Où se créent les emplois selon l’OCDE ?

Selon le dernier rapport sur la croissance et la performance industrielle de l’OCDE, seules les jeunes entreprises contribuent à l’augmentation annuelle de l’emploi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Où se créent les emplois selon l’OCDE ?

Publié le 13 novembre 2013
- A +

Par Irina Kalmykova d’Emploi2017.

L’une des études les plus remarquées de la Kauffman Foundation de l’année 2010, avait montré que l’emploi est créé par les entreprises nouvelles, car les entreprises qui existent perdent toutes, en moyenne, des emplois1.

g1-dee5c
Source : Business Dynamics Statistics, Tim Kane

 

Il est intéressant de constater que l’OCDE aboutit à la même conclusion. Le dernier rapport sur la croissance et la performance industrielle au niveau de 15 pays de l’OCDE2 montre que seules les jeunes entreprises contribuent à l’augmentation annuelle de l’emploi. Le solde annuel entre les créations et les destructions d’emplois est positif uniquement pour les entreprises âgées de cinq ans ou moins. Toutes les autres entreprises perdent en moyenne plus d’emplois qu’elles n’en produisent.

g2-35417
Source : OCDE

Entre 2001 et 2011, les taux de création nette d’emplois, soit créations moins disparitions, au niveau de chaque entreprise, étaient toujours positifs pour les entreprises âgées de moins de cinq ans. En revanche, les entreprises âgées de plus de cinq ans ont toujours connu des taux de création nette négatifs, car chaque année elles détruisaient plus d’emplois qu’elles n’en créaient, avec une chute manifestement assurée pendant la période de crise.

Il nous faut donc des mesures efficaces qui ciblent les créations des vraies entreprises (avec salariés), car c’est uniquement pendant leurs premières années qu’elles peuvent devenir des gazelles et offrir des emplois massifs à l’économie. Dans les entreprises qui existent, le processus kauffmanien de renouvellement des emplois est tel que les disparitions excédent largement les créations, et chaque investissement dans leur grossissement semble peu efficace.

g3-aa65f
Source : OCDE

Quelle que soit leur taille, les entreprises de plus de cinq ans détruisent plus d’emplois qu’elles n’en créent, ce qui n’est pas le cas des jeunes entreprises.

  1. « The Importance of Startups in Job Creation and Job Destruction », Kauffman Foundation, July 2010.
  2. « OECD Science, Technology and Industry Scoreboard 2013 : Innovation for Growth », OECD, October 2013.
Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
un homme devant des batiments regardant vers le ciel les bras écartés
2
Sauvegarder cet article

Dans l’entreprise, surtout les grandes, mais aussi les autres, la réussite consiste à gravir les échelons, à être nommé à des postes de plus en plus élevés dans la hiérarchie toujours pyramidale de l’entreprise. Certains salariés passent leur vie à ce jeu, jusqu’à atteindre les sommets et à se demander ensuite ce qu’ils vont faire de leur vie.

Mais cette « réussite » acquise échelon par échelon, c’est aussi le meilleur moyen d’ancrer des croyances qui peuvent justement empêcher d’aller plus loin. C’est le sujet du livre, et la spéciali... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

1) Big Players and The Economic Theory of Expectations, de Roger Koppl (2002)

J’ai terminé récemment la lecture de cet ouvrage, que je conseille ardemment à tout un chacun.

Méthodologiquement, Koppl part de deux fondements qu'il qualifie de misésiens, inspirés de Friedrich Hayek et Alfred Schultz. Il construit par la suite une théorie des anticipations cognitives (subjectives) et a-cognitives (objectives), plus ou moins fiables selon la nature des institutions.

Basant sa théorie sur des... Poursuivre la lecture

Certes, la vaccination et la sécurité font les Unes de la campagne électorale. Mais le pouvoir d’achat est également objet de débats, de programmes et de promesses des candidats déclarés ou putatifs. L’idée d’une hausse des salaires généralisée imposée à tous les employeurs est désormais banale, une hausse du SMIC ou un niveau de salaire garanti à toute personne active (2000 euros par exemple), l’accroissement substantiel des traitements des enseignants et soignants, la participation obligatoire des salariés aux profits ou au capital des entr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles