« Nuire à l’activité des VTC pénalise le client »

Le gouvernement a décidé d’imposer aux entreprises de Véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) un délai de 15 minutes entre la réservation et la prise en charge du client. Interview de Yan Hascoet, PDG de Chauffeur-Privé.com

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Yan Hascoet.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Nuire à l’activité des VTC pénalise le client »

Publié le 6 novembre 2013
- A +

La pénurie organisée de licences de taxis due à un numerus clausus préfectoral a créé un appel d’air et une opportunité de marché pour ce que l’on appelle les Véhicules de Tourisme avec Chauffeur. Ils n’ont pas de licences de taxis et offrent des services pour la plupart haut de gamme. Ils ne peuvent prendre des clients que sur réservation et pas dans la rue (contrevenir à cela est passible d’une peine d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende). Face à cette nouvelle concurrence, les taxis traditionnels en position de monopole n’ont pas tardé à demander au gouvernement d’imposer une contrainte aux VTC : ils devront attendre un délai de 15 minutes entre la réservation et la prise en charge du client.

Pour en savoir plus, nous avons interrogé Yan Hascoet, secrétaire général de la Fédération française du transport de personnes sur réservation (FFTPR) et PDG de l’entreprise de VTC Chauffeur-Privé.com.

Yan Hascoet.
Yan Hascoet.

Que pensez-vous de la décision d’imposer un délai de quinze minutes pour la prise en charge de vos clients ?

C’est une décision aberrante qui pénalise le client à double titre : d’abord, le service est dégradé puisqu’en moyenne, nos véhicules prennent en charge nos clients 7 à 8 minutes après leur réservation, avec cette mesure le client attendra plus longtemps ; d’autre part, il y aura un impact sur le prix puisque ce délai imposera de faire moins de course dans la journée, et donc pour avoir un même niveau de revenu il faudra monter le prix. Tout cela est artificiel et aberrant.

Cela va-t-il nécessairement brider la concurrence ?

Le gouvernement n’est pas dans une logique constructive de développement économique, de défense d’une vision de l’économie, de l’intérêt général. Il est dans une logique consistant à prendre les mesures qui fâcheront un minimum de personnes.

Avez-vous des projets pour alerter le public sur ce sujet ?

Oui nous avons lancé une page web Pour ne pas faire de concurrence qui a déjà récolté 6000 tweets, il s’agit d’une initiative humoristique où les internautes sont invités à inventer des mesures imaginaires sur le modèle de ce délai de 15 minutes (Exemple : #PourNePasFaireDeConcurrence au courrier postal, le courrier électronique sera remis à J+1 #taxi #VTC ). Cette initiative a pas mal buzzé.

Nous avons également lancé un mouvement appelé les Dodos, et enfin une pétition qui a rassemblé 6000 signatures en trois jours.

Par ailleurs nous étudions la piste juridique en faisant appel aux autorités de la concurrence en France et au niveau européen.


Pour compléter : la tribune de Yan Hascoet publiée dans le Huffington Post.

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • Comment peut on raconter de tels inepties:
    VTC signifie Véhicule de TOURISME avec Chauffeur, ils ont étés créés pour le tourisme dans les zones touristiques et pas pour le transport de personnes lambda ni même pour les transferts pour le compte d’entreprises.
    Pour le transport de personnes il existe d’autres possibilités les taxis et les lotis qui coûtent un peu plus chères que la centaine d’euros qu’il faut pour créer une société de vtc.
    Ce type défend une profession qui ne respecte pas sont cadre juridique et il veut faire croire que ce sont les pauvres vtc qui sont victimes des méchants taxis alors même qu’ils exercent une concurrence totalement déloyale.

    • Dans taxi, il y a « taxe », et on comprend que la chasse à ceux qui veulent y échapper soit digne de la poursuite des korrigans à bonnet rouge par les trolls de Bercy.

    • C’est toi l’ineptie.
      Les taxis sont aussi des véhicules de tourisme… C’est juste le vocable Etat-approved pour désigner une voiture standard ou VL.

    • Pierre, vous avez sans doute raison quand vous prétextez que les VTC exploitent le code du Tourisme à la marge.
      Je constate juste une chose : s’il est pas forcément vrai que l’évolution des taxis suit la progression démographique parisienne : 14000 taxis en 1937 pour une population d’environ 6 millions, contre 17000 en 2013 pour une population d’environ 12 millions. Il n’est pas du tout pris en compte la plus grande mobilité des utilisateurs et les nouveaux usages qui induisent des déplacements plus fréquents, d’ou un un problème de disponibilité, notamment ressenti aux heures de pointe, qui me semble bien réel (je suis parisien).

      Quand une entreprise n’arrive plus à répondre aux besoins de sa clientèle, elle se réforme, s’adapte ou meurt… Il y a manifestement distortion de la concurrence quand l’état entretien de fait un numerus clausus, qui ne correspond pas à la réalité de la demande, et qu’il maintient artificiellement le statu quo pour plaire à une corporation (le prix d’une « plaque » de taxi parisien approche bientôt les 400.000 €… 80 fois sa valeurs de 1973)… Donc soit, Yan Hascoet défend son bifteck, mais c’est bien l’état qui entretient cette concurrence déloyale, n’inversez pas les chose.

    • On s’en fout un peu des definitions.

      Au final, on est dans un pays ou on empeche les gens de travailler. Point barre.

    • TAXI = clientelle captive = rentiers sans aucun mérite

      poubelle.

  • Comment peut on contrôler qu’un client n’a pas été chargé avant 15 mn

  • C’est la technique du handicap ! Si quelqu’un court trop vite ou trop bien, on lui attache un boulet aux chevilles.

    Que le consommateur soit blousé, que le chauffeur doive jouer 15 minutes à ‘petit bonhomme pendu » devant un client sidéré, c’est beau, c’est grand, c’est productif, c’est solidaire !

    Bien entendu, on comprend le dépit des taxis, dindons de la farce, qui doivent payer des patentes hallucinantes.

    Il aurait été si simple d’abolir ces patentes, de considérer ces taxis comme de véritables services à la population, et d’en encourager des prix bas et une belle densité : à NY, il y a en moyenne 10 taxis pour 2 voitures privées. Il suffit en général de lever le bras pour en voir un s’arrêter dans les deux minutes. Et la course est à peine supérieure au prix du métro.

    Non, ce qui dérange avec les taxis, c’est qu’ils appartiennent à l’abominable sphère privée, celle où on ne peut coller ses petits copains.

    Alors, autant détraquer toute l’offre d’un coup, en imposant un racket aux uns et des retards au autres …

    • Les taxi « dindons de la farce », et puis quoi encore ?

    • Je ne suis pas sur que les taxis de NY soient un bon exemple.
      Eux aussi ont une plaque qui s’echange pour qqch comme 1 million de dollars je crois.
      Et il n’y en a pas bcp javais regarde sur le net.

  • Un ministre suédois dont j’ai perdu le nom disait que la volonté de réforme d’un gouvernement se mesurait à celle de la profession de taxi. La corporation tourne vite au gang si l’on y prend garde. Les taxis parisiens n’ont pas bonne réputation à l’étranger.

  • Je peux apporter un témoignage sur la dégradation des services réglementés par l’Etat que sont les ambulances.
    Pour venir rechercher une personne dans un hôpital parisien et la reconduire à son domicile, ce malade-handicapé a attendu 1 h45 dans le hall de l’hôpital, l’arrivée du véhicule, après avoir fait appeler une ambulance immédiatement après son examen hospitalier.
    honteux !

  • Je constate que personne n’a compris mon commentaire donc je reprend il existe une autre alternative a la licence de taxi qui permet de faire exactement la même chose que les soit disant vtc et qui est légale .

      • Licence de transport de personnes ( aussi aappelée loti) délivrée gratuitement par les services de préfecture les conditions d’obtention sont 1 une formation de 120h et 2 une garantie de 1.500€ (qui peuvent être mis en capital dans la société) par véhicule. Et avec ça on peut faire la même chose que les faux vtc .

        • Pierre,
          Vous faites semblant de passer completement de l’interet de cet article?
          On s’en tamponne pas mal ici des bidouillages juridiques pour pouvoir etre dans la legalite pour le transport de personnes.
          The point of this article: c’est de denoncer les niveaux absurdes d’intervention etatique dans la profession des taxis par l’Etat qui est une vraie carpette devant le lobby des taxis et qui oublie completement l’interet general des clients de taxis.
          De plus le comportement de l’Etat est totalement absurde car s’il voulait prendre une mesure pour plaire au plus grand nombre aux depends d’un minimum de mecontents, c’est justement la dereglementation des taxis qu’il ferait:
          Vous auriez 17000 taxi drivers leses et 12 millions de parisiens (la je ne parle que de Paris) ravis car alors le nombre de taxis exploserait et les prix deviendraient bien plus abordables.
          On est donc dans le plus haut niveau d’incoherence dans cette histoire.

    • Le cyclo-pousse ? Le covoiturage ?

    • J’ai trouvé ! Ambulancier.

  • La solution est sous nos yeux il s’agit du conseil constitutionnel qui à ces derniers temps rendus des décisions en faveur de la concurrence…

  • A lire le titre je pensais que c’était 15mn maxi
    pierre ne donne pas les références de ce qu’ il appele  » cadre juridique  »
    C’est un marché de services qui a une bonne visibilité étant donné le nbre de vieux et que la législation pourrait devenir médicalement plus sévère pour arreter le volant à ceux comme j’ en fus témoin ou le conducteur démarre en regardant le tableau pour les piétons donc , il brule le feux .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Interrogé par des journalistes à la suite de sa défaite de Wimbledon, Roger Federer a eu à propos de la concurrence des mots que chacun de nous devrait méditer sur sa vision de la concurrence :

« Nos résultats montrent que nous pouvons avoir des carrières incroyables en jouant au même moment tous les trois [Roger Federer, Novak Djokovic, Rafael Nadal, NDLR] ; les gens pensent que nous nous sommes pris des titres, ce qui est sans doute vrai, mais nous sommes également poussés les uns par les autres. Chacun progresse au contact des autre... Poursuivre la lecture

Alors que la liberté d’expression et plus généralement les libertés civiles sont plébiscitées par les Français, le libéralisme économique, quant à lui, continue de susciter la suspicion voire le rejet chez la plupart des gens, y compris à droite. Ce terme est en effet connecté à des questions difficiles comme la mondialisation, le profit, les délocalisations, la loi du plus fort, etc., et génère des sentiments négatifs comme la peur ou l’envie.

 

Pour pallier les défauts d’un libéralisme « débridé », l’État apparaît comme l... Poursuivre la lecture

sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles