Pendant que Léonarda occupe la galerie, les coulisses continuent de brûler.

La semaine médiatique s’est focalisée sur une certaine Léonarda. Elle aurait dû, plutôt, écouter un certain Gautier-Sauvagnac.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pendant que Léonarda occupe la galerie, les coulisses continuent de brûler.

Publié le 22 octobre 2013
- A +

Laissons à présent les enfants et les naïfs s’indigner du sort ridicule de Leonarda Di Capricia. Les premiers louperont des cours qui ne leur apprennent de toutes façons ni à lire, ni à écrire, et les autres continueront d’alimenter l’immense machine médiatique pour qu’elle produise cette écume des jours dilatoire et polémique. Pendant ce temps, regardons ce qu’ils ne veulent pas qu’on regarde.

Ainsi, il n’a guère été question dans la presse, ces derniers jours, du vote pourtant symptomatique de la taxe à 75% sur les très hautes rémunérations. Victoire évidente du dogme socialiste appliqué avec la conscience et le soin qui, dans un autre temps, permirent un ferroutage efficace d’humains vers des destinations exotiques et terminales, cette taxe signe de façon évidente la disparition définitive du peu d’esprit d’entreprise qui restait encore en France. Non pas que cette taxe, en elle-même, aboutisse directement à la fermeture d’usines, de sociétés ou l’expatriation de riches fortunes : en réalité, les entreprises et individus concernés ont depuis longtemps pris leurs dispositions. Peut-être l’un ou l’autre club de foot sera-t-il gêné, mais ce n’est pas là le problème.

Le souci évident d’une telle taxe est qu’elle envoie un message limpide à tous les potentiels entrepreneurs, tous les hypothétiques forçats de l’administration qui auraient eu des velléités de créer une société en leur disant clairement : de toute façon, vous ne serez plus jamais payé de vos efforts en retour. Cette taxe ne rapportera, à l’évidence, rien du tout. Elle coûtera, en revanche, énormément en opportunités qui ne verront jamais le jour. Ce calcul, ne pouvant être fait, ne sera jamais porté au débit (déjà monstrueux) du socialisme en France. Mais à 75%, soyez certains que cette taxe a déjà détruit des emplois, et parmi les plus précieux : ceux du futur.

Rien que cette taxe justifierait un billet complet et saignant pendant que les tartuffes et imbéciles outragés de la République nous font leur théâtre sur les méchantes expulsions de parasites improbables et vindicatifs. Mais ce n’est pas le seul fait survenu pendant la tempête de pignouferies récente.

Il y a ainsi cette augmentation discrète de la taxe sur l’or avec un passage à 10% (anciennement : 8%) sur les ventes du métal précieux. Les conditions de cette hausse (bizarres, pour le dire gentiment) et son timing (en catimini, vendredi soir, au milieu de la tempête médiatique) montrent que le gouvernement vise ici les opérations d’achat et de vente d’or entre particuliers, les bijoutiers étant relativement à l’abri. Encore une fois, la breloque et l’apparat ne sont pas concernés, mais les pièces et lingots le sont, eux. Ceci rejoint simplement l’idée générale qui consiste à éloigner autant que possible les gens des moyens alternatifs de paiement sur lesquels l’État n’a aucun pouvoir.

Il y a ainsi le calme relatif qui a accompagné la diffusion d’un chiffre économique pourtant catastrophique : celui des défaillances d’entreprises au dernier trimestre, qui bat un record vieux de 20 ans : il n’y a jamais eu autant de redressements et liquidations judiciaires depuis deux décennies. Joli record. À peu près au même moment, Moscovici déclarait avec sa faconde, sa bonhommie, sa décontraction, son incompétence habituelle et surtout son sens du timing redoutable que, je cite …

La reprise est là et la confiance va suivre […]tous les indicateurs sont bien orientés.

Effectivement, les indicateurs sont bien orientés, mais à l’évidence, tu ne regardes pas les bons, mon brave Pierre. Il serait temps d’examiner plutôt les chiffres économiques de la France et pas ceux du Bisounoursland, qui, comme chacun le sait, vend des barils de moraline, exporte du bisou par cargos entiers et facture cher la lumière intellectuelle qu’il fournit au monde moderne qui le suit.

moscovici croissance faillites

Et ce qui touche les coulisses de la France touche aussi le reste du monde, toujours aussi discrètement et toujours avec ce délicieux parfum d’essai en grandeur réel ; c’est à nouveau Chypre qui sert de terrain d’expérimentation pour une loi qui impose une baisse des loyers, plaçant de facto le marché immobilier dans les rangs de ceux qui sont régulés avec le futur qu’on peut imaginer (la régulation de marché et notamment immobilier ayant toujours provoqué des désastres). De ce point de vue, Chypre montre, après la ponction de 10% des comptes bancaires, la voie qui sera empruntée à nouveau lorsqu’on la jugera indispensable dans les mois qui viennent. En France, nos élus ont procédé par petites touches pastels jusqu’à présent, mais on est certain que le procédé chypriote illustré ici sera employé à la faveur d’une crise qui promet de passer à la vitesse supérieure dans les prochains mois.

Mais bien sûr, le plus gros, le plus énorme, le plus éléphantesque a été opportunément occulté par Leonarda, sa famille et ses amis du showbiz, de la politique et des médias. Et quand on voit la taille de l’animal, on comprend pourquoi il fut ainsi fait assaut de manifestations lycéennes, d’agitation frénétique du PS et même d’allocutions présidentielles : il en va, très clairement, de la paix sociale du pays.

Parce que pendant tout ce barouf ridicule se tenait tout de même le procès de Gautier-Sauvagnac, l’un des rares chopés dans l’affaire du financement occulte des syndicats par la fédération de métallurgie (UIMM). Et que ce qu’il a raconté lors de son procès est tout sauf anodin. Et que les éléments qu’il a apportés confirment tous les révélations déjà tonitruantes que Perruchot, alors député, avait compilées dans un rapport qui n’aura été que partiellement publié, les parties les plus croustillantes (en annexe) restant sous clef pour les 25 prochaines années.

D’ailleurs, le 18 octobre dernier, l’ancien député intervenait dans une émission de BFM-TV, dans laquelle il tenait des propos qui sont à même, largement, de déclencher de belles polémiques dans un pays normalement constitué.

Rassurez-vous : comme tout le monde est maintenant focalisé sur les péripéties navrantes de Leonarda, les meutes journalistiques ne rapporteront à peu près rien de cet entretien, personne ne fera mousser les révélations de Gautier-Sauvagnac, et les syndicats pourront donc continuer leurs détournements en toute tranquillité.

Et quels détournements ! Comme le rappelle Perruchot :

À l’époque, on sortait entre 30.000 et 200.000 € par semaine de cette organisation pour financer la « fluidification du dialogue social » […] Aujourd’hui, je ne vois pas ce que ça apporterait de plus de savoir qui touchait les enveloppes. Ce qu’on sait, depuis lundi (14.10.2013), c’est important, c’est que les organisations syndicales touchaient cet argent.

Oui, il faut bien comprendre que la semaine passée vient d’être démontrée l’existence d’un système financier complet et occulte permettant aux syndicats de se sucrer aux frais des contribuables, un système qui transforme de fait ces organisations en parfaite mafias. Cette semaine, on a assisté à l’exposition publique de la plus vaste entreprise mafieuse de détournements de fonds (plusieurs milliards d’euros), parfaitement incontrôlée, totalement admise par l’ensemble de l’appareil politique et journalistique du pays, sans que personne ne réagisse.

ouate de phoque

Et à l’issue de ce procès, rien ne semble vouloir changer. Ah ça, pour nous débiter des âneries à base de lycéens grévistes, il y a du monde. Mais pour des problèmes de fond(s), … le calme et la pondération pour ne pas dire l’apathie totale sont de mise. Les déclarations des ministres s’enchaînent, affichant toutes le pathétique chamarré d’une incompétence quasiment portée en étendard, mais rien ne semble altérer la trajectoire mortelle qu’ils ont tous prise avec entrain.

Amis des taxes, de la ponction, de la régulation autoritaire tous azimuts et du détournement de fonds publics, vous avez un boulevard tant que du Meric ou de la Leonarda fleurissent dans nos villages : le gogo est occupé, le journaliste conscientisé sera mobilisé, le politicien impénitent ne pourra s’empêcher de s’exprimer, la machine continuera de tourner.

Pendant ce temps, les coulisses du spectacle pourront continuer de brûler.

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • Même la mise en place  » socialiste » des emplois subventionnés ……ça ne marche pas.
    Sapin est obligé de le reconnaitre
    ça sent pas bon !

    http://www.lefigaro.fr/emploi/2013/10/22/09005-20131022ARTFIG00278-sapin-confirme-le-flop-des-contrats-de-generation.php

  • Il est à remarquer que sur les défaillances d’entreprise, le Monde n’a pas moufté.
    L’imMonde évolue enfin vers ce que devrait être une vraie presse: ne donner que des informations encourageantes et heureuses. Ne donner que les indicateurs qui prouvent que tout va bien.
    Après des années d’errances à traquer le moindre faux-pas de l’excité, le Monde évolue enfin dans le bon sens.
    Tout va bien.

  • J’adore le BB phoque. Ça me fait penser à Trevor dans GTA 5, mais en plus mignon. Bien vu en tout cas.
    Pour le billet….que dire ! Ça me fait plus rire de savoir ce que font nos ministres. J’ai des envies violentes de balancer des phoques dans l’Elysée. Ah, merde, il y en a déjà plein, ou des morses peut être. Car plus gras, cons et lymphatiques.

  • Ce que je ne comprends pas dans cette affaire est que Gautier-Sauvagnac puisse dire, on retirer x euros par semaine en liquide, on les donnait aux syndicats mais on ne donnera pas de nom.
    Dans ce cas, pourquoi le juge ne dit pas tout simplement : Vous avez donc gardé l’argent pour vous, vous devez donc déclarer ces sommes aux impots, urassaf et cie ». Ce type et ses comparses seraient ruiné à vie, il parlerai peut être plus facilement .

  • Je suis d’accord avec le billet exceptée la partie concernant la réduction des loyers.

    C’est une bonne chose, non pas de « réguler » les loyers, mais d’y appliquer une dévaluation exceptionnelle afin de dégonfler une bulle (car les loyers sont largement surévalués) qui étrangle les ménages.

    Sinon, oui, le cas de UIMM montre que les syndicats sont corrompus, mais surtout qu’ils ont leurs propres intérêts qui sont donc en opposition d’avec ceux des salariés. On savait déja tout cela, rien qu’avec les procès pour le travail dominical. Mais bon, maintenant, tout le monde devrait comprendre que les syndicats sont opposés aux droits des salariés.

    Que ça se sache.

    • Je suis un sale propriétaire, et je vous réponds que l’Etat n’a rien à foutre chez moi ! L’Etat me déguelasse mon bien immobilier d’une façon directe et indirecte. Directe car il fait en sorte que de louer mon bien me coûte de l’argent, indirecte car au travers de la loi, et surtout la Hoguet, l’Etat de merde, sur protège le locataire. Le propriétaire ne peut plus rien faire avec son bien. Et ce peut importe que le locataire détruise, déteriore ou même ne paye pas son loyer. Cela donne des situations où le prorpriétaire est obligé de s’excuser lorsqu’il veut reprendre son bien pour le sauver du gouffre. Pathétique. Alors la Bubulle immobilière…c’est du Duflot, je ne pense pas qu’elle partagerait son appartement avec la petite Léonarda. Enfin, on peut toujours essayer. Après tout le socialisme, le partage de l’argent des autres et toutes ces conneries devraient être avant tout appliquées par ces t…du..c… de ministres. Qu’ils montrent l’exemple et commencent à bouffer leur propre merde.

      • Je suis d’accord concernant les lois surprotégeant les locataires.
        Mais quand on gagne un smic et que le loyer est justement de 1000Euros dans la région parisienne, comment vivre?
        L’immobilier est trop cher, ça ne veut pas dire qu’il faut faire n’importe quelle loi. Mais on est malade de l’humanisme en France, on ne parle que des droits et jamais des devoirs.

        • Le problème est peut être plutôt que le travail ne paye plus. Ou mieux de dire que les 50% d’impôts sur votre salaire fait en sorte de vous rendre pauvre. Encore une fois c’est l’Etat qui fou sa merde de partout en cassant le marché de l’offre et de la demande. Je connais un cuisinier New Zélandais, dans son pays il était riche, dans un sytème socialo, il est devenu pauvre. C’est la même personne, la même compétence, mais pas le même revenu.
          L’immobilier en France est bien moins cher qu’en Suisse, pourquoi ? En suise on travaille 2 fois plus, et on gagne environ 2 fois plus. La France c’est le mot « petit » qui fait la loi. Un petit salaire, avec une petite vie….

        • Il devrait pourtant être évident qu’au niveau où sont les loyers d’une part, les ponctions sur les propriétaires d’autre part, le loyer ne compense pas suffisamment les ponctions pour que de nouveaux venus se lancent dans la profession de bailleur. Si vous souhaitez que les loyers baissent, il faut baisser les ponctions et le risque, faute de quoi vous ne ferez qu’augmenter la rareté des offres. C’est comme ça qu’on s’est sortis de la crise du logement des années 50. Le niveau des loyers ne fait que refléter une réalité de marché, les faire baisser d’autorité ne fait qu’empirer cette réalité.

        • @jjp

          Tu as raison dans ce système socialo, le propriétaire qui loue est considéré comme la vache à lait.
          Je m’en suis rendu compte en allant sur un grand forum internet de l’immobilier, où en rubrique location à chaque fois qu’un locataire pose une question , on lui répond souvent en ajoutant des remarques du style :
          « c’est illégal, »
          « ne te laisse pas faire »
          « ne signe pas ».
           » ne va pas chercher la LR avec AR comme cela tu gagnera du temps »
          Alors que lorsqu’un bailleur pose une question il a droit à des
          « vous ne pouvez pas avoir le beurre et l’argent u beuure » ou
          « les proprios doivent assumr le risque de louer leur bien » etc..
          On sent vraiment une haine gauchiste des proprios qui est toujours bien présente.

        • Réponse à tous les 2.
          On est d’accord, c’est l’état qui, en intervenant (impôts, loi de protection des locataires, régulation des hausses/diminutions de loyers, difficulté de construction, normes pléthoriques … ), fausse le jeu économique et produit donc une hausse des prix.
          Une intervention à la baisse ferait baisser l’offre, et produirait une tension à la hausse des loyers.

          • Serais tu d’accord si les proprios avaient le droit de fixer eux-mêmes la durée du bail et non pas que ce soit l’etat qui impose un bail de 3 ans ?
            D’autre part, on m’a dit qu’à a fin des trois ans si le proprio ne veut plus louer et donc prévient qu’il ne veut pas reconduire le bail pour une nouvelle période de trois ans, il faut un motif valable (parmi les motifs validés par l’Etat). A savoir, reprendre le logement pou y faire sa residence principale, le céder à un membre de sa famille ou le mettre en vente.
            Je ne vois en quel honneur il faut fournir un motif au locataire.ça ne le regarde pas. il est en fin de contrat basta.
            marre de ces lois anti-proprio.

    • Ouais, super… Spolier les propriétaires, les ruiner…

      Propriétaires qui paient la CSG, des impots, un cadastre, un crédit, doivent remettre en état le logement, ont des locataires surprotégés, doivent les poursuivre…

      Avec ça, vous aurez surtout des logements vides…

  • Je me disais bien que ca cachait quelque chose… mais ca fait bien longtemps que ce principe marche. Les français étant tellement idiots qu’ils revotent pour les memes depuis des années ! N’est ce pas de leur faute plutot ?

  • Bien, vous venez de démontrer dans cet article l’adage principal de ce gouvernement :
    Chaque jour, au moins une taxe, au moins une connerie et au moins 10 fermetures d’entreprises.

    Le problème c’est une lourde lassitude fataliste semble s’abattre sur ce pays. Une grande partie de la population en a marre, mais marre et que faire ????

    Une nouvelle taxe , bof, une de plus.
    Une nouvelle connerie, bon, bien, voila, j’attends la suivante, peut-être sera-t-elle plus drôle.
    Les syndicats palpent, tout le monde sait qu’ils sont intouchables.
    Pacé veut foutre les jeunes dans la rue contre son allié, quel connard, point à la ligne et il montrera toujours sa bobine aux différents JT. Je n’y peux rien sauf à casser mon téléviseur, ce qui a un coût.

    Bref pendant 3,5 ans il va falloir supporter ces abrutis, soit au moins 1300 taxes nouvelles, 1300 conneries et un nombre de faillites d’entreprises qui lui tendra vers 0 (seul point positif), car elles auront toutes disparues.

    • Puisque nous n’avons pas de libéral providentiel, essayons d’avoir au moins un certain nombre de propositions concrètes, pas trop radicales pour être acceptables par la majorité de Français, consensuelles parmi les libéraux (enfin, surtout sensuelles), et une petite fiche d’exposé pour chacune. Des choses comme la flat tax, le salaire complet, l’extension du statut d’auto-entrepreneur, etc. Le libéralisme doit occuper le terrain des idées, sinon ses idées continueront à n’être présentées que par ses ennemis, et on sait comment.

      • Vous proposez de la finesse, des petites touches mignones. Les Français veulent du lourd, du gras, du saignant…. Je ne vois pas comment vendre votre projet auprès des Français dans ce système entièrement corrompu. Je vais vous parler de ma dent. Si si. Eh bien, j’ai bouffé un grain de sable dans ma salade l’autre jour, cette conne de dent c’est pétée jusqu’à la racine. Impossible à réparer. J’ai été obligé de la faire enlever. Si j’avais gardé cette dent, encore saine et très résistante, mais pétée en deux….j’aurais souffert longtemps, avec des abcès, du pus et plein de problèmes. Aujourd’hui, j’ai un trou, il manque une dent. J’ai plus mal.

        • Les Français attendent que les extras terrestres les sauvent en leur donnant une énergie infinie et gratuite ou que sais-je. Ils refusent de voir l’origine des problèmes, ils refusent de faire le moindre effort, après eux le déluge. Et bien le déluge arrive, merci. Je construis mon arche pour m’échapper, il n’y a plus rien à attendre de ce pays.

          • Vous avez peut-être raison, mais s’il y a bien un Français sur 4 qui est caricatural à ce point (celui qui soutient encore Hollande aujourd’hui), il y en a bien à mon avis un autre sur 4, moins voyant, prêt à admettre certaines idées libérales, si on les lui présente objectivement et sans chercher pour autant à en faire un libéral pur jus. Aujourd’hui, avec le ras-le-bol fiscal, il est prêt à écouter. Ne faites pas comme le dentiste qui refuserait de parler de bridge et d’implants tant que le patient n’a pas accepté de se faire arracher la dent, et qui au final se fait griller par le dentier mal ajusté de la sécu.

          • Les députés « godillots » du PS ont encore voté des hausses de taxes et un élargissement de leur assiette pour maintenir en vie la sécu.
            ça ne peut plus durer, il faut une vraie révolte pour les virer.

            http://fr.news.yahoo.com/les-d%C3%A9put%C3%A9s-votent-la-partie-recettes-du-budget-151306977.html

          • Honnêtement je ne le crois pas, les Français ont peur de perdre le peu qu’ils ont encore, ils veulent les efforts pour les autres. Les fonctionnaires et privilégiés en tous genre ne lâchent rien et en lâcheront rien. Vu qu’ils représentent une majorité, c’est fini. Depuis que j’ai réalisé ça, je plie les voiles. Rien que le mot libéral, vous faites bondir d’effroi les 3 quarts de la population. Et quand bien même ce mot serait réhabilité, qui va donc faire la présentation objective dont vous parlez ?

        • allons, allons, soyez sérieux.
          une dent ne se casse pas comme ça, simplement en mordant sur un grain de sable.
          Vote dent était devenue complètement friable, sans que vous vous en êtes rendu compte.
          Donc de toute façon elle ne pouvait pas durer longtemps. Et ne dites pas à votre dentiste que c’était une dent encore saine, au risque de paraitre ridicule.

          • Oui, elle était peut être un petit peu fendue avant….mais j’avais la dalle et j’ai croqué comme un sauvage….ceci explique cela. Voyez vous, votre commentaire est très Français et du loin dans ma foret du nord ça m’angoisse de devoir revenir habiter dans ce pays….mais je prépare déjà mon futur départ.

  • On préfère manipuler de pauvres gosses pendant ce temps on continue de préparer ce que j’ai appelé depuis Novembre 2008 et la fin du secret bancaire la « grande spoliation » dont Chypre n’est que la mise en bouche…Je crains que le réveil soit très douloureux avec l’instauration de régimes de plus en plus fascisants au niveau global…L’histoire se répète encore malheureusement!

  • Pourquoi ai-je subitement envie de vomir ?

  • UIMM , j ai été les voir en tant que  » petit  » inventeur pour divers besoins d un métal et ils m’ont aidé !
    Mais non c est une blague
    ils n’aident pas les petits inventeurs français qui utilisent le métal l UIMM ?
    C’est une sté étrangère qui m a aidé Suisse des produits expédiés gracieusement ( donnés eh oui !
    Grace à elle j’ai déposé à inpi l’invention ( plus de1000 heures de travail ) a été validée ( brevet )

  • A reproduire a l’infini tant c’est édifiant…même si l’on subodorait tout ceci, cela dépasse l’entendement et le voir écrit, si bien, est effarant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques.

C’est la loi du 11 février 1994, dite Loi Madelin, qui a permis aux travailleurs non-salariés non agricoles (TNS) de bénéficier de compléments de pensions de retraite par capitalisation.

C’était la loi du 25 mars 1997, dite Loi Thomas, qui proposait de créer les plans d’épargne retraite.

C’est aussi la loi du 21 août 2003, dite Loi Fillon, qui a instauré le Plan d’épargne retraite populaire (PERP), le Plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) ou l’Etablissement de retraite additionnelle de la ... Poursuivre la lecture

Par Dominique Andolfatto et Dominique Labbé. Un article de The Conversation

Les élections départementales et régionales de 2021 ont été marquées par une abstention massive que les commentateurs ont expliquée par l’absence d’enjeux clairs, l’émiettement des listes, le flou des programmes, les inégalités sociales ou le désintérêt des jeunes et, bien sûr, par la crise sanitaire…

En revanche, on a généralement ignoré l’anomie – soit le déclin des formes de régulation et des valeurs collectives – qui frappe la société française. Les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles