Cigarette électronique : le prix de la réglementation

Le développement de la cigarette électronique est entravé par les menaces réglementaires qui pèsent sur le secteur.

Par Tracy Oppenheimer, depuis les Etats-Unis.

cigarettes-electroniquesUn article de Reason.

Les cigarettes électroniques engendrent actuellement une frénésie réglementaire parmi les politiciens, les experts sanitaires et les médias. Des interdictions locales de consommation d’e-cigarettes en intérieur émergent partout aux États-Unis, et plusieurs lobbies demandent des réglementations à la Food and Drugs Administration. Celles-ci devraient être annoncées dans les prochaines semaines.

« Les cigarettes électroniques sont actuellement dans un no-man’s land réglementaire total », selon Heather Wipfli, directrice-adjointe du USC Institute for Global Health. En raison de sa récente mise sur le marché, les sceptiques comme Heather Wipfli s’inquiètent du manque d’informations quant aux conséquences de l’utilisation à long terme de ce produit.

Mais selon la Consumer Advocates for Smoke-Free Alternatives Association menée par Greg Conley, les régulations voulues sont de « perverses interprétations du principe de précaution. » Le principe de précaution défend que si des risques potentiels sont attendus, les nouvelles technologies ne devraient pas être autorisées.

Un professeur de l’Université de Drexel conclut en effet dans une étude qu’il n’y a aucun risque de tabagisme passif avec la e-cigarette, selon Greg Conley.

Les ingrédients d’une e-cigarette ont en tout cas très peu en commun avec la recette de fabrication des cigarettes habituelles. La nicotine, l’unique ingrédient trouvé dans les deux produits, est surtout utilisée pour sevrer les fumeurs des cigarettes traditionnelles et ne cause pas de cancer du poumon. Les autres ingrédients dans le « e-juice » au cœur de l’e-cigarette sont le propylène glycol, la glycérine végétale et des arômes gustatifs, et tous sont largement utilisés dans l’industrie alimentaire.

« Tout ce que nous faisons, c’est transformer en vapeur des ingrédients alimentaires » déclare Ed Refuerzo, co-propriétaire du Vape Studio à Los Angeles. Le Vape Studio est l’une des plus grosses boutiques d’e-cigarettes, boutiques qui pourraient être largement affectées voire ruinées par la législation locale et les réglementations de la Food and Drugs Administration.

Conley soutient que c’est grâce à l’absence de réglementations sur les e-juices qu’une foule de petites entreprises prospèrent. « La disponibilité des liquides présents dans les e-cigarettes permet à ces petits magasins de se développer parce qu’ils sont capables de mélanger ces liquides et les vendre aux clients sans passer par un processus manufacturier complexe ».

Les coûts induits par les réglementations seraient probablement répercutés sur les consommateurs, ce qui aurait un impact non-négligeable sur les personnes cherchant à arrêter de fumer à l’aide d’e-cigarettes.

« Nous utilisons la technologie la plus récente, et c’est ce que nous faisons constamment aux États-Unis, nous résolvons sans cesse des problèmes très compliqués à l’aide de la technologie », explique Craig Wess, président-directeur-général de NJOY. NJOY est le leader de la production de cigarettes électroniques. « Malgré les réglementations, le potentiel de cette industrie est seulement en train d’émerger. »

« L’industrie de la cigarette électronique croît à un rythme très rapide », précise- Craig Wess. « Elle a doublé en moins de quatre ou cinq ans. Cette technologie peut avoir un énorme impact sur le monde ».


Traduction Voy/Contrepoints.

Lire aussi : Cigarette électronique, les libertés partent en fumée