L’histoire de Chypre en quelques coups de crayon

Une mise en perspective de l’actualité chypriote à l’aune de l’histoire récente du pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
oxi-annan-plan

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’histoire de Chypre en quelques coups de crayon

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 janvier 2014
- A +

Par Hélène Demetriades, depuis Chypre.

Je vais vous présenter dans les très très grandes lignes ce pays pas toujours bien connu mais qui mérite de l’être. Cela vous permettra de mieux comprendre pourquoi nous en sommes là aujourd’hui.

Bon alors d’abord, Chypre, c’est où ? c’est là :

chypre3

On est :

  • à 25 mn en avion du Liban,
  • à 75km des côtes Sud de la Turquie,
  • à 1h30 par contre, d’avion, de la Grèce…

Et Chypre c’est « quoi ? » C’est une île qui s’appelle République de Chypre :

drapeau-chy

… au drapeau à la branche d’olivier. Il y vit une majorité grecque chypriote, regroupée à 99% au Sud du pays.

Au Nord, envahi en 1974 par la Turquie et occupé militairement par elle depuis, c’est la République turque de Chypre nord (RTCN):

RCTN

Cette occupation étant illégale, la communauté internationale ne reconnaît pas la RTCN, sauf la Turquie (puisque c’est elle qui en est à l’origine). Dans la RTCN vivent la minorité turque chypriote, les colons de Turquie ainsi que des factions de l’armée turque.

Alors Chypre, ça donne ça:

carte-ligne-verte

Bon, et vous allez me dire: « Hélène, la ligne verte au milieu c’est…? » Eh bien c’est la ligne tampon, une zone neutre, démarcation entre la RCTN (le nord occupé) et le reste du territoire. On l’appelle aussi Attila, rien à voir avec :

chypre4… mais c’était aussi le nom du commandant des forces d’occupation turque en 1974. La ligne verte (tracée au crayon vert par un officiel sur une carte) est une zone de cessez-le feu, bien qu’habitée à certains endroits (on y reviendra).

Sinon, dans cette zone longue de 180km, parfois très étroite parfois très large, on trouve des maisons fantômes, une végétation luxuriante, des mines et des fils barbelés, et même des fossés anti chars.

chypre5

Il s’en dégage une atmosphère de tristesse, de mystère et de beauté, mais surtout un sentiment de gâchis total.

Chypre, il faut le savoir, a une histoire faite d’invasions et de colonisations. Les Chypriotes ont beaucoup souffert et très récemment encore. Ce qui explique aussi leur courage dans cette triste affaire de dettes et d’UE. Ils sont habitués à être lâchés par tout le monde et à se débrouiller seuls.

Je reviendrai dans les détails de cette Histoire bouleversante plus tard, au fur et à mesure. Pour le moment je vais rester dans les dates clé…

chypre8… avant de parler des événements actuels :

chypre7

Alors voilà. Chypre est une petite vieille : il y a 9000 ans il y avait déjà des traces de civilisation sur l’île.

ggg

Elle voit passer les Phéniciens, les Assyriens, les Égyptiens, Alexandre le Grand, devient gréco-romaine, puis chrétienne, connaît des incursions arabes (ouais, rien que ça, tout ça). Pendant les croisades, Richard Cœur de Lion la conquiert et la revend à l’ordre des Templiers.

coeur-de-lionEnsuite, Chypre est aux Lusignan (dynastie noble du Poitevin) – (hé oui il y a du sang français chez les chypriotes)

lusignan

… On dit que les Lusignan descendent de la fée Mélusine. Ça tombe bien, on a vraiment besoin d’un peu de magie, là.

mélusineChypre a aussi été vénitienne, puis pendant trois siècles elle est sous domination de l’empire ottoman : c’est comme ça qu’il s’est créé une communauté chypriote turque à Chypre. Il faut que je vous dise que pendant des années les Chypriotes grecs et turcs vivent en paix dans les mêmes villages, ils se tolèrent culturellement et religieusement, et s’entendent bien.

fratrei-turcchypMais en 1878  la Turquie vend Chypre à la Grande Bretagne et Chypre devient une colonie britannique :

drapeau-anglais

Là, les choses se gâtent. D’abord, dès 1955 les Grecs chypriotes luttent pour l’indépendance du pays. Du coup les Anglais ces malins, pour semer la zizanie, ont l’idée géniale de proposer une division de l’île entre les grecs et les turcs chypriotes. Histoire de les fâcher.

angla-ciseaux

La Turquie, elle, met de l’huile sur le feu en encourageant les turcs chypriotes à rejoindre l’armée anglaise contre les grecs chypriotes qui eux veulent maintenant l’ « enosis », c’est-à-dire l’union avec la Grèce qu’ils considèrent leur mère patrie.

En 1960, hourra ! Chypre devient indépendante. Vous me direz « Eh ben ! C’est pas trop tôt ! » Ouais mais c’était trop beau pour être vrai. Et c’est que la petite île se fait vraiment bananer.

Le Royaume Uni, la Turquie et la Grèce signent un « traité de garantie ». Ça veut dire que ces trois pays sont garants de Chypre, de son équilibre. Ils peuvent même intervenir militairement. C’est pour ça que la Grande Bretagne garde carrément à ce jour deux bases militaires à Chypre (en bleu sur la carte).

bases-angl

On dirait que ça va mieux, entre les deux communautés, avec le départ des anglais. Mais sur le fond, ça fonctionne mal.

chypre9

En 1959, Makarios, leader politique des Chypriotes grecs, est contre l’enosis. Mais le pouvoir en Grèce tente un coup d’État  en 1974 pour le renverser…

chypre10… et forcer l’enosis. Ça rate…

Et du coup la Turquie intervient pour défendre les Turcs chypriotes grâce au bon vieux traité de garantie dont je vous ai parlé plus haut. Elle envahit Chypre par le nord.

armée-turque

Je peux vous dire que quand on pèse 600.000 habitants à tout péter et qu’on se prend une armée d’un pays de 40 millions d’habitants sur le coin de la tronche, ça fait mal. C’est une guerre/invasion éclair, avec son lot de morts, de bombardements, de meurtres, de viols, de tortures et de disparus qu’on recherche toujours aujourd’hui (côté Chypriote turc et côté Chypriote grec). Bref, d’atrocités en tout genre.

Personne ne vient en aide à Chypre (comme aujourd’hui, c’est pour ça que je vous dis que Chypre a l’habitude d’être seule). Et la Turquie ne repart plus. 200.000 Grecs chypriotes réfugiés quittent le nord envahi, direction le sud, en abandonnant tout, leurs maisons, leurs terres, leur vie toute entière. Pour 11.000 Turcs chypriotes idem, ils sont regroupés au nord sous tutelle de la Turquie qui installe des bases militaires, fait venir des colons de Turquie par milliers. Le peuple chypriote – les frères grecs et turcs – est désormais scindé en deux et plutôt ennemi qu’ami.

C’est pour ça aussi que L’ONU est là, pour maintenir la paix à Chypre entre les Chypriotes grecs et turcs.

chypre6

L’ONU patrouille beaucoup le long de et dans la ligne verte sur laquelle il y a eu des échauffourées, et même malheureusement des morts au fil des ans.

En 2004, l’ONU propose un plan trèèèès connu, le plan Annan, afin de réunifier l’île. Comment ? Il propose d’alterner un président grec chypriote avec un président turc chypriote. Mais les Grecs chypriotes ont massivement dit non à ce plan (oxi en grec). Il est vrai que ce plan les désavantageait beaucoup.

oxi-annan-plan

2004 toujours, Chypre toute heureuse rentre dans l’UE, espérant que ça aidera à solutionner ce qu’on appelle le « problème » chypriote, c’est-à-dire l’occupation illégale de Chypre par la Turquie. Mais en fait, non.

UEdéçuAujourd’hui beaucoup de Chypriotes pensent qu’il aurait mieux valu ne pas rentrer dans l’UE.


Sur le web.

Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)
  • J’adore les petits dessins 🙂 Merci.

  • Je crois que personne ici ne croit que les problème chypriotes sont nés avec l’euro. De plus associé avec leurs adhésion en 2004 il y avait la condition implicite de ratifier le plan Annan. Les européens ont plutôt l’impression de s’être fait avoir diplomatiquement et sur le plan bancaire par Chypre.

    • Les problèmes chypriotes ne sont pas nés de l’euro, c’est évident.

      En revanche :
      – le gouvernement chypriote a plusieurs fois attiré l’attention, dès la restructuration de la dette grecque, sur la catastrophe qui s’ensuivrait à Chypre, sans pour autant que personne ne réagisse avant que ne soit décidé le fameux « chyprage » comme dit h16 ;

      – les « partenaires » européens ont imposé des conditions de « règlement » inacceptables, en particulier en refusant aux Chypriotes d’employer certaines méthodes (dont le prélèvement sur les fonds de pension) que l’on avait pourtant permis à l’Irlande ;

      – ce qui conduit beaucoup de gens à penser – à tort ou non – que Chypre a servi de terrain d’expérimentation.

      Quant au plan Annan, deux remarques :
      – Au-delà du débat « oui turc, non grec », une très large majorité des habitants de l’île a voté contre ce plan (si on agrège les résultats de part et d’autre de la ligne Attila), et ce vote doit être accepté par les instances communautaires, qui doivent finir par apprendre que le vote populaire se respecte même quand il est contraire à leurs propositions ;

      – Connaissez-vous le contenu du plan, et si oui oseriez-vous dire que vous auriez voté en faveur si vous étiez Chypriote-grec ? Je rappelle par exemple qu’il interdisait pratiquement la réinstallation de Grecs au nord, qu’il remettrait en place les « communautés » qui ont provoqué les blocages institutionnels antérieurs à l’invasion, notamment par le jeu de minorités de blocage, et je passe sur les autres défauts.

      L’auteur de l’article passe enfin sous silence la manière honteuse avec laquelle est gérée (ou pas gérée…) le conflit relatif à l’exploitation des gisements d’hydrocarbures entourant l’île.

      Bref, si les problèmes de Chypre ne sont pas nés de l’adhésion à l’Union européenne ou à l’euro, les évolutions de ces dix dernières années ont fortement été déterminées par ces adhésions, et globalement d’une manière très négative.

      • Bonsoir Ecureuil, vous semblez en savoir long sur la question chypriote et je vous remercie de votre long commentaire, très bien écrit, très clair, très concis bien que délivrant pourtant beaucoup d’informations différentes. Vraiment merci. Votre pensée/analyse rejoignent la mienne, mais juste une simple remarque: cette note de blog parle de l’histoire de Chypre et je l’ai écrite bien avant que l’on rentre dans la bataille géopolitique liée à la présence de gaz dans les eaux chypriotes grecques. J’ai commencé à soulever la question plus tard. Cordialement,

        • La formule « passe sous silence » était malheureuse car ce n’était en réalité pas un reproche.

          J’ai apprécié votre article à la fois par son sujet – trop rarement traité selon moi – et la manière avec laquelle vous l’avez traité. J’espère vous lire à nouveau ici bientôt.

      • Le fait que j’aurai voté pour ou contre n’a pas de rapport parce que cela faisait parti des CONDITIONS d’entré dans l’union. Sachant qu’en préalable on demandait aussi à la Turquie de régler le problème.

        Il y a pas eu d’expérimentation sur Chypre. Si Chypre veux quitter l’UE elle le peut. Une chose est sur une restructuration ça fait mal. Il n’y avait aucune raison pour que l’UE acceptent les conditions de Chypre.

        Le gouvernement Chypriote pouvait cherché à se mettre sous protection des FESF/MES/FMI et autres de son fait. Il ne l’a pas fait. C’est toujours plus simple quand la faillite est organisé.

        • D’où tenez-vous que c’était une condition d’entrée dans l’Union ?

          Ou alors, il faut considérer que le vote positif au referendum était tout autant une condition implicite que le soutien stratégique à Chypre par ses « partenaires ».

          Par ailleurs, il y a bien eu expérimentation sur Chypre dans la mesure où, pour une faillite bancaire, on rince d’abord les actionnaires, puis les créanciers (en particulier obligataires) et enfin seulement les déposants s’il n’y avait pas de quoi couvrir les autres dettes de la banque.

          L’expérimentation a consisté à faire payer par principe les déposants sans tenir compte de l’ordre normal de participation à la faillite et Dijsselbloem l’a d’ailleurs reconnu à demi-mots – puis il s’est fait taper sur les doigts pour l’avoir dit.

          Chronologiquement, le gouvernement chypriote a appelé à l’aide bien avant le « chyprage », et a en tout cas attiré l’attention sur le problème à venir dès la restructuration grecque. Cela ne retire rien au fait que le président précédent porte une énorme part de responsabilité dans l’attente.

          Encore une fois, je ne cherche pas à dire que tout est de la faute de l’Europe et que Chypre n’a rien fait de mal, mais il faut savoir reconnaître qu’au-delà des torts chypriotes, la gestion par l’Union européenne de ses relations avec Chypre est calamiteuse.

          Par ailleurs, ce problème déborde largement Chypre, il concerne aussi d’autres pays et pose d’autres questions de gouvernance et même d’intérêt pur et simple de participation à l’Union européenne au vu de l’orientation qu’elle prend aujourd’hui.

          • Je le tiens de Jean Louis Bourlange ancien député européen et de ces commentaires sur la crise chypriote dans l’esprit publique. Je rappel que ce n’était pas dans les conditions explicites.

            Ce n’est pas une expérimentation. Les créanciers allemand n’allaient pas payer deux fois. Soit ont faisait payer les actionnaire et comme le système financier allemand est mité on faisait coulé deux ou trois banques au passage soit on injectait de l’argent des états. Chypre aurait pu insister et ne pas prendre l’argent européen.

            Pour ce qui est de la gestion européenne, elle a été fidèle à elle même. Elle affiche un objectif européen alors qu’elle pratique l’égoïsme national. Chypre n’est pas mieux à ce niveau qu’un autre pays européen.

          • Ecureuil je n’ai pas grand chose à ajouter, nos pensées se rejoignent, par contre je vais répondre à Cédric…:-)

        • non mais Cédric…vous appelez quoi un « état d’âme.. »….le fait que Chypre souhaite récupérer la totalité de son territoire amputé de 40% Pour vous c’est un état d’âme?? Juste et rien que ça? Vous trouvez normal q’un etat membre de ‘lUE et un Etat tout court, soit occupé militairement et que cette part de territoire occupé ne soit reconnue par aucun pays sauf la Turquie? Et puis, la faute à l’UE de ne pas avoir compris ni être apte à anticiper la mentalité chypriote et en général, même si Chypre n’en fait pas partie stricto sensu, des Balkans. Je rejoin Ecureuil qui dit que « la gestion par l’Union européenne de ses relations avec Chypre est calamiteuse. » C’est un énorme problème, le fait que les technocrates bruxellois n’ont aucune vision culturelle des peuples des Etats membres de l’UE – à l’Est. Cela leur aurait permis de comprendre bien aisément que le plan Annan n’avait aucune chance d’être accepté par la majorité des chypriotes mais ces mêmes technocrates étaient trop occupés à l’époque, à vouloir satisfaire les moindres desiderata de la Turquie. Ceci dit, ce grand pays doté d’un leader véritable (et je ne suis pas ironique, je le pense) a changé d’avis depuis bien longtemps et n’a à mon avis plus aucune envie d’adhérer à l’UE. Il se dit souvent me disent des amis turcs que c’est l’UE qui devrait être « avalée » par la Turquie, au contraire. Ceci pour vous donner une idée de la façon dont cette micro union qu’est l’UE est vue ailleurs…L »‘objectif européen » dont vous parlez, c’est quoi? la diluation de l’Etat Nation? Des spécificités culturelles? Faire adhérer la Turquie? Et au fait, pourquoi l’UE n’a-t-elle par réagi plus vite pour la Grèce et pour Chypre, si elle savait dans quel état financier catastrophique se trouvaient ces deux pays? Non, pour répondre à votre autre remarque, Chypre ne peut pas quitter l’UE, les coûts d’un tel départ n’ont jamais été calculés mais sont tellement élevés que c’est juste impossible pour un Etat membre de renverser la vapeur. …. » le système bancaire chypriote est un comptoir de braconnier russes » = mais ça veut dire quoi? les Russes n’ont pas le droit de résider à Chypre? D’y avoir des sociétés parfaitement légales? Pourquoi existe-t-il une telle hostilité de fond contre la Russie dans les medias occidentaux? les généralisations à propos des peuples sont dangereuses car elles génèrent de l »extrémisme! Lutter contre le blanchiment d’argent qui existe certainement à Chypre c’est bien mais il faut lutter contre, partout: France, Allemange, Lichtenstein..pourquoi un tel acharnement sur Chypre qui est le SEUL pays de l’eurozone à pouvori rembourser au moins une partie de sa dette, grâce aux revenus du gaz? Et quel pays la troïka a-t-elle sauvé pour le moment avec ses mesures d’austérité? …. Et moi par contre 🙂 je n’oublie pas de vous dire: Bonsoir Cédric! 🙂

          • Je pense que vous ne vous rendez pas compte que la liste des pays du monde qui revendiquent des parties de leurs territoires est TRES grande. Et que pour régler ce genre de problème, le seul critère qui est appliqué c’est l’intérêt national. C’est pour cela que les état d’âme chypriote ne passionnent pas. Je rappel que la Turquie est membre fondateur de l’OTAN, c’est un allié très important à bien des nivaux. Quand les américains ont demandé au turcs le survole de l’espace aérien turc pour la second guerre d’Irak, ils se moquaient pas mal de savoir qui avait envahit qui.
            L’Europe n’a pas de vision c’est comme ça. Mais je pense que les français n’accepterai pas que ce soit les bulgares qui impose leur agenda diplomatique.

            Je vous cache pas que entre les turques qui ont fait une croissance de 7% durant 10 ans en faisant des réformes et les grecs/chypriotes qui ont pareil mais avec une bulle monumental j’aurai préféré les turque plutôt que les précédents dans l’UE.

            Il y a aussi une chose que vous oubliez c’est que les dirigeants grecs et chypriotes se sont mal comporté vis à vis des européens. La Grèce n’était pas réellement capable d’entrer dans l’UE mais a triché. Et pendant que Papandreou père, faisait du chantage au fond structurel, Chypre faisait de même avec la Turquie criant à l’invasion tous les quatre matins. Quand on regarde les problème au Portugal on voit très bien qu’il a été traité différemment parce que ces deux pays avaient déjà couté énormément à l’Europe.

            Je soutiens pas spécialement le plan Annan, mais c’était le seul plan, et après avoir fait SEMBLANT d’être d’accord pour NÉGOCIER, finalement les chypriotes grecs l’ont rejeté.
            Je ne suis pas anti russe. L’argent des déposants russes provient essentiellement de la fraude fiscale/mafia. Il existe des meilleurs endroit que Chypre pour faire des placements quand on est russe.

            La troika ne peut sauver aucun pays. C’est au pays de se réformer. Idéalement la troika c’est juste une attelle.
            Pour bien comprendre le point de vue européen allez voir ce que disait Jean-Dominique Giuliani(institut bruegel), Sylvie Goulard(député européen) ou bien Jean Louis Bourlange(député européen) sur Chypre et la Grèce.

            Bonne jorunée

    • Bonsoir Cédric 🙂 Non, les problèmes de Chypre ne datent pas de leur entrée dans l’UE. Vous avez raison. Mais Chypre espérait sincèrement que l’UE aurait le pouvoir et la volonté politique de statuer sur l’occupation turque de 40% de l’île. C’est à dire de les faire partir. Oui, ils y ont vraiment cru. Chaque peuple a une obsession nationale, et celle de Chypre sont les terres et les maisons perdues, le territoire perdu. L’adhésion de Chypre à l’UE correspondait au fait que la Turquie est membre (pour l’instant) de l’OTAN. Chypre a cherché une protection politique et militaire. Aujourd’hui oui les chypriotes sont déçus du statu quo. Ils ont bien compris que l’UE souhaitait à l’époque, pousser à une solution boiteuse avec le plan Annan, effectivement désavantageux pour les grecs chypriotes qui reste à ce jour la majorité, c’est pour cela que je dis « boiteuse »…Ils ont voté contre, mais en démocratie le peuple doit quand même encore, par majorité, avoir gain de cause en votant. Alors voilà que l’UE se retrouve avec un Etat membre occupé militairement, ce qui est parfaitement incroyable si l’on y réfléchit.! Lorsque l’UE parle de réunification, bien sûr que l’idée d’une réconciliation des frères turcs et grecs chypriotes, tout le monde veut y croire. D’où par exemple des activités bi communales entre les deux communautés, porteuses d’espoir et maintenant des liens. Et Chypre regorge d’histoires vraies et émouvantes, montrant qu’à maintes reprises grecs et rucs chypriotes se tiennent encore la mains. Mais l’occupation par une puissance tierce rend difficile le fait de pouvoir trouver une solution. Quant au système bancaire chypriote, si vous vouliez dire que les principaux responsables sont les dirigeants des banques chypriotes, les comités d’aministration de ces mêmes banques, les politiciens, les promoteurs immobiliers, tous ceux qui se sont graissé la patte: par copinage, népotisme et avidité, entre l’achat des bons grecs et les prêts octroyés n’importe comment et à n’importe qui, et actuellement en défaut de paiement (près de 40% ne fut-ce que pour la banque de Chypre et des porutcentages équivalents pour la banques Hellenique et les banques Coopératives): oui, c’est vrai. L’ex gouvernement a bien pris soin de ne rien faire alors que le système bancaire était déjà dans le rouge; et c’est donc le gouvernement actuel qui est acculé, ne prend plus de décisions autres que celles dictées désormais par la troïka, parce qu’il n’y a plus de choix. Et puis, les « européens » dites-vous 🙂 moi je veux bien mais alors les chypriotes ils sont quoi..? Ils ne sont pas européens, les helléniques? A moins qu’à l’époque vous vouliez dire: les membres de l’UE par opposition à Chypre qui ne l’était pas encore. Cordialement,

      • les chypriotes pensaient vraiment que l’europe les aiderait à mettre l’armée turque dehors ?? excusez-moi, mais se sont des sacrés couillons !  » que coglione  » aurait dit bonaparte.

        • J’ai passé mon temps à essayer de les convaincre en 2003 et 2004, mais l’ambiance était exactement celle décrite par Hélène ; une espérance et un enthousiasme béats, bien orchestrés par les campagnes médiatiques.
          Bien sûr que les personnes qui lavent leur cerveau avec la télé sont des cogliones 😉

      • Quand je parle des européen je parle des institutions dirigeant de l’Europe. Qui sont majoritairement influencé par la France et l’Allemagne.

        Chypre ne souhaitait pas se protéger de la Turquie mais bien accéder au marché commun ect…

        Je vais pas ergoter sur l’état d’âme des chypriotes grecs pour savoir pourquoi ils ont voté non. On leurs avaient juste demandé de voter oui avant de rentrer dans l’UE ce qu’il n’ont pas fait.
        En coulisse les européens ont été passablement échaudé par cette péripétie, sans compté que le système bancaire chypriote est un comptoir de braconnier russes et ça tout le monde le sait.

        Chypre n’a aucune excuse quand ils se sont cru fort grace à l’UE ils ont décidés de rejeté le plan Annan se sont lancé dans une financiarisation non maitrisés de capitaux DOUTEUX. Je vous invite à aller regarder l’émission de publique sénat « détour d’europe » à Chypre. C’est avant la crise et c’est très instructif sur la mentalité avant faillite.

      • J’oubliais, Bonjour Demetriades helene.

    • Je ne vois pas bien le rapport avec le sujet du billet… Il ne parle de l’Euro à aucun moment…
      Pour votre gouverne, sachez également que la population chypriote n’a pas été consultée pour son adhésion à l’UE. Il n’appartient qu’à vous de penser que la ratification du plan Annan était un pré-requis ou une condition implicite !
      Quant au soit-disant sentiment des européens que vous rapportez, d’où tenez vous cette information ? Ou alors vous parlez peut-être en votre nom ? Parce-que si quelqu’un s’est fait avoir sur le plan bancaire, ce sont bien les chypriotes, et en aucun cas les européens !

  • Instructif. Mais il manque une ombre : la Russie, et ses nombreux ressortissants.

    • Bonjour »P ». Merci de votre compliment, c’est encourageant sur le plan didactique. J’essaie de rester factuelle au possible. Mais puis-je vous demander pourquoi vous appelez la Russie et ses ressortissants à Chypre, une « ombre », terme qui me semble très péjoratif? La majorité des russes de Chypre ont des sociétés parfaitement légales, avec des activités légales, ils paient leurs impôts, et ils dépensent beaucoup, tout particulièrement les touristes russes, au bénéfice de Chypre, de ses magasins, commerçants, restaurants, etc. Une partie des russes vivant en permanence à Chypre a des revenus modestes et peine à joindre les deux bouts en fin de mois….L’une des raisons qui m’a poussé à ces billets de blog sur Chypre c’est l’immense lassitude de lire trop souvent des généralisations laissant penser que « tous les chypriotes sont des voleurs » et « tous les russes des mafieux ».Cordialement,

      • le terme ombre faisait simplement référence à une présence réelle absente dans l’article. rien de plus. Mais votre réaction est toute aussi instructive 🙂

  • concernant les bases militaires britaniques chypriotes, le canal de suez doit etre plus motivant que la stabilité de l’iles ?

    • Bonjour, votre snurnom me fait constamment penser à Tintin! 😀 Les bases anglaises à Chypre ont en effet des raisons géopolitiques d’être là, bien sûr. Pour répondre à votre autre remarque, je ne sais pas s’il était tellement irréalisable, de demander à un occupant illégal de partir d’un de ses Etats membres quand on est l’UE? Je ne suis pas très calée en géopolitique mais, qu’aurait fait la Turquie si l’UE avait fermement exigé son départ de Chypre….?

      • vous surestimez complètement l’UE ! si la russie et les USA s’étaient entendu pour faire pression sur la turquie, il est probable que ces derniers auraient retiré leur troupe.
        et puis demander a un état majoritairement musulman ( mème si la turquie était laique à l’époque ) de quiter une zone majoritairement chrétienne, va à l’encontre totale du sens de l’histoire depuis 50 ans. du moins en europe.
        j’en profite pour vous dire que vos dessins sont vraiment malicieux ! continuez …

        • Mon mari, grec chypriote, pense exactement comme vous… .:-) merci pour l’encouragement, ça fait toujours très très plaisir!

  • Article clair, amusant et bien intéressant sur un pays trop méconnu. Je m’attendais cependant à ce que vous parliez du racket forcé des banques sur les comptes bancaires des Chypriotes qui s’est produite en novembre 2012.

    • Bonjour et merci beaucoup! 😀 Cet article relate uniquement l’Histoire de Chypre, il est le premier billet d’une série qui sont tous sur le blog actuellement et eux focalisent sur l’actualité à Chypre depuis le meeting de l’eurogroupe de mars 2013. L’histoire de Chypre, c’était pour placer un peu mieux ce pays souvent mal connu, dans l’esprit des lecteurs, avant de me focaliser sur les nouvelles économiques et politiques, sans qu’ils soient perdus. Bien à vous,

      • Article intéressant qui résume assez bien l’histoire de ce pays méconnu du publique.

        En rechange, vous avez oublier de préciser que les chypriotes turc etait victimes de massacre et d’attaques de la part des chypriotes grec et que c’est cette raison qui à pousser l’armée turc à intervenir afin de les protéger

  • Je vois que les français dont le pays est en voie de désintégration continuent à faire la morale a tout le monde; d’abord, désintégration sociale: islamisation, communautarisme, utopie égalitaire, individualisme, violence, nivellement par le bas, etc; ensuite économique: socialisme, assistanat, départ des riches, fuite de la matière grise, sur-imposition, délocalisations, etc; enfin, politique: fin de la raison d’état (mitterand, OTAN, UE), fin de l’état de droit (banlieues), lobotomisation et dictature intellectuelle du peuple soumis au politically correct et à un mea culpa historique, donc une soviétisation progressive de la France, etc. Les grecs et les chypriotes ont beau avoir tous les défauts du monde, ils ne perdront jamais leur identité et leur libertés et c’est ça qui compte. La France vie en dehors de la réalité géopolitique du monde, engloutis dans la dictature médiatique anglophone-saxonne et son racisme médiatique anti-slave, elle a choisi les musulmans. Qu’elle se les garde. Moi je rêve que la Turquie, pays de la politique du sournois par excellence, génocidaire, militariste, impérialiste, cynique et anti-démocratique devienne membre de l’UE, ce jour la les occidentaux ouvriront les yeux. Les ricains eux sont de l’autre côté de l’Atlantique et se gardent bien de faire rentrer des musulmans chez eux, mais ça évidemment, les sacro-saint médias occidentaux n’en parle pas…

    •  » ce sont les élites qui sont proarabe, pas le peuple. », »les élites française sont antichinoise et anti russe »
      Jamais en manque de blague! Chirac était pro russe, pro chinois ainsi que Sarkozy qui aurait déclaré lors d’un voyage diplomatique avec Chirac au Japon qu’il préférait la culture chinoise à la culture japonaise….
      L’Algérie ne fait à priori pas parti du monde Arabe. Et n’oubliez pas qu’avant les problèmes au Liban un grand nombre de ceux que vous désigner comme arabe était des chrétiens étaient perçu comme tel dans les chancellerie.

      • HAHAHA

        voila monsieur je sais tout qui a réponse à tout…

        parce que zizi à déclaré lors d’un voyage en chine ( pour faire chier chirac ) qu’il aimait la chine ( pour ce qu’il doit la connaitre ) , ça suffirait à dire que les elites française sont prochinoise…
        dans quel pays vivait vous ? les media mainstream français sont proarabe, et anti chinois, et anti russe ( et protchetchene: lors des derniers attentat de volgograd, tout les commentateurs que j’ai entendu insistaient bien sur le fait que cela gènait poutine… sans la moindre affliction pour les victimes russes- sans commentaires )
        un bon conseil: enlevez le casque de votre walkman de temp en temp pour écouter l’air du temps…

        • « voila monsieur je sais tout qui a réponse à tout… »
          Je me donne du mal pour être à mon meilleurs niveau, vous m’accordez que l’Algérie n’est pas arabe, que Chirac était notoirement pro russes et pro chinois.
          Les médias c’est encore autre chose, mais vous m’accorderez aussi, qu’il ne dirige pas la France.

      • Cédric ou la pensée Sciences-po sauce UDF….

        « On leurs avaient juste demandé de voter oui avant de rentrer dans l’UE ce qu’il n’ont pas fait. »
        Ben oui ça reste un peuple souverain contrairement a ce que pensent vos amis de l’UDF et leurs amis de la fange qui nous sert de classe politique …

        L’argent sale russe de Chypre?
        Mais enfin qu’est ce que vous dites, Chypre est la plateforme officielle de transaction financière entre la Russie et l’UE pour des raisons LEGALES de non double imposition!
        Il y a beaucoup moins d’argent sale russe a Chypre qu’en suisse ou au Luxembourg pour votre information..

        Lisez donc mon analyse sur les « Mythes concernant Chypre » qui, a vous lire, ont visiblement la peau dure…
        http://fr.ria.ru/blogs/20130327/197911750.html

        Votre Europe de Bruxelles plus personne n’en veut a part les Albanais et les Ukrainiens parce que ces derniers pensent qu’avec l’UE ils imaginent que d’un coup de baguette leurs problèmes disparaitront…
        Même les Turcs ne veulent plus de Bruxelles vous ne vous en rendez pas compte?

        La vérité est qu’on attend toujours de vous lire condamner clairement l’occupation de Chypre par la Turquie que ni vous ni nos élites n’osent condamner car ce sont des lâches, des faibles et des collabos, soumis au Lobby militaro-industriel de l’Otan dont la Turquie est encore un pion important, mais visiblement plus pour longtemps!

        Les élites françaises contrairement a ce que vous écrivez sur Chirac sont tout sauf pro-russes, elles sont au contraire clairement hostile a la gouvernance Poutine, la Russie qu’ils aiment est une Russie faible sur le modèle de la Russie d’Eltsine, pas de chance pour eux et pour vous, c’est terminé et ça ne risque pas de changer.

        • « Cédric ou la pensée Sciences-po sauce UDF…. »
          Vous y étiez presque L.I.B.E.R.AL.
          « on attend toujours de vous lire condamner clairement l’occupation de Chypre par la Turquie »
          Vous voulez dire que vous attendez mon discours à l’ONU concernant la situation à Chypre? Cela n’arrivera pas essentiellement parce que je suis pas un fan de l’ONU et que la situation des chypriotes ne m’intéresse pas tant que ça non plus. Étant mu essentiellement pas l’argent je dois dire que le plan de soutien à Chypre m’a ôté toutes espèces de compassion qu’il me restait de libéral sans visage.

           » Chypre est la plateforme officielle de transaction financière entre la Russie et l’UE »
          Ça ne fait pas de l’origine de ces capitaux une origine légale. Et le plan d’aide de la Russie aux banque grecs témoigne surtout d’une volonté d’aller taper très fort chez les évadé du goulag fiscal russe.

          « Votre Europe de Bruxelles plus personne n’en veut »
          Personnellement je souhaite m’enrichir dans un monde sans état.

           » la Russie qu’ils aiment est une Russie faible sur le modèle de la Russie d’Eltsine »
          Chirac était président sous Poutine et peut être avez vous oublié la mémorable monté des marches de Mylène Farmer dans le cadre de l’Année croisée France Russie 2010, qui témoigne de la franche animosité de sarko vis à vis de la Russie
          http://www.google.cm/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&ved=0CCsQtwIwAA&url=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DX1iuwoBZ5xo&ei=po3JUujjHeS0ywOkpYGoDw&usg=AFQjCNG_J1eCSlB9Iff8PwGHxX0hJ8EPGA&bvm=bv.58187178,d.bGQ

  • Si j’ ai compris dans ce texte agrémenté de dessins ( modestement dits coups de crayon) les gens de cette ile pratiquaient ce que certains en France appelle le  » Vivre ensemble  » mais le gouvernement nationaliste grec a lancé une offensive militaire , s’ est planté et s’ est fait contré par les turcs donc c’ est un événement EXTERIEUR qui disloque ce pays comme en Yougoslavie ou peut etre au Liban dans les années 70 ,
    peut on faire confiance à nos élites françaises si intelligentes et si imprévoyantes ! @Cédric une jolie de Chirac Jacques : ( La France a ) une population dynamique et laborieuse qui dépassera celle de l’ Allemagne dans moins de vingt ans . le 06/6/1988 N° 688 Nouvel Economiste .

  • Un petit message de ma part http://www.youtube.com/watch?v=ErvJ-UGHCWs&feature=youtu.be a notre ami Cedric qui me semble-t-il nage encore avec le reste de francais dans la desinformation de la propagande mediatique occidentale made in US-UE, pour qu’il comprenne ce qu’est l’islam et la difference entre la surnoiserie de la pub turkish airlines (hotesses de l’air blondes, passagers a faciesse de type europeen, etc.) et la realite…

  • Chouette et sympat à lire.
    😉

  • Bonjour,
    En recherchant des infos sur Chypre pour mon fils de 10 ans dans le cadre d’un devoir scolaire… je tombe sur votre note.
    Et je tenais à vous remercier de cette manière ludique de présenter l’histoire d’un pays, si accessible pour tous avec une note d’humour !! Vos dessins sont super.
    Alors oui, on n’entre pas dans le détail géopolitique comme précisé dans les autres commentaires… mais ça a au moins le mérite de retenir l’attention des plus jeunes, sans être trop « lourd ». Cette approche permet de susciter l’intérêt, pour ensuite approfondir les recherches… Et la c’est gagné !
    Grâce à vous, aujourd’hui, un garçon est sensibilisé par l’histoire d’un peuple, d’un pays, qui est malheureusement trop méconnue…
    Encore merci
    Bien à vous

  • Ah j’oubliais, avez-vous réalisé d’autres articles ou dessins ? si oui, je serai très intéressée de pouvoir les consulter…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Chloé Lourenço. Un article de Trop Libre

[caption id="attachment_280851" align="aligncenter" width="590"] Cyprus flag By: Leonid Mamchenkov - CC BY 2.0[/caption]

Selon la légende, Chypre serait le lieu de naissance d’Aphrodite, déesse grecque de l’amour. Et pourtant, cette petite île méridionale d’à peine 9250 km² est un pays profondément divisé par un conflit qui dure depuis 42 ans et qui oppose les Chypriotes grecs au sud, et les Chypriotes turcs au nord. Une situation qui n’est pas sans rappeler celle de l’Allemagne au mo... Poursuivre la lecture

L'information est passée presque inaperçue. Comme l'explique Victoria Masson dans Le Figaro, à partir du 1er janvier 2016, les comptes clients dotés de plus de 100.000 euros de dépôts pourront être prélevés pour contribuer au sauvetage de leur banque, selon une directive européenne transposée en France cet été.

Discrètement mais sûrement, certaines mesures politiques récentes laissaient déjà entrevoir la mise en place à venir d'un contrôle des capitaux, que ce soit en matière de retrait des achats en liquide, du contrôle des re... Poursuivre la lecture

Par Bill Bonner.

En Europe, on se croirait dans un vieux western. La Grèce d’un côté, l’Allemagne de l’autre. Chacun à un bout de la rue, face à face, attendant que l’autre cligne des paupières ou dégaine. Et attendant. Et attendant. Une date limite passe. Une autre arrive.

Il y a des détails complexes et inquiétants, dans cette confrontation, tout comme il y en a dans les guerres zombie. Si nous étions en Syrie ou en Irak, nous voudrions probablement sortir. Et si nous avions de l’argent en Grèce, nous veillerions à ce que le p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles