Lettre ouverte d’un économiste aux entrepreneurs et à la jeunesse française

Mort de notre ancien monde économique et naissance d’un nouveau monde, en France, aujourd’hui.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lettre ouverte d’un économiste aux entrepreneurs et à la jeunesse française

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 novembre 2013
- A +

Par Jean-Luc Ginder.

In mémoriam des start-upsSi nous voulions juger des entreprises de notre temps suivant les errements anciens, nous pourrions nous étonner de ne pas trouver la solution à cette situation économique qui nous inspire crainte et repli sur nous-mêmes.

En toute objectivité, il m’apparaît que rien ne serait, en réalité, moins justifié qu’un effacement, ni plus imprudent que trop de prudence. En effet, la situation présente aussi cruelle et compliquée qu’elle soit, ne doit pas nous suggérer l’abstention, mais, au contraire, elle doit nous pousser sur le chemin de l’esprit d’entreprise. Cela est vrai dans tous les domaines, en particulier dans celui de l’agriculture, de l’énergie et du numérique.

Car, sans vouloir exagérer l’urgence des raisons qui nous pressent d’aborder l’étude d’ensemble des problèmes économiques français, je crois que les graves événements qui bouleverseront l’Europe toute entière et la France en particulier nous engagent à ne pas tarder. La terrible épreuve de la fin du vieux monde économique ne retire rien à la France en quête de nouveaux devoirs et de droits et nous offre ainsi une occasion excellente de nous réunir pour faire naître un modèle économique et social nouveau, pour travailler ensemble, confronter nos idées et nos expériences.

Parcourons nos territoires avec le cœur et nous constaterons le progrès de ce qui a été élaboré par l’ensemble de la société française ces 80 dernières années en développement des richesses et pour le bien de nous tous. Cependant, de même qu’un rocher lancé sur la pente roule plus vite à chaque instant, ainsi l’œuvre économique française que nous avons tous entreprise nous impose sans cesse de plus larges tâches.

Au moment où commençait l’actuelle crise économique, apparaissait déjà la nécessité d’établir sur des bases nouvelles les conditions de la mise en valeur du cadre social de notre société, du progrès humain de ses habitants et de l’exercice d’une nouvelle gouvernance française.

La situation actuelle, lourde de conflits sociaux de plus en plus nombreux et vifs précipite l’évolution. Cette crise a été dans un premier temps plus une perception abstraite qu’une réalité, comme s’il s’agissait d’une crise virtuelle. La lumière crue du théâtre médiatique a dévoilé sa réalité et ses conséquences absolues et relatives.

Cette crise française imminente et fracassante a pour enjeu ni plus ni moins la condition de l’homme et, sous l’action des forces psychiques qu’elle va partout déclencher, chaque individu lèvera la tête, regardera au-delà et s’interrogera sur son destin.

Il est une puissance que les événements conduisent à s’inspirer de leurs leçons et à choisir noblement, libéralement, la route des temps nouveaux où elle entend diriger les soixante-quinze millions d’hommes qui se trouvent associés au sort de leurs enfants et familles, et cette puissance c’est la France.

En premier lieu et tout simplement parce c’est notre pays, c’est-à-dire la nation dont l’immortel génie est désigné pour les initiatives qui, par degrés, élèvent les hommes vers les sommets de dignité et de fraternité où tous pourront s’unir. Ensuite parce que, dans l’extrémité où une peur provisoire envers l’avenir l’avait refoulée, c’est dans sa jeunesse, qu’elle retrouvera son recours et la base de départ pour sa reprise économique et qu’il y a désormais entre l’ancien monde que nous quittons et le nouveau où nous entrons, un lien définitif et puissant. Pour cette raison, tirant leçon et conclusions de la lecture des taux de chômages, des fermetures d’usines, de la décroissance, la France est, aujourd’hui, pour ce qui la concerne elle-même et pour ce qui concerne tous ceux qui y vivent, animée d’une volonté ardente et pratique de renouveau.

De mon point de vue d’économiste, je crois que l’économie du monde de demain ne peut pas envisager l’autarcie qui ne serait, ni souhaitable, ni même possible. Je crois que la France doit articuler, dans une large mesure, le développement des ressources, de l’agriculture et du numérique. Mais, en France, comme dans tous les autres territoires où des hommes vivent, il n’y aurait aucun progrès qui soit un progrès, si les hommes, sur leur terre natale, n’en profitaient pas moralement et matériellement, s’ils ne pouvaient s’élever peu à peu jusqu’au niveau où ils seront capables de participer à la gestion de leurs propres affaires. Tel est le but vers lequel nous nous devons de nous diriger. Nous ne nous dissimulons pas la longueur des étapes. Nous avons, nous tous, Français, de cœur ou de souche, les pieds assez bien enfoncés dans la terre de nos régions pour ne jamais perdre le sens de ce qui y est réalisable et, par conséquent, pratique. Au demeurant, il appartient à la nation française et il n’appartient qu’à elle, de procéder, le moment venu, aux réformes de structure qu’elle décidera dans sa souveraineté.

Mais, en attendant, il faut vivre, et vivre chaque jour c’est entamer l’avenir.

Oui le changement de cadre économique arrive, il sera un choc de vie nécessaire, ce sera la mort d’un monde ancien qui laissera la place à un monde nouveau qui est déjà né.

Rassurons-nous il n’est point mauvais il est différent.

Ouvrons-nous aux autres, regardons au loin, croyons en nous, prenons nos destins en main pour ne pas oublier que la vie est une chance avant tout.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Cela ressemble à un discours de fin d’année d’un élu, celui des vœux adressés au personnel de son administration.

    Just do it…

  • blablabla… la jeunesse francaise ce sera deja endormie avant le deuxieme paragraphe

    • J’ai 16 ans et je suis libéral, il ne faut pas sous-estimer la jeunesse, cependant il est vrai que pour la séduire une lettre ouverte n’est probablement pas le meilleur moyen.

  • Ouaip ! Pas facile de lire l’article… Ni facile de mettre en pratique les recommandations (il fallait peut-être les mettre en gras). Heureusement, quand on est forcé de faire quelque chose, tout à coup on se met au boulot. N’avez-vous pas remarqué que, quand on vit dans le confort, on est de mauvaise humeur, et c’est toujours les autres les incompétents, les voleurs, les coupables ? La révolution en question est humaine : nous apprendrons à être humains et heureux malgré le confort, et nous cesserons d’être si exigeants vis à vis de nos congénères… C’est incroyable le nombre de mauvaises décisions qui sont prises dans la frustration à notre époque !

  • Conseils aux jeunes :
    – demandez-vous chaque soir ce que vous avez appris aujourd’hui. Si la réponse est « rien », restez sous la couette et les allocs.
    – considérez-vous comme un produit brut à améliorer. Apprenez à jouer au bridge, à parler chinois, faites des stages en logistique, peu importe, mais ajoutez-vous des couches de compétences.
    – si vous entrez dans une boite, apportez-lui tout ce que vous pouvez. Vous êtes une ouvrière d’une ruche, et vous devez tout faire pour engraisser votre Reine : la vie de la ruche en dépend. Ne jouez pas les manches à balles ni les fortes têtes, soyez efficaces.
    – oubliez le principe de précaution, et la planque dans la médiocrité vaguement dorée du secteur public ; fichez-vous de votre salaire, mais ne marinez pas : si vous n’apprenez rien, il est temps de chercher autre chose.
    – si les difficultés ne vous apparaissent comme comme un joyeux défi à relever avec confiance, mais comme une torture, restez sous la couette. Mais nous ne vous endormirez en rigolant qu’après avoir surmonté des obstacles grâce à votre créativité.
    – sachez que personne n’a rien à cirer de vos problèmes, et qu’on n’attend de vous que des solutions. Mieux vaut y entraîner le plus tôt possible, que cela devienne un réflexe.
    Bref, la vie n’apporte qu’à ceux qui s’en amusent : soyez de ceux-là !

  • C’est dans ces moments de doute, de crise, A la veille d’une ère que nos grands parents ont vecu à la fin des années 30 que l’histoire a divisé l’humanité en deux :
    Ceux qu ise choisissent un destin (vainqueur ou vaincu..)
    Et ceux qui subissent leur destin.

    Merci pour ce texte très inspirant

  • Incroyable… un économiste qui veut que les jeunes s’impliquent dans le renouveau de l’économie, alors que nous leurs faisons subir 25% de chômage (et que nous sommes, les français, plus riches que jamais… vautrés sur un patrimoine que nous ne faisons surtout pas circuler).
    Tant que notre système continuera à tuer la création de richesse en faisant peser le financement de tout sur elle (et non pas sur les capitaux immobilisés non stimulant le PIB), il sera moribond.

  • La vérité est que selon les entreprises, les marchés visés, les types d’activité, il peut etre avisé de créer une structure en France. Mais le faire par principe est une anerie. Le faire par patriotisme est aussi une anerie. Le faire pour d’autres raisons que des raisons purement economiques est une erreur, ou alors vous ne créer pas une entreprise mais une association caritative.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Saras Sarasvathy, à l’origine de la théorie entrepreneuriale de l’effectuation, vient de recevoir le prestigieux prix suédois « Global Award for Entrepreneurship Research ».

Organisé depuis 1996 par la Swedish Foundation for Small Business Research (FSF) et la Swedish Agency for Economic and Regional Growth, le prix récompense les chercheurs ayant apporté une contribution majeure à la recherche en entrepreneuriat. Elle rejoint ainsi de grands chercheurs comme Sidney Winter, Shaker Zahra, Kathleen Eisenhardt, Scott Shane, Israel Kirzner... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles