Philippe Varin renonce à sa retraite chapeau : quelles leçons tirer ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Philippe Varin renonce à sa retraite chapeau : quelles leçons tirer ?

Publié le 30 novembre 2013
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Philippe VarinAinsi donc, falot, presque repentant, Philippe Varin a cédé à la pression ambiante et décidé de renoncer à sa retraite chapeau. Piètre dirigeant que celui qui se déculotte devant la populace et qui croit acheter la paix au prix de son bon droit.

Ah ! Ils sont fiers, les rapaces, les chiens, qui sans cesse aboient. Ils sentent l’odeur du sang. Ne sait-il pas, ce pauvre Varin, qu’ils n’en ont pas fini avec lui ? Ne sait-il pas qu’ils en voudront plus, encore plus, toujours plus, car ce n’est pas à sa retraite chapeau qu’ils en ont, ces loups, c’est à sa fonction. Il faut obliger un grand patron à mettre genou à terre. Il met un genou ? Il est faible ! Alors allons plus loin, qu’il se couche ! Il se couche ? Alors décapitons-le et exhibons sa tête au bout d’une pique !

Et ces idiots utiles, fats, benêts et traîtres du soi-disant Medef qui, toujours prêts à toutes les compromissions et les collaborations, applaudissent et félicitent le lâche, croyant pouvoir faire de lui le bouc émissaire ou le paratonnerre qui leur évitera de voir fondre sur eux la vindicte de cette clique assoiffée de sang ! En se rangeant ainsi aux côtés des démagogues, des totalitaires, des arrivistes, des incapables, de cette clique hétéroclite de journalistes en mal de lecteurs, de syndicalistes corrompus et de politiciens démagogues, ils abandonnent.

Le « bon peuple » manipulé est content, il a sa victime bouffée par les lions au milieu du forum. Les politiques sont contents, ils se refont une virginité « populaire » à bon compte. Les journaleux sont contents, ils ont l’illusion de ce pouvoir que pourtant, chaque jour, ils perdent un petit peu plus. Mais au fond, la vase retombée, que reste-t-il de cet événement ?

L’État de droit est perdant

Une fois encore en ce pays dominé par le socialisme, l’État de droit est perdant. Il y avait un contrat entre l’employeur et l’employé. C’est sur la base de ce contrat que l’employé a accepté le poste.

Que vaut un contrat écrit en bonne et due forme, conforme aux lois de ce pays, face à l’idéologie ? Rien. Nous nageons en plein despotisme. Une idéologie manipule et impose ses préceptes au mépris de ce qui fait la civilisation, l’État de droit et l’égalité devant la loi. À partir de quel montant une indemnité est-elle acceptable au regard de nos directeurs de la pensée ? Pourquoi nos élus, de tous bords, sans exception, se réjouissent-ils de voir Monsieur Varin abandonner son dû au nom de l’ordre moral quand eux, les députés, s’accordent des indemnités représentant 100% de leur traitement brut pendant trois ans et dégressif par semestre les deux années suivantes ? Auraient-ils préféré voir Monsieur Varin bénéficier des mêmes avantages ? Ou bénéficier, comme eux d’un régime de retraite taillé sur mesure ?

La libre entreprise est perdante

Une fois encore, et comme l’a très bien expliqué notre chroniqueur québécois dans un article récent, le dirigisme étatique l’a emporté sur la libre entreprise. Des actionnaires, en toute liberté et conformément à la loi, décident de la rémunération d’un dirigeant. Des ministres, un Président de la République, des élus politiques remettent en cause cette décision prise par des acteurs d’une société privée avec des fonds privés, concernant un salarié du secteur privé.

Les fonds de cette retraite chapeau étaient provisionnés. Oui, les fonds étaient provisionnés… Le moins que l’on puisse dire, c’est que tous nos donneurs de leçons réunis ne peuvent pas en dire autant concernant les retraites, chapeau ou non, qu’ils accordent par clientélisme !

Les recettes fiscales sont perdantes

Une fois encore, les idiots dominants ont raté une occasion de réfléchir. Les cotisations versées au titre de la retraite chapeau ont été soumises à CSG/CRDS et au forfait social de 20%. Bon, et maintenant, qu’est-ce qu’on fait, on rembourse PSA ? Les revenus de Monsieur Varin eurent été soumis à l’IRPP (45% au taux marginal…). Dommage, cela aurait généré quelques revenus supplémentaires à un État qui en a bien besoin. Les 55% restants auraient pour partie été consommés (à 20% de TVA…) et pour partie investis, générant des revenus qui auraient été imposés et soumis à CSG/CRDS…

Et voilà comment, pour satisfaire une haine idéologique, on abandonne toute réflexion pragmatique. Nos idiots dirigeants préfèrent tuer la poule aux œufs d’or.

Les dirigeants ont une raison de plus de quitter la France

Une fois encore, le message envoyé tant auprès des grand dirigeants qu’auprès du monde entier est clair : « Ne venez pas travaillez en France ».

Même si une entreprise privée française vous fait une offre intéressante et concurrentielle par rapport aux entreprises de même taille du reste du monde, vous n’êtes pas à l’abri d’une intervention arbitraire de la bourgeoisie bien pensante et de l’idéologie dominante. Grands dirigeants, fuyez la France et laissez les entreprises françaises aux mains consanguines de la clique de bobos auto-satisfaits qui pratiquent si bien le népotisme et corrompent, entre initiés, l’appareil politique, social, médiatique et économique de ce qui fut il y a peu la troisième puissance économique du monde…


Sur le web.

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • + 1
    En complément de lecture l’article d’Atlantico http://www.atlantico.fr/decryptage/21-millions-euros-provisions-pour-retraite-chapeau-philippe-varin-trouvez-choquant-pour-celle-jean-marc-ayrault-couterait-12-mil-910989.html
    Où l’on apprend que la retraite de JM Ayrault couterait aujourd’hui 12 millions d’euro de provisions à la France si il les charges sociales afférentes à un ministre étaient les mêmes que celles supportées les entreprises privées pour les compléments de retraites des dirigeants.

    • Mr Varin n’est probablement pas du sérail socialo-communiste. Il n’a pas le droit de prétendre aux même privilèges que le clergé degôche.

      @Thibault Doidy de Kerguelen : merci de ne pas comparer toutes ces petites merdes humaines puant la haine aux rapaces et aux chiens. Les vautours et les chiens sont utiles et méritent mieux que ces étrons.

  • Les milieux d’élus et ceux d’activistes (envieux et bornés) qui se réjouissent de telles mesures seront cependant protégés par la tradition. Ainsi, ils s’en mettront plein les poches, appelant les moutons bêlant à se focaliser sur quelques cas singulier.
    Déjà cité, mais à répéter : l’imbécillité du peuple est incommensurable !
    (les politiciens et les syndicats corporatistes le savent et en usent)…

  • Le fait que Mr Varin renonce à sa retraite chapeau démontre qu’il n’avait pas la stature pour diriger PSA et que Dongfeng avait raison de souhaiter son remplacement. Son renoncement illustre son incapacité à imposer aux autres parties le respect d’un engagement contractuel.

  • « Porter ses couilles » de grand dirigeant

  • Alors dans la même veine, calculons ce que coûtera à la collectivité les retraites « Sombrero » de Hollande et Ayrault; et on s’apercevra qu’il va falloir leur lâcher quelques millions d’euros
    Ont-ils pour autant fait mieux que Mr VARIN ?
    Bien au contraire, à aucun moment, ils n’auront contribué à développer ou même gérer une entreprise, à prendre et assumer des décisions difficiles pour garantir les salaires à la fin du mois (ils ont les impôts et taxes pour cela…), ne serait-ce que par leur action permis de réduire la dette et améliorer la balance commerciale de la France. Rien; pas de richesse créée, pas d’emplois pérennes
    Si l’on considère que Mr VARIN doit renoncer à ce qui était prévu au contrat parce qu’il a échoué dans sa mission, alors c’est toute la clique ministérielle qui doit renoncer séant à toucher salaires, primes et retraites car ils ont échoué sur tout !

  • M. Varin avait droit à sa retraite-chapeau, devant les protestations face aux mauvais résultats de sa gouvernance il y renonce par souci de décence, fin de l’histoire. Je n’y vois rien à redire d’un point de vue libéral.

    être libéral n’est pas soutenir la ploutocratie internationale, surtout lorsque celle-ci est intiment liée à l’Etat comme c’est le cas en Europe et aux USA.

    • Ce soutien inconditionnel des articles de Contrepoints à la ploutocratie , au capitalisme de connivence aux petits arrangements entre amis dans les conseils d’administration des grands groupes est ahurissant Surtout, qu’en parallèle, les mouvements ouvriers chez PSA depuis plusieurs mois, sont considérés ici avec le plus grand mépris.
      Pour qui roule Contrepoints ?

      • M. Varin ne me plaît guère, mais si vous ne respectez pas la loi envers ceux qui ne vous plaisent pas, est-ce à dire que vous ne la respecterez que pour ceux qui achèteront suffisamment cher votre connivence ?

        • A 77% des Français veulent faire interdire les retraites-chapeau des grands patrons.
          ça c’est du concret.
          il faut respecter la volonté du peuple.
          Les retraite chapeau étaient auparavant exclusivement réservées aux mandataires sociaux parce qu’ils n’avaient pas de contrat de travail avec l’entreprise qu’il représentait devant les actionnaires.
          Une sorte de ompensation financière juste et équitable.
          Mr Varin avait un contrat de travail avec PSA donc un salaire donc une excellente retraite de cadre lui est assurée .
          Pour lui pas de retraite-chapeau c’est clair !

          http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/11/30/97002-20131130FILWWW00296-les-francais-contre-les-retraites-chapeau.php

          • Au rythme où vont les choses, ceux qui veulent la suppression des retraites dites chapeau perdront également la leur quand la retraite Vichy Ponzy fera faillite. Il n’y aura plus de raison de faire des jaloux comme dans les cours de récréation.

          • La volonté du peuple ne veut rien dire en dessous de 100%.

          • Thibault Doidy de Kerguelen
            30 novembre 2013 at 18 h 59 min

            La volonté du peuple est la dernière chose que nos dirigeants bobos respectent. Entre Sarkosy qui déchire le résultat du référendum sur l’Europe et Hollande qui méprise deux manifestations de plus d’un millions de personnes, nous avons deux beaux spécimens….

          • Moins de 0,77 % des français seraient capables d’expliquer ce qu’est une retraite chapeau!

          • Je suis toujours très surpris du fait que les habitués de Contrepoints sous-estiment de façon grotesques les capacités de jugement du peuple français.
            Ce complexe de supériorité est assez incroyable.

          • Justement, s’ils avaient si bon jugement, ils seraient dans la rue pour exiger que leurs retraites Vichy Ponzy soient provisionnées comme celle de Mr Varin.

          • La volonté du peuple ne peut rien contre le droit, notamment contractuel. Si je signe un contrat me librement, et la contrepartie idem, même si le reste de la planète n’est pas d’accord je ne vois pas sur quelle base on pourrait le casser.
            Ou alors on est totalement dans la tyrannie de la majorité.

          • Mon propre sondage sur une population significative (>30) dans une tranche de professions « dites supérieures », corps professoral … arrive au chiffre de 0%. Bon effectivement, la grande majorité sont socialisants.

          • @Harrisburg , n’y voyez pas de mépris mais plutôt une certaine désespérance … Ensuite, les capacités de jugement du peuple français sont effectivement bonnes (85 % de mauvaises opinions concernant Pépère).

      • Thibault Doidy de Kerguelen
        30 novembre 2013 at 18 h 55 min

        Votre haine vous aveugle, mon ami… Comment interprétez vous la dernière phrase (ce n’est pas un hasard si j’ai choisi de terminer par celle-ci) de mon article?

        Je ne soutiens en rien les arrangements entre amis au sein des CA des entreprises françaises, au contraire, je les dénonce, comme je dénonce ces tartufes du Medef qui prétendent parler au nom du patronat alors qu’ils ne sont que des salariés de luxe…

        Un patron,c’est celui qui possède son entreprise (ou une part significative) qui a mis et qui met ses couilles sur la table pour elle…

    • M. Geoffrey Bonebouf, restaurateur, avait l’intention de conduire ses affaires sans prendre d’assurances pour la sécurité de son local au-delà de ce que lui impose la loi. Suite aux conseils de Monsieur Ange Calberetta, il décide par souci de prudence de payer une prime privée supplémentaire à ce dernier. Choix individuel de bon sens des uns, bons conseils des autres, où est le problème ?

      Les libéraux se focalisent sur l’article 4, ils feraient bien de lire aussi l’article 5 :
      « Tout ce qui n’est pas défendu par la loi, ne peut être empêché ; et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas. « 

    • « Je n’y vois rien à redire d’un point de vue libéral. »

      Si c’est face à sa conscience, OK.

      Si c’est face à l’opinion publique, OK.

      Si c’est face au MEDEF qui est lui-même face à la menace d’interférence étatique, pas OK.

  • je tiens juste à signaler que les retraites chapeaux sont nées dans les années 60 pour attirer les haut fonctionnaires dans le priver avant de compenser le désavantage au niveau retraite du privé vs public à cette époque….
    On voit que depuis, on s’en sert comme d’une retraite bonus….

    • La retraite-chapeau était un dispositif spécifique qui a été détourné de son objectif initial qui était de compenser une perte financière.
      C’est devenu une retraite-bonus et cette dérive n’a pas lieu d’être.
      Contrepoints signale que la grande majorité des gens ignorent ce qu’est une retraite-chapeau alors qu’eux-mêmes assimilent retraite chapeau à retraite bonus.
      Alors qu’ils n’arrêtent pas de hurler au scandale, sur le sort des actifs prétendument rackettés pour payer les bénéficiaires de retraites par répartition, ils trouvent normal qu’une retraite bonus soit allouée à Varin sur le dos des salariés de PSA dont certains seront licenciés ou d’autres restant dans l’entreprise auront leurs primes réduites .

  • Oui, forcer quelqu’un à renoncer aux avantages de son contrat en fin d’exercice, c’est simplement scandaleux.

    Encore plus quand cela vient de l’extérieur.

    On verra la tête de ces militants despotiques quand viendra leur tour : si on peut dénoncer les conditions convenues d’une retraite, on peut le faire pour les autres.

  • C’est PSA, qui est venu le chercher, après son succès remarquable chez Pechiney. Il n’était pas enthousiaste .C’est là, qu’il a du logiquement négocier sa retraite, son salaire. Il semblerait en plus que la famille Peugeot, lui imposait de délocaliser à minima, d’où les problèmes plus accrus de cette marque, par apport à Renault qui ne s’est pas privé de le faire.

    De toute façon, Varin ou un autre, cette affaire, s’inscrit dans la haine maladive des socialistes envers les  »riches », appuyé fortement sur la jalousie atavique des français. Que ceux, qui, entreprenants, n’ont jamais eut des réflexions aigres douces, teintées de jalousie haineuse de proches souvent fonctionnaires, comme par hasard, qui veulent le beurre, l’argent du beurre et les fesses de la laitière, me jette la première pierre.

    Pour être considéré comme  » riche  », il suffit de gagner un € de plus que son imbécile de beau frère !

    Je n’aurais pas de retraite chapeau, car je suis trop con ! Bien incapable de faire Polytechnique ainsi que les Mines, comme Varin. Par contre patron de PME, j’aurais plus de retraite, que ceux de mes amis d’enfance, qui n’ont jamais voulu travailler en classe, et qui n’ont jamais voulu prendre de risques, comme mon abruti de beauf, déjà cité !

    C’est aussi simple que cela, nous ne sommes pas  »égaux », contrairement à ce que pense la gauche, et il est normal et logique, que les meilleurs d’entre nous, puissent avoir plus. Pauvre France, ou ce qu’il en reste !

    • A propos de beauf, le mien est fonctionnaire. Contrairement à moi qui suis dans le privé, il a déjà planifié ses vacances jusque fin 2014.
      Il a déjà fait des réservations pour les vacances de Toussaint 2014 !
      Car il ne se prive pas et il a la possibilité de partir 4 fois dans l’année; alors que moi, je ne pars qu’en été et pas plus de 2 semaines et à noel pas plus de 4 jours et encore pas toujours.
      Qu’est-ce que je peux lui répondre quand il me dit que l’economie a besoin des fonctionnaires car il fait « vivre » le tourisme en France.

      • spindle: « Qu’est-ce que je peux lui répondre quand il me dit que l’économie a besoin des fonctionnaires car il fait « vivre » le tourisme en France. »

        Que l’argent qu’il dépense chez les restaurateurs, voyagistes , hôteliers, vient de l’impôt pris à ces mêmes hôteliers, restaurateurs, voyagistes.

        Le féliciter chaudement et l’encourager à déposer le brevet de ce nouveau mouvement perpétuel.

  • Cette indignation face aux excès des dirigeants n’est pas uniquement franco-française. De plus, je vous le rappel, il y règne une consanguinité très suspecte, surtout quand on constate que les résultats ne sont pas là.

    Moi qui croyait que les libéraux défendaient le mérite !

    • Effectivement il est scandaleux que l’État interfère avec le contrat de M. Varin. Mais comme même, le groupe est en grande difficulté, je trouve ça logique qu’il parte avec moins vu qu’il n’a pas su redresser la barre.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La lune de miel prolongée entre Valls et le Medef a le don d’agacer la gauche. Les électeurs doutent et il est bon de les rassurer à intervalles réguliers. C’est alors que ni une ni deux, l’ensemble de la gauche s’engouffre dans la polémique que souhaite monter en épingle la CGT à propos de la retraite du PDG de GDF Suez. Le dernier combat d’une gauche à bout de souffle ? Par Luc Tardieu

Ce qui est bien avec la gauche, c’est qu’il suffit d’agiter un chiffon rouge pour que, de Besancenot le révolutionnaire, à Mélenchon le sénat... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Au-delà de la situation d'un dirigeant confronté à une conjoncture difficile et dont l'appât du gain n'a jamais paru la motivation, c'est le contrat, fondement essentiel trop souvent ignoré de notre société, qui a été piétiné.

À lire sur Les Echos

... Poursuivre la lecture

Par Kevan Saab.

On entend régulièrement des appels  plus ou moins ouverts au détroussage des riches en France. Rien de bien surprenant dans un pays où les vielles lubies révolutionnaires sont encore bien vivaces et où la haine du riche est latente. De fait, les 330 milliards des 500 familles les plus riches attirent toutes les convoitises, et beaucoup souhaiteraient voir la puissance publique se saisir d’une bonne partie, voire de la totalité de ce magot. Que pourrait-on en faire après ? Réponse : st... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles