60 millions d’otages

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013-2313 otages

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

60 millions d’otages

Publié le 30 octobre 2013
- A +

imgscan contrepoints 2013-2313 otages

Quand tout le monde aura fini de s’auto-féliciter d’avoir enfin payé un rançon pour des otages paumés depuis trois ans, on ne pourra que revenir aux basses réalités, c’est-à-dire la katiba socialo-communiste qui détient en otage les Français en les menaçant de tous les malheurs s’ils ne payent pas leurs impôts.

Heureusement, comme au Mali, des dissensions ethniques et inter-tribales ont porté un coup aux fellaghas au turban rose contré par les Béni-bonnets rouges qui les ont fait reculer sur leurs bases de départ, en panne de ravitaillement, tandis que des disputes sur le non-partage du butin attise les frictions au sein de la puissante confédération des Oualed-Flanby. Ce qui va devenir problématique pour eux, ne pouvant attendre aucun secours des voisins Chleuhs, Rosbifs, Macaronis ou Espingouins. C’est un espoir pour les 60 000 000 d’otages qui pourraient reprendre leurs esprits et foutre à la porte leurs tortionnaires.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Montenay.

Faut-il vraiment verser une rançon pour délivrer des prisonniers, aidant ainsi financièrement des terroristes en lutte contre nous ? La question est vieille comme le monde.

Elle s’est de nouveau posée avec la libération de Sophie Pétronin. Officiellement cette otage a été libérée ainsi que deux autres Occidentaux et le chef de l’opposition malienne dans le cadre d’un échange de prisonniers, mais il paraît qu’une rançon a été versée en plus.

https://youtu.be/3yiD8g4MqIk

Il est évidemment très désa... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

Les forcenés étaient retranchés à l’intérieur. La tension venait encore de monter d’un cran. Et les autorités ne savaient plus quel langage tenir pour tenter de faire revenir tout ce beau monde à la raison. La situation était grave et préoccupante. Qu’allait-il advenir ? Quand cette tension allait-elle retomber ? Comment sortir de cette véritable impasse ?

« Nous ne sortirons pas tant que vous n’aurez pas cédé à nos revendications. Nous exigeons que vous le retiriez immédiatement. Sans quoi nous amplifierons... Poursuivre la lecture

Par Phoebe Ann Moses.

C'est le débat qui fait rage, des réseaux sociaux aux gros titres des médias : fallait-il aller sauver deux touristes français au Bénin en laissant deux soldats y perdre la vie ?

Emmanuel Macron a semble-t-il accueilli fraîchement, sur le tarmac de Villacoublay, les otages libérés. Pouvait-il en être autrement ? Le chef des armées sait que deux soldats ont perdu la vie pendant cette opération, il n'a donc aucune raison de manifester une euphorie particulière, ou de répéter à l'instar de son prédécesseur que... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles