Hollande sous le feu des critiques

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande sous le feu des critiques

Publié le 8 novembre 2013
- A +

imgscan contrepoints 2013-2345 hollande

Depuis des décennies, les médias adorent revenir sur le thème de la Guerre, quelle horreur, sous-entendu la guerre que le capital porte comme les nuées l’orage (Jaurès), pas les bonnes « guerres de libération ». Depuis des décennies, tout ce qui va dans le sens de la revendication d’une fierté française issue des exemples de nos aïeux est taxé de pétainisme et plus, comme vient de le constater Lorànt Deutsch ; fils et petit-fils de Juifs ayant fuit le communisme ou Hitler, qui proclame son amour érudit de la France dans des livres de promenade éducative.

Depuis des décennies, on s’entiche des déserteurs et des traîtres cajolés dans livres et films. La France bobosocialomarxiste n’aime pas l’Armée : en ce moment des choses graves se passent au Ministère de la défense que l’on veut « civilianiser » au détriment des « brutes galonnées ».

Je suis d’une famille Bretonne qui a servi la Patrie en 1870 (mon grand-père Jean), en 14 (Grand-père Mathurin, blessé Verdun,44-45, Indo, Algérie, Tchad (mon Père René). Guerres et causes sont complexes. Je n’aime pas les traitres, je préfère les Héros. Hollande n’est pas un traître, juste un général à renvoyer à Limoges/Tulle.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • vous qualifiez la France de Hollande « bobosocialomarxiste ».
    Permettez-moi de souligner une erreur capitale (si j’ose dire).
    Bobo oui, Socialiste non, Marxiste je doute n’étant pas maître en la matière, mais mon doute est assez ferme.
    En tant que « socialiste » (la preuve, je vote MLP), la position des individus qui ont investi le PS, sans le courage d’en changer le nom (Part Démocrate eut fait l’affaire), pour appliquer une politique mondialiste caractérisée par l’ultra-libéralisme (en rupture totale avec l’idéal socialiste).
    Bref, en dehors des tribunes populaire, ils ne s’en cachent pas;
    lire pour s’en convaincre les textes de « Terra Nova ».

  • Dans le deuxième paragraphe, le verbe s’est échappé.
    La phrase reste non-ambiguë. Pardon !

  • Vous êtes trop aimable de lui accorder la dernière cigarette du condamné 😉

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles