5 raisons pour lesquelles la France a du mal à se réformer

Un Allemand essaie d’identifier les raisons qui empêchent la France de se réformer.

Par Berthold Seewald, depuis l’Allemagne.

Article paru initialement dans le journal Die Welt, le 28 novembre 2013. Traduction Bernard Martoïa.

crise économique franceBien que le pays soit en ébullition, l’élite française reste figée dans une immobilité notoire. Quelques exemples historiques justifient l’incapacité de l’élite française à faire face à la crise actuelle.

L’autocritique1, qui n’est pas la force du président François Hollande, montre cependant l’incapacité des élites françaises à dire au revoir aux chimères historiques.

Cela fait déjà quatre fois que la France a réussi, dans des situations dramatiques, à trouver une échappatoire à une crise existentielle. C’est plus surprenant encore si l’on considère la rigidité notoire avec laquelle l’élite parisienne s’est opposée à toute réforme ou si elle s’est réveillée, une fois, mais a capitulé dès le premier signe de résistance. On peut mettre cela sur le compte d’un calcul tactique, d’une arrogance collective ou d’une vision erronée. Cependant, il est instructif d’analyser l’expérience historique unique de la mentalité française.

1 Le centralisme

Jusqu’à la fin du Moyen-Age, la France était un ensemble de pièces rapportées sous la coupe de différents seigneurs. Le plus grand propriétaire foncier dans le pays était le roi d’Angleterre. Le droit à sa succession déclencha la guerre de Cent Ans qui ruina presque la France.

Bien que les archers anglais décimassent la chevalerie française dans plusieurs batailles, les rois de France réussirent à reprendre peu à peu le contrôle de plusieurs provinces. Avec l’augmentation des impôts, ils recrutèrent des soldats et les rendirent indépendants des droits seigneuriaux. Avec l’émergence de ce pouvoir centralisé non seulement les armées anglaises furent vaincues, mais aussi les revendications de l’aristocratie. À la fin de la guerre, en 1450, de ce conglomérat de pouvoirs divergents émergea un régime politique dont les frontières préfiguraient celles de l’État-nation. La monarchie était devenue le centre du pouvoir et Paris sa capitale.

Mais ce centralisme, qui devint le modèle des dirigeants de l’Occident, était loin d’être parfait. Dans la lutte contre la Bourgogne et l’Empire espagnol de nombreuses conquêtes furent perdues à nouveau.

2  L’absolutisme

Une fois de plus la couronne française connut une crise existentielle. Dans les guerres confessionnelles du seizième siècle, la France échappa, de justesse, à un éclatement mais le pragmatisme toucha le chef huguenot Henri IV qui se convertit au catholicisme. «Paris vaut bien une messe.» L’unité religieuse fut encadrée dans une doctrine laïque : la souveraineté de l’État l’habilite à arbitrer au-dessus des parties. Ce sont des intellectuels comme Jean Bodin qui reconnurent à la couronne la détention de cette souveraineté.

Une génération plus tard, ce fut un prince de l’Église, le cardinal de Richelieu, qui en s’appuyant sur l’alliance avec la couronne protestante suédoise, jeta les fondements de l’État séculier dont Louis XIV put proclamer un jour : « l’État c’est moi ! » Contre toutes les traditions, la France fut divisée en intendances qui portèrent la volonté du roi dans de nombreux recoins de son empire qui était devenu le plus puissant en Europe.

Mais cet absolutisme était tout sauf absolu. Certes, la vieille noblesse était sous le contrôle royal à la cour de Versailles. Mais dans le royaume se mit de facto en place une nouvelle aristocratie de hauts fonctionnaires2 au-dessus des parlements, qui si elle fut effectivement créée par le roi, ce dernier n’avait pas les moyens de la contrôler. Les folies du monarque firent exploser la dette. En 1714, à la fin de la guerre de Succession d’Espagne, la dette nationale était trente fois plus élevée que les recettes fiscales3.

3 La révolution

Le résultat de la faillite fut la convocation des États généraux en 1789, la révolution et le renversement de la monarchie. Dans un sursaut inimaginable, la République sut préserver son existence contre les armées coalisées de l’Ancien Régime et le soulèvement de la Vendée. L’héritier de la Révolution, Napoléon Bonaparte, soumit non seulement la moitié de l’Europe, mais établit un État moderne et efficace, qui, même après la fin de l’Empire, fut préservé.

Mais la victoire de la bourgeoisie et de son alliée, la métropole parisienne, avaient leur revers de la médaille. La résistance du pays, de ses fermiers et de ses nobles ne put être écrasée qu’avec une extrême brutalité. Mais il a toujours existé – géographiquement et mentalement – des zones d’ombre que le centralisme et l’absolutisme ne purent éradiquer. La division de la France a perduré entre une élite étatique et beaucoup de particularismes provinciaux.

À cela s’ajoute la grande imposture de la Révolution dont la devise est la liberté, l’égalité et la solidarité. La réalité est plutôt dans le slogan « Enrichissez-vous ! » qui déclencha les révolutions du dix-neuvième siècle.

4 Le capitalisme

En 1871, les armées allemandes écrasèrent celles de l’empereur Napoléon III, et la République naissante ne put venir à bout de l’insurrection de la Commune de Paris qu’après un long siège. C’est l’un des plus grands succès de la France d’avoir créé, sur les décombres de cette insurrection, un État industriel moderne qui, quarante-trois ans plus tard, sut contrer avec succès la machine de guerre de Guillaume II. De plus, la France fut capable de fournir à l’Empire tsariste les moyens financiers pour sa modernisation et à entretenir un empire colonial très déficitaire.

Mais après avoir gagné la Première Guerre mondiale, la Troisième République perdit cette victoire à vouloir mener de concert une politique de solidarité sociale avec la prospérité économique [4] . Après tout, le capitalisme s’est avéré fragile dans ce pays : «Parce qu’il est étranger au corps français», a expliqué le grand historien Fernand Braudel. La France et ses élites n’aiment pas la maximisation du profit poursuivi par le capitalisme anglo-saxon avec «ses dents de requin.»

5 L’amour-propre

Un pouvoir séculier comme la France n’a pas encore pris la mesure où son modèle social la conduit. La raison est la même qui a abouti à quatre catastrophes historiques de ce pays : c’est l’ivresse de l’engouement et de l’aveuglement. Parce que l’influence pérenne du centralisme, de l’absolutisme, de la révolution et du capitalisme à la française semblerait suffisante pour surmonter toutes les crises dramatiques et à maintenir son rang de puissance et de modèle pour le reste du monde, une culture de l’autocritique est inconcevable pour permettre un changement de direction. La tradition du Roi Soleil et de ses fonctionnaires omnipotents hante encore la cour. L’étroitesse d’esprit et l’uniformité des diplômés des grandes écoles parisiennes en est la conséquence aujourd’hui5.

Notes de traduction :

  1. Le président a fait le pari, contre l’avis de tous les experts économiques qui ne sont ni marxistes ni keynésiens, d’inverser la courbe du chômage à la fin de l’année par une politique fiscale inquisitoire.
  2. le colbertisme donna naissance au capitalisme rigide à la française, un avatar étatique du vrai capitalisme qui est libre et privé. Le colbertisme est l’alma-mater de l’ENA où est formatée l’élite française.
  3. C’est un rappel historique bienvenu qui prouve que le pouvoir absolu est une calamité naturelle comme la peste et le choléra. La Cinquième République, avec son président omnipotent, constitue un malheureux retour en arrière pour la France.
  4. Le Front Populaire, une coalition de partis de gauche qui prit le pouvoir en 1936, conduisit tout droit à la catastrophe du 10 mai 1940 avec la percée des blindés de Guderian dans le saillant des Ardennes. On relève le même aveuglement du gouvernement actuel face à l’imminence d’une autre catastrophe. L’histoire de France n’est qu’un enchaînement de catastrophes en raison de l’aveuglement des élites qui ne se remettent jamais en question.
  5. Il faut supprimer les grandes écoles et créer des universités autonomes avec un financement à moitié par les étudiants et à moitié par les entreprises.