Travail du dimanche : la loi ne résoudra rien

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Travail du dimanche : la loi ne résoudra rien

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 décembre 2013
- A +

Par Guillaume Cairou.

Divisant la société française, la question du travail le dimanche n’est toujours pas tranchée. Le débat reste englué dans un mode de pensée qu’il faut renouveler. Les nouveaux modes de vie et de distribution imposent de sortir des dérogations incohérentes pour établir une vraie liberté de travail.

Reconnaissons-le, le jour du dimanche a successivement pu être le jour du seigneur pour certains, le jour de l’Église, le jour pour monter au bourg, le jour des retrouvailles familiales, le jour du bricolage ou le jour de la virée en voiture pour d’autres ou encore le jour d’ennui pour quelques esprits poétiques. Le travail du dimanche a une belle histoire. Elle reflète d’ailleurs celle de la société et raconte ses évolutions successives. Elle apparaît pourtant encore trop comme une institution immuable.

Certains observateurs s’étonnent que cette réforme, qui du reste n’aura pas lieu, suscite autant d’émoi dans notre pays. C’est finalement qu’ils oublient qu’il s’agit de l’une des mœurs de notre civilisation chrétienne.

Sans stigmatiser personne mais avec cette histoire en tête, nous pouvons légitimement être conduit à nous demander si c’est bien le rôle de la loi de la Ve République, en 2013, à l’heure du tout digital, dans une société laïque, de sanctionner les manquements à une loi ecclésiastique.

La question s’est toujours posée à des cycles économiques clés

La question du travail le dimanche s’est toujours posée à des cycles économiques clés de notre histoire. C’est ainsi qu’il s’est développé sous la monarchie de juillet parce que l’activité économique naissait de la grande industrie. C’est aussi ainsi qu’il s’est essoufflé à l’aune de la troisième République.

L’histoire nous enseigne des leçons particulièrement intéressantes à cet égard. Il ne faut pas oublier que les métiers de l’habillement ou de l’alimentation sont des métiers en activité le dimanche… depuis le Moyen-Age. Il faut bien mesurer le sens de cette réalité historique pour bien comprendre les enjeux du travail dominical.

C’est le 10 août 2009 que la loi est venue étendre le périmètre de l’élargissement de l’autorisation d’ouverture dominicale, ouvrant ainsi une brèche dans la loi du 13 juillet 1906 à l’origine de sa prohibition.

Sans nous prononcer sur la légitimité ou la nécessité de ce dispositif législatif, force est de constater qu’à la vérité, les dérogations se sont multipliées au point de ne plus faire sens en dévoyant l’essence même du texte par une application particulièrement fastidieuse.

Multiplication des dérogations pour ouvrir le champ de l’ouverture dominicale

Confrontée à cette réalité incohérente, les entrepreneurs se demandent jusqu’à quand ceux qui ont la charge de la décision publique vont prendre comme alibi la multiplication des dérogations pour ouvrir le champ de l’ouverture dominicale tout en prétendant ne pas toucher au travail dominical. À l’heure où tous les sondages d’opinion montrent l’unité des Français sur le sujet, il paraît inconcevable de ne pas l’attaquer à bras le corps.

En 10 ans, ce n’est pas moins d’une dizaine de propositions de loi qui ont été déposées pour élargir le travail le dimanche. C’est dire que le sujet déchaine les passions.

Cela ne doit pas nous empêcher de regarder lucidement la réalité du terrain entrepreneurial.  D’abord, à partir du moment où il existe des étudiants et des salariés volontaires pour travailler le dimanche, nous ne voyons pas au nom de quoi nous pourrions par principe leur refuser le droit de travailler ? En 2013, travailler le dimanche est souvent pour eux tout à fait naturel. Les empêcher de travailler le dimanche, c’est directement précariser ces salariés qui voient ici le moyen de survivre, souvent pour financer leurs études notamment.

Il existe bien un besoin de consommation le dimanche

Aussi, comment peut-on sérieusement renoncer à capter le potentiel de consommation du dimanche et donc de croissance car il existe bien un besoin de consommation le dimanche, à l’heure où nous ne cessons de lire qu’il faut trouver un moyen de relancer l’activité économique en cette période de crise ?

Par ailleurs, quel sens peut bien avoir une interdiction physique d’ouverture à l’heure où c’est le e-commerce qui régit la majorité des transactions commerciales. Va-t-on demander à eBay ou Amazon de fermer leurs sites internet le dimanche ?

Nous voyons bien l’absurdité d’une loi désuète. Veut-on vraiment renoncer à 10 000 emplois de plus rien qu’à Paris ? Peut-on vraiment renoncer à 20 000 emplois supplémentaires à temps plein si l’on autorise l’ouverture 10 à 12 dimanches par an comme l’affirme le Conseil du Commerce de France ?

Empêcher les Français de travailler le dimanche, c’est renoncer à 100 000 emplois

imgscan contrepoints 2013-2448 travail du dimancheNe peut-on pas sérieusement relire l’étude du Conseil d’analyse économique de 2007 qui explique qu’empêcher les Français de travailler le dimanche, c’est renoncer à 100 000 emplois dans celui du commerce de détail. Souhaite-t-on vraiment renoncer aux 14 800 emplois qui pourraient être créés dans le secteur non-alimentaire ? Il est temps de s’occuper de la situation des 6,4 millions de salariés concernés par le travail le dimanche, recensés par l’INSEE.

Pour cela, quoi de mieux que de se rappeler qu’on ne peut pas résoudre un problème avec le même type de pensée que celle qui l’a créé. Poser comme base de réflexion à la situation, la loi qui a interdit le travail le dimanche, c’est sans doute une véritable erreur…


Publié initialement par Le Cercle Les Échos.

Voir les commentaires (49)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (49)
  • Le dimanche, jour de repos, s’il provient symboliquement de l’ancien testament, est surtout LE jour conventionnel de repos. Il en fallait bien un, l’histoire, la culture judéo chrétienne, qu’importe au fond l’origine, reste l’utilité physique, la synchronisation familiale et sociale.

    Remarquons que le jour de repos, quel qu’il soit existe dans tous les pays développés, c’est ce qu’on appelle un élément structurel autant que culturel, comme le mariage ou les fêtes.

    Bien sûr, au nom de la rentabilité, de l’exigence des consommateurs et de la liberté de tout et de n’importe quoi, la volonté politique peut supprimer CE jour. Et après, ce sera le travail de nuit LIBRE, les horaires LIBRES.

    Cela a déjà été faits et cela a été un échec car aucun frein ne s’oppose à la cupidité humaine, comme au début de l’ère industrielle, au 19ème siècle, le pire est certain.

    Qui peut nier que CE jour est indispensable aux familles, c’est à dire à nous tous, humains, animaux sociaux, qui avons besoin de nous rencontrer ?

    Certains le font, pour le BUSINESS, c’est leur droit, mais étant anti social, ce combat d’arrière garde ne sera pas gagné.

    Par contre supprimer toute référence aux religions et laisser chacun décider des quelques jours de congé nécessaires aux choses de la vie y compris religieuses serait plus intéressant.

    • « Social »… Pitié, cessez donc de vous gargariser de ce mot pour prôner vos idées réactionnaires, égoïstes et liberticides.

      Ça ne vous viendrait pas à l’idée que des gens aient BESOIN de bosser la nuit et le dimanche ??…
      Ça a été mon cas durant 5 ans pour pouvoir me payer des études supérieures. Sans cela, aucune élévation sociale pour des gens issus de famille modeste comme moi.
      Ah c’est sûr des petits cons d’étudiants bobos qui prônaient comme vous des idées réactionnaires sur l’importance du repos dominical pour la vie familiale j’en ai rencontré. Facile pour eux, leurs études étaient payées par papa-maman et ils logeaient chez papa-maman…

      Vos lubies de bobos, vos valeurs réactionnaires que vous voulez imposer aux autres, les gens modestes qui veulent s’en sortir n’en veulent pas !!

      • J’exprime mon opinion fondée sur des arguments. Vous en pensez ce que vous voulez.

        Le mot « social » qui semble vous rester en travers de la gorge est utilisé au sens propre, c’est à dire « en rapport avec la société humaine » et le mot « société » également au sens propre, organisation structurante humaine.

        Vous avez la prétention, de parler au nom des « gens modestes », sans préciser à quel titre vous vous arroger ce droit. Avez-vous reçu mandat ?

        • Daniel ROUX: « Vous avez la prétention, de parler au nom des « gens modestes » »

          C’est vous qui prétendez les contraindre à votre vision, Raphaël, lui, veut leur laisser le choix.

          Précisez nous donc effectivement à quel titre vous vous arroger ce droit là ?

          • Ilmryn : en fait Daniel Roux est un peu schizophrène. Il déborde d’idée pour détrousser les travailleurs du fruit de leur travail et redistribuer l’argent qu’ils ont gagné à d’autres (lui surtout)… Mais dans le même temps, il veut tout faire pour raréfier le travail de ces travailleurs et leur mettre des bâtons dans les roues.

            Il n’est pas à une contradiction près ceci dit.

          • @ Ron

            « Il déborde d’idée pour détrousser les travailleurs du fruit de leur travail et redistribuer l’argent qu’ils ont gagné à d’autres »

            Vous avez un exemple, un seul, juste pour montrer qu’il ne s’agit pas d’un procès d’intention, d’un mensonge en quelque sorte?

          • On sait que vous êtes un troll ayant énormément de temps libre pour polluer les articles de Contrepoints de votre moraline collectiviste, mais comme on vous l’a déjà dit, les lecteurs de CP ne sont pas dupes. Vous ne tromperez personne.

            J’espère vraiment que vous n’êtes pas rémunéré pour ce que vous faîtes parce que vous êtes vraiment très mauvais 😀
            Enfin ceci dit, il n’y a que dans le public que vous pourriez trouver quelqu’un d’assez fou pour vous rémunérer pour un quelconque travail 😀

          • Daniel ROUX: « Vous avez un exemple, un seul »

            -> Daniel ROUX dans un autre fil: « nouvelordremondial » « maitre », « coupe réglée » « les 1% »

            N’avancez pas masqué cher camarade communiste moraliste, nous somme pour la liberté, nous pouvons même comprendre ceux qui ne vivent que pour contraindre les autres (tous en les combattant évidemment).

          • Recopier le texte où vous trouvez « nouvel ordre mondial » sur un seul de mes commentaires et je mange mon chapeau.

            Sinon, vous n’êtes qu’un troll vous même.

            Je mériterais d’être payé pour la lumière que j’apporte à l’obscurantisme qui assombrit les idées sur ce forum, mais hélas, ce n’est pas le cas.

            Sinon, si mes commentaires vous déplaisent et que vous voulez que je renonce à échanger avec les internautes, dites-le sans détours. J’y réfléchirai.

          • Bon appétit:

            Daniel ROUX:: « 1% de la population mettent en coupe réglée les autres 99 %. Selon vous, qu’ils possèdent 46% de la richesse mondiale n’est pas un problème, juste un épiphénomène sans importance.
            http://www.nouvelordremondial.cc/2013/10/11/credit-suisse-1-de-la-population-mondiale-possede-46-des-richesses/
            Être esclave n’est pas un choix mais défendre ses maîtres, si. »

          • @IImryn

            Pas de »nouvel ordre mondial » dans ce commentaire, uniquement dans le titre de l’article, ce qui prouve, s’il en était encore besoin, votre mauvaise fois.

            La preuve est apportée que vous êtes un troll, mais vous le saviez déjà, non ?

          • Le mec qui ose encore qualifier les autres de troll, on croit rêver.

            Daniel Roux, monsieur « je suis pour l’égalité avec l’argent des autres », répondez à cette question ou fermez là à tout jamais :
            http://www.contrepoints.org/2013/11/26/147654-reforme-fiscale-au-secours-le-mensonge-piketty-est-de-retour#comment-609152

            Au passage Ilmryn, les propos que vous cherchiez sont sur cette page (coupe réglée, 1%, nouvel ordre mondial etc.)
            Un bon gros troll collectiviste qui s’est échappé d’Agoravox sans comprendre où il mettait les pieds.

          • @ Ron

            Le lien que vous indiquez renvoie à un article que je n’ai pas écrit et qui n’est pas sur ce site, où figurent les fameux mots « nouvel ordre mondial ».

            Comme votre comparse vous apportez vous-même la preuve de votre mauvaise foi. Seriez-vous niais ?

          • Ron Swanson : « Un bon gros troll collectiviste qui s’est échappé d’Agoravox »

            Honteux et parjure de surcroit.

            C’est une nouvelle mutation, le mec poste un articles du nouvelle ordre mondial et toute la merde qui va avec mais n’assume pas et ne mange pas non plus sont chapeau comme promis.

          • @ Ron et IImryn

            L’auteur et les commentateurs de l’article méritent mieux que vos clowneries.

            De fait, vous nuisez au site « Contrepoints » avec votre extrémisme et vos insultes. C’est ça être un troll.

            Avez seulement lu l’article ?

          • C’est sur, surtout que ton crédo article de « nouvelordremondial » « maitre », « coupe réglée » « les 1% » c’est tout à fait dans la ligne éditoriale.

            Daniel ROUX: « Avez seulement lu l’article ? »

            Oui et ? Ton seul credo c’est niet interdiction et régulation. Pas du tout dans la ligne éditoriale.
            Mais lis ma réponse sérieuse plus bas sur « Angel est un être humain, pas un animal. » et répond intelligemment.

    • Le dimanche pourrait être ce jour conventionnel de repos. Mais alors il faudrait pour ceux qui défendent ce principe accepter l’idée que tout commerces, services publics (hormis d’urgence) seraient fermés.

      Dans la réalité, pas de restaurant, de zoo, de musée, que des rediffusions à la télé sans émission en direct… pas d’épiceries, de supermarchés, de cinéma….

      Cher monsieur Roux, je réalise ce que Dimanche signifie dans l’esprit de beaucoup de gens. Seulement employé dans un secteur qui travaille le Dimanche, on se rend compte qu’il n’y a pas vraiment d’arguments valables à ce jour chômé si ce n’est un héritage de notre culture judéochrétienne.

      Et travailler le Dimanche n’interdit pas l’obligation pour un employé d’avoir droit à ses deux jours de repos (consécutifs ou non…). Travailler le Dimanche dans certaines branches (pas la mienne) est mieux rétribué.

      Travailler le Dimanche a plus d’avantages que de ne pas travailler.

      PS : êtes vous le Daniel Roux qui intervient sur Agoravox ?

      Respectueusement

      • La synchronisation du jour de repos n’est pas inutile.

        Connaissez-vous cette histoire sur ce pays qui, un jour, décida de faire rouler les véhicules à droite, comme sur le continent ? Afin de ne pas traumatiser la population par un trop brutal changement, il fut décidé dans un premier temps de commencer par les poids lourds la première semaine puis les véhicules légers, la deuxième. Ce fut un échec et l’expérience fut abandonnée.

        J’ai effectivement proposé quelques articles au site Agoravox et ils ont été publiés. Je dois préciser que jamais (j’écris bien jamais), je n’y ai été insulté comme sur ce site. De là à prétendre que je découvre la bêtise, je n’irais pas jusque là.

        Cordialement

  • Absolument contre, je bosse dans une grande surface, et deja sans le dimanche, ca tue ma vie familliale, je travaille pas hyper tard le soir mais suffisament pour pouvoir profiter « royalement » 30min de mon enfant, au final je peu passer du temps avec seulement le dimanche, avec le dimanche en plus il faudrait que je fasse sauter l’école une fois par semaine pour voir mon enfant?? Faut arrêter les conneries au bout d’un moment
    Déjà le samedi se pointer a un repas entre amis (que tout le monde a commencé tôt) vers 21h mini (en speedant en plus), c’est casse-******, autant pour toi que pour les autres.

    Je parle même pas de la famille que tu ne peux la aussi voir que le dimanche.

    Puis le travail en mode volontariat, on sait ce que ça veut dire, on arrive rapidement au désigné volontaire obligatoire puis si t’es pas content tu dégage.

    Tout ça parce que 4 clampin veulent planter un clou, acheter une laitue ou une veste…. Il s’en foutent eux, vu qu’il se sont reposer le samedi, nous non…

    Je tiens à préciser que les mouvements pour dans les magasins comme on peut voir a la télé, sont très très largement minoritaires!
    On a le droit de vivre nous aussi, on est pas des esclaves!!!!!

    • « Je tiens à préciser que les mouvements pour dans les magasins comme on peut voir a la télé, sont très très largement minoritaires! »

      Ah, et parce qu’ils sont minoritaires, vous voulez leur empêcher d’avoir un boulot et de pouvoir bouffer.
      Bonjour l’égoïsme !

      • Ah et parcequ’ils sont minoritaires ils doivent commander??? le mot démocratie te parle? Le jour ou on reduiras en cendres le peu de principes present dans ce pays, tu pleureras, tu n’auras le droit que de te taire!!!

    • Si vous pensez que vos clients sont des clampins et que votre vie personnelle vaut bien de gâcher la leur, trouvez un autre boulot, vous n’êtes pas fait pour celui-là, et vous nuisez au commerce en général et à son développement qui permettrait de créer plus de jobs, certains le week-end et d’autres la semaine, oui aussi.
      Il y a une corrélation : si vous vous sentez autant prisonnier des choix de votre employeur, et en besoin d’être défendu contre lui, c’est parce qu’en même temps vous empêchez que se développent suffisamment d’employeurs pour que ce soit vous qui puissiez choisir celui qui vous propose des conditions qui vous conviennent.

      • Typiquement français, considérer le client comme un clampin, en oubliant que sans client, il n’y a pas d’argent à la fin du mois.

        C’est même plus de l’inculture économique à ce niveau, c’est de la bêtise sidérale et sidérante.

        Changez donc de boulot au lieu de pleurnicher sur votre sort.

        J’ai fait de la grande distri en job étudiant, heureusement que j’avais ce job il m’a tellement appris, même si c’était souvent pénible… Faudrait arrêter de penser que l’argent pousse sur les arbres à un moment…

      • Parce que la vie personnelle d’un autre est plus importante que la mienne??? désolé MA famille est plus importante que ton petit confort de bobo. Je nuis au commerce? bien sur monsieur le bien pensant, le développement a outrance n’est pas une solution viable elle non plus, il faut savoir garder des limites mon cher, sinon après c’est l’anarchie!

        Mes conditions actuelles de travail me conviennent très bien (a part peut être les modulations horaires et oui tout le monde ne finit pas a 18h comme vous!!!)

        Ce sont des clampins tout comme vous qui ne pensez qu’a votre petit nombril, et vous êtes de plus en plus nombreux dans ce cas la, vous êtes insultant et prenez les « petits vendeurs » pour des merdes, vous avez des etres humains en face de vous et ils ont le droit de vivre la même vie que vous, sans se faire agresser tout au long de la journée.

        J’aime mon boulot et aider les gens, mais le monde change, et pas en mieux loin de la, si tu étais dans le même cas que nous, tu comprendrais….

    • Angel est égoïste.
      Il ne veut pas dégager et laisser sa place à un chômeur qui serait heureux d’être embauché à sa place pour travailler le Dimanche.

      • Angel donne son avis sur la question, ce fil est là pour cela.

        Angel veut simplement l’application de la loi, ce qui lui permettrait d’avoir une vie de famille au moins un jour par semaine.

        Angel travaille, il paie ses assurances sociales et des impôts.

        Angel est un être humain, pas un animal.

        Un peu de respect et des arguments honnêtes dans les échanges enrichiraient le site.

        • Daniel ROUX: « Angel est un être humain, pas un animal.  »

          Oui mais vois-tu, dans les pays les plus libéraux et les plus démocratique Angel est bien mieux protégé par le marché que par ton état qui est en train de faire de la France un pays ou l’offre de travail est tellement rare que tous les faibles, jeunes, vieux, moins performants en sont exclus, et ça, aucune réglementation au monde ne pourra la résoudre bien au contraire puisque c’est aussi la régulation qui tarit l’offre.

          C’est là, là différence principale entre les libéraux et les collectivistes comme toi qui se servent de la misère des gens pour donner encore plus de pouvoir à une oligarchie qui ne sert plus qu’elle même.

          Un libéral c’est un adulte qui voit toutes les conséquences des politiques liberticide « ce qu’on ne voit pas », un socialiste c’est un enfant qui ne voit que le bien apparent immédiat, « manger les bonbons », « interdire », « forcer artificiellement les emplois, les salaires » ce qui n’a jamais marché nul part et ne marchera jamais.

          Ailleurs ils vont créer des emplois pour le week-end et le marché étant libre, détendu, les employés pourront faire la fine bouche et les employeurs seront obligés de casquer pour le week-end, en France les places sont tellement rare que les gens sont prêt à accepter n’importe quel conditions ou sont forcés de les accepter.

          En Suisse par exemple un salaire de jeune caissière chez Lidl c’est 3300 euro soit beaucoup plus qu’un BAC+5 ou un ingénieur en début de carrière en France sans parler des scientifiques. La Suisse a 25 pages de code du travail et 3% de chômage, la France 2500 pages et 11%. En suisse le chômage des jeunes tourne à 4%, en France c’est 25% et pour les anciens c’est la même punition.

          Vous êtes des gamins inconséquents et vous vous foutez des Angel, vous vous aimez surtout d’aimer les autres en leur donnant des bonbons.

          • @ llmryr

            Je suis heureux de voir que vous ne vous contentez pas d’insulter vos contradicteurs même si la hargne reste perceptible dans votre commentaire.

            Je l’ai déjà écrit mais je vais recommencer : JE NE SUIS PAS socialiste, collectiviste, communiste ou quoi que ce soit en ..isme. J’estime que les idéologies, politique, économique ou religieuse, enferment l’homme dans un corset d’idées et les incitent à l’intégrisme et au déni de l’autre.

            Ce n’est pas MON état mais NOTRE état, à condition évidemment que vous soyez français, mais cela ne change rien au fond. L’état français n’est pas ce qu’il est par hasard, il est devenu ce qu’il est par les hasards et les forces de l’histoire. Les français ne sont pas des saxons et admettre que chaque peuple a son propre génie est un premier pas dans la compréhension de chaque histoire.

            Je suis pour la liberté, celle qui s’arrête là où commence celle des autres.

            Il n’y a pas de nouvel ordre mondial, il y a un ordre ancien qui se perpétue, celui de la stratification économique et sociale qui se reproduit de générations en générations. Ceux qui ont le pouvoir ont tendance à en abuser d’où la nécessité de contre pouvoirs. Les lois sont des contrepouvoirs, mais seulement si elles sont appliquées et que leurs transgressions soient sanctionnées.

            Le libéralisme, parce qu’il nie l’homme est un anti humanisme. Écrivant cela, je ne prétends pas que l’humanisme est sans défaut, notamment dans l’arbitrage entre le bien de l’homme et le bien de la nature qui lui est indispensable.

            Le respect de l’autre est la garantie d’échanges fructueux.

          • @Daniel Roux

            « Je suis pour la liberté, celle qui s’arrête là où commence celle des autres.  »

            C’est exactement ce que défendent les libéraux

            Ce débat en est une bonne illustration:La liberté de ne pas travailler le dimanche (de ceux qui ne le veulent pas) s’arrête là ou commence celle de travailler (de ceux qui le veulent)

            En d’autres termes, les gens qui comme Angel veulent avoir un dimanche en famille en ont le droit dans le mesure ou ils n’imposent pas aux autres (par la force de l’état) de faire comme eux.

          • Daniel ROUX: « Il n’y a pas de nouvel ordre mondial, il y a un ordre ancien qui se perpétue, celui de la stratification économique et sociale qui se reproduit de générations en générations.  »

            C’est totalement faux, classe moyenne massivement montante, fortunes et pouvoir peu transmis, réduction de la pauvreté et de la famine cela malgré l’augmentation de la population.
            De fait le monde voit l’émergence massive de gens qui ont autant de richesse que le 1% des siècles précédents avec des possibilités inédites pour toutes les énergies.

            Daniel ROUX: « Ceux qui ont le pouvoir ont tendance à en abuser d’où la nécessité de contre pouvoirs. »

            Tu as raison et tort, raison pour l’abus de pouvoir, tort de donner à quelques hommes seulement d’immenses pouvoirs de « contre-pouvoir ». La France qui n’est pas réellement une démocratie est ainsi devenue une oligarchie du copinage et du corporatisme avec des inégalités ahurissante et la panne totale de l’ascenseur social.

            Pour cause de tâche régalienne non assurée comme la justice, la sécurité et le droit, de fiscalité et régulation absolument étouffante et instable un jeune dynamique des cités pauvres ne peut plus créer son entreprise, ne serait ce qu’une baraque à frite, et entrainer ses copains avec lui dans l’emploi et la richesse. Il sera pompé, taxé, devra répondre à des tonnes de règlements absurde et au final sera volé ou racketté parce que l’état n’assure plus un de ses tâche primaire.

            Pas d’entreprise, pas d’emplois, pire : on va pomper les richesses ailleurs, violenter d’autres entrepreneurs pour les jeter dans ce brasier à richesse que sont devenues les cités pauvre sans aucun espoir de changement.
            Voila ce que fait ta régulation, maintenir, entretenir, créer de la pauvreté des drames humains.

            Daniel ROUX: « Le libéralisme, parce qu’il nie l’homme est un anti humanisme »

            Voila pourquoi tu récoltes des réactions violente, tu ne sais pas écouter, tu ne fais que répéter des idées reçues complètement absurde et hors de propos.

            TOUT les faits économiques, l’histoire et les pays que tu peux observer démontrent la même chose:
            Les sociétés les plus prospères sont celle ou la liberté et l’assurance des droits fondamentaux sont le mieux respectés. Ce sont les meilleurs démocratie du nord et de l’est. Les sociétés comme la France qui sont interventionnistes et régulent à mort avec un état qui prétend s’occuper de tout se cassent la figure.

            Daniel ROUX: « Je suis pour la liberté, celle qui s’arrête là où commence celle des autres.  »

            Non, tu prétend réguler les moindres défauts et tu précipites en fait les gens dans la pauvreté et la misère. Ouvre les yeux, et regarde quel sont les meilleurs pays pour leur population, ce sont les plus libre, et les plus démocrate. La France n’en fait pas partie, elle entasse la pauvreté par inconséquence et ignorance.

            Indice de démocratie:
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9mocratie
            http://www.heritage.org/index/ranking

          • Je suis tout à fait d’accord avec votre (ou « ta », si le tutoiement ne pose pas de soucis) ligne de pensée libérale, toutefois je crois que la comparaison avec la Suisse n’est pas pertinente.

            Tout d’abord parce que les Suisses proches de la frontière vont faire leurs courses dans les pays voisins, le coût des produits alimentaires étant moins élevé.

            Ensuite, parce qu’il ne faut pas oublier qu’en qualité de paradis fiscal (même si je ne suis plus sure qu’on puisse encore le dénommer ainsi), l’économie du pays est aidée par les capitaux qui sont déposés dans les banques et qui ne proviennent pas forcement de l’économie réelle.

            Cependant le chômage des jeunes est relativement bas en Allemagne aussi, pays où on peut travailler le dimanche.

          • @iimryn

            Ce n’est pas en répétant toujours la même chose qu’elle est vraie. Il faut prouver ce que l’on prétend être vrai si l’on veut espérer convaincre.

            Quel pays d’une taille au-dessus de la Corse, applique depuis au moins une génération une politique libérale sans être un paradis fiscal pour les riches, les délinquants, les dictateurs et la mafia, mais surtout pas pour ses citoyens? Je n’en connais pas. Ce que je connais par contre, c’est la situation catastrophique de la Grande Bretagne, des US, du Japon et d’autres qui se débattent dans les dettes jusqu’au cou et qui tentent de s’en sortir à coup de planche à billets.

            Je ne prétends pas que la France est un paradis mais, d’après ce que j’ai vu, et j’ai pas mal roulé ma bosse, c’est probablement le mieux (même si la Suisse est pas mal non plus) que l’on puisse obtenir à l’heure actuelle malgré des déséquilibres institutionnels évidents, l’immobilisme de Chirac et la gabegie Sarkozyste.

            J’irais même plus loin, j’estime que Jospin a été le meilleur dirigeant et le plus honnête de la 5ème république.

          • simon@: « Tout d’abord parce que les Suisses proches de la frontière vont faire leurs courses dans les pays voisins, le coût des produits alimentaires étant moins élevé. »

            Non, plus vraiment et le transfert va dans les deux sens. L’essence et d’autres produits sont moins cher en Suisse (TVA à 7%). Même si ça ne représenterait qu’une fraction de la population, donc non significatif.

            simon@: « Ensuite, parce qu’il ne faut pas oublier qu’en qualité de paradis fiscal (même si je ne suis plus sure qu’on puisse encore le dénommer ainsi), l’économie du pays est aidée par les capitaux qui sont déposés dans les banques et qui ne proviennent pas forcement de l’économie réelle. »

            Le secteur bancaire représente 15%, la Suisse n’a aucun intérêt en Afrique (Total etc), pas d’aéronautique, ni de constructeur auto, pas d’accès à la mer et beaucoup moins de ressources naturelle que la France.

            On ne peut négliger évidemment l’apport des richesses chassée des sociale démocratie mais le secteur marchant est un des plus performant au monde, les 3% de chômage le doivent bien au libéralisme.

          • Daniel ROUX: « Quel pays d’une taille au-dessus de la Corse, applique depuis au moins une génération une politique libérale sans être un paradis fiscal pour les riches, les délinquants, les dictateurs et la mafia, mais surtout pas pour ses citoyens? Je n’en connais pas.  »

            C’est ce que je dis, tu ne cherches qu’a confirmer tes idées reçues. C’est humain, on appelle cela le biais de confirmation d’hypothèse.

            -Ceux qui font mieux sont infestés par la mafia
            -D’ailleurs personne ne fait vraiment mieux
            -Et même si la population est malheureuse (sauf la mafia)

            Fin de la discussion.

            Daniel ROUX: « Je n’en connais pas.  »

            Évidemment non, tu rejettes soigneusement tout ce qui pourrait aller à l’encontre de ta vision du monde.

          • D’ailleurs tes biais vont tellement loin que tu tiens un discours totalement socialiste tout en rejetant complètement cette appellation.

            A ce stade tu peux absolument tout nier, tu ne cherche pas à comprendre mais à conforter tes idées reçues.

      • Parce que tu crois que ça va créer des emplois??? c’est beau le rêve……. vous feriez mieux de réfléchir et de voir avant de parler, vous ne connaissez rien au problème et vous osez la ramener….pathétique….

  • Donc @Angel, vous allez au boulot à contre-coeur, en en voulant au monde entier pour des horaires qui ne vous conviennent pas. Je ne suis pas loin de penser comme @ MichelO qui vous suggère de trouver un autre job plus en rapport avec vos désirs de vie familiale.
    Car je suppose que vous sortez quand même parfois le dimanche avec vos enfants, tiens au hasard au Mac Do du coin ou heureusement (comme mon petit-fils y travaillant tous les vendredis et dimanches soirs) des étudiants pour la plupart y bossent pour se payer leurs études, ce qu’il pratique également tous les samedis de 11 à 20H15 pour les mêmes raisons à Alinéa.
    Je suppose qu’également vous êtes invités au restaurant en famille de temps en temps, et qu’heureusement des personnes y travaillent pour que y passiez du bon temps, du moins je vous le souhaite. J’ai tenu 2 restaurants et les samedis et dimanches étaient complets. J’avoue que parfois, j’ai trouvé cela lourd, mais c’était ma vie. La seule soirée que nous nous réservions était le réveillon de Noël.
    Et lorsque j’étais enfant, mon père qui travaillait dans un journal ne bénéficiait que d’un dimanche sur 7.
    Eh! oui, les journaux paraissent le lundi, et d’ailleurs à notre époque, le dimanche également.
    Tous les métiers de bouche ou de commerce sont au service des clients. Ce n’est pas une nouveauté et vous avez l’air de le découvrir.
    Maintenant si on ne veut plus de cette société marchande, il faut le décider ensemble et s’en donner les moyens, mais quid de ceux-ci ?

    • Absolument pas, ce que je souhaite (comme énormément de monde) ce de pouvoir profiter du peu de temps en commun avec mes amis ou ma famille.

      Je sort effectivement le dimanche oui, en foret en ballade ou autres, mais pas dans un magasin, un resto, ou autres, je serai bien faux-cul d’avancer ce que j’avance, si c’était pour faire le contraire derrière, je l’evite soigneusement, car je comprends que ce n’est pas forcement le choix des gens, il n’y a pas forcement besoin d’aller au restaurant pour profiter d’un repas en famille ou entre amis…..

      Concernant Alinéa,je ne bosse pas jusqu’à 21h15, mais jusqu’à 20h cela est bien suffisant, quel besoin d’aller jusqu’à 21h???? surtout un samedi??? tout ca parce que tu n’as pas réussi a te lever tôt pour aller faire les magasins pendant que d’autres bossait???

  • Étant frontalier Belge, je constate que les commerces Belges à la frontière, tous ouverts le Dimanche, voient une affluence incroyable, cela TOUS les dimanche de l’année… qu’il fasse beau, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige.

    Les gens ont besoin de se promener et de se faire plaisir le Dimanche (sortir les gamins, boire un verre, manger une crêpe en famille, acheter le repas du soir chez le traiteur, trouver du matériel pour ses travaux, acheter un cadeau de dernière minute etc.)

    Le Dimanche est même un jour excellent pour faire des affaires tant les gens sont de bonne humeur et décontractés.

    Du côté Français, on ferme le rideau du magasin à 19h moins 15 minutes (pour finir « à l’heure ») sur la gueule des clients qui essaient encore de rentrer après le boulot en semaine, et on ferme le WE parce qu’il faut bien se reposer.
    Et on pleure sur son chiffre d’affaires catastrophique qui est certainement la faute « de la grande distribution qui pille le petit commerce » et de la finance apatride mondialisée.

    Il n’y a pas de secret, les français ne veulent pas bosser, point.

    En plus, ces cons de commerçant français feraient au moins autant de business en bossant uniquement 4h par jour (après 18h) et le samedi / dimanche, qu’en faisant leurs 35h du Mardi au Samedi.
    Mais chut faut pas le dire trop fort, ils risqueraient de le comprendre et de gagner de l’argent.

    • Le plus impressionnant étant les « night shop » qui vendent des cigarettes et de l’alcool 24h/24, installés tout juste sur la frontière.

      On trouve 5 ou 6 de ces établissements les uns à côté des autres, et ils survivent pourtant tous, malgré leur proximité (ils sont carrément voisins).

      Bon par contre, effectivement, ce sont toujours des immigrés indiens (on les appelle vulgairement « les pakistanais » sur la frontière) qui travaillent dedans. Peut-être sont-ils plus courageux que les oisifs Européens.

      • Êtes-vous frontalier belge ou frontalier avec la Belgique ?

        Vulgairement « pakistanais » ? Est-ce vulgaire d’être pakistanais ou est-ce le mot qui est vulgaire?

        A moins que vous vouliez dire que ceux qui le disent sont vulgaires ?

        Pakistan est un pays qui est peuplé par des pakistanais. Qui y a t-il de vulgaire dans ses termes ?

        Tout ça n’est pas très clair.

        • En tout cas D roux en général les trolls gauchistes sont drôle (Certains melanchoniste sont impayables) mais vous, vous êtes un troll triste.

        • vulgairement, adverbe
          Sens 1 Grossièrement, avec vulgarité [Péjoratif].
          Sens 2 Communément, dans le langage courant. Synonyme couramment

          En essayant le sens 2 c’est peut être plus clair.

          Pour la première question, le fait que Ron habite du coté Belge ou du coté Français ne change pas grand chose à son explication.

  • Oui c’est vrai que l’on ne peut pas en cette période se priver de tout levier de croissance…
    http://www.magtuttifrutti.com/article-guerre-economique-mondiale-fleches-contre-chars-d-assaut-121398097.html

  • @Daniel Roux: Finalement, si je résume bien, vous dites que si on autorise le travail le dimanche, les employeurs vont forcer les employés à travailler le dimanche, et que de autorisé, le travail dominical va devenir obligatoir.
    On peut se demander pourquoi cette évolution semble effectivement crédible. Et pourtant la réponse est simple: Parce que le dimanche est un bon jour pour vendre. Alors effectivement certains peuvent ne pas vouloir faire de compromis la dessus, mais des lors je me demande: Si vous ne voulez pas avoir à subir les désirs des clients, pourquoi travailler dans le commerce? parce que vous näavez rien trouvé d’autre? Et alors? C’est de la faute de celui qui vous embauche si vous ne trouvez pas mieux que ce qu’il vous propose? Pourquoi on devrait lui imposer des règles à LUI et le restreindre LUI a VOTRE PROFIT.

    Cette supposée « violence du marché » qui exclue les gens ne se plient pas à ses exigences s’oppose à la violence de l’action policière si on ne respecte pas votre interdiction. Peut t’on convenir du fait que le chomage est un peu moins violent que l’incarcération en prison ou la saisie de vos biens? Vous rendez vous compte que pour protéger des gens d’une violence supposée, vous voulez imposer une menace tout ce qu’il y a de plus concrète? Vous rendez vous compte que vous etes du coté du despotisme?

    • Je ne sais pas où vous avez lu ce que vous m’attribuez ou si vous vous trompez d’auteur mais qu’importe car le code du travail exige que le salarié se soumette aux exigences de son employeur dans des limites fixées par la loi, sinon il commet une faute et peut être licencié. De plus vous connaissez certainement l’expression  » Si vous ne voulez pas le faire, des centaines de chômeur seront heureux de prendre votre place ».

      Mon opinion est que les salariés ne font pas le poids face aux employeurs eux mêmes soumis aux exigences de la compétitivité et de rentabilité des actionnaires. Savez-vous que c’est une entreprise qui a porté plainte parce que les autres avaient obtenu une dérogation et pas lui?

      Pourquoi le dimanche, comme le samedi, est-il un bon jour pour vendre?

      Parce que le dimanche comme le samedi, la plupart des gens ne travaillent pas. Avez-vous remarqué que le débat ne porte pas sur le samedi ? Comme d’habitude, on négocie uniquement sur la part congrue du salarié et non sur le gâteau de l’actionnaire.

      Concernant la violence policière, je la dénonce avec fermeté lorsqu’elle n’est pas imposée par la violence du délinquant, c’est à dire de celui qui transgresse la loi. La loi étant théoriquement une règle qui s’impose à tous.

      Malheureusement, l’Etat accorde des dérogations à certain et la justice semble vouloir appliquer sa propre loi dans ce dossier comme dans d’autres. Ceux qui se croient en démocratie vivent dans l’illusion car en démocratie, les pouvoirs sont séparés ce qui est loin d’être le cas chez nous.

      Si une loi est jugée mauvaise par l’usage qui en est fait, c’est au parlement de la modifier. Si des décrets sont estimés injustes, ils peuvent être attaqués devant le Conseil d’Etat, etc.. Dans tous les cas, ce n’est pas aux uns et aux autres de se faire justice.

      • Daniel ROUX: « Mon opinion est que les salariés ne font pas le poids face aux employeurs eux mêmes soumis aux exigences de la compétitivité et de rentabilité des actionnaires. »

        Et les 65% d’impôts et 2’500 pages du code du travail n’ont aucun impact. Le fait qu’un employeur doive débourser 3000 euro pour payer un SMIC non plus. Ça ne créé pas de chômage, n’exclus pas les gens, et du coup ça ne met pas les employés en position d’infériorité (offre rare, demande forte) tout en fragilisant le tout (Taux record de faillite, rentabilité la plus basse d’Europe). ça n’entraine pas non plus des dépenses sociale record ce qui fait monter les impôts et la dette en fragilisant encore plus le marché.

        Gentil état !

        Si un jour tu montais une PME en France tu changerais d’avis tellement vite qu’on entendrais le double bang du passage du mur du son.

  • Tout d’abord mettre dans la même phrase : « volontaires » et « qui voient ici le moyen de survivre », me semble assez contradictoire. On se demande quel est donc se volontariat quant c’est la survie qui pousse à travailler le dimanche. Ceci dit, au moins vous avez l’honnêteté de le dire contrairement à d’autres qui invoquent « la Liberté », sans avoir vraiment réfléchi sur le sujet.

    Concernant les emplois créés, cela tient un peu d’un miracle puisqu’à pouvoir d’achat égal, je vois mal comment il pourrait se créé des emplois s’il n’y a pas de hausses de la consommation, sauf bien entendu des touristes de passage le dimanche et qui ne pourrait pas faire leurs courses à un autre moment, ce qui me paraît assez peu probable. C’est d’ailleurs un avis que partage le credoc, il me semble.

    Maintenant au nom de quoi interdire aux gens « volontaires » de travailler le dimanche et aux magasins d’ouvrir le dimanche ? Tout simplement parce que cela a un impact sur tout le monde, sur les salariés qui refuseront de travailler le dimanche et qui pourront être mal considérés, sur les augmentations de salaires normaux (on répondra, tu n’as qu’à bosser le dimanche), sur l’ensemble de la société en augmentant par exemple les trajets en voiture et la pollution. C’est donc un problème qui ne concerne pas seulement l’employeur et le volontaire mais toute la société.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles