nom de la dignité humaine parce que voilà. Oui, vous avez bien lu :

« il faut prendre les dispositifs qui sont particuliers au net, et notamment à travers les hébergeurs, pour que cela ne puisse pas se répandre quand il y a des attaques contre la dignité de la personne humaine. »

Rassurez-vous : cette petite excroissance de liberté qui vous permettait, jadis, de juger pour vous-même ce qui est ou non visible par vos propres yeux, cette petite tumeur ridicule qui vous autorisait bêtement à cliquer ou non sur une vidéo que vous soupçonniez d’être un peu indigne sur les bords, ne vous inquiétez pas, Orélifilipéti va l’ablater sans attendre. Une petite excision rapide, et il n’y paraîtra plus et vous vous en porterez mieux, parce qu’Orélifilipéti sait, elle, ce qui est digne ou pas (et pas vous, petit coquin).

Sentez-vous le scandale qui se cache derrière ces paroles, derrière ce suivisme et cette servilité de la minustre derrière celui de l’Intérieur ? Comprenez-vous ce qu’il y a d’aberrant à ce qu’une ministre de la Culture dégoise ainsi avec tant de décontraction d’incroyables ignominies ?

Car elle, ministre de la Culture, devrait se battre pour le droit d’expression. Mais non.

Le ministère de la Culture qui se bat pour la censure, pour la limitation explicite du droit d’expression, ça ne se retrouve que dans les régimes totalitaires ou fascistes. Oui, le constat est là, implacable, sans la moindre ambiguïté : lorsque la Culture s’empresse d’intervenir pour dire ce qu’on a le droit de lire, d’écrire, de voir, d’entendre, c’est qu’on n’est plus dans la culture, mais dans la propagande.

Entendons-nous bien : que le ministère de l’Intérieur fasse cette immondice ne surprend finalement pas ; c’est l’aboutissement triste et banal d’un travail de répression et de contrôle des foules auquel aboutit inévitablement un pouvoir faible qui devient policier, quasiment par obligation. Il est méprisable, mais il s’inscrit malheureusement dans la logique de ce à quoi ce ministère sert habituellement. En revanche, dès lors que ce même travail est entrepris avec application par le ministère de la Culture, on sombre effectivement dans ce que le pouvoir fait de pire : la manipulation ouverte de l’information, la censure instituée non par désir de contrôle des foules (rôle d’une police de la pensée, se plaçant a posteriori) mais comme nécessité pour l’éduquer (rôle d’une formation des esprits, se plaçant a priori).

Fini les pedonazis grâce à la loppsiJe le dis ici : ce pays sombre doucement mais sûrement dans un fascisme qui se cachera derrière tous les pédonazis de l’internet, qui se travestira derrière les pages les plus veloutées de l’antifascisme, qui se parera des beaux discours de la sécurisation d’Internet contre les hordes du Mal, protéiformes et toujours désignées par un gouvernemaman bien renseigné, qui pavera notre enfer de ses meilleures intentions.

Filippetti s’est mise à aboyer servilement derrière un gouvernement dont le ministre de l’Intérieur s’est laissé piéger dans une procédure judiciaire délétère et suicidaire ; ce faisant, elle a emboîté le pas de Valls dans une démarche qui ne pourra conduire le pays qu’à la catastrophe ou la risée ou les deux. Car ou bien nos deux ministres en perdition intellectuelle se rendent compte de la dérive consternante qu’ils ont entraînée, et le rétropédalage promet d’être épique et projettera le pays dans des sommets de ridicule, ou bien ils persistent, s’enfoncent et emmènent tout le monde avec eux vers des contrées malheureusement très connues et pas du tout bisou.

Regardez où va le pays, où ces buses néfastes nous emmènent, ouvrez les yeux : le petit chemin qui sent de moins en moins la noisette termine dans un gouffre.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (47)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (47)
  • Cette Yippie a moitié dégénérée n’est que le résultat d’un univers putréfié par les scories d’un ordre national socialiste dissolu..

  • Il est fou que Dieudo se soit couché comme ça « devant l’Etat de Droit » alors que ça n’en avait ni le goût, ni l’odeur…
    Tu la sens la liberté, Chérie ?

  • Le sociologue Gérard Mermet a présenté ce jour sur France- Infos un sondage que son éditeur a commandité, sur la devise républicaine : Liberté, Egalité, Fraternité.

    Une grosse majorité de Français disent que Egalité et Fraternité sont des concepts très mal respectés en France aujourd’hui.
    Concernant la Liberté, ils sont au contraire une majorité à dire que la liberté est bien respectée en france.

    Donc les libéraux auront beaucoup de mal à convaincre l’opinion que c’est le principe de liberté qu’il faut prioritairement défendre car il est menacé.

  • c’est tout de meme effrayant de voir le nombre de personnages sans aucun interet qui suscite des polemiques dans ce pays…

  • Un Etat de droit ne devrait pas avoir un ministère de la culture . Dès lors que celle-ci est sous la coupe de l’Etat -largement subventionnée-, qu’on crée la catégorie de fonctionnaires du spectacle , il ne faut pas s’étonner .
    Voir le film « La vies des autres » et le conseiller à la ministre , d’urgence!!!

  • Dieudonné n’est que le prétexte à tout ce processus. La marionnette falsifiée que l’on agite devant le peuple pour lui faire comprendre jusqu’où va sa liberté d’expression. La loi sur la programmation militaire ne fera que concrétiser le concept encore à l’essai.

  • Un ministère de la culture est en soi une première opération de censure car pour soutenir ou préserver des bien culturels, matériels ou non, il faut faire des choix et des arbitrages qui seront bien influencés par les priorités politique et les préférences personnelles du ministre.

  • Quand une socialiste affirme « C’est une grande avancée pour la République, c’est une victoire collective de l’État de droit », en réalité elle exprime « C’est une grande avancée pour le Socialisme, c’est la victoire individuelle du pouvoir de la Caste de soumettre toute la population. »

  • Ne nous laissons pas distraire, et surtout n’ayons pas peur.

    Il faut rappeler, encore et toujours, cette idée fondamentale :

    Le « pouvoir » que cette clique a sur nos vies… ne tient que par l’argent que cette clique nous extorque, via la taxation et l’endettement (générations futures).

    C’est odieux sur le principe, et odieux dans son application, mais c’est surtout réel et indépassable.

    Il n’y a rien d’autres. Les idéologies mortifères des uns et des autres ne viennent que S’AJOUTER à ce coeur.

    Réduisons donc la recette nette de cette rapine… et le pouvoir sera réduit d’autant.

    C’est aussi simple que cela.

    C’est parce que ces mafieux nous volent 7,4 milliards d’euros par an (sur le budget 2013), que cette mégère insupportable est « ministre de la culture », et qu’il existe un « ministère de la culture ».

    Supprimons les 7,4 milliards, en asphyxiant la mafia… et Aurélie n’aura plus de boulot. Et plus aucun pouvoir de nuisance. Et surtout plus aucune tribune.

    Elle ne nous cassera plus les oreilles avec ses délires.

    Appliquez ce principe à tout l’appareil d' »état » (vu le niveau de décomposition, de pourriture et de corruption, les guillemets sont impératifs)… et vous avez la recette pour la liberté.

    Qu’attendez-vous ?

    -expatriez-vous
    -réduisez votre temps de travail, vos revenus (indépendants)
    -réduisez vos achats, vos investissements

    • Je suis d’accord avec le principe.
      Pour la réalisation… hmm… ils augmenteront les taxes .. foncières habitation, TVA..
      Le seule remède , que j’ai déjà pratiqué , mais …..en arrivant en France.. l’expatriation.

      • N’oublions pas que Moscouvichy souhaite revoir le mode de calcul des valeurs locatives des biens bâtis et non bâtis appartenant aux particuliers, après que la fausse droite ait fait réviser la valeur locative des locaux professionnels. Ceci devrait se traduire concrètement par une explosion des taxes foncière et d’habitation.

  • Cet après-midi notre président a décidé de jouer la transparence vie publique-vie privée. Il va proposer un référendum : préférez-vous : Trierweiller plus pour Gayet moins ou Gayet plus pour Trierweiller moins ? Et Il ajustera sa déclaration d’impôt en fonction du résultat. Chapeau !

  • Les gauchistes réduisent les principes fondamentaux car ils sont incultes et incompétents. Ils pensent au-dessus de leurs moyens (d’où la fascination de la gauche pour « l’intellectuel » de gauche).

    Et seul le régime politique actuel, qui ne fait pas le tri, permet à de telles nullités d’accéder à des postes de pouvoir, d’où ils déploient leur décalage et répandent leur maladie.

    Et l’opposition est complice , ne serait-ce que par son silence, et ses « membres » mangent eux aussi à cette fiesta de l’incompétence.

  • Bravo #16 !!! encore un excellent papier, brillant, rien à dire. ça fait franchement plaisir, mais il ne faudrait pas que nous nous contentions de lire, il va falloir se bouger le cul et très sérieusement.

  • http://www.lefigaro.fr/politique/2014/01/14/01002-20140114ARTFIG00366-le-role-de-premiere-dame-va-t-il-etre-supprime.php?pagination=2#nbcomments

    Non ça va être du Hollande middle of the road , le roadies de l’Elysée va suivre la tendance générale Négation de la première dame , après les clichés glauques le comparant à un livreur de Pizzas à la sexualité prophétique . ça sera donc » Votre c.. m’intéresses » mais expurgée de cette injection subtile de la mauvaise conscience .. Subtil le petit gros ,non?

  • « La liberté d’expression je la défends, je la promeus… la liberté de création artistique. Mais là, Dieudonné n’est plus un artiste. Ce n’est ni un artiste, ni un martyr. Il a franchi toutes les limites de ce qui est acceptable dans une société démocratique comme la France, qui a vécu pendant la dernière guerre mondiale des événements tragiques et dramatiques. »

    Par cette phrase, ne sous-entend-t-elle pas que seul un artiste aurait la liberté d’expression ?

  • Vous en faites pas, au prochain remaniement, Aurélie saute (et une certaine Julie obtient la place).

  • Je pense qu’ils n’ont pas perdu les pédales. Pas du tout .
    Ils ont reçu un ordre. Puisque toute cette bande : Flanby, zero , Valls orélie-machin reçoivent des ORDRES.
    Et dans la liste des religions sur lesquelles ont peut faire des blagues, présenté dans vos caricatures ci-dessus, il en manque une. Bizarre n’est pas ?

    • Il y a un truc sur les juifs, un truc sur les musulmans et un truc sur les cathos.

      Ah oui, les pastafaristes !
      ILS SONT PARTOUT !

  • Pire, ils ne sont même pas hommes ou femmes politiques. Juste une bande de pitres qui amuse le monde entier et commence à ennerver les Français. Même les plus mous et bêtes d’entre nous commencent à reculer, en refusant de cautionner plus longtemps ces guignolets. La question:
    – dans un pays démocratique, comment un pouvoir aussi nul peut il perdurer ?
    Réponse:
    – c’est une dictature.

  • « Une idéologie abjecte, le négationnisme, n’a pas de droit de cité dans notre pays. Cet encadrement de la liberté d’expression en y mettant une frontière qui est justement celle de la négation de crimes contre l’humanité, de génocides, a été réaffirmé par le Conseil d’État. »

    Je suis bien d’accord avec ça. Enfin le génocide vendéen est reconnu et il est maintenant interdit de le négationner…

    • Ah, mais non ma grande dame, ça, c’était Républicain, patriote et hygiénique comme évènement. Tout comme les deux tanneries de peaux humaines du front (fallait bien faire des selles pour les dadas et ces untermensch de royalistes devaient bien servir à quelque chose d’utile), les pendaisons de nonnes et autre festivals d’éventrage de vendéennes enceintes. Tututu, rien a voir avec les heures les plus sooooooombre de notre histoire, quelques siècles plus tard…

  • « V pour vendetta »… quand j’ai vu ce film la première fois, mon fils m’a demandé : t’en as pensé quoi ? ma réponse : c’est ce qui se passe… Jérôme a raison quand il dit : « mais il ne faudrait pas que nous nous contentions de lire, il va falloir se bouger le cul et très sérieusement. »

  • Le plus inquiétant c’est que le citoyen lambda ne soit pas effrayé.
    Les sondages le montrent.
    Au fond, l’art de gouverner aujourd’hui, c’est de prendre une décision puis « prendre la température » (un sondage) afin, le cas échéant, d’asservir le processus (correction technique ou simplement oratoire).
    Orwell n’avait pas imaginé une telle évolution.
    Heureusement quelques dizaines de H16 sont là, mais est-ce suffisant ?
    Pour le web, Oréliefilippetti veille !

  • Les politiciens , leurs médias , leurs intellectuels socialistes de gauche ou droite sont d’ autant plus agressifs qu’ ils sont responsables de ces frictions communautaires présentes ET futures par leur folle politique qu’ ils ont imposé depuis une quarantaine d’ années.

  • Le ministère de la Culture est une création de Mussolini, si je ne m’abuse, reprise avec enthousiasme par Hitler et Staline. Bref, tous de grands amis de l’État de droit (ils avaient dû comprendre « droits pour l’État »).

    Fascippetti est donc dans la droite ligne de la fonction, ce qui n’a rien d’étonnant vu son appartenance au socialisme, tout comme les trois affreux précédemment nommés.

  • C’est un mal pour un bien. Personnellement, je ne savais plus grand chose de Dieudonné depuis ses problèmes en 2003. Mais tout ce déferlement de haine, de violence à son encontre, m’a interrogé. Je me suis dit, bon, je ne vais pas mourir con ma foi, apparemment il dit vraiment des choses horribles etc, voyons ce qu’il en est.

    Alors j’ai regardé un peu, pour me faire mon opinion. Résultat? Rien. Rien de spécial a signaler. Des blagues trash parfois oui, mais bon. Pas beaucoup plus que ce qu’un Desproges (54 :D) faisait en son temps. Antisémitisme? Je me suis bien renseigné sur le personnage, et il m’est apparu peu probable qu’il le soit. Négationniste? Je ne sais pas d’où ils tiennent ça, il n’a jamais nié l’existence des chambres à gaz à ce que je sache, c’est une invention, cette accusation se base uniquement sur la méconnaissance du grand public à son égard, qui croit sur parole ses accusateurs sans savoir réellement ce qu’il en est.
    De plus, il tape largement autant sur les autres communautés. Donc on ne peut l’accuser de faire deux poids, deux mesures.
    Il y a certes ses accointances avec Faurisson. Qu’il démonte largement au cours de ces spectacles. C’est ce qui est peut être déroutant chez lui pour ses détracteurs: il est capable d’inviter, de converser et même d’etre pote avec des gens qu’il va par ailleurs totalement démonter idéologiquement. Dans notre société qui préconise l’ostracisme pour les idées divergentes (les cerveaux malades comme dit Cohen), c’est forcément un concept qui choque.
    D’autre part, il apparaît que malgré ça, ses « amitiés » avec ce type de personnages soient surtout « médiatiques », plus que réelles. Idem pour Le Pen, son amitié affichée pour la famille régnante du FN ne semble etre que pour la caméra, car il se montre beaucoup plus virulent à leur égard face off.

    En même temps ça parait logique: il est humoriste, il a besoin de faire la promotion de son spectacle. Il est interdit de TOUT média. Sa seule manière de faire parler de lui et de ses spectacles, c’est de faire des polémiques. Laissez lui un espace d’expression « officiel », son petit quart d’heure d’émission pour présenter son spectacle, et il oubliera bien vite les Faurisson et compagnie, je crois…. La provocation est l’unique possibilité qu’on lui a laissé pour se faire entendre, il l’utilise. S’il ne le faisait pas, il n’existerait plus aujourd’hui.

    Pour finir, et je crois que c’est le fin mot de l’histoire, Dieudonné a eu la bonne idée de faire une petite chanson en novembre, reprise par le public lors des spectacles et qui dit:

    « François, la sens tu, qui se glisse dans ton cul, la quenelle »

    On notera que l’affaire de la quenelle est arrivée juste après la petite chanson…. C’est peut etre une coïncidence, mais je crois surtout que nos autorités n’ont pas apprécié le trait d’humour…

    • Au passage, Patrick Cohen, qu’on a érigé comme martyr dans cette affaire, le disant victime de l’horrible Dieudonné, c’est aussi ça:

      http://www.youtube.com/watch?v=Az-KjW5u41c

      Instructif, n’est ce pas?

      • Desproges54: « Au passage, Patrick Cohen, qu’on a érigé comme martyr dans cette affaire, le disant victime de l’horrible Dieudonné, c’est aussi ça: »

        Il est grand Taddeï sur ce coup (je ne le regarde jamais donc je ne sais pas par ailleurs), par contre Cohen est très clair et dans la veine médiocre des prosélytes commun. (marrant le correcteur me proposait « coprolithes » pour « prosélytes » 🙂 )

    • Une phrase rien que pour toi: « Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt ».

    • « François, la sens tu, qui se glisse dans ton cul, la quenelle »
      Sur l’ air du « Chant des Partisans ».

  • Et, en plus, la bougresse (elle en a l’air) fait de la lèche-majesté en nommant la nouvelle poule au jury de la Villa Médicis. Je voie d’ici la mine déconfite de M.A. Gillot, danseuse étoile de renommée mondiale (pour les connaiseurs), en voyant débarquer une obscure petite intermittante du cinema, promu « oralement » par le Prince des ToutMous.

  • Excellent édito, qui remet « l’affaire Dieudonné » dans une juste perspective. Il est déjà extrêmement inquiétant qu’un Ministre de l’Intérieur puisse décider de ce que les citoyens ont le droit de voir, ceci pour nous « protéger » de toutes pensées déviantes qui pourraient venir polluer notre libre-arbitre. Il est également inquiétant qu’une Ministre de la Culture, par ailleurs inexistante, puisse s’arroger le droit de décider unilatéralement de ce qu’est un artiste. Mais le plus inquiétant par dessus tout, c’est de constater la docilité avec laquelle l’ensemble des médias télévision / radio / presse écrite ont repris en choeur la partition écrite par le ministère de la propagande, à tel point que le seul endroit ou subsistait un minimum de débat ouvert était internet… et en plus cela semble gêner nos instances dirigeantes. Cette dérive est très grave, beaucoup plus grave pour la démocratie en France que le péril antisémite fantasmé par certains.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence W. Reed.

Dans une chronique du 21 mars 2021, Jeff Jacoby, rédacteur du Boston Globe, a cité le grand abolitionniste Frederick Douglass :

Supprimer la liberté d'expression est une double faute qui viole les droits de l'auditeur aussi bien que ceux de l'orateur. Il est tout aussi criminel de priver un homme de son droit de parler et d'entendre que de le priver de son argent.

Le fait que la déclaration de Douglass ne soit pas approuvée par la majorité des Américains est un constat triste, tra... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

En écho à l’article bienvenu de Philippe Bilger sur « la liberté d’expression et la liberté de rire de tout », diffusé sur Contrepoints, un court hommage à Pierre Desproges, personnalité à l’humour unique qui continue d’inspirer ponctuellement un certain nombre d’humoristes.

 

Chroniques de la haine ordinaire

Je me souviens avoir regardé à plusieurs reprises, tout jeune, la fameuse minute de monsieur Cyclopède, diffusée quasi-quotidiennement à la télévision. Mais j'étais alors probablement bien t... Poursuivre la lecture

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles